La remontée de la Ravine des Trois Bassins

Difficulté
Très difficile
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 9h
Distance 9.5 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 655 - 8 m
Dénivelé positif 800 m
Dernière mise à jour 02/10/2019

Dix cassés pour cinq "fêlés" !

Merci à deux autres "fêlés", Christian et Ludovic, qui sont allés effectuer cette remontée et nous ont conseillés afin de parvenir à boucler le parcours en moins de 9 heures. Sans leurs explications claires et précises, nous aurions cherché certains passages et perdu un temps précieux.

Quand on passe sur la RN1a du côté de la Pointe des Trois Bassins ou sur la D9 vers le Barrage, on remarque de chaque côté des séries de cassés impressionnants qui semblent infranchissables. C'est sans compter sur les grimpeurs à la recherche de rochers ou de falaises qui leur procureront des frissons. Les chasseurs de guêpes se doivent également de contourner ces obstacles pour rechercher les précieux nids. Le randonneur n'a donc qu'à suivre ces traces si elles existent car certains contournements nécessiteront de courts hors sentiers.
Lorsque l'on connait les principaux passages d'évitement des cassés, la remontée est moins stressante mais reste difficile car les marches créées par les rochers dépassent souvent le mètre de haut et la chaleur fait très vite grimper la température des galets. Prévoir beaucoup d'eau car celle de la ravine qui stagne dans des bassins est juste bonne pour les têtards, crapauds et escargots d'eau (bulinus cernatus) qui la peuplent. Une fois parvenu à la RD6, la descente peut s'effectuer de plusieurs manières. Rares seront ceux qui tenteront le circuit inverse. Il suffit d 'étudier un peu la carte avant de partir pour trouver le meilleur itinéraire qui évitera les zones urbaines.
Afin d'éviter de très longues explications, voir le cartouche en bas de page pour les photos des cassés et leur mode de contournement. La trace téléchargée peut également guider en cas d'hésitation.
Il faut être un peu fêlé pour affronter ces ravines interminables mais lorsque l'on aime randonner et découvrir de nouveaux horizons, tous les lieux se valent.

La randonnée débute au parking du spot de surf. Malgré les interdictions liées à la crise requins, ils sont parfois nombreux à braver les vagues pour un moment de glisse. Marcher sur la route pour franchir la ravine en eau dans ce qui semble être une mangrove mais n'est en réalité qu'un marécage. Une piste rejoint la ravine d'où l'on remarque de loin les flèches invitant à emprunter le sentier sous les acacias, bois noirs et faux poivriers (Photo 1). Le cheminement est plat et propre. Une fois la ravine rejointe, on se retrouve sur le sol habituel des ravines de l'ouest à marcher entre les gros blocs recouverts de feuilles de bois noirs ou sur de larges plaques basaltiques (Photo 2). Les premières hautes marches et quelques petits cassés insignifiants font leur apparition. Après moins de 1000 m dans la ravine, on parvient au premier cassé infranchissable. Sur le basalte, en rive droite, on remarque trois magnifiques marmites d'érosionEgalement appelées marmites du diable, marmites de géant ou chaudrons. Elles sont créées par une érosion tourbillonnaire ou marmitage qui fait tourner des galets par la force de l'eau, créant ainsi, siècle après siècle, de profondes cavités. . Même en étant habitués à en voir lors des remontées de ravines, celles-ci sont parmi les plus spectaculaires de l'île et peuvent même représenter une sortie familiale ludique. Au-delà, il faudra laisser les enfants à la maison. Le fond de l'une d'entre elles s'atteint sans effort ni danger (Photo 3). Elle communique avec les autres après usure des planchers. Ce premier cassé se contourne en grimpant un pierrier en rive droite puis en longeant le haut du rempart avant de redescendre 50 m plus loin (Photo 4). Les autres, détaillés plus bas, se franchissent en rive droite ou gauche ou parfois à même la roche (Photo 5). Les contournements en hors sentier se font à l'instinct en grimpant au plus facile sans s'éloigner du canyon ou du cassé (Photo 6). L'un d'entre eux s'effectue de manière ludique en utilisant les racines d'un affouche pour gagner le bord de la falaise (Photo 7). On passe sous l'imposant viaduc des Trois Bassins dont on frôle un pilier lors d'un contournement (Photo 8). La description est toujours la même : fond basaltique parfois entièrement recouvert de rochers (Photo 9) dont certains atteignent des tailles très imposantes (Photo 10). Les vues sur l'océan, la Saline ou la Pointe des Trois Bassins sont nombreuses et rendues impressionnantes depuis les bords de cassés vertigineux. Ne pas manquer, lors de la remontée vers le barrage sur un sentier balisé, le magnifique bois rouge, très certainement bicentenaire (Photo 17). Pour en avoir vu souvent, on peut dire qu'il est dans le top5 des bois rouges de La Réunion avec des branches noueuses et un tronc monstrueux qui s'est inséré dans les rochers. Il faut quatre heures pour atteindre la RD9 et avoir une vue plongeante sur le cassé depuis la murette qui le borde (Photo 18). De l'autre côté de la route on remarque des vestiges de murailles ayant servi de barrage destiné à conserver l'eau de pluie pour la population des environs. Le hameau se nomme d'ailleurs le Barrage. La remontée reprend de cassé en cassé sur un sol de moins en moins recouvert de galets. Des bassins conservent encore l'eau des dernières pluies mais sont très peu engageants (Photo 20). Un peu partout, des spots d'alpinisme et de varappe bordent la ravine ou le sentier créé par les sportifs de la grimpe (Photo 22). On marche parfois sur de longues plaques basaltiques en pente douce qui doivent être agréables à l’œil par temps de pluie (Photo 23). Après sept heures de montée, on parvient à un panneau qui semble accueillir ces fous de la randonnée (Photo 25). On voit très bien que la ravine est encore praticable, d'ailleurs la carte indique de nombreuses cascades, signe de nouveaux cassés à explorer.
En cas de grosse fatigue à 500 mètres d'altitude, après avoir franchi le cassé de la Photo 24, un sentier remonte vers les habitations des Lataniers. Comme le passage du dernier cassé n'est pas des plus excitants, ce raccourci fera gagner près d'une heure.
La descente, en suivant la trace proposée, alterne sentiers bien marqués, d'autres moins fréquentés, des rues très pentues et peu passantes et quelques raccourcis entre les jardins et habitations (Photo 26). On se retrouve à l'échangeur de l'aire du Tabac d'où plusieurs sentiers partent en direction de la mer (Photo 27). Celui proposé, marqué par les passages quotidiens des sportifs de la côte, descend fortement sur un sol caillouteux pour reproduire en descente les efforts de la longue montée (Photo 28). Plusieurs possibilités de rejoindre la route et le parking à partir de la ravine Tabac.

Balises


Quelques balises bleues

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

Se rendre à la Saline les Bains ou Saint-Leu et rouler sur la RN1a jusqu'à la Pointe des Trois Bassins - Stationner sur l'aire occupée surtout par les surfeurs - Rejoindre la rive droite de la ravine en franchissant le pont puis en empruntant la piste - Débuter la marche en rive droite et rejoindre la D9 puis la D6 en trouvant les meilleurs passages - Revenir au point de départ par des sentiers, pistes, rues et ruelles.
Il y a de nombreuses possibilités de retour. Le circuit proposé emprunte tour à tour un sentier, le Chemin Chan Peck, la Rue Arne, un sentier, le Chemin Acadine, la Rue Nonval, des ruelles autour de la mairie annexe de Chemin Commune, la Rue Wan-Hoi, le Chemin de Bruniquel jusqu'à l'échangeur du Tabac, l'aire du Tabac, le sentier qui rejoint Bellevue avant un retour au parking.

Comment passer tous les cassés

Signification des abréviations :
RG = Contournement en rive gauche - RD = Contournement en rive droite – Alt = altitude du pied du cassé – Nombre de mètres = distance à parcourir depuis le cassé pour récupérer la trace ou le départ d'un contournement en hors sentier.
1 - Le cassé des trois marmites. Revenir en aval d'une trentaine de mètres, escalader le pierrier, partir à droite et redescendre 50 mètres plus loin.
2 - Ce petit cassé se franchit en grimpant sur les rochers de la rive droite.
3 - Très haut cassé qui s'évite en grimpant sur la rive gauche pour rejoindre un affouche dont les racines permettent d'atteindre le haut des rochers. Passage plus facile mais moins ludique 20 mètres à droite de l'affouche.
4 - Peut se franchir directement par la falaise pour un randonneur agile sinon rejoindre le pilier du pont en rive gauche et remonter dans les broussailles par des passages faciles jusqu'au sommet.
5 - le dernier avant la RD9. Repérer les balises vers le gros bois rouge et rejoindre la route par un sentier bien marqué.
6 - Le premier après les spots d'escalade se passe en rive gauche par un sentier dans les chocas à prendre 100 mètres avant.
7 - Cassé reconnaissable aux deux yeux dans la falaise ! Se passe également par un sentier en rive gauche 100 mètres avant le cassé.
8 - C'est plus un gros bassin vide qu'une cascade à proprement parler. Longer la muraille en rive droite. On peut utiliser la grotte dans la falaise comme tunnel afin d'éviter le bord.
9 - Ce cassé étroit et assez haut comporte un bassin en eau à son pied. Un sentier balisé de bleu débute 100 mètres avant en rive droite dans les fougères. Il passe près d'une petite case entièrement carbonisée avant de grimper vers quelques maisons des Lataniers. Ne pas manquer le croisement vers la droite pour rejoindre le lit de la ravine. La descente est assez aléatoire mais sans danger.
10 - C'est le dernier avant la RD6. Repérer les cannes fourragères en rive gauche vers les touffes de bambous. Sur la droite des cannes fourragères, un sentier discret passe sous les arbres pour les éviter et finit sur le chemin du champ de canne à sucre.


Commentaire sur cette randonnée (1)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Christian Léautier, 06/10/2019 14:42
Randonnée complétée

Fait en avant -première grâce à Ludovic mais en 2 randos différentes ce qui permet de relativiser les difficultés! Première partie jusqu'au lieu dit "Le Barrage" et 2è partie en amont.Pour passer les 10 cassés Soit tâtonner et intuitivement se débrouiller soit suivre les explications excellemment décrites par JPG. Pas d'affolement ça se fait avec la petite dose de folie nécessaire..Plein d'autres cassés nous attendent encore plus en amont puisque la ravine des Trois Bassins fait 16,9 kms et prend sa source pas loin du Grand Bénare

Randonnée ajoutée le : 02/10/2019