Passoar

2 mentions

St-Paul, Réunion, 40-45 ans, membre depuis 14/12/2020

Dernière activité: il y a 3 jours


"Zoreil peï" arrivé à deux ans en 1981, parti pour les études à 20 ans, de retour à la maison 20ans plus tard après 15 ans à Lille. Menuisier constructeur intermittent du spectacle en voie de reconversion partielle localement. Sensible à toutes formes de beautés du monde qui se nichent parfois dans les détails. Bon vivant amateur de grimpe, vélo, voile. Disciple de Mc Giver ne sortant jamais sans quelques outils, scotch, et cordelettes, rêvant de bivouacs et feux de camps.


S'immerger, minuscule, dans le paysage et la géologie. Les remontées de ravine et sentiers marrons scabreux, l'usage du sabre à cannes.Les lieux oubliés inspirants qui se méritent. Ramasser les ordures pour me retourner avec le sourire.


Je suis résident


Le dépassement de soi et la participation


Bonne


1 à 2 randonnées

Les commentaires sont ordonnés du plus récent au plus ancien.

Sortie effectuée le 15/09/21.

Beaucoup de plaisir sportif et d'ambiance, cependant la toute fin me semble aujourd’hui plus aventureuse que décrit sur la fiche ?

D’abord un petit truc peut-être pour les utilisateurs exclusifs de l'appli: La trace (attention elle n'est qu'indicative, comme souvent rappelé) associée à une bonne lecture du milieu permet de bien s'orienter, mais pour trouver les descriptions très détaillées des contournements évoquées dans la description, il faut descendre en bas de page, et basculer vers la "version complète web".

 A propos: le contournement du premier cassé (Marmites) se fait aussi très facilement et sans danger en rive gauche.

 Pour la fin qui m’a fait douter(contournement cassé 9+remontée sur D6), je précise qu'habitant la Saline (mi pente), je suis revenu bat' carré sur cette section le lendemain, pensant avoir possiblement loupé quelque chose mais au final il ne me semble pas.

 A l'avant dernier cassé, il vous sera facile de trouver le sentier de remontée. Il est bien tracé, bien que je n’ai pas aperçu la petite case incendiée. Si on se laisse entrainer sur sa lancée, on finit par en arriver sur le plateau envahi de fougères.

 En prenant la sente vers l'Est, on retrouve alors très vite une parcelle défrichée qui semble privée ou au moins "privatisée", clôturée de broussailles épineuses coupées. Si on la traverse en diagonale pour rejoindre le pied du pylône électrique, au N-E, on retrouve le chemin Chane Pack préconisé pour redescendre vers la côte, mais faute de pouvoir demander l’autorisation, pas sûr que ce soit une bonne idée ?

 Si j’ai bien compris ce que suggère la trace GPS, il faut donc passer par au-dessous ( un peu avant d'arriver sur le plateau) , mais il faut enclencher le mode Dahut aventure, en se faufilant sous bois à droite dans le dernier lacet sous une petite barre, remonter  un peu ( et traverser) dans une pente pleine d’immondices, puis redescendre petit à petit avec prudence (surplomb de barres rocheuses). Pas si facile.

Puis pour remonter sur la route après la visite ( un peu décevante ) du dernier cassé, le "discret sentier" qui grimpe sous les arbres en lisière des fausses cannes, a d'après moi disparu sous les assauts de la végétation, et il faut plutôt actuellement traduire : remonter comme un sanglier dans les espaces laissés libres par la nature sous les arbres bas et crochus 🙂.

 En gros ça se fait, mais avec de la prudence, un peu d’appétit pour la course d'orientation, et sans s’en faire pour quelques griffures.

 PS: Si un des compagnons baroudeurs qui l'ont faite a la fin bien en tête, je serais très heureux de l'accompagner pour refaire entre autres encore ce passage ?

Pierre.

Faite le 25/08/21, en commençant par la section haute ( grande cascade) puis section basse: cassé de 90m. Beaucoup aimé la partie basse bien qu'un peu plus longue et physique (blocs de taille supérieure).

Toutes portions hors du lit de la ravine très végétalisées, ont nécessité force coups de sabres pour domestiquer longoses, faux poivriers, et surtout l'envahissante liane papillon. Avons rajouté par endroits du balisage à l'aide de tissus colorés trouvés sur place, et de tuyaux d'arrosage suspendus pour le départ du sentier de remontée qui n'était presque plus signalé.

Contournement du petit cassé amont très touffu, départ rive gauche derrière gros bloc, juste avant un bel arbre bien droit qui pousse au centre du lit.

Contournement premier cassé aval: aviser plus bas depuis la cascade un gros bosquet de bambous couvert de nids de béliers, vous devriez atterrir par là. Puis, comme expliqué par Martial, partir sous bois rive droite.Passer sous deux énormes blocs et ne pas revenir vers le lit trop vite. Notre balisage devrait tenir quelques temps.

Au dernier petit cassé, descendre au centre (plaquette de canyonniste écrasée). Une fois sur la Vire sortie à gauche.

Sortie effectuée le 27/08/21 avec Steph92 et ses enfants, chose que je ne recommande pas particulièrement pour commencer : on est loin de la tranquille rando familiale,mais nous avons été poussés à ce choix par les limites dues au confinement, et une mauvaise météo sur la zone prévue à l'origine.

A l'échelle des petits, c'est une grosse dépense d'énergie, et nous les avons cornaqués du début à la fin, attentifs à leur rythme, hydratation, besoins nutritifs, état de fatigue. Moyennant quoi, belle sortie pour tout le monde et pas de bobos.

Nous avions prévu de stopper lorsque les enfants seraient "mûrs", soit finalement après le pont de la RDT, sur une magnifique dalle géante inclinée dans le fond de la rivière ça tombe bien, la suite n'était pas envisageable avec les enfants.

Poursuivi seul jusqu'au fond. Le dernier tiers est le plus sportif avec des blocs majoritairement de la taille d'un minibus mais ce défilé aux dimensions épiques vaut à lui seul le déplacement.



Prenez beaucoup d'eau, la ravine est un four.

En 2015 des fuites au captage rive gauche permettaient de remplir, mais plus aujourd'hui.

Une belle rando sur un site inspirant, à faire peut être avant l'arrivée de la foule et les dégats collatéraux à prévoir...
Ballade effectuée le 01/04/21 en suivant strictement l'itinéraire proposé.
La route forestière subit les outrages du temps et de l'érosion, les gouttières profondes et nids de poules en tout genre prolifèrent, cependant nous sommes passés (presque) sans racler avec une Citroën C3.
Pour ceux qui seraient curieux de la géologie et des risques inhérents au tracé du sentier de la canalisation, et de la portion fermée de la RF, voir le lien barbare suivant :
https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwiD3KPBsO7vAhVSeMAKHT4FD94QFjAAegQIBBAD&url=http%3A%2F%2Finfoterre.brgm.fr%2Frapports%2FRP-52517-FR.pdf&usg=AOvVaw2jE5Q9K4k-cEIl0G-KUPoM
Il s’agit du rapport commandé au BRGM par l’ONFen 2003. Il faut en conclure que la portion de RF est vraiment à éviter avec des chutes de pierres et blocs quotidiennes, et que le sentier canalisation ne peut être sécurisé de façon pérenne sans investissements massifs façon route du littoral, ou à ouvrir un autre sentier sur un rein descendant vers la passerelle.
En attendant, le sentier de contournement de la RF, un peu dégradé à la redescente, met un peu de piment sportif dans une ballade qui fait par ailleurs faire pas mal de dénivelé mais de façon très confortable en pente régulière ( dans le sens anti horaire proposé, attention !)
Passages avec vue très spectaculaire sur l'arête d'accès au Sud.
Le cimetière est très émouvant. Comme quelqu'un a pris soin de laisser là des outils de jardin, ceux qui le désirent pourront donner un coup de râteau à gazon entre les tombes pour tenir à distance les feuilles de bambou, ce qui ne prend que cinq minutes, mais à se faire dévorer par les moustiques cependant.
Le site dans son ensemble est très inspirant. On ne sait pas très bien dans quelle mesure exactement les enfants ont construit eux même les fondations des très vastes et impressionnantes installations dont nous parcourons les vestiges.
C'est le visionnage de cette page :
https://www.departement974.fr/actualite/retour-en-images-sur-chantier-archeologique-site-de-lilet-guillaume
parlant du travail des géologues qui ont campé sur le site tout le mois d'octobre dernier, et montrant l'énorme travail de défrichage entrepris par l'ONF pour rendre possible ce campement qui m'a donné envie de vite aller voir le site avant le retour des pestes végétales.
Hélas, on comprend mieux à voir la vitesse avec laquelle la nature reprend ses droits, pourquoi il ne reste aucun bâtiment debout à part un angle de la chapelle et de même pour un atelier.
Un panneau explicatif sur bâche pvc situé au niveau de l'ancien gîte permet de mieux se situer.
Pour ceux qui souhaiteraient se faire une idée plus précise du contexte (révoltant) dans lequel des enfants étaient enfermés là haut, je vous renvoie à ce lien:
https://journals.openedition.org/criminocorpus/1770#authors
C'est la publication universitaire d'une étude de M. Bruno Maillard, docteur en histoire/enseignant-chercheur, qui est absolument passionnante, en particulier à propos du fait que ces enfermements étaient probablement dès la base illégaux en vertu de décrets sur les modalités de jugement et de punition des mineurs établis pour la France, mais non appliqués dans les colonies cour cause de laisser faire ou de convictions contraires des décideurs de l'époque...
Pour finir ce très très très long commentaire, retour à la rando: en remontant vers la fenêtre, nous avons croisé deux employés de la société des eaux qui réparaient la canalisation. Ils nous ont mis en garde sur des chutes de pierres possibles.
En effet, si j'avais bien regardé la météo pour le jour de la ballade, je n'avais pas regardé s'il avait plu dans les haut dans les 48h précédentes, ce qui est crucial comme signalé dans l'étude géologique.
Nous avons pu traverser de fait une chute de blocs particulièrement récente à voir la fraîcheur des blessures faites aux plantes, et sûrement de l'ordre du (des?) m³ à voir l'état du sentier.
À savoir donc, que ce sentier comporte des zones instables sous lesquelles mieux vaut ne pas s'attarder... Merci pour l'avertissement monsieur Admette...
(Moin la pèr mi diaou, moin la pèr mi diaou, pass' su la route en corniss...)

Effectuée le 06/04/21

Sortie avec nombreux passages à gué, toujours intéressante au niveau géologique, les endiguements monumentaux par endroit marquent de façon étrange et inhospitalière l'impact des activités de l'homme sur la nature.

Un très beau passage dans le "canyon tobbogan", intriguante entrée du tunnel de basculement des eaux où on pourrait facilement mettre en scène un bunker post apocalyptique, très belle zone de bivouac. Impressionnant "Zébouli".

Impressionnant aussi de voir à quel point les habitations les plus reculées sont encore occupées par des habitants qui persistent dans un mode de vie à la dure, qui m'a fait ressurgir des souvenirs du Mafate des Années 80/90...

Croisé à une bonne heure de la route 4 solides gaillards l'air farouche , chargés de caisses de probablement 30 kilos de racines songe et de ballots d'1,50 emballés de gonis, le tout en équilibre sur la tête, descendant bon train leur production vers la ville...

Chapeau bas... On ne se pose pas assez la question d'où sont cultivées certaines denrées quand on fait ses achats au marché forain...

Pour ousarsiph2, j'ai discuté avec une dame qui m'a dit avoir croisé des gramounes de l'îlet Quinquina qui partaient poser leurs ruches plus haut dans la rivière... Peut être de celles que tu as observées ?

Merci pour ce beau voyage!

Coup de chance de m'être trouvé logé près de Bagatelle et disponible, avec tous les voyants météo au vert depuis deux jours, coup de chance d'être tombé sur cette belle proposition !

Un enchaînement d'atmosphères magnifiques qui ferait oublier l'existence de la civilisation... Si le téléphone/gps/appareil photo ne nous était pas devenu si présent.


Quelques remarques :

Au bassin Jacob, le passage vers l'étage supérieur démarre sous les premiers arbres / dans les blocs en aval de la double grotte en rive droite.

Vu le beau temps, les roches étaient bien sèches pour le passage suivant, un long jardin zen qui n'a pas eu besoin de la main de l'homme .

Après être arrivé sans encombres au grand bassin/grande cascade, c'est par contre le contournement de cette chute d'eau qui m'a causé de vraies difficultés sur ce parcours.

Je pense avoir bien trouvé le démarrage de la trace, un peu aval du bassin en rive droite... (?)

Question repère, au bout d'une quinzaine de mètres d'ascension, je suis passé à droite d'un beau bloc rocheux caractéristique, et ai encore vu des traces de chaussures quelques temps, et puis... Va savoir où, je l'ai perdue. Il m'a fallu en tout 45 minutes pour prendre pied en sécurité dans le cours supérieur de la rivière. Entre temps j'ai bartassé 35 minutes dans un enchevêtrement très serré de goyaviers, de faux poivriers, de plantes ressemblant aux chocas, face à une pente de très abrupte quand ça passait, à carrément verticale quand ça ne passait pas.

Il faut se souvenir que les GPS ne sont pas toujours capables de bien nous situer avec la précision espérée, surtout sur ce genre de terrain encaissé, et qu'ils peuvent dans certains cas nous induire en erreur voir nous mettre en danger si on les suit aveuglément.

C'est alors que mon appareil me laissait croire que j'avais réussi à re-superposer ma trace sur celle de JP que j'ai fini par me trouver bloqué par un à pic dû à une barre rocheuse infranchissable sans équipement en plein milieu de la descente, et que j'ai dû me rendre à l'évidence qu'il valait mieux à ce stade lire la végétation et la pente pour trouver la solution.

Celle-ci est finalement venue d'un couloir d'écoulement grace auquel j'ai pû passer au travers de la difficulté, mais non sans quelques sensations d'aventure au passage.

Attention donc à ne pas perdre la trace réelle en somme, et à se méfier des traces virtuelles associées à un GPS qui part jouer au ping pong quand on a besoin de lui.


Pas de souci pour la suite avec les indications de JP. J'ai personnellement dû faire l'impasse sur l'aller retour pour voir les sources ferrugineuses, faute de temps pensais-je, mais en fait, en remontant le bras Laurent, la fin de la ballade arrive très vite: environ 40 minutes jusqu'à la route sans compter les poses.

Un parcours aux atmosphères particulières et envoûtantes mais qui se mérite.

Bonjour à tous... Petite ballade effectuée la semaine dernière, je confirme qu'arrivés à Bé Mahot, les pannonceaux récents placardés partout "propriété privée accès interdit" ne sont franchement pas accueillants. On les trouve en particulier sur la route en arrivant, à la traversée du hameau,puis au départ du petit sentier qui descend.

Nous avons demandé à une habitante qui nous a dit que, "si... non, enfin normalement on doit pouvoir passer, mais qu'elle ne savait pas si le portillon serait fermé à clef au bout du sentier"

Nous avons donc emprunté le sentier sur la pointe des pieds, avec la sensation désagréable d'avoir quelque chose à nous reprocher. Dommage car les environs sont agréables. Arrivés au fameux portillon donnant sur un sentier "officiel" un peu plus bas, celui ci était fermé, mais non cadenassé, avec encore une pancarte mais cette fois dans le sens montée.

À voir donc si celà vaut encore le coup de tenter cette agréable promenade , qui n'aurait plus vraiment de sens s'il fallait faire demi tour arrivés à Bé Mahot.

Quitte à risquer un échange éventuellement désagréable avec un riverain? Mais cela ne nous est pas arrivé.

Aucune annonce publiée
Aucune participation
Date ajoutée Nom de la randonnée Difficulté Dur. Dst. Profil
02/10/2019
Très difficile
9h 9.5 km
01/09/2012
Difficile
3h15 6.6 km
08/01/2021
Très difficile
9h 11.3 km
18/06/2021
Difficile
6h30 9.3 km
30/07/2021
Très difficile
6h30 9 km
05/08/2021
Très difficile
6h30 16.5 km
22/02/2017
Difficile
5h 5.7 km
08/08/2020
Difficile
4h30 6.4 km
19/03/2021
Difficile
2h30 2.9 km
01/03/2012
Difficile
2h45 2.8 km
01/06/2015
Très difficile
6h30 13 km
01/04/2010
Très difficile
10h 26 km
01/03/2012
Difficile
1h45 3.9 km
01/04/2012
Très difficile
8h45 19.2 km
01/06/2012
Difficile
6h45 18.9 km
01/07/2013
Très difficile
9h 13 km
01/08/2013
Moyen
5h30 14.2 km
01/12/2013
Difficile
2h15 3.4 km
01/08/2015
Très difficile
4h 3 km
01/08/2015
Très difficile
4h30 15.6 km
01/11/2015
Difficile
7h30 20 km
14/12/2015
Difficile
5h 6.2 km
18/12/2015
Très difficile
4h 2.4 km
04/01/2016
Très difficile
1h30 2.4 km
22/02/2016
Très difficile
4h 9.2 km
05/07/2016
Très difficile
4h 6.4 km
19/02/2017
Très difficile
4h 5.7 km
11/03/2017
Difficile
3h 3 km
21/07/2017
Très difficile
6h 5.8 km
25/08/2018
Très difficile
8h 12.1 km
31/08/2018
Très difficile
6h30 18.1 km
15/12/2018
Très difficile
8h 7.7 km
10/08/2019
Très difficile
3h 3.7 km
22/06/2020
Difficile
5h30 5.7 km
20/02/2021
Difficile
5h 11.8 km
20/06/2018
Difficile
6h30 11 km
Date complétée Nom de la randonnée Difficulté Dur. Dst. Profil
15/09/2021
Très difficile
9h 9.5 km
27/08/2021
Difficile
3h15 6.6 km
25/08/2021
Difficile
5h 5.7 km
23/08/2021
Moyen
2h30 7.5 km
17/08/2021
Moyen
3h 8.7 km
07/04/2021
Très difficile
6h 7.8 km
06/04/2021
Difficile
8h30 17.5 km
01/04/2021
Difficile
5h15 16.3 km
18/03/2021
Moyen
6h 11.7 km