Une boucle vers Grand Bassin par Bois Court et le Sentier Mollaret

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Excellent
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 6h
Distance 13.9 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1652 - 684 m
Dénivelé positif 1050 m
Dernière mise à jour 08/01/2021

Le sentier Mollaret laisse toujours des souvenirs

La fiche a été refondue fin 2018 pour trois raisons : Des travaux sur un éboulis et un imposant chantier de transport de l'eau ont modifié le paysage ; un nouveau sentier au Piton Doré évite un long détour sur route pour revenir au point de départ ; le sentier Mollaret, bien que très bien réhabilité, attire peu de randonneurs et une nouvelle description plus détaillée produira peut-être l'effet inverse. Pour des explications sur le Voile de la Mariée et les cascades qui l'entourent, voir la randonnée aquatique à Grand Bassin.

Du belvédère de Bois Court, on a du mal à imaginer, en observant Grand Bassin situé 700 m plus bas, que plus de 200 personnes vivaient là au siècle dernier de la récolte de fruits et légumes ou de la cueillette du café. Désormais, c'est une quinzaine de familles qui s'accrochent encore à cette vallée encaissée, vivant principalement du tourisme. L'école a été définitivement fermée en 1995 et se transforme lentement en ruine. Un monte-charge permet de transporter les matériaux lourds et le ravitaillement plusieurs fois par jour. Les très nombreux randonneurs qui empruntent ce circuit parmi les plus classiques de l'île, descendent à Grand Bassin et remontent en général par le même sentier, le jour même ou le lendemain après avoir passé la nuit au village. Mais la partie la plus sportive se trouve de l'autre côté, lors de la remontée sur les flancs du Piton Bleu par le Sentier Mollaret. Il a été très correctement remis en état même si la vigne marronne tend à reprendre ses droits et une nouvelle portion a été créée le long des prairies pour éviter de longer le Piton Bleu et Lepervanche avant de revenir vers Bois Court par près de 6 km de route. De la route, il y en aura pourtant, mais elle est étroite, bucolique, pastorale et offre par beau temps de magnifiques vues en direction du Volcan.
On peut également profiter d'une halte dans le village pour se rendre sur le très acrobatique et vertigineux circuit du Captage du Bras de Sainte-Suzanne.
On a le temps, lorsqu'on effectue cette boucle, de prolonger sur quelques écarts pour profiter des paysages aquatiques de la région.
Pour les randonneurs n'habitant pas la région ou les touristes de passage, débuter la randonnée après avoir admiré les panoramas depuis le promontoire en bois érigé au-dessus du vide à deux pas de l'ancienne horloge à eau (voir § ci-dessous). On peut y voir le Coteau de Cendres, le Bras des Roches Noires, l'Îlet Commandeur et le Piton Rouge vers le Bras de Sainte-Suzanne, ainsi que le village de Grand Bassin et le Voile de la Mariée.

La randonnée débute à Bois Court près de l'ancienne horloge, du belvédère et des kiosques où les marchands viennent en fin de semaine proposer leurs produits à la vente. Ne pas manquer l'originale Vierge dans sa niche en losange : Notre Dame de la Médaille Miraculeuse. Marcher vers le Chemin Thomas Payet à 300 m de là. Un sentier, partant sur la droite, en faible descente, rectiligne (Photo 2) gagne le bord du rempart puis il plonge littéralement vers Grand Bassin en débutant par des marches bétonnées, parfois hautes (Photo 3). Un parcours terreux et rocailleux remplace le béton (Photo 4). Les lacets sont nombreux et parfois raides jusqu'à la falaise sur la droite où la marche est beaucoup plus aisée. Franchir un éboulis récent très bien sécurisé (Photo 5), passer devant un oratoire dédié à Sainte-Rita et poursuivre à plat jusqu'à une nouvelle série de lacets. On passe au plus près des installations de pompage de l'eau venant des nombreux captages de la région de Grand Bassin. De nouvelles canalisations, doublées, ont été installées sur les anciennes. Ce très gros chantier a modifié le paysage par de longues saignées disgracieuses qui descendent le rempart (Photo 9). Des passerelles grillagées et des escaliers contournent désormais ces ouvrages qui se passent sans effort. Les vues sur les vallées, le village de Grand Bassin ou le bassin du Voile de la Mariée compensent le rouge et le noir des tuyauteries (Photo 6). Lorsque les tuyaux plongent vers les cases, le sentier se poursuit vers le Bras Sec pour contourner le Petit Coteau et parvient dans des zones ombragées couvertes de bibassiers. Encore quelques lacets sur cailloux et on parvient à une passerelle étroite qui enjambe le Bras Sec (Photo 10) et amène aux premières cases depuis longtemps transformées en maisons d'accueils des touristes et randonneurs. Toutes sont propres, colorées, entourées de jardins fleuris et donnent envie de rester là pour quelques jours (Photo 11). Un point d'eau se situe au premier croisement. C'est là qu'on décide de rendre visite aux cascades ou de poursuivre vers le sentier Mollaret. Prendre alors à droite et marcher entre les murettes de pierres sèches et sous les arbres fruitiers en direction de la petite chapelle (Photo 13). Débute alors une pente douce qui permet de franchir les 100 m de dénivelée jusqu'au croisement avec le sentier Mollaret. On longe des petits champs ou vergers et de nouvelles cases, toujours aussi fleuries. Ralentir au pont métallique et repérer le départ vers le Piton Bleu (voir § ci-dessous). Le sentier débute discrètement dans les goyaviers après avoir enjambé la canalisation venant des sources du Bras de Sainte-Suzanne. Il ne paye pas de mine par ses portions boueuses et son étroitesse. Des roches un peu partout, des racines, des bois de couleurs ayant du mal à résister à l'envahissement des goyaviers et jamrosas font craindre le pire. Mais, très vite, le sentier devient propre et d'importants travaux de sécurisation rassurent. Les câbles de sécurité sont omniprésents et protègent du vide qui donne sur la ravine à droite (Photo 14). Elle est sombre, profonde, creusée de toutes parts de grottes et de failles et semble dangereuse. Les câbles continuent dans des parties boisées où la marche s'effectue sur des racines (Photo 15). Une assez longue partie se recouvre petit à petit de longues tiges de vigne marronne qui griffent au passage et peuvent même justifier l'emploi d'un coupe-coupe. Les vignes s'estompent et le sentier, très caillouteux et moussu, frôle quelques gros spécimens de bois de remparts. La pente est correcte mais devient plus importante en arrivant dans le Parc National (Photo 16). Les rochers grossissent, les marches en bois font leur apparition entre celles en pierres et les racines (Photo 17). Il faut souvent s'aider des mains pour faciliter la montée (Photo 19). Les premières échelles arrivent également et aident au franchissement de passages verticaux délicats. Une petite source d'eau fraîche canalisée dans un fin tuyau peut désaltérer en cas de nécessité. Les portions plates sont courtes, rares mais bienvenues pour reposer le souffle et les muscles (Photo 20). La pente reprend de plus belle et alterne lacets courts et abrupts, roches, racines, parties protégées, marches taillées à même le rocher (Photo 22). On parvient enfin à une haute falaise de roche basaltique qu'il faudra longer sur près de 300 mètres. Le sentier est en bord de ravin mais un long câble fixé à la falaise rassure (Photo 24). Quelques lacets, une échelle pour franchir les hauts rochers d'une ravine (Photo 25) et on se retrouve enfin, après deux heures de grimpette à un passage de clôture marquant la fin de la montée. C'est parti pour un kilomètre de bonheur dans une végétation verdoyante de fougères, arums, jouvences, branles gris et fuchsias sur un sol pratiquement plat qui longe une nouvelle ravine profonde (Photo 26). Des clôtures barbelées, une échelle pour la franchir et des poteaux de l'ONF indiquent plusieurs directions car on arrive au nouveau sentier qui vient d'être créé (Photo 27). Délaisser le sentier de gauche qui part vers le GRR2 et prendre à droite, traverser les branles et rejoindre les prairies où un itinéraire a été spécialement installé le long des prairies occupées par des bovins de toutes les couleurs. On rejoint la route pour entamer la dernière étape qui s'effectue sur une petite route étroite et peu fréquentée. Beaucoup de verdure, des prairies, de belles petites fermes, des oiseaux ou des panoramas sur la Plaine des Cafres permettent d'oublier pour 30 minutes le goudron (Photo 28). On rejoint très vite le grand parking qui entoure Notre Dame de la Médaille Miraculeuse pour aller voir depuis le belvédère tout le chemin parcouru depuis le départ.

Balises

Rares balises blanches

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

De la Plaine des Cafres, rejoindre le point de vue de Bois Court - Garer le véhicule - Emprunter la route puis le Chemin Thomas Payet et rejoindre le bord du rempart - Suivre le sentier passant par la station de pompage et la passerelle indiquant le début de Grand Bassin – Au premier croisement marcher vers la droite et rejoindre la chapelle du village – Poursuivre en longeant la rive gauche du Bras de Ste-Suzanne jusqu'à une passerelle métallique - Prendre à droite en enjambant la canalisation et entamer la montée vers le Piton Bleu - Escalader les pentes assez raides du sentier Mollaret – Poursuivre dans une belle forêt jusqu'au nouveau sentier qui part vers le Piton Doré – Au croisement, prendre à droite la route ramenant à Grand Bassin par le chemin Doret pour rejoindre le point de départ.

Le départ du sentier Mollaret

Le sentier historique a été modifié au départ. Il se trouve facilement malgré sa discrétion en suivant les conseils suivants : Marcher jusqu'au petit pont métallique qui enjambe une courte ravine, affluent du Bras de Sainte-Suzanne. On ne peut pas manquer la canalisation qui est parallèle au pont. A une dizaine de mètres, une marche d'escalier a été créée par des cailloux enfermés dans du grillage. Utiliser cet assemblage pour enjamber le tuyau et débuter sur le sentier Mollaret.

L'Horloge à eau de Bois Court

L'horloge hydraulique de Bois Court a été détruite par les vents volents d'un cyclone. Elle fonctionnait selon le principe des anciennes horloges égyptiennes à eau qui marquaient le temps à partir d'une certaine quantité de liquide qui tombait régulièrement dans des récipients gradués. Le cycle de l'eau à la fois dans les sphères (douze sphères) et les sphères des minutes (29 sphères) est entretenu par un balancier qui actionne dans une sphère haute une cuillère qui déverse régulièrement une même quantité d'eau dans des siphons.
Ces siphons, au nombre de 4, ont un diamètre de plus en plus important au fur et à mesure que l'on approche du réservoir inférieur. L'eau est aspirée par les siphons qui entretiennent ainsi une dépression qui alimente en eau les sphères heures/minutes.
Les coupelles des minutes se remplissent toutes les deux minutes, le remplissage de la 29ème coupelle déclenchant 2 minutes plus tard la vidange complète de la colonne minute et le remplissage d'une heure supplémentaire. Le mélange est constitué de 14 litres d'eau et de 14 litres d'alcool à brûler coloré par du bleu de méthylène. La mise à l'heure de l'horloge s'opère à partir d'une pompe électrique commandée par un micro-ordinateur.
La précision de cette horloge est celle d'une horloge mécanique.Texte recopié sur l'horloge à eau de Bois Court.

Un petit film de Guillaume

Quelques secondes de la descente vers le Voile la Mariée en compagnie de ses amis.


Commentaires sur cette randonnée (141)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Micka Spat, 17/10/2021 15:18
Randonnée complétée il y a 5 jours en 4h30

Super parcours, petit détour par la cascade c’est magnifique.

Merci pour le partage 👏🏼 Votre site et super et votre travail formidable 👍🏼

Rone, 08/10/2021 20:00
Randonnée complétée le 08/10/2021 en 4h00

Superbe rando malgré le temps très couvert. Le chemin mollaret est raide mais très très bien entretenu. Félicitations à ceux qui gèrent cet entretien. Nous n'avons rencontré personne, à recommander à ceux qui recherchent un peu de solitude.

Lizan, 27/09/2021 19:49

Christian L, 20/09/2021 16:39
Randonnée complétée le 11/02/2018 en 5h30

@AurélieMab : Qu appellez -vous cascade de Grand Bassin ? Si c est le Voile de la Mariée, elle ne fait partie de cette rando mais d'une autre intitulée "une randonnée aquatique à Grand Bassin..." Pour le Voile environ 2h15 pour 5 km200. Pas de véritables échelles mais des "escaliers" métalliques ou en arrivant à Grand Bassin une longue passerelle métallique à claire voie qui peut rebuter un chien. Pour le mien je le traîne en laisse pour traverser mais rien de bien méchant.

AurélieMab, 20/09/2021 14:56

Bonjour, combien de temps et quelle difficulté pour faire Bois court jusqu'à la cascade grand bassin ?
Je suis avec un chien (échelles à éviter) et un bébé en sac ventral. Merci 😊

djibey, 17/09/2021 14:55
Randonnée complétée le 17/09/2021 en 3h40

Finie ce matin en un peu plus de 3h (mais j'ai triché, on m'a pris en stop sur la partie bitumée 😁) donc j'indique 3h40 pour les 3km restants.
Descente vers Grand Bassin agréable, sentier en super état.
Mollaret qui grimpe très fort mais jamais piégeur, très bien équipé et propre. Vraiment agréable !

Sakarak, 15/07/2021 17:57
Randonnée complétée le 16/07/2021 en 4h50

Rando faite aujourd'hui avec détour jusqu'à la cascade (rajoutez 2 km mais sans réelle difficulté). On a mis environ 5h40 avec quelques pauses, mais la montée du sentier Mollaret, dur dur, après ça fait 6 mois qu'on n'a pu faire de petites escapades ce qui explique sûrement, mais ca se fait bien. Le retour par la route est effectivement long, mais sans difficultés, on était juste cramés :-).
Le circuit est TOP, des paysages changeant, apeu près 5 bien différents, quelques point vertigineux (mais franchement ça va), et le village ! Magnifique.
La montée Mollaret est difficile, mais la boucle vaut la peine.
Merci Rando Piton de la proposer.

Paul St Jo, 07/07/2021 10:34

Faite en 07h30 avec AR à la cascade en mode ballade avec des pauses goyaviers, casse croute et petit café au gite. Belle ballade. Le sentier Mollaret marque le coté sportif de la ballade. Pas de vue à part quelques trouées dans la végétation. Par contre belle récompense sur la fin avec un changement radical de la végétation. Dommage pour les 3.5 kms de marche sur le bitume afin de rejoindre la belvédère. Ca passe quand même bien si le temps est découvert avec des beaux panoramas sur le Dimitille, piton bleu et les plaines.

Alizon, 06/07/2021 15:16
Randonnée complétée le 06/07/2021 en 4h40

Faite aujourd'hui en 4h45 ! Très jolie rando, la végétation a poussé à certains endroits, mais rien de catastrophique non plus, suffit d'être un peu vigilant de là où on met les pieds. La forêt est magnifique, d'autant plus belle au fur et à mesure qu'on monte. Et la vue une fois arrivé au plateau en haut, sublime !

Martial, 19/06/2021 14:23

@badine, j'ai lu avec intérêt votre commentaire et la réponse de Christian qui est tout à fait parfaite ; je viens cependant rajouter mon grain de sel; effectivement le kilométrage est bien celui indiqué par Christian ; pour arriver au 20 kilomètres, il faut poursuivre jusqu'à mare à boue et revenir sur bois court par la route du piton bleu ; nous le faisions souvent à une époque et mettions environ 4h, en courant sur la route ; les sportifs mettaient beaucoup moins, mais sans l'ar vers la cascade.
Ceci pour vous dire que les temps ne sont qu'une indication et peuvent être très différents d'une personne à l'autre.

Randonnée ajoutée le : 01/11/2018