Le sentier et les cascades de Takamaka depuis l'usine hydroélectrique

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 7h
Distance 20.5 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1377 - 512 m
Dénivelé positif 1200 m
Dernière mise à jour 08/01/2021

A nous les 27 échelles !

Cette difficile mais magnifique randonnée permet de découvrir la région de l'île la plus pluvieuse qui alimente les centrales EDF fournissant une bonne partie de l'électricité nécessaire aux réunionnais. Profiter avant de partir des vues sur les vallées depuis le belvédère proche des installations. L'usine n'est pas visible. Les turbines sont situées 300 mètres en-dessous du sol pour bénéficier de plus de puissance de l'eau récoltée dans la Rivière des Marsouins, de ses affluents et même de celle venant des vallées voisines, transportée par tunnels. On peut filer directement vers Bébour car la sortie, proposée ici en aller-retour, est difficilement considérée comme une étape, à moins de rallier le Gîte de Bélouve par le sentier des Mares et des Bois de couleurs. On peut également effectuer un court détour pour aller se régaler du spectacle de l'eau en s'approchant du barrage, de la rivière ou de ses cascades. L'aller retour prendra moins d'une heure même en profitant du spectacle aquatique. Le tronçon qui longe la Rivière des Marsouins en direction de Bébour est facile car elle épouse presque la courbe de niveau. La dernière portion qui rejoint le belvédère au-dessus du barrage le plus au sud est beaucoup plus difficile et a nécessité l'installation de 26 échelles pour aider au franchissement de la falaise boisée (voir les échelles au § ci-dessous). Le sol y est glissant, couvert de racines et de trous souvent remplis d'eau. Lorsque le temps est assez sec, la dernière partie qui va du belvédère à la route forestière de Bélouve est un vrai plaisir car elle traverse la forêt primaire. Cette très belle et sportive sortie doit s'entreprendre par beau temps car une chute dans la montée, ou pire lors de la descente des échelles, peut s'avérer très douloureuse.

La randonnée débute au parking de l'usine Edf où l'on peut prendre quelques minutes pour se régaler des paysages alentour avant d'attaquer le sentier qui suit la courbe de niveau jusqu'au départ du Sentier de Bras Patience. Laisser ce sentier qui file vers la droite et entreprendre la plongée assez technique vers la Rivière des Marsouins sur un sol parfois rocheux et glissant. Les lacets sont nombreux et serrés en forte descente. La pente s'assagit puis le sentier franchit des petits affluents de la Rivière sur des passerelles (Photo 1). L'humidité est déjà très présente et le sentier est souvent mouillé, donc glissant. On longe même parfois de véritables rigoles qui évacuent l'eau du sentier. Ne pas manquer, en traversant une passerelle, sur la droite, le bassin et la cascade qui marque la fin du Bras Patience qui termine sa course une centaine de mètres plus bas (Photo 11). On rencontre, peu après sur la gauche, le sentier menant au barrage et il serait dommage de ne pas s'approcher des belles cascades au fond de la vallée, à moins de les visiter au retour ; mais la fatigue se fera sentir en fin de journée. Le sentier reprend sa forte pente et quelques passages sont délicats dont un sur une échelle coincée entre une tuyauterie et la roche (Photo 2). L'humidité s'intensifie ; les éclaboussures fréquentes laissent les plantes sur le bord du sentier recouverte d'eau une bonne partie de la journée. Les jouvences et songes ont trouvé ici leur domaine de prédilection : une bonne terre et un maximum d'eau pour se développer. A l'approche du barrage, on ne peut résister à l'appel de l'eau. On peut ainsi visiter l'ouvrage ou gagner la berge de la rivière qui permet de remonter un peu la Rivière des Marsouins pour y découvrir de belles petites ou grandes cascades (Photo 5 et 7). La rivière est magnifique mais peut être dangereuse si l'eau est haute. On pourrait rester ici beaucoup plus longtemps pour profiter de ce bruyant spectacle mais une longue journée est au programme. On remonte donc par le même sentier pour prendre à gauche celui de Bébour et on chemine sur un itinéraire ombragé (Photo 12) et en pente très douce ou à plat. Les paysages sont rares (Photo 11), la végétation dense et le bruit de l'eau est omniprésent tout au long du parcours. On peut voir, en se retournant lorsque la trouée dans la végétation le permet, les installations de surface de l'usine (Photo 14). La jonction avec le rempart est assez longue mais on arrive enfin au croisement du sentier vers l'Îlet à Bananes puis face à un rempart qu'on pourra franchir plus facilement qu'on l'imagine car de nombreuses échelles ont été installées solidement à la paroi. Par temps de pluie, les barreaux sont mouillés et glissants et il faut prendre tout son temps (Photo 18). Certaines sont longues ou accolées les une aux autres pour franchir de plus hauts obstacles (Photo 22). C'est donc assez rapidement qu'on arrive près du belvédère envahi par les hautes herbes qui permet d'observer plus facilement le fond de la profonde vallée de la Rivière des Marsouins (photo 23), le petit lac de retenue et le barrage EDF (Photo 24) qu'on peut rejoindre au retour, par la randonnée de l'Îlet à Bananes, si l'heure le permet encore. Les randonneurs peu entraînés peuvent faire demi-tour ici et reprendre la longue descente sur barreaux d'aluminium en direction de l'usine. Les autres partiront sur la piste en terre rouge un peu défoncée par endroits (Photo 25). Elle remonte légèrement vers la route de Bélouve en traversant la forêt de Bébour peuplée de dizaines de variétés de bois de couleurs qu'on devine facilement au feuillage (Photo 27). A la route, après la barrière, faire demi-tour ou partir sur la droite pour emprunter le sentier de Takamaka. Le sentier est boueux et étroit mais traverse cette magnifique forêt pour un spectacle unique de mousses, épiphytes et orchidées (Photo 27). On marche beaucoup sur des racines, dans la boue ou sur des caillebotis qui surélèvent le sentier (Photo 28). Au croisement des sentiers aux alentours du téléphérique, partir tout droit vers les échelles et revenir au point de départ. La durée de marche sur cet itinéraire est beaucoup plus longue et il faut en tenir compte dans les délais.
L'idéal consisterait à prévoir un véhicule en forêt de Bébour mais cela nécessite une bonne organisation car les distances sont importantes par la route. La circulation y est faible et le stop marche moins bien avec des randonneurs crottés qui tendent le doigt sur l'accotement.

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.

Itinéraire

Depuis Bras Panon, emprunter la D53 qui traverse Abondance et continuer jusqu'au parking EDF et au point de vue sur Takamaka - Passer sous les câbles du téléphérique à l'extrémité de la plate-forme puis suivre le sentier qui descend vers les centrales - Franchir le Bras Patience et sa cascade puis obliquer sur la gauche pour rejoindre la Rivière des Marsouins, fermée par un petit barrage - On peut, à partir du barrage, effectuer différentes visites aux cascades qui entourent le site - Revenir sur ses pas et obliquer à gauche en direction de la Forêt de Bébour - Suivre le sentier, d'abord en pente douce puis devenant de plus en plus difficile - Franchir les 26 échelles avant d'arriver au belvédère du téléphérique - Avant le téléphérique, prendre le sentier à droite dans la forêt de Bébour et continuer jusqu'à la route de Bélouve - Le retour s'effectue par le même itinéraire à moins d'avoir prévu un véhicule à Bébour. Pour varier les trois derniers kilomètres effectués en forêt, bifurquer à gauche sur la route de Bélouve pour rejoindre la Route forestière de Takamaka qui retourne au belvédère du téléphérique et reprendre les échelles en fortes descente.

Les 26 échelles

Voici rassemblées les 25 échelles en aluminium situées en aval de la première métallique peinte en orange (non comprise sur le cliché). Cette échelle orange marque la fin des escalades et l'arrivée proche du point de vue sur la Rivière. Les échelles sont très souvent installées par deux et on monte de l'une sur l'autre sans toucher le sol. Il faut dire que la pente s'y prête fort bien et elle diminuent substantiellement l'effort à fournir pour rejoindre la Forêt de Bébour. A la descente, il vaut mieux se tourner vers l'échelle que vers le vide pour éviter les accidents.


Commentaires sur cette randonnée (71)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
slailheugue, 04/05/2022 18:34
Randonnée complétée le 05/05/2022 en 7h00

Ce n’est pas la randonnée la plus exaltante, la partie dans forêt de Bebour est lassante surtout à cause de la boue.

Eleonore12, 19/01/2022 07:17
Randonnée complétée le 17/01/2022

Après deux heures de marche, le sentier est devenu impraticable à cause de la végétation, nous avons rebroussé chemin plus tôt que prévu

Sophie M, 05/01/2022 08:22

@ChristianL, Mariebreizh réagit au commentaire précédent de Ben07* qui dit l'avoir fait en 5 h 20 ;o)
Effectivement, ça me semble aussi trèèèèès rapide pour l'aller-retour avec 20 km, les échelles, les racines et le dénivelé.

Christian L, 04/01/2022 17:57
Randonnée complétée le 22/07/2021

@Mariebreizh : C ‘est moi maintenant qui ne comprends pas car le site indique bien 7 h ! Quant aux kilomètres je confirme le site : 20,5 …Maintenant en courant on peut mettre 4 h et en ne tenant pas compte des nombreuses remarques de JPG en page d’accueil du site on peut trouver plus de 25 kms. Se fier aux indications de randopitons est la meilleure des solutions pour réussir une rando.

Mariebreizh, 04/01/2022 17:38

5h20?? Faut m’expliquer comment….
Il y a effectivement 23kms. J’ai mis quasiment 7h et j’ai couru sur la route forestière du retour…. Le temps était sec… très peu d’arrêt photos… et j’ai sérieusement envoyé donc là vraiment en 5h20 à part en prenant le téléphérique je vois pas…. Mais chapeau!!

Ben07*, 21/12/2021 17:17

Superbe rando « aventure ». Temps correct à la montée, pluie à la descente. Ça glisse vite mais si vous avez le pied sûr et des bonnes semelles, ça passe bien. Réalisée en 5h20 (temps de marche) : 2h45 pour monter jusqu’à la route de Bélouve, 2h10
pour le retour jusqu’au parking de Takamaka et 25min pour AR au barrage.

Christian L, 22/11/2021 17:50
Randonnée complétée le 22/07/2021

Sentier fermé jusqu au 17 décembre sur toute sa longueur pour travaux de sécurisation

chris-redman, 03/11/2021 16:44
Randonnée complétée le 30/10/2021 en 8h00

Sortie faire le 30/10/21. Départ au lever du soleil. Rando très sympa à faire. Malheureusement les nuages sont arrivés plus vite que nous au belvédère.
Pour ce qui est du topo nos montres gps indiquent 23km et 8h30 avec le passage au barrage de la rivière des Marsouins à l'aller.
Le sentier dans la forêt de Bebour était très boueux, donc progression lente.
Pour tenir les 7h, faut vraiment marcher à bon rythme 😉

Merci pour ce site et les topos !

savate zoreil, 26/10/2021 21:12
Randonnée complétée le 26/10/2021 en 6h45

Faites ce matin jusqu'au téléphérique A/R en presque 7h effectivement faire l'aller-retour jusqu'a Belouve en 7h doit nécessiter un rythme vraiment élevé.

Rando insolite nous avons même croiser un tangue sur le chemin. Le début nous permet de voir de magnifiques paysages mais si vous venez pour les paysages dès que l'on passe le 1er sentier amenant au barrage edf ( supposement reservée au personnel et aux pecheurs ) la vue des cascades et panorama disparaissent , seul le bruit de l'eau nous rappelle que nous sommes à Takamaka , continuer dès lors ne ravira que les amateurs de l'effort, les amoureux des échelles ou ceux qui ont un fétiche pour la boue car vous ne serez pas récompensé par la vue de beaux paysages.

Martial, 24/09/2021 18:31

@zacombe, impossible de le savoir, les lâchers d'eau sur takamaka sont automatiques.

Randonnée ajoutée le : 01/10/2014