La crête des Trois Salazes depuis la route de l'Ilet à Cordes

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 5h
Distance 8.2 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 2093 - 1250 m
Dénivelé positif 950 m
Dernière mise à jour 08/01/2021

Vertige garanti !

Cette courte mais difficile randonnée permet de relier la route de l'Ilet à Cordes à l'Arête des Salazes, endroit très escarpé et dangereux qui domine de plusieurs centaines de mètres, d'un côté Cap Bouteille et de l'autre le Plateau de Kerval. Cette arête est surmontée de trois rochers hauts et pointus qui se distinguent de très loin dans les cirques et servent de repère. Les anciens de Cilaos les appelaient "les dents de Mme Desbassyns". La sortie ne s'adresse pas à tous les randonneurs à cause du danger qu'elle représente et surtout des à-pics impressionnants qui indisposeront assurément les personnes sujettes au vertige. Il est bien sûr exclu d'y amener des enfants. Il n'est pas nécessaire d'avoir de notions d'alpinisme car on se contente de suivre l'arête en longeant la partie la plus haute et la plus étroite. La montée aux roches pointues des Trois Salazes ne peut s'envisager sans cordages ni guide spécialisé. C'est donc au pied de ces trois dernières que s'achève cette grandiose sortie qui permet d'admirer d'un seul coup d’œil la totalité du cirque de Cilaos et celui de Mafate. Salaze signifie "pieu" en malgache. On comprend très bien cette traduction quand on les voit, parfois de très loin dans les cirques, pointer leurs trois doigts de basalte vers les nuages.

La randonnée débute de manière assez sportive par l'escalade du sentier du Col du Taïbit maintes fois décrite. Des marches régulières, parfois un peu hautes, facilitent l'ascension mais chauffent déjà les cuisses. Les lacets sont nombreux et indispensables pour franchir le rempart jusqu'à l'Îlet des Salazes. La pente devient moins forte à partir du kiosque de l'association des Trois Salazes qui sera bien placé au retour pour y prendre une infusion de plantes cueillies dans l'Ilet (Photo 1). Poursuivre après le kiosque par la traversée d'une zone où trônent d'énormes rochers dégringolés du Nez de Bœuf. Le sentier de Cap Bouteille est très facile à trouver dans une zone presque plate. Il n'est pas difficile au début jusqu'à la Source des Salazes, une zone très végétalisée et fleurie (Photo 2). Au petit matin, les paysages sur la vallée et les crêtes du Dimitile sont magnifiques (Photo 3). Devant, les créneaux du Gros Morne se dessinent et on remarque très bien le Cap Bouteille qui permet d'en apercevoir le fond du côté des sources du Bras Rouge (Photo 4). On aperçoit à gauche l'imposante muraille verticale des Salazes et le Col Choupette situé au plus près d'une dent rocheuse qui émerge sur la crête (Photo 5). Les Trois Salazes donnent très vite une idée de la pente qu'il faudra franchir avant de rejoindre l'arête et on remarque surtout la falaise verticale qui deviendra très impressionnante là-haut (Photo 6). La première partie, jusqu'à la Source du Cap Bouteille est une agréable promenade. Quand on a repéré le départ du sentier des Salazes sur la gauche (voir § ci-dessous), entamer une montée qui sera de plus en plus difficile. Le sentier, caillouteux et encombré de racines monte assez fortement en moyenne et devient très sportif à l'approche du Col Choupette jusqu'au début de l'arête (photo 9). Les points de vue sont rares mais très beaux (photo 8). On arrive enfin au col et on admire immédiatement le Morne de Fourche, la Plaine des Tamarins, le Col des Bœufs et tout le Cirque de Mafate (photo 10). En dessous, on remarque la mare du Plateau de Kerval et les troupeaux qui y vivent paisiblement (photo 11). Tout le monde peut donc aller jusqu'à ce premier promontoire, même ceux dont les jambes flageolent, pour profiter de cette vue unique et déjà extraordinaire. Une fois au col, ils pourront revenir au point de vue du Cap Bouteille jusqu'à la source. Les choses se compliquent par la suite lorsqu'il faut franchir, sur des cailloux parfois branlants, étroits et menaçant de tomber dans le vide (Photo 12), les quelques centaines de mètres qui mèneront au pied du dernier mamelon sur lequel se dressent les trois sœurs. Des pitons sont installés partout et peuvent servir à sécuriser les personnes manquant d'assurance à qui il est d'ailleurs fortement conseillé de faire appel à des professionnels. La montée peut débuter, tout d'abord dans un entrelacs de roches tombées dans tous les sens (Photo 13). Certaines portions sont vraiment très étroites et bordées d'impressionnants précipices ; elles nécessitent l'entière attention du marcheur (Photo 14). On domine Marla qui semble très éloigné depuis ces hauteurs (Photo 15). L'attention doit être de tous les instants car la majorité des roches ne sont pas très stables ; il ne faut admirer les paysages qu'une fois arrêté (Photo 16). Le parcours est plus difficile qu'on l'imagine vu de loin car il effectue de nombreuses dents de scie (Photo 17). Une fois la petite grimpette dangereuse terminée, il faudra descendre tout aussi dangereusement, et cela plusieurs fois (Photo 18). On avance, tels des cabris, toujours à chercher le meilleur passage (Photo 19). Le Grand Bénare, inaccessible, semble pourtant bien proche (Photo 21). Certaines portions sont si étroites qu'on voit en même temps les à-pics sur les deux cirques, dont certains totalement verticaux (Photo 23). Il faut pourtant affronter encore quelques centaines de mètres sur l'arête étroite pour s'approcher des trois dents de Madame Desbassyns (Photo 24) ! Après avoir admiré une dernière fois les deux cirques, il faut hélas songer au retour. Mais que de souvenirs dans la tête pour cette fabuleuse sortie acrobatique !
Comment bien réussir cette sortie sportive
- Se faire accompagner d'un spécialiste si on n'est pas très sûr de soi. Il saura conseiller les meilleurs passages et surtout sécuriser en cas de vertige.
- Ne pas entreprendre la sortie s'il pleut ou par grand vent qui pourrait déstabiliser.
- Partir tôt afin de profiter des paysages et bien sûr éviter le brouillard qui peut s'installer en quelques minutes seulement (photo 26) et bien évidemment ne jamais monter là-haut seul.

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.

Itinéraire

Se rendre à Cilaos puis emprunter la route de l'Ilet à Cordes jusqu'au départ du Col du Taïbit - Se garer au parking et attaquer l'ascension du col - Passer le stand de l'association des Trois Salazes puis bifurquer à droite vers le Cap Bouteille - Suivre le sentier jusqu'au gros rocher fendu pour un panorama sur Cilaos - Poursuivre jusqu'à la source du Cap Bouteille et obliquer à gauche sur le sentier qui monte assez fortement jusqu'au Col Choupette - Prendre à gauche et suivre le sommet de la crête très étroite jusqu'au pied des Salazes - Faire demi-tour et rejoindre le point de départ par le même itinéraire - Si le brouillard n'a pas pris possession des lieux, bifurquer à gauche à la Source du Cap Bouteille afin de profiter du panorama sur le cœur du Piton des Neiges et les Sources du Bras Rouge.

Le début de la montée

Suivre le sentier de Cap Bouteille sans se poser de questions sur l'embranchement. Le cairn installé il y a quelques années est toujours là avec la flèche blanche peinte sur la roche. Mais l'ONF a installé deux poteaux qui permettent de bifurquer sans hésitation. Le premier indique la suite du trajet vers le Cap Bouteille. L'autre attire l'attention des marcheurs sur le danger de la montée laissée à l'entière responsabilité de celui qui s'y aventure.

Le film de Martial Bertrix

Superbe journée ensoleillée et 17 minutes de film qui valent tous les commentaires. Merci Martial.

Randonnée ajoutée le : 01/02/2012