La source et le captage de Grand Bras depuis les Canots

Difficulté
Moyen
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 2h45
Distance 8.4 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1336 - 740 m
Dénivelé positif 600 m
Dernière mise à jour 29/04/2020

La panthère des longoses monte la garde

De nombreux commentaires font état de végétation importante sur le sentier vers le Makes. Le sentier Canal étant meilleur, effectuer un aller-retour sans tenter la petite boucle en cas de doute.

Lorsque l'on observe la carte de la région du Tévelave, on remarque qu'il y a tout autant de bleu que de vert. Ce sont les innombrables sources qui coulent toute l'année vers le sud et dont beaucoup ont été captées afin d'alimenter en eau les régions très peuplées de Saint-Louis ou l'Etang-Salé. Toutes les sources captées sont dotées d'un sentier qui permet d'aller régulièrement nettoyer les crépines ou les bacs de recueil des eaux. La meilleure manière de se promener dans ces lieux est d'attendre la fin du nettoyage afin de bénéficier d'un sentier défriché et très visible. Dans le cas contraire, il faut s'armer de plus de patience, marcher plus lentement ou user du coupe-coupe si les longoses ont trop envahi. Cette courte randonnée permet d'aller jeter un œil au captage du Grand Bras et de visiter ainsi une zone boisée méconnue des hauts du Piton la Croix.
Il est à noter que plusieurs de ces sentiers sont dorénavant interdits à la marche en raison de l'incivilité de certains randonneurs qui ont dû laisser plus de détritus dans ces endroits censés être propres que sur les sentiers habituels.

La randonnée débute après une longue route tortueuse qui monte aux cases éloignées du hameau de l'Entre-Deux au-dessus des Canots en direction du Piton Lacroix. On profite avant de partir des magnifiques panoramas sur la côte de Saint-Pierre jusqu'à Saint-Leu. La large piste traverse quelques champs et plantations de bananiers sur une pente assez forte ou le milieu est constitué de marches creusées dans la terre (Photo 1). Plus haut, la terre est maintenue par des fascines de goyaviers et une tuyauterie sert de fil d'Ariane (Photo 2). Cette large bande de marche cède ensuite la place à un sentier, le Chemin Canal, qui monte à pic en direction du Piton La Croix puis des Makes (Photo 3). Ce sentier est très glissant en règle générale sur plus de deux kilomètres et il faut s'en méfier, surtout au retour où les chutes s'effectuent vers l'arrière et peuvent faire mal aux fesses. Ce circuit est à éviter par temps de pluie. Il passe ensuite entre les longoses, goyaviers et quelques bois de couleurs sur des portions parfois très creusées dans la terre rouge (Photo 4). Ce ne sont pas les passages de randonneurs qui ont créé cette tranchée mais les travaux pour faire passer la canalisation. On arrive ainsi au premier croisement qui permet, en partant sur la droite, de rejoindre le sommet du Piton Lacroix pour un large panorama sur la côte. Il vaut mieux effectuer cet écart le matin avant que les nuages ne prennent position sur la hauteur. On poursuit, souvent à plat le long de la canalisation qu'on aperçoit par ci par là (Photo 6). On domine la vallée verdoyante du Grand Bras qui donne une bonne idée de la couverture végétale constituée en majorité de bois de couleurs (Photo 5). Après un bon kilomètre de marche, le sentier bifurque en un Y étroit. Il se prolonge à plat vers la gauche en suivant la courbe de niveau (mais on l'empruntera au retour) et se met à monter quand on bifurque à droite. Les racines des grands branles verts gênent parfois dans cette montée et il faut fournir un court effort (Photo 7). Les branles sont nombreux mais comme le sentier est moins pratiqué que la moyenne, les fougères et vigne ont tendance à l'engorger (Photo 8). La montée vers les Makes ne présente pas d'autres difficultés, le sentier est correct, étroit mais pas dangereux (Photo 8). Plus haut dans les branles verts, les goyaviers et les grandes fougères on rencontre un sentier en assez bon état qui bifurque à angle droit vers la gauche. Il ne faut pas le manquer car le prochain, assez proche, atteint le Piton des Merles et rallongerait trop la boucle. En cas de doute, surtout si les plantes envahissent l'endroit, il faut marcher jusqu'au croisement suivant et faire demi-tour en comptant 100 mètres avant de repérer la trace. Ce tronçon aux portions souvent glissantes et parfois très pentues traverse deux ravines, descend un rein et amène en 15 minutes à une tuyauterie de transport de l'eau et au sentier laissé plus haut, derrière de gros rochers. On bifurque alors vers l'amont dans une végétation encombrée de longoses (Photo 12) en suivant le tuyau et on arrive peu après à une typique et originale petite passerelle en bois (photo 15) sous laquelle on passe pour poursuivre jusqu'aux sources du Grand Bras. En prenant le petit sentier sur le côté, on peut s'approcher de cette propriété pour la voir de plus près sans violer pour autant la propriété privée. La passerelle est rustique et vu la météo de la région, doit pourrir facilement (Photo 16). Elle amène en quelques pas à une case totalement perdue dans les bois (photo 17) et qui doit servir sans doute aux ouvriers venus là pour passer quelques jours lors des réparations ou aux chasseurs de tangues. C'est là que la panthère des longoses (photo 18) monte la garde et attend ses propriétaires qui, vu les alentours, ne doivent pas venir chaque semaine ! Le lieu inspirera certainement les amateurs de camping sauvage à des kilomètres de la civilisation mais on n'entre pas dans une propriété privée sans autorisation. Reprendre très vite le sentier vers la source. La retenue d'eau, bétonnée et couverte de mousse, se situe dans un endroit sauvage qui plaira aux solitaires épris de nature (Photo 20). Les amateurs pourront poursuivre vers l'amont pour voir d'autres sources si les longoses ne cachent pas tout. Une fois les gourdes remplies à la source coulant dans les rochers (Photo 21), il ne reste plus qu'à faire demi-tour afin de terminer la boucle. Marcher jusqu'au sentier utilisé pour la descente et poursuivre tout droit. Cette fin de parcours s'effectue sur un sentier encore correct si on réussit à ignorer les longoses humides qui trempent encore plus les jambes (photo 23). Il est parfois étroit et très souvent en dents de scie ou en bordure d'à-pic peu dangereux grâce à l'importante végétation qui le borde. Il faut franchir des ravines également envahies et au fond rocheux glissant (Photo 24). On passe tout près de le Vierge de la Mousse (Photo 26) qui a été érigée là en 2009 et qui souffre depuis longtemps de l'humidité des lieux. C'est un des rares lieux de culte de la Réunion à n'avoir pas été érigé dans une grotte naturelle même si un semblant de toit moussu la recouvre. Ne pas manquer au passage la fine cascade de Source Nouvelle mais souvent cachée par la végétation (Photo 27). On rejoint assez vite la bifurcation en Y et on reprend à droite le Sentier Canal pour se diriger vers le Piton Lacroix. On peut à nouveau atteindre le sommet pour des panoramas différents en fonction de la luminosité (Photo 28), sinon, on retrouve le sentier creusé qui ramène aux plantations, à l'escalier en terre puis à la piste et au véhicule.

Balises

Pas de balises. Suivre les tuyaux

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

Se rendre à l'Etang Salé les Hauts et prendre la direction des Canots - Suivre la D19 jusqu'aux Canots puis bifurquer à gauche sur la route de l'Entre-Deux qu'on suit jusqu'à son terminus - Se garer près de la dernière station de bus Alternéo "Goyaviers" - Prendre le chemin qui débute à 10 mètres et traverse des champs avant de grimper fortement jusqu'au Piton La Croix - Contourner le piton par la gauche et longer le sentier jusqu'à une première bifurcation 1200 m plus loin - Obliquer à droite vers les Makes et marcher jusqu'au point le plus haut vers le Sentier du Malabar Mort - Au croisement suivant, bifurquer à gauche et suivre le sentier abrupt qui se termine à un croisement comportant le tuyau de transport de l'eau venant des sources plus au Nord - Tourner à droite, suivre le tuyau jusqu'au captage du Grand Bras et faire demi-tour - Poursuivre tout droit jusqu'à la rencontre du premier croisement de la randonnée et rejoindre le véhicule en reprenant le sentier large et bien entretenu du Piton La Croix.
On peut sans difficulté effectuer un petit détour par le sommet de ce piton qui permet de belles vues sur la côte.


Commentaires sur cette randonnée (15)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Sophie M, 30/05/2020 15:41
Randonnée complétée le 05/08/2018 en 5h00

Un vrai boulevard jusqu'à ND des Mousses, des portions ont été débroussaillées et même élargies ; néanmoins juste après c'est plus la jungle, le sentier en lui-même fait 20 cm de large et les longozes masquent bien le fait qu'il n'y a rien en contrebas donc bien serrer côté montagne et sonder les bords avec les bâtons. Quelques éboulis qui ont l'air récent, la terre a été tassée pour le passage mais il faut redoubler de vigilance car la terre glaise est toujours glissante. Sinon le plus gros du sentier était incroyablement sec !
Je n'ai pas fait la petite boucle par manque de temps mais j'ai remonté le sentier des Canots sur 200 m environ, juste pour voir, et c'était bien nettoyé... à confirmer pour la suite.
Le seul point noir (qu'il n'y avait pas les dernières fois où je suis venue) c'est le vacarme incessant de motos ou quads, qui n'en finissent pas de vrombir juste en face du sentier, de l'autre côté de la ravine... Assez pénible au bout de quelques minutes !
On peut quand même manger au calme au niveau du Camp Jacquelin qui est en retrait ou alors tout au bout du circuit...

Gabrenard, 02/01/2020 16:37
Randonnée complétée le 02/01/2020 en 4h45

Chemin réalisé aujourd’hui dans le sens inverse ( aller par la vierge de la mousse / retour par le sentier Canots ) ATTENTION ! Les temps indiqués ne sont plus valables du tout, nous avons mis 4h45 !! Dont 2 bonnes heures sur le sentier canots qui n’a plus que de sentier le nom, complètement impraticable.. mieux vaut faire l’aller / retour par la vierge de la mousse.

Mauve Barpel, 18/10/2019 00:57

Fais ce jour. Sentier bien agréable qui monte en escalier jusqu'au Y. (A gauche "ND des mousses", à droite "Canots"). Nous avons pris le chemin Canots et bien regretté de n'avoir pas de coupe-coupe... tant le sentier est envahi par les longoses, fougères et vigne marron (nous sommes rentrés avec une belle collection de griffures sur les bras). Nous avons trouvé le fameux chemin à gauche, mais au bout d'une heure de bataille avec les végétaux, n'avons toujours pas réussi à rejoindre la canalisation (censée être rejointe en 15 minutes? ) et avons fait demi-tour. Croisé un beau tangue sur le sentier, pas farouche du tout. Bien sympa et sauvage cette ambiance jungle, même si la boucle n'a pas été bouclée.

Sophie M, 06/08/2018 09:51
Randonnée complétée le 05/08/2018 en 5h00

En complément de mon précédent commentaire, si l'on ne fait que l'aller - retour par le sentier de la vierge des mousses, le sentier est encore correct ; plusieurs passages délicats sont facilités par des mains courantes. Pas loin de la source, cela commence à être bien boueux. L'oratoire est toujours aussi insolite avec son épaisse couche de mousse rose-violette ainsi que le camp Jacquelin, incongru à cet endroit. Calme garanti...

Sophie M, 05/08/2018 16:59
Randonnée complétée le 05/08/2018 en 5h00

J'ai fait la boucle complète aujourd'hui. On peut revoir la difficulté et le temps à la hausse. Jusqu'au Y, ça va... j'ai ensuite pris les Canots, on voit tout de suite la différence. La trace est visible mais il faut se faufiler constamment dans la végétation, écarter les plantes avec ses bâtons ou ses bras, s'accroupir, se protéger le visage contre des branches à hauteur des yeux... et pourtant on voit des traces de débroussaillage (fougères desséchées ou cassées tout le long) ; bizarrement la partie qui monte en pleine forêt est plus propre que les parties en crête, ce qui m'a incitée à continuer. Pour l'embranchement à gauche "à ne pas manquer", être très vigilant et surtout avoir la trace sur le gps... heureusement on marche tellement lentement qu'on a le temps d'analyser ce qui se passe autour !! Le descriptif parle ensuite de 15 minutes pour rejoindre la canalisation mais ce n'est plus vrai maintenant (plutôt 25-30). Un fouillis végétal pas possible, on tâtonne car certaines descentes sont raides et glissantes et on ne voit pas du tout où mettre les pieds, on imagine le déluge pendant Fakir. C'est 50 mètres avant de retomber sur la canalisation (j'entendais la musique qui vient de la case déserte !!) que j'ai tourné en rond pendant une dizaine de minutes. J'ai d'abord suivi ce qui me semblait le sentier puis arrivée dans une ravine étroite, trop de longozes, je ne vois plus vraiment de passage... je vérifie le GPS, je suis trop loin. Je remonte... j'essaie d'aller dans le sens du tracé mais trop de branches, de feuilles, de troncs en travers !! Je ne me voyais pas refaire tout le chemin dans l'autre sens alors que j'étais si près du but ! J'ai repris ma première intuition, je me disais qu'au pire j'avais 50 m pénibles dans une petite ravine... grosse invasion de longozes, pierres qui roulent sous les pas mais j'ai fini par y arriver ! Le reste m'a semblé une autoroute !! Les photos donnent une idée des passages.

Pinad, 24/06/2018 17:07
Randonnée complétée le 24/06/2018 en 3h30

J'ai fait la randonnée ce jour. Au lieu de prendre par le sentier canot je suis parti vers la vierge de la mousse. Endroit surprenant... en continuant plus loin je n'ai pas retrouvé la suite du sentier m'obligeant à revenir sur mes pas....
Ça reste un moment sympa, seul, sans rencontrer personne. La vue du piton la croix est sympa...

Jjju, 08/04/2018 16:40
Randonnée complétée le 08/04/2018 en 4h00

Je confirme qu en l état, il faut compter 4 heures, et prévoir de bonnes chaussures qui accrochent bien car ça glisseeeeeee pas mal sur cette terre argileuse.
Dommage que le sentier des Canots soit laissé à l abandont car il y a des portions vraiment pénibles mais les zoizos la vierge sont là pour nous motiver.
Merci pour cette belle découverte en totale immersion dans la nature tout en offrant de splendides points de vue sur le Sud, Sud-Ouest.
Attention si pas de GPS, la trace qui par à gauche pour redescendre est très difficile à repérer. Perso, je télécharge toujours le .gpx sur mon tel, ça évite des surprises

Fanch, 17/02/2018 15:52
Randonnée complétée le 17/02/2018 en 3h40

Je confirme les propos de YANO. J'ai emprunté néanmoins le chemin de droite (dit des "Canots"). Il est très envahi, de longs passages sont carrément bouchés par des mix de fougères, vignes et longoses souvent couchées. J'y ai rencontré une troupe de joyeux rôdeurs de tangs. Nul doute que dans quelques semaines, ce passage sera plus praticable. La jonction pour retrouver la canalisation est également en mauvais état et ne ravira que les amateurs de passages rugueux.
J'ai pu m'entretenir quelques minutes avec la panthère des Longoses qui ne semble pas disposer à lâcher prise : "des longoses, toujours il y en aura autour de ce camp" a-t-elle clamé.
Dépassé l'ouvrage de captage pour découvrir cette jolie cascade (voir Foto)
Actuellement, en l'état compter la boucle en près de 4h.

yano, 04/02/2018 21:23
Randonnée complétée le 04/02/2018 en 6h00

Nous sommes montés camper au camp thérésien en passant par le sentier à gauche du Y(plus ou moins dégagé par les ouvriers d'entretien du captage suite au passage de berguitta)qui est bien envahi de longoses.Le passage à droite étant très encombré de végétations.Le sentier est très boueux dans la dernière partie après Notre Dame des mousses.Le passage des raidillons dans les ravines est facilité par des cordes qui sont bienvenues!La présence de la canalisation sert de balisage tout du long du parcours.
Nous avons mis 3h avec des enfants pour arriver au captage.

Zorghk, 17/12/2017 09:18
Randonnée complétée le 16/12/2017 en 2h20

Je suis parvenu jusqu'au campement ou j'ai trouvé un barbecue en pleine action.
Chemin dégagé tout le long, si ce n'est quelques longosses qui frottent les mollets parfois.

Randonnée ajoutée le : 01/04/2012