Le point de vue sur l'usine de Takamaka par la montée à la Fenêtre de Grand Etang

Difficulté
Très difficile
Indice de confiance Faible
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 4h
Distance 6.4 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 836 - 510 m
Dénivelé positif 360 m
Dernière mise à jour 17/04/2020

Pour rejoindre les pylônes qui dominent l'étang

Le sentier de la Fenêtre de Grand Etang, à ne pas confondre avec le point de vue sur Grand Etang en partant de la Maison Servaux à la route de la Plaine des Palmistes, a longuement été présent sur les cartes IGN. Celles de 1984 situaient ce sentier près du début de l'étang ; Celles de 1993, au milieu du parcours de la piste nord. Le premier parcours est totalement recouvert de végétation alors que le second comporte encore quelques bribes assez difficiles à suivre en raison de la verticalité de la paroi. Une fois au sommet, les paysages sur l'étang ou sur l'usine de Takamaka sont sublimes. Ce trajet ne s'adresse surtout pas à tous les randonneurs. Certaines parties presque verticales s'effectuent sur des racines, seules marches végétales laissées par la nature. Les branches qui le bordent sont indispensables pour s'accrocher. Une vieille échelle rouillée tient encore suffisamment pour porter le poids d'un randonneur. Mais ce sont les pierres instables par endroits qui doivent surtout décourager les aventuriers mal entraînés pour ce genre de parcours.

La randonnée débute au parking classique du tour du Grand Etang. Longer les eucalyptus qui bordent l'aire de loisirs puis marcher sur la piste caillouteuse qui rejoint la belle étendue d'eau (Photo 1). La piste monte doucement sur des cailloux dont beaucoup ont été arrachés par les sabots des chevaux. On trouve plus facilement à poser les semelles sur le côté plus herbeux. On s'approche rapidement des berges de l'étang (Photo 2). Les alentours du Puy de l'Etang sont entourés de zones marécageuses. Poursuivre par le large sentier qui contourne l'étang par le nord (Photo 3) et repérer le départ du très discret sentier partant sur la droite, juste en face d'un rein sur l'autre rive de l'étendue d'eau (Photo 4). Le début de la montée s'effectue dans les fougères près d'un pied biscornu de jamrosats (Photo 5). On marche à plat sur une vingtaine de mètres puis le ton est immédiatement donné par la première pente à plus de 75% qui chemine entre les bois de couleurs (Photo 6). Le sentier ne servant qu'aux braconniers, il est assez difficile à suivre mais, avec un peu d'habitude, on le devine instinctivement malgré le nombre des pieds de sabres (Photo 7). Les racines constituent souvent l'essentiel du sentier (Photo 8). Les trouées sont rares et la végétation touffue (Photo 9). L'ancien sentier est encore en bon état par endroits mais sur de courtes distances (Photo 10). La végétation est extrêmement touffue, ce qui permet de mieux repérer le passage (Photo 11). Les épiphytes, orchidées et fougères poussent à même les troncs comme dans toutes les contrées humides (Photo 12). On trouve quelques zones rocheuses qu'il faut contourner (Photo 13). Après une forte montée, on se retrouve près d'une très vieille échelle (Photo 14) qui confirme le bon itinéraire. Elle est rouillée et doit se monter avec attention en fixant bien les mains sur les côtés. Les sabres marrons sont de plus en plus nombreux et on rencontre assez souvent de beaux pieds de palmistes dont il ne faut surtout pas saisir les branches épineuses (Photo 15). La montée continue jusqu'à l'arête d'où l'on bénéficie des premiers points de vue sur les pitons qui dominent l'étang (Photo 17). Mais c'est surtout le magnifique panorama sur l'étang qui fait immédiatement oublier l'effort de la montée (Photo 18). On devine la vallée de la Rivière des Marsouins à travers la végétation (Photo 19). On aperçoit dans une trouée le pylône qui domine l'étang (Photo 20). Poursuivre sur la crête vers ce pylône. A un moment, la végétation est trop touffue ou envahie de fougères et il faut obliquer sur la gauche et redescendre un peu, où se trouvent encore de belles portions de sentier encore en bon état (Photo 21). Le contournement est plat mais il faut immédiatement remonter fortement. Une fois les pylônes atteints, on bénéficie des mêmes points de vue que plus bas (Photo 22). On voit la presque totalité du lac et le regard porte même jusqu'à la côte (Photo 23). De l'autre côté, on distingue correctement la forme caractéristique en tour de contrôle de l'usine de Takamaka (Photo 25). Derrière, à l'horizon, les Deux Mamelles dépassent de l'immense forêt entourant quelques anciens îlets abandonnés (Photo 27). Rien à voir avec les Deux ou Trois Mamelles de Maurice qui se voient de très loin ; celles-ci sont plutôt des mamelons ! Inutile de chercher à poursuivre car la végétation est trop dense à cette altitude et aucun sentier n'y a jamais été tracé. Le retour s'effectue donc par le même itinéraire en prenant garde à ne pas pousser des pierres moussues et instables sur le randonneur qui se trouve en-dessous.

Balises

Pas de balises

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.
Site géologique  Sites géologiques, en partenariat avec Laurent Michon, laboratoire Géosciences Réunion.

Itinéraire

Se rendre sur la RN3 entre Saint-Benoît et la Plaine des Palmistes – Bifurquer sur la petite route de Grand Etang (panneau) – Rouler jusqu'au parking de l'aire de pique-nique – Suivre la piste jusqu'à l'étang et poursuivre sur le large sentier qui le contourne – Repérer le début du sentier et grimper jusqu'au sommet – Prendre à gauche et poursuivre sur l'arête puis en contournant une partie de végétation touffue – Rejoindre les pylônes électriques et faire demi-tour par le même itinéraire.

La carte de 1993

Il est toujours intéressant de garder au fond d'un tiroir les vieilles cartes IGN pour savoir où dénicher des sentiers connus à l'époque et oubliés depuis.


Commentaires sur cette randonnée (17)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Olivier BBT, 19/07/2020 16:55
Randonnée complétée le 19/07/2020 en 5h30

5h30 pour faire 6 km, on est loin de la randonnée classique mais ce fut une magnifique journée avec un ciel bleu. Après une tentative avortée en juin (avec les chiens, impossible, trop pentu pour eux !) Petit groupe de 5 personnes pour cette aventure (équipés long pantalon, manches longues, gants jardin, sécateur) , on a taillé un peu dans la vigne marronne au début et marqué un peu le passage (bandes oranges). Les derniers mètres avant la crête sont effectivement très encombrés de fougères et beaucoup de bibes et leurs toiles. Un passage en mode "sanglier" est donc nécessaire (3e photo). Sentier pratiquement invisible sous la crête malgré essai de suivre la trace GPS. Vue sur barrage uniquement depuis le pied du deuxième pylone en se penchant un peu car beaucoup de végétation. L'échelle très rouillée a un barreau en moins, il a cédé sous mes pieds. Pour public averti seulement. Je recommanderais également le port d'un casque car les cailloux roulent parfois sous les pieds et vu la pente ce serait dommage d'envoyer une pierre sur la tête de ses compagnons de randonnée.

damdup, 22/06/2019 20:48
Randonnée complétée le 15/06/2019 en 5h30

Belle sortie qui nous met dans le bain d'entrée avec un premier passage très pierreux et envahi par la vigne marronne. Par la suite on retrouve un sentier plus voyant que l'on a pas de mal a suivre jusqu’à ce qu'on aperçoive la crête. La partie sommitale est de nouveau très encombrée, nous l'avons longée 10/20m en contrebas car plus facile pour se déplacer.

Christian Léautier, 13/02/2019 17:27
Randonnée complétée le 11/07/2017 en 4h00

Et si on proposait à JPG un Top 5 des sentiers les plus verticaux car "on" ( suivez mon regard) en est friand: bassin du Diable depuis le bas de la Rivière à Bellepierre ? (pas encore fait) sentier Malidé?(fait) Fenêtre de Grand Etang?(fait) sentier Tarzan de Grand Galet à Grand Coude? (fait) rivière des Remparts à la Plaine des Grègues? (fait) Grand ilet-Roche Ecrite? (fait) rempart du Bras de Caverne à Salazie? (fait).....y a sûrement encore mieux et j'espère pas encore fait ! Merci pour vos suggestions!!

Fanch, 12/02/2019 20:16
Randonnée complétée le 12/02/2019 en 3h30

Ah quel bonheur de retrouver un sentier lontan encore visible. La météo était moisie et n'a donc pas permis d'entrevoir la vallée de Takamaka. Le début du sentier est délicat, au milieu des pestes. La suite plus agréable malgré les pentes très fortes. Les fougères sur la crêtes ne permettent effectivement pas de rejoindre les pylônes sans redescendre dans le rempart.

JPG, 11/12/2018 21:44

Markus : A bien y réfléchir, c'est court mais effectivement assez difficile. Je reclasse donc en Très difficile, ce qui découragera les randonneurs mal entrainés de s'y rendre.

markus, 11/12/2018 16:59

Randonnée faite la semaine dernière: une petite trace de peinture rouge permet de trouver le début du"sentier" de la montée...malheureusement, celui-ci disparaît très vite et je me suis vite retrouvé dans d'inextricables fouillis de vignes marronnes (sabre conseillé!); j'ai pu retrouvé le sentier un peu plus haut, pour le reperdre peu avant l'arête, elle même bien encombrée! Je n'ai pas essayé d'aller au pylône...
bref, une randonnée très sportive et, vu la verticalité de la montée, les branches et fouillis végétaux partout, les pierres qui roulent sous les pieds (randonnée moins dangereuse à faire seul!), je n'hésite pas à classer cette rando "très difficile!"

JPG, 28/06/2018 21:51

HydrUra : Normal qu'il y ait un mur car c'est un mur qu'on escalade à l'aide des racines et de quelques câbles (voir image satellite plus haut). Et de sentier, il n'y a qu'un sentier braco. Vous étiez certainement sur le bon itinéraire. Aventure garantie (sic).

HydrUra, 28/06/2018 20:12

Tentée le 23/06/2018, demi-tour car nuageux ! On se heurte à un mur assez rapidement si on suit vos indications... Nous sommes passés quelques mètres avant par un sentier braco (cf.Photo) qui nous permettait de progresser lentement (très)... Aventure garantie !

Martial, 10/09/2017 17:07
Randonnée complétée

Fait le jour de la réalisation de cette fiche

Christian Léautier, 13/07/2017 14:00
Randonnée complétée le 11/07/2017 en 4h00

Pour Diane Rainard: ah ou, super !-merci - merci aussi à Laurent! -Rando très sportive à la limite de l'escalade mais toujours des racines et des branches pour se rattraper et vaincre le rempart presque vertical.Bien d'accord avec Tphane Waro ! il faut aimer l'aventure. Bonne préparation à Koh Lanta. Sentier visible dès le jamrosat biscornu(photo 4 du site)(voir aussi le commentaire précédent d'Ousarsiph2):indice de confiance pas trop mal! pour la difficulté indice qui frise le très difficile (mon avis perso) même si le temps mis (4h n'est pas très long). A faire d'urgence par les aventuriers car faisable . La preuve!! . Souvenirs impérissables pour les objectifs photographiques et pour les jambes (crampes!!) garantis.

Randonnée ajoutée le : 05/07/2016