De Grand Coin au Piton de la Ravine à Marquet par le Piton Bâtard

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 4h30
Distance 6.4 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1507 - 1119 m
Dénivelé positif 450 m
Dernière mise à jour 09/08/2020

Une véritable imprégnation nature

Dernière sortie avec Ludovic qui nous quitte pour quelques années d'études à la Sorbonne. Rando d'au revoir vers la Ravine à Marquet sur un sentier marron reconnu avec Christian et qu'il a souhaité me montrer avant son envol.
Attention : cette randonnée hors des sentiers battus et balisés s'adresse aux randopitonneurs aguerris et responsables. La trace est toujours là mais il est aisé de s'égarer. Prendre ses responsabilités.

Le sentier étroit et presque inconnu qui quitte Grand Coin pour rejoindre plus haut le sentier du Piton Fougères est devenu large et praticable depuis la parution de la fiche du circuit partant de Grand Coin vers la Roche Verre Bouteille. La montée est toujours aussi sombre à l'ombre des camphriers ou goyaviers et délicate vers les barres rocheuses du sommet. Mais on atteint en 45 minutes le sentier officiel venant du Piton Bâtard vers le Piton Fougères. Profiter du plat vers le Piton Bâtard avant d'affronter la courte montée au sommet d'où l'on bénéficie de magnifiques panoramas. La jonction avec le sentier des Lataniers suit longuement le rempart qui domine Dos d’Âne dans les fougères, les mousses et les branles. Il est facile à suivre jusqu'au Piton Ravine à Marquet mais demande de l'habitude et un entraînement aux hors sentiers pour arriver sereinement au sentier des Lataniers. Le parcours reste donc difficile dans son ensemble et ne doit jamais se pratiquer seul d'autant plus que le GPS n'est pas toujours très fidèle quand on descend dans les ravines encaissées. Il est préférable d'avoir un bon sens de l'orientation et de prendre ses repères avec les nombreux panoramas rencontrés lors de la traversée. Ce parcours de 1500 mètres prend 90 minutes, impose deux ou trois rampés de 2 mètres, comporte des bifurcations créant de l'hésitation et demande de l'attention constante tant pour l'orientation que pour la marche sur les hautes racines moussues des branles qui recouvrent l'arête. L'arrivée au sentier des Lataniers est un soulagement mais les difficultés ne sont pas terminées pour autant car ce dernier, de plus en plus délaissé par les autorités, se couvre de fougères, de longoses et surtout de jouvences cachant une grande partie du passage déjà étroit en en bord de ravin.

La randonnée débute à la fin du Chemin de la Ferme après une forte montée bétonnée vers la réserve d'eau. Le départ du sentier est facile à trouver car repérable aux vaches et taureaux enfermés dans un parc sommaire. On repère très facilement l'escalier en bois chevauchant les rochers servant de clôture au troupeau (Photo 1). Partir sur le sentier des Lataniers qu'on retrouvera en fin de boucle. Au bout de 50 mètres, ne pas manquer le discret sentier partant sur la droite dans les jouvences. Entamer une faible montée dans les goyaviers et longoses sur un sentier désormais bien marqué par la multitude  des passages (Photo 2). Très vite la pente s'accentue faiblement dans un bois de camphriers, très sombre lorsque l'on part aux aurores (Photo 3). La montée, un peu glissante, ne faiblit plus à travers des fouillis de végétation où dominent les fougères (Photo 4). On longe une ravine assez profonde puis le sentier franchit des passages boueux et glissants qui imposent de se maintenir fermement pour ne pas glisser (Photo 5). On a vite fait de déraper si l'on ne se maintient pas aux longoses, aux arbres tombés ou aux branches (Photo 6). Un passage rocheux quasi vertical et glissant en raison de la mousse humide, demande plus d'attention (Photo 7). Plus haut, on se trouve nez à nez avec une longue barre rocheuse qu'il faut contourner par la droite sur un sentier bien marqué (Photo 8). Après la barre, il repart sur la gauche et rejoint très vite le sentier officiel près d'un beau tamarin des Hauts. Partir sur la gauche et prendre tranquillement la direction du Piton Bâtard qui dépasse au-dessus des branles verts (Photo 9). Les barbes de Jupiter recouvrent les arbustes qui bordent le sentier d'où l'on commence à apercevoir les pitons du cirque de Mafate (Photo 10). Après la courte balade, le sentier monte par de hautes marches humides en direction du sommet (Photo 11). De là, en se retournant, on a sous les yeux l'immense forêt qui s'étend jusqu'à la Roche Ecrite tout en profitant d'une bonne partie de Mafate (Photo 12). Au sommet, repérer, dans les fougères, un sentier assez large qui se dirige vers une borne géodésique métallique en piteux état (Photo 13). Le sentier est bien marqué dans les fougères qui peuvent ici atteindre facilement trois mètres de haut, tombent au sol et obligent parfois à ramper un peu sur quelques mètres (Photo 14). C'est parti pour un kilomètre à longer le rempart de Dos d'Âne qu'on aperçoit fréquemment sur la gauche (Photo 15). La végétation est essentiellement constituée de branles verts qui remplissent de feuilles sèches le sac à dos et le col des vêtements (Photo 16). Arrive une magnifique zone de gros branles moussus où le cheminement s'effectue principalement sur les grosses racines moussues. Il faut se méfier des trous invisibles sous ces magnifiques mousses qu'il vaut mieux ne pas piétiner pour les conserver (Photo 17). Si tout s'est bien déroulé jusque là, se méfier du passage à partir des premières vues du piton Ravine à Marquet (Photo 18). En se retournant, on aperçoit tout le chemin qui vient d'être parcouru (Photo 19). Prendre à droite au premier embranchement de sentiers, sans doute issus de recherches infructueuses. Si on se trompe, ce n'est pas très grave car la trace s'arrête brusquement et impose un demi-tour. Il est de plus en plus difficile de suivre la trace dans les fougères qui refont leur apparition (Photo 20). Difficile de se perdre lorsque l'on est en ligne de crête mais il faut bientôt se préparer à plonger (Photo 21). On quitte les branles pour pénétrer sous les bois de couleurs très envahis de longoses sur une descente de plus en plus forte (Photo 22). La première ravine est étroite mais le fond couvert de feuilles devient une balade en sous-bois où il faut éviter quelques troncs et parfois se baisser pour les franchir (Photo 23). Ne pas manquer de repartir en rive droite de cette ravine à sec pour retrouver une longue portion de fougères où il est facile à nouveau de perdre la trace au sol (Photo 24). Après une nouvelle forte descente, on se retrouve dans le fond d'une deuxième ravine beaucoup plus rocheuse qui se termine au sentier des Lataniers, juste dans un lacet. L'aventure est finie et on repart vers Grand Coin par le sentier des Lataniers, tortueux à souhait au milieu des longoses et jouvences (Photo 25). Après de longs détours dans la forêt, on parvient au promontoire qui permet d'admirer le cirque de Dos d’Âne juste avant d'entreprendre la descente. Elle comporte de multiples lacets parfois abrupts, envahis de jouvences où il faut tout de même regarder où poser les pieds (Photo 26). En règle générale, la descente est suffisamment large pour marcher sans danger (Photo 27). Les lacets prennent fin alors qu'on est proche de Dos d’Âne mais il faut bifurquer sur la gauche pour une longue jonction qui s'effectue dans les longoses, les goyaviers et de plus en plus de vigne marronne. Le parcours prend fin dans une belle forêt de camphriers avant de rejoindre les bœufs près de la route (Photo 28).

Balises

Pas de balises

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

Se rendre à Dos d’Âne à partir de la Rivière des Galets - Poursuivre vers Grand Coin et se garer au plus près du départ du sentier des Lataniers - Passer l'escalier près du parc à bovins - Bifurquer à droite 50 mètres plus loin - Remonter le sentier étroit vers le sentier du Piton Fougères - Partir à gauche sur ce sentier vers le Piton Bâtard - Au sommet, partir à gauche sur le sentier marron et longer la crête jusqu'au Piton Ravine à Marquet - Rejoindre le sentier des Lataniers en empruntant le lit de deux ravines - Partir à gauche sur le sentier des Lataniers puis rejoindre Grand Coin.


Commentaire sur cette randonnée (1)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Christian Léautier, 12/08/2020 16:12
Randonnée complétée le 12/08/2020 en 4h30

Quel plaisir d'avoir reconnu "en avant première" cette boucle grâce à Ludovic. Montée au piton Bâtard sans problème car la trace est beaucoup plus nette que naguère ; du piton Bâtard au piton Ravine à Marquet paysages et panoramas sublimes ; ensuite on a un peu "bafouillé" pour ne pas se perdre! plusieurs "culs de sacs " envahis de fougères à droite, à gauche, tout droit.... mais maintenant grâce à la trace randopitons ce n'est plus un problème! ; ouf! enfin le sentier des Lataniers bien envahi de jouvences, que j'ai trouvé bien long mais tellement content d'avoir retrouvé une "autoroute"! J'ai bien aimé.

Randonnée ajoutée le : 08/08/2020