De la route de l’Ilet à Cordes à l’Îlet Fleurs Jaunes

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 2h45
Distance 2.8 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1666 - 1285 m
Dénivelé positif 420 m
Dernière mise à jour 24/04/2020

A la recherche des îlets d’autrefois

C’est toujours un vrai plaisir de randonneur que de rallier, par des sentiers souvent oubliés, des îlets perdus dans les cirques. On y retrouve avec émotion des lieux qui ont abrité, durant plusieurs générations, des solitaires qui vivaient en altitude ou des esclaves évadés, se contentant du minimum vital et se nourrissant des seuls produits fournis par une nature ingrate ou de maigres cultures. La plupart de ces îlets ne comportent même plus de vestiges d’habitations. Les sentiers sont de moins en moins marqués et seront très vite recouverts de végétation si personne ne va rendre hommage aux lieux qui ont fait vivre nos anciens. C’est le cas de l’Îlet Fleurs Jaunes qui est un paisible plateau à 1650 m d’altitude et qui se rejoint par un sentier abrupt, étroit mais jamais dangereux.Les parties presque verticales sont sécurisées par des cordes qui facilitent grandement les ascensions. Les canyonistes doivent emprunter ce sentier pour redescendre ensuite la Ravine Fleurs Jaunes.

La randonnée débute le long de la route de l'Îlet à Cordes (Photo 1), immédiatement au bord de la route, près d’un petit parking de un à deux emplacements où s'érigeaient il y a quelques années des tables de pique-nique, détruites et disparues depuis longtemps. L'ascension commence entre les deux souches des grands filaos abattus en bordure de route. A la création de cette fiche, les arbres étaient fièrement debout en bordure de route : voir photo ci-dessous. Descendre en rive droite de la ravine et se diriger tout d'abord vers le petit bassin et sa mini chute quelques mètres en amont (Photo 2). La ravine Coin a bientôt terminé sa descente car le Bras Rouge est tout proche de l'autre côté de la route. Le point bleu d'une source apparait sur la carte à cet endroit. La trace qui amène ici les habitués laisse à penser que c'est le sentier ; ne pas oublier de redescendre la ravine pour trouver le véritable départ un peu envahi de longoses. Traverser la ravine en aval de la chute puis trouver le discret sentier qui file sur la droite pour longer quelques mètres du torrent. Très vite, en repartant sur la gauche, le sentier se met à monter fortement (Photo 3). Il grimpera ainsi sans discontinuer jusqu’au sommet du premier rempart. On bénéficie rapidement de quelques panoramas, principalement vers la ville de Cilaos (Photo 4). En face, on suit des yeux la longue cascade Pitsa (Photo 6) tombant des flancs du Gros Morne et de la Tête de Lion (1788 m). Plus bas c'est la Vallée encaissée du Bras Rouge et la route de l'îlet à Cordes où passent de rares véhicules (Photo 7). Enfin, sur la droite, ce sont les dents du Dimitile qui ferment l'horizon (Photo 8). Le sentier est étroit, moussu, bordé de brandes ou d'herbes en fonction de l'altitude (Photo 1). Deux passages assez raides et glissants seront facilités plus loin par des cordes à nœuds qui aident grandement durant l’ascension ou la descente (photo 10). La longueur des Barbes de Jupiter, accrochées par grappes aux arbres morts ou vivants en dit long sur l'humidité qui règne ici. Le sentier grimpe parfois très fortement et il faut s’accrocher aux arbustes ou aux branches quand on ne marche pas tout simplement à quatre pattes. En s'élevant les paysages s'agrandissent et on revoit très bien Cilaos. On franchit la Ravine Coin près d'une agréable cascade (Photo 11). La pente reprend, aussi forte avec les mêmes ingrédients. On arrive, après une heure de marche sur les bords d’un plateau qui fut l’emplacement de l’Ilet Fleurs Jaunes (Photo 12). Impossible d'apercevoir les traces d'une case. Soit elle était en bois, couverte de vétiver soit elle a été démontée et enlevée par l'ONF comme cela a été souvent le cas dans les cirques. Quelques pieds de dahlias ou des rosiers peuvent laisser imaginer que ces fleurs poussaient au plus près de l'habitation (Photo 13). Aucune culture bien sûr mais de magnifiques chênes qui bénéficient d’un bien meilleur climat que ceux restés plus bas au Plateau des Chênes (Photo 12). Ils sont beaucoup plus grands, plus massifs et leurs branches traînent au sol. Instinctivement, on cherche des yeux une tête de cèpe qui dépasserait de la mousse! De très nombreux eucalyptus ont également envahi les lieux. Le contraste est saisissant entre la montée et ce plateau très humide. Devant, l'impressionnante pointe rocheuse du Piton Fleurs Jaunes indique la direction à prendre pour s'approcher de la ravine un peu plus bas (Photo 15). Trouver le sentier qui part dans cette direction en visant la pointe rocheuse. Il est assez facile de traverser le plateau par un sentier qui descend dans les bois de couleurs où la trace est toujours visible. Quand on arrive en vue de la vallée au fond de laquelle coule la Ravine Fleurs Jaunes, on est tout d'abord surpris par le côté sauvage des paysages qui entourent le lieu (Photo 17). L'endroit est idéal pour les solitaires qui pourraient y dresser un bivouac. Le Col du Taïbit, très proche par la vue, l'est beaucoup moins par l'escalade (Photo 20). Se rapprocher enfin du bord de la Ravine Fleurs Jaunes, idéale pour une trempette ou un pique-nique si le temps s'y prête (photo 21). Par temps sec, on peut se promener partout sur cette importante surface dominée par le Taïbit, le très pointu Piton Fleurs Jaunes et le Grand Bénare. Le ruisseau coule calmement entre les roches bordées de hautes herbes (Photo 22). On peut également visiter l'amont de la rivière en la suivant au plus près à la recherche de bassins (Photo 23). Plus haut, les zones marécageuses bordent le ruisseau qui ne fait qu'un mètre de largeur (Photo 24). C'est en regardant vers les sommets du Piton Fleurs Jaunes ou du Grand Bénare qu'on ne peut s'empêcher de penser à ces esclaves qui franchissaient ces murailles au risque de leur vie pour la simple nécessité de se sentir libres. Après avoir flâné le long du torrent ou sur le plateau à la recherche de fleurs, d'arbres fruitiers ou plantes rapportées par l'homme, on peut se rapprocher du rempart et entreprendre la descente vers la route de l'Îlet à Cordes. Attention à cette descente où tout faux mouvement peut entraîner une belle chute (photo 27). Heureusement les plantes sont toujours là pour se cramponner (Photo 28).

Balises

Pas de balises

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.

Itinéraire

Se rendre à Cilaos puis suivre la route de l’Ilet à Cordes – Passer le départ du sentier du Taïbit puis rouler 600 mètres avant de se garer 5 mètres après la Ravine Coin - Débuter la randonnée en passant entre les deux souches de filaos et en traversant à gué la ravine – Prendre l’étroit sentier qui part sur la droite et débuter par un premier raidillon – Passer les deux cordes à nœuds et poursuivre jusqu’au sommet du premier rempart – Redescendre vers l’Îlet à Fleurs Jaunes en profitant des paysages, vestiges rares, chênes et rejoindre la Ravine Fleurs Jaunes – Le retour s’effectue par le même itinéraire.

Pour ne pas manquer le début du sentier

600 m après le départ du sentier du Taïbit, on rencontre la ravine Coin. Se garer près de la barrière bois (à gauche sur le cliché). Le sentier débute entre les deux filaos dont on voyait bien le tronc de celui de gauche depuis la route. Il faut désormais rechercher les deux souches au même endroit !


Commentaires sur cette randonnée (10)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
markus, 18/03/2020 16:03

Encore fait cette jolie ballade la semaine dernière...3 petits secteurs m'ont donné (un peu) de difficulté question orientation.
1) Au départ, lorsqu'on suit le sentier qui part de la route, rive droite de la ravine, si on traverse à gué là où le sentier s'arrête , il faut continuer tout droit, perpendiculairement à la ravine! Le début du sentier est presque invisible sous les longoses; si on prend le sentier bien dessiné qui longe la ravine (rive gauche), on arrive vite sur un rocher déjà ardu à franchir, mais après, cela devient de plus en plus périlleux! - le sentier était un faux...
2) Au retour, en suivant le sentier bien net à cet endroit, je suis tombé sur une pente bien raide (j'ai même pensé un court instant qu'il y avait eu un éboulis depuis ma montée!) juste avant la ravine Coin...en fait, il faut revenir en un peu moins d'une centaine de mètres en arrière, et, sur la gauche, à peine visible car envahi par les longoses, partant à angle aigu, on retrouve le bon chemin...le mauvais chemin (l'ancien) reste bien dégagé, alors que le bon (le nouveau créé après un éboulis?) est presque invisible sous les longoses (le problème ne se pose pas à la montée; on retrouve l'embranchement des 2 sentiers au bord de la ravine, là où il y a un cairn bien placé...ici, c'est le bon sentier qui est bien tracé.)
3) Sur le plateau, à un moment, le sentier disparaît dans une belle petite prairie (il y a là de magnifiques rosiers): en fait, il continue en face, mais est obstrué par quelques chutes d'arbres, on peut contourner l'obstacle par un large demi-cercle sur la droite, et, si on ne retrouve pas le sentier, de toutes façons la ravine fleurs Jaunes n'est pas très loin, et la direction se trouve intuitivement très bien grâce au relief (juste, si on bute sur une petite ravine, ne pas la traverser: la longer plus ou moins, elle aboutit à la ravine Fleurs Jaunes).
Voilà, facile de s'égarer un peu, difficile de se perdre vraiment...comme toujours, le plateau où coule Fleurs Jaunes est un enchantement...

markus, 09/05/2019 16:24

Jolie randonnée sportive faîte la semaine dernière; le sentier est toujours bien visible, même sur le plateau (quoique beaucoup plus discret), sauf en s'approchant du ruisseau, mais, alors, il suffit de se laisser guider par la musique de l'eau...juste avant de descendre sur le plateau, un sentier monte sur la droite vers la crête; très vite, ce sentier devient très technique (est-ce encore un sentier?), mais la montée est courte, les branches nombreuses pour s'accrocher, et les panoramas, de la crête, sont somptueux. On peut redescendre directement sur le plateau de là-haut à travers une jolie forêt moussue...

Christian Léautier, 26/04/2019 14:18
Randonnée complétée le 25/04/2019 en 3h00

Pour remercier Fanch de sa réponse: "Un homme averti par Fanch en vaut 2"

Fanch, 25/04/2019 20:40
Randonnée complétée le 19/12/2016 en 4h00

Cher Christian, ce fut effectivement une bien belle sortie. Mais suivre le ruisseau demeure périlleux. Je me souviens notamment d'un cassé de 5-6m qui m'avait donné du fil à retordre

Christian Léautier, 25/04/2019 18:21
Randonnée complétée le 25/04/2019 en 3h00

Je réponds à Thibz qui n' a pas trouvé l'ilet. Vous dîtes être arrivé sur le plateau et d'ailleurs il ne peut en être autrement vu le sentier d'abord abrupt plus au final plat .Eh bien oui, vous êtes arrivé à l'ilet en attestent les photos du site 18, 19 et 20 prises à l'ilet même mais comme très souvent,lorsqu'on découvre un ilet, il ne reste plus grand chose (un muret, un manguier..) ou même rien...là où c'était habité il y a 100 ans...Oui, dans le top 5 des ilets abandonnés. Ca me donne envie de revenir pour cette rando difficile mais courte et suivre à partir de l'ilet le ruisseau pour retrouver le haut du canyon Fleurs Jaunes (voir le commentaire de Fanch-19/12/2016)

Thibz, 25/04/2019 16:47
Randonnée complétée le 24/04/2019 en 4h00

Je confirme que la montée est ardue mais largement faisable (sans être trop débutant). En revanche il n'y a plus de sentier une fois arrivé sur le Plateau. Même l'accès au plateau est limite. Sans GPS nous nous sommes perdus une petite heure sur le plateau sans trouver l’îlet... En tout cas pour l'effort de la montée on aime.

Jacques K, 15/04/2019 16:15
Randonnée complétée

Le plateau de l'ilet commence a être envahi, faut chercher un peu le sentier. super rando

cedric berthet, 17/10/2018 13:13
Randonnée complétée le 13/10/2018

Quand tu pence qu'ils y avais des gens qui habiter la haut ....un grand respect pour eux .merci

Fanch, 19/12/2016 16:21
Randonnée complétée le 19/12/2016 en 4h00

Un bel effort en peu de temps mais cet Ilet vaut vraiment le coup d'oeil. Quel retraite parfaite! Si je m'étais écouté un peu plus je me serai bien assoupi. Au lieu de çà, j'ai préféré suivre le ruisseau pour retrouver le haut du canyon fleur jaune. Evidemment, faut aimer se griffer et sauter de roche en roche. Un peu plus bas, on retrouve le point de départ des canyonneurs et il n'y a plus qu'à passer le passage vertigineux en via ferrata. Pour cela, ne pas oublier baudrier et longes.

Aurélie Grondin, 08/05/2016 19:04
Randonnée complétée

La montée est assez difficile pour les petits gabarits compte tenu des "marches" hautes . La végétation et les 2 cordes aident énormément à évoluer dans le sentier. Le sentier est etroit sur certains passages . Ne pas hésiter à faire des pauses pour profiter de la vue et faire quelques photos. Le plateau des chênes (des vrais pas des platanes souvent confusion ) est l'occasion de récupérer. Sur le retour , aidez vous de la végétation des cordes ou bien sur les fesses ;)
Rando accomplie le 8 mai 2016. Temps magnifique et vues imprenables

Randonnée ajoutée le : 01/03/2012