Point de vue sur la Plaine des Sables par le sentier marron de Grand Coude

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Excellent
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 7h
Distance 16.2 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 2411 - 1179 m
Dénivelé positif 1400 m
Dernière mise à jour 17/05/2021

En avant, marchesssss, tous au Morne

Cette fiche annule et remplace celle de la difficile montée au Morne Langevin par le sentier marron de Grand Coude que beaucoup de randonneurs ont tenté et perdu des yeux avant, parfois, de faire demi-tour. Fini les demi-tours ; il est désormais impossible de s'égarer.

Le sentier marron de Grand Coude au Morne Langevin n'était connu que des braconniers et chasseurs de larves avant la parution de la fiche sur Randopitons en 2012. Depuis cette publication, il s'était élargi des multiples passages mais n'en demeurait pas moins compliqué à suivre tant par la pente empruntée que par la difficulté de suivre la trace des yeux. Même les précisions très détaillées du départ ne suffisaient pas à certains randonneurs qui abandonnaient après plusieurs essais infructueux. Ca y est, c'est fini et bien malin le marcheur qui pourra dire s'être égaré ! De l'église de Grand Coude jusqu'au Pas des Sables, le seul effort à fournir est de monter sans discontinuer l'escalier de plus de 2000 marches. Cette magnifique randonnée est effectivement réservée aux amateurs d'escaliers interminables et de fortes pentes. La fiche a perdu une icône aventure mais y gagne une place au Top5 des randonnées en fortes montées. Un travail colossal a été fourni par les équipes d'ouvriers et nous ne pouvons que les remercier du travail accompli. N'oublions pas le Parc National et l'ONF qui ont plutôt tendance à fermer des circuits que d'en ouvrir de nouveaux. Cet itinéraire deviendra en quelques mois une destination qui verra certainement affluer des centaines de marcheurs qui devront cependant avoir un bon entraînement. Le sentier jusqu'au kiosque est très bien entretenu. Celui du Morne Langevin n'a plus rien à envier à la montée du Taïbit ou du Piton des Neiges. Le GPS, de toute façon capricieux sur ces pentes y est devenu inutile. La forêt traversée est toujours aussi merveilleuse et il est fortement conseillé de nettoyer vêtements et chaussures avant la montée (voir § ci-dessous).
La fiche est proposée en aller-retour jusqu'au point de vue au-dessus de la Plaine des Sables mais les randonneurs peuvent très bien s'arrêter au morne ou poursuivre vers les nombreux itinéraires de la région.

La randonnée débute au parking à 200 mètres de l'église de Grand Coude. La lecture du panneau installé par le Parc ne prend que quelques minutes (Photo 1). Marcher vers le rempart et bifurquer à droite sur le sentier de bord. Il traverse ou longe des prairies et monte de plus en plus par des marches en traversant également de larges surfaces envahies par les vignes et cannes fourragères (Photo 2). La montée n'est jamais raide et constitue un excellent entraînement à ce qui va suivre (Photo 3). On rencontre à droite le sentier des Trous de Cissia puis plus haut, quelques cryptomerias. Une Vierge trône désormais au coin de la prairie dans un oratoire tout neuf. Le kiosque est plus usé par les intempéries que pas les pique-niqueurs du dimanche. Prendre à gauche après le kiosque et marcher jusqu'au système installé pour nous débarrasser d'éventuelles graines récupérées en montant dans les zones de vigne marronne. Cette forêt ne comportant aucune peste végétale, il est fortement conseillé d'utiliser les installations de brossage pour ne pas la polluer (voir ci-dessous). Les 200 m qui suivent sont presque plats et traversés de minuscules ravines. Le sentier y est très boueux (Photo 4). Le sol s'assèche un peu et les premières marches font leur apparition, tout d'abord à dose homéopathique jusqu'à la Ravine Galet Bleu. Pas de roches bleues mais de beaux paysages autour de cette petite ravine à sec (Photo 5). On retrouve le sentier marron, élargi par les travaux mais comportant toujours les racines qui l'encombrent (Photo 6). Le cheminement est aisé sur un sentier correct serpentant entre les belles touffes d'arbres moussus (Photo 7). Une dizaine d'espèces de fougères bordent le passage dont ces belles blèchnes atténuées (Blechnum attenuatum) qui recouvrent les arbres (Photo 8). Les calumets y sont rares mais on traverse une zone où ils pullulent (Photo 9). Les orchidées sont partout, au sol comme sur les branches. Les marches deviennent de plus en plus nombreuses (Photo 10). Elles sont hautes et imposent de lever haut le pied à chaque pas. Les tronçons de plus de 50 marches sont très fréquents (Photo 11). On ne les quittera qu'au sommet avec, il faut le dire, un certain soulagement. On laisse parfois l'étroit sentier historique qu'on devine dans la pente pour partir sur le côté et trouver un itinéraire plus doux que la trace originelle (Photo 12). Certaines ravines se passent par de fortes descentes suivies de non moins fortes remontées, rajoutant ainsi un peu de D+. Les trouées dans la végétation permettent fréquemment quelques vues sur la Rivière des Remparts (Photo 13). Un point de vue a d'ailleurs été aménagé depuis un piton rocheux situé sur l'arête (Photo 14, voir film ci-dessous). Tout près, les premières échelles débutent pour franchir les barres rocheuses (Photo 15). De très bonne facture, elles résisteront très longtemps aux assauts de la météo humide de la région. Il faudra en emprunter une demi-douzaine jusqu'au sommet, rendant impossible le parcours avec un chien (Photo 16). Les marches ne diminuent jamais (Photo 18). La montée s'effectue désormais le long d'un rein offrant de plus en plus de larges panoramas sur Grand Coude, la rivière, Mahavel et jusqu'au Piton des Neiges (Photo 19 et 20). La forêt de bois de couleurs des hauts a presque disparu, remplacée par des branles verts dont certains atteignent d'imposantes tailles (Photo 21). Le sentier frôle une grotte, passe une dernière échelle (Photo 22), longe une petite falaise rocheuse et se termine sur le plateau du Morne Langevin. Profiter du spectacle des vallées et entamer la remontée du morne vers le point de vue officiel situé près de l'antenne. Après les centaines de marches, la remontée, pourtant rocheuse est une balade de repos (Photo 23). Le sentier serpente à quelques mètres du vide à travers de vastes surfaces de pierres de lave couvertes des brandes de cette altitude (Photo 24). Les hors sentiers d'une dizaine de mètres sont aisés pour atteindre le bord du rempart et profiter des vues sur Grand Pays (Photo 25). Poursuivre jusqu'au sommet puis obliquer vers la Plaine des Sables après avoir profité du point de vue officiel. Continuer sur le sentier officiel de bien meilleure qualité à travers les brandes (Photo 27). Cela fait près de quatre heures que l'on marche lorsque l'on parvient au-dessus de la Plaine des Sables (Photo 28). Il est alors possible de continuer vers la Plaine des Sables et revenir à Grand Coude par Grand Pays et Grand Galet mais il faut avoir préparé très sérieusement cette journée sportive. Il est également possible de partir vers le gîte, la Plaine des Palmistes ou Bourg Murat. Cette fiche prévoit un retour par le même itinéraire qui fera souffrir en descente les muscles qui se reposaient un peu à la montée !

Balises

Pas de balises

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

A Saint Joseph, prendre la direction de Grand Coude - Se garer sur le parking peu après l'église de Grand Coude - Suivre la piste en direction du rempart de la Rivière des Remparts - Obliquer à droite sur le sentier qui longe le rempart et les prairies puis poursuivre jusqu'au kiosque près du sentier de découverte - Emprunter le sentier qui pénètre à gauche dans la forêt de Grand Coude – Remonter la longue et forte pente jusqu'au sommet du Morne Langevin – Faire demi-tour comme ici au point de vue sur la Plaine des Sables ou poursuivre en choisissant un des nombreux itinéraires - Le retour s'effectue par le même itinéraire.

La station biosécutité

Les randonneurs habitués aux belles forêts de bois de couleurs des hauts ont souvent remarqué leur invasion par les longoses, vignes marronnes, jouvences et multiples autres plantes envahissantes. Celle-ci est particulièrement préservée et il serait dommage de la polluer avec les graines ramassées le long de la montée depuis l'église. Une fois à la station biosécurité, secouer le sac, épousseter les vêtements et frotter les chaussures ne prend qu'une minute, cela permettra à cette forêt de continuer à nous enchanter plutôt que de nous griffer.

Le panorama depuis le promontoire rocheux

Quelques secondes d'un film de qualité médiocre pour donner une idée du premier point de vue sur son éperon rocheux. Depuis le promontoire rocheux étroit, un panorama à 320° s'offre au marcheur pour une pause plaisir. Attention tout de même au vertige et à la bousculade si l'on est plusieurs. En partant de la gauche on a sous les yeux Grand Coude, la vallée de la Rivière des Remparts dominée par le Piton du Rond, la caldeira, la vallée de Mahavel et du Bras Dimitile, le Nez de Bœuf, le Cap Edouard, le Rein de Bouc pour finir par les flancs escarpés du Morne Langevin.

Randonnée ajoutée le : 26/12/2020