Du Tévelave à l'Ilet du Noir Mort

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Faible
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 1h45
Distance 3.9 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1068 - 930 m
Dénivelé positif 300 m
Dernière mise à jour 18/09/2018

Comme un goût d'inachevé

Le sentier de l'îlet du Noir Mort et celui qui descend vers la Ravine des Avirons sont de plus en plus envahis par les pestes végétales. Il peuvent encore intéresser les curieux mais découragera les autres. Peut-être que les captages dans la région imposeront à une compagnie des eaux ou à l'ONF d'entreprendre des remises en état. A suivre et repérer lors d'un passage au plus près lors de la randonnée du Sentier des Ouvriers par exemple. On peut encore effectuer la boucle sans problème et laisser les autres sentiers.

Cette randonnée est la dernière partie d'une magnifique qui s'effectuait sans problème autour de Tan Rouge en passant par le Plate et le Tévelave. Un sentier est désormais fermé d'une grande barrière, devenu sans doute propriété privée ; un autre est fermé par la végétation est n'est plus praticable. Cette courte sortie est donc une espèce de pèlerinage afin de voir si toutes les zones seront bientôt fermées, en débutant au Tévelave. Le secteur, comme le montre le sentier, est peu pratiqué mais des rubalises sur des arbres près de l'Îlet du Noir Mort montrent bien que des amateurs de sentiers marrons l'ont marqué afin qu'il ne soit pas oublié. Avis aux découvreurs, aux aventuriers ou simplement aux amateurs.

La randonnée débute au parking du Sentier des Ouvriers et en longe une courte partie avant de bifurquer sur la gauche dans les grandes fougères et les cryptomerias. Il est tout d'abord plat et facile d'accès (photo 3) puis il commence à descendre à l'emplacement de l'Îlet du Noir Mort désormais recouvert d'une forêt de jeunes cryptomerias (photo 8). Après avoir traversé la zone, le sentier rencontre un ouvrage hydraulique cimenté et descend de manière très abrupte sur un long escalier en planches de tamarin (photo 6). Il revient à la normale quelques centaines de mètres et pénètre dans une forêt de bois de couleurs de plus en plus envahie de goyaviers. La pente devient impressionnante. Il ne faut pas quitter des yeux les rares rubalises. Si on a le courage, on peut pousser plus bas jusqu'à la ravine de Jeanne. Sinon, on fait demi-tour (voir carte) et on retrouve plus haut l'ouvrage du service des eaux. Près de cet ouvrage débute un sentier qui descend, lui aussi à pic, vers la passerelle qui enjambe plus bas la ravine des Avirons. Le sentier, utilisé pour la maintenance des tuyauteries, comporte de très hautes marches bétonnées, noyées de longoses (photo 9). Hélas, ce n'est pas un temple oublié qu'on découvrira plus bas mais un éboulis assez court mais qui a entraîné avec lui une remorque de vigne marronne infranchissable. Il faut donc faire demi-tour ou jouer du coupe-coupe) et attendre qu'une fuite d'eau impose aux équipes d'entretien d'aller effectuer les réparations et pour cela dégager le sentier. Le retour s'effectue soit par le sentier pris à l'aller ou par la route pour profiter des belles vues sur la forêt de cryptomerias durant la descente.

Balises

Pas de balises, elles sont surtout sur le sentier des Ouvriers

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.

Itinéraire

Se rendre à l'Etang Salé les Hauts puis au Tévelave - Traverser le village en direction du Maïdo puis garer le véhicule au départ du sentier des Ouvriers - Suivre le sentier jusqu'à la route, la longer puis reprendre à gauche le sentier des Ouvriers - 300m plus loin, prendre le sentier qui débute à gauche sous les cryptomerias et le suivre jusqu'à une cuve bétonnée de recueil des eaux - Prolonger par le sentier qui part sur la gauche de l'ouvrage bétonné et arriver à un bois de cryptomérias (photo 7) qui représente l'emplacement de l'Ilet du Noir Mort - Un sentier traverse l'îlet et descend dangereusement vers le Bras de Jeanne (rubalises) : choisir de le suivre ou non - Faire demi-tour pour rejoindre la cuve bétonnée et retrouver le départ du sentier qui part à gauche et descend vers la passerelle sur la Ravine des Avirons - Si le sentier n'a pas été dégagé refaire demi-tour pour rejoindre le départ du sentier - Au Sentier des Ouvriers, prendre à gauche et retrouver plus haut la route forestière - Tourner alors vers la droite et rejoindre le véhicule en longeant la belle route forestière.


Commentaires sur cette randonnée (3)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Matthieu, 18/09/2018 15:36
Randonnée complétée le 18/09/2018

Le sous-titre de cette randonnée est à l'image de ce que j'ai vécu aujourd'hui... un goût d'inachevé ! Est-ce que quelqu'un est repassé sur la partie du sentier entre l'ouvrage hydraulique et le (soi-disant) emplacement de l'îlet du Noir Mort dans la forêt de cryptomérias, depuis JPG, puis Fanch et Martial il y a plus de deux ans ? Je dirais que non... que de fougères, longoses, goyaviers, galaberts et vignes marronnes ! Résultat : une bonne heure de sabre pour moins de 500 m en distance, je voyais à grande peine les vestiges des marches en tamarin. J'ai fait une partie de la descente (vertigineuse en effet !) dans la ravine du bras de Jeanne, mais j'ai dû faire demi-tour au beau milieu à cause d'une zone infranchissable de vigne marronne. Bravo à Fanch et Martial, car ça n'a pas dû être de tout repos pour atteindre le lit de la rivière. J'ai cherché d'autres passages depuis la forêt de cryptomérias pour descendre dans le fond de la ravine, mais sans succès. Aux dires de Jean-Daniel Lépinay, pépinieriste et guide pei au tévelave, l'îlet du Noir Mort se situerait en fait aux abords du confluent du bras de Jeanne et de la ravine des Avirons. Si quelqu'un est intéressé pour (re-)tenter l'aventure, soit par cet itinéraire, soit depuis le pont de la ravine des Avirons (en aval, sur la route H. Delisle) par le lit de la rivière, je suis partant !

Fanch, 20/04/2016 20:25
Randonnée complétée le 20/04/2016 en 6h00

Je confirme les dires de Martial puisqu'ayant participé à cette belle aventure. Je dirai même que la descente vers la Ravine Jeanne peut s'avérer périlleuse pour des randonneurs peu avertis aux passages hors sentiers. A éviter scrupuleusement après la pluie. En revanche, la visite des sources captées se fait sans problème, notons tout de même de hautes marches casseuses de quadriceps pour atteindre les captages.

Martial, 20/04/2016 18:21
Randonnée complétée le 20/04/2016 en 6h00

20/04/2016 Sortie réalisée aujourd’hui, pour arriver à l'ilet du noir mort, très facile, par contre la descente dans la ravine du bras de jeanne est une autre histoire. Ce qui explique surement notre différence de temps de rando par rapport à la fiche qui annonce 1h45, nous en mettrons 6. Nous réussirons à atteindre la ravine du bras de Jeanne après une descente très sportive dans le rempart, la remontée l'est toute autant. Nous nous dirigerons ensuite vers les sources captées après l'ouvrage bétonné, le sentier est propre jusqu'aux sources, il à été nettoyé récemment, surement suite à des travaux. Nous avons tenté d'atteindre la vieille passerelle de la ravine des avirons mais impossible de traverser la zone de galabert, mais tout espoir n'est pas perdu car nous n'avons pas forcément trouvé le bon passage. Une sortie qui ravira les aventuriers de tout poils.

Randonnée ajoutée le : 01/03/2012