Le Plateau de Kerval par le Taïbit depuis la route de l'Ilet à Cordes

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 8h
Distance 20 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 2082 - 1253 m
Dénivelé positif 1800 m
Dernière mise à jour 09/10/2019

Les petites vaches de la mare aux têtards

Cette agréable sortie, parfois un peu difficile à la montée du Taïbit ou du Kerval permet de se dépayser en marchant dans une des parties la moins peuplée du cirque de Mafate. Seul l'îlet de Marla permet une halte "civilisée" sur ces vingt kilomètres, à moins d’effectuer un petit détour par l’Îlet des Salazes. Si la Plaine des Tamarins est bien connue et très fréquentée, il n'en va pas de même pour le Plateau de Kerval, seul refuge de quelques bovins qui paissent esseulés à 1760 m d'altitude. Une mare qui abrite quelques poissons, mais surtout des têtards, sert d'abreuvoir à de petites vaches qui montent sans doute plus facilement les pentes escarpées et caillouteuses de la Ravine Kerval pour rejoindre les lieux de pâturages que les limousines qu'on rencontre habituellement à la Plaine des Cafres. Impossible de s'échapper de ce lieu calme et sauvage, entouré de précipices d’un côté et de hautes murailles de l’autre. Le seul accès pour les randonneurs comme pour les bêtes est le sentier de la Ravine Kerval qui impose d'escalader de nombreux rochers et racines. Les alpinistes peuvent venir des Trois Salazes et descendre sur le plateau par un sentier très difficile à trouver et qui nécessite des cordages.

La randonnée débute à la route de l'Îlet à Cordes que l’on peut emprunter en bus. Quelques places de parking se trouvent le long de la petite route en face du départ du Col de Taïbit. La montée est immédiate par des escaliers raides qui surplombent la route. La grimpée jusqu'au Col sera longue et il vaut mieux prendre une allure régulière dès le départ. De nombreuses occasions de contempler de très beaux panoramas sur le Cirque de Cilaos durant la montée puis sur le Cirque de Mafate lors de la descente vers Marla permettent de souffler, du moins le temps de la photo. Le sentier sableux effectue des lacets parfois raides et comporte souvent des marches assez hautes soutenues de rondins ou de planches (Photo 1). En se retournant, il y a toujours un panorama vers le Sud pour souffler un peu ! On voit la Ville de Cilaos, les remparts du Dimitile et même la mer vers Saint-Louis dans la trouée du Pavillon. Lorsqu'il y a beaucoup d'eau, les nombreuses cascades entourant la ravine Pitsa créent un superbe spectacle (Photo 2). Il faut monter de manière sportive durant 300 mètres pour atteindre le plateau de l’Îlet des Salazes. Le sentier alterne les portions couvertes de racines (Photo 3) puis celles encombrées de grosses pierres (Photo 4). Une première courte halte est possible à l'abri où sont servies des tisanes. A partir de l’îlet, on se repose un peu sans pourtant marcher à plat. La faible montée amène à la Ravine Gobert et ses affluents pour retrouver une forte pente jusqu’à la plaine des Fraises pour un répit de très courte durée sur un sentier agréable bordé justement de centaines de fraisiers. La pente reprend sous le regard bienveillant de la tête de chien qui se nomme en réalité le Nez de Bœuf. Les lacets reprennent une fois la plaine traversée jusqu'à un ancien éboulis où le sentier a été très correctement remis en état (Photo 6). Le dernier raidillon sableux et sans végétation rejoint un oratoire qui vieillit tranquillement avant de rejoindre le Col de Taïbit. Un ultime regard vers Cilaos et la descente vers Marla débute par une pente tout d’abord ordinaire dans les herbes avant de devenir plus délicate et sérieuse en raison du sol sableux, parfois glissant. On a la chance d’admirer, depuis le col, une grande partie du Cirque de Mafate dont le rempart, sur la gauche, paraît interminable jusqu’au Maïdo et vers le Piton des Orangers (Photo 10). On a sous les pieds la totalité de l'îlet de Marla qui est les plus haut du cirque (Photo 7). Plusieurs emplacements créés par les centaines d'arrêts photo donnent encore la possibilité de souffler un peu (Photo 9). Sur la droite, le chien lève le museau et cache les Trois Salazes (Photo 8). Une zone rocheuse sans végétation doit se passer avec prudence en raison de l'étroitesse du sentier, du sable qui glisse sous le pied et des sensations de vertige possible pour certains marcheurs. On s'approche ainsi de Marla qui respire le calme et la sérénité même si l'urbanisation le guette. On passe près de plusieurs gîtes en descendant vers l'école puis la chapelle. En se retournant, on voit les dents du Taïbit, la Tête de Chien vers la gauche et les Trois Salazes qu’on approchera bientôt en montant au Kerval. Traverser la totalité de l'îlet couvrant une grande surface. Après la chapelle, on traverse une petite ravine en eau pour prendre la direction de Maison Laclos. Délaisser le sentier partant sur la gauche vers la Nouvelle. Le sentier est plat vers les gîtes de Maison Laclos (Photo 12) et c’est au plus près de la Ravine Kerval qu’on rencontre un discret croisement de sentiers. Comme il est peu fréquenté, il est étroit mais se perd difficilement des yeux. Quelques cairns rassurent par endroits. La montée n'est pas de tout repos dans les cailloux ou les rochers, dans le lit ou en bordure de la Ravine Kerval, heureusement souvent à sec. On la traverse à plusieurs reprises et c'est là qu'il faut redoubler d'attention. Dans la montée, en se retournant, on voit une partie de la vallée assez encaissée et couverte de végétation (Photo 14). L'effort est récompensé au bord du plateau car le paysage est féerique, avec le Gros Morne et les Trois Salazes qui dominent la mare ou les tamarins moussus au milieu de la prairie couverte de joncs (Photo 16). On se rend bien compte que grimper aux Trois Salazes par cette voie sera bien plus sportif que par l'autre face (Photo 17). On remarque le troupeau avant de voir la mare s'ils sont en train de brouter près de l'entrée (Photo 20). La mare est plus une grosse flaque qu'un petit lac. Le niveau est très faible mais la quantité de liquide suffit aux vachettes (Photo 21). Si on prend le temps de se promener sur ce plateau isolé, on remarque que les pâturages sont bordés de beaux tamarins recouverts de mousse et de barbes de Jupiter (Photo 24). On est certain, en ce lieu, de rapporter de beaux clichés de nature si le temps est clément. Le sol est plat, les montagnes magnifiques, les animaux sont calmes ou indifférents. On entend le bruit de chutes d’eau dans les parages et il ne faut pas hésiter à flâner vers le nord, sous les tamarins, pour s’approcher de certaines d’entre elles. Une fois le tour du domaine terminé, le retour emprunte le même itinéraire à moins de poursuivre dans le cirque, ce qui est le cas de nombreux randonneurs qui profitent d'une traversée de Mafate pour grimper au Kerval.
Un endroit idéal pour les amateurs de solitude et de bivouac pour passer une ou deux nuits dans le silence total à moins qu'une vache ne vienne brouter au plus près de la tente. L'eau n'y manque pas et l'accès peut se faire de plusieurs endroits du cirque dont un prévu à partir du Col des Bœufs. Voir cette randonnée pour des explications complémentaires et l'envie d'y aller observer le ciel en toute sérénité.
Le sentier est officiellement fermé. A une époque, de nombreux jeunes montaient là-haut avec de puissantes enceintes et assistaient à des fêtes bruyantes. Sans doute l'interdiction tient-elle plus de ce raffut que la piètre qualité du sentier.

Balises


Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.

Itinéraire

Gagner le Cirque de Cilaos et remonter vers l'Ilet à Cordes - Se garer au parking du Col du Taïbit - Attaquer l'ascension du col avec un petit arrêt à l'Ilet des Salazes pour déguster une infusion - Poursuivre et franchir le Col et descendre vers Marla - A Marla, prendre à droite en direction de la Nouvelle ou du Col des Bœufs - A Maison Laclos, tourner à droite dans le lit de la Ravine Kerval et rejoindre le plateau par le sentier caillouteux qui finit vers la mare - Après une halte parmi les troupeaux reprendre le même sentier et redescendre à Maison Laclos - Partir à gauche vers Marla puis revenir sur ses pas jusqu'à la route de l'Îlet à Cordes.
Si un véhicule est prévu, le mieux est de continuer vers la Plaine des Tamarins puis de rejoindre le Col des Bœufs


Commentaires sur cette randonnée (3)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
yeshua.dap, 30/09/2019 10:52
Randonnée complétée le 28/09/2019

L'un des plus beaux endroits de Mafate. Le début du sentier est balisé par un panneau en bois où est écrit "Kerval" à la main. Très belle montée, plutôt difficile car le sentier n'est pas entretenu, bien suivre les cairns. Vous êtes au pied du Gros Morne, très impressionnant, dans un endroit magnifique et isolé, à faire absolument.

Manu Rmo, 11/08/2019 11:12
Randonnée complétée le 07/08/2019 en 6h00

Superbe rando, cheminement facile dans la ravine kerval completement sèche.

Aurélien, 22/02/2016 17:34

Sentier en bon état, montée au plateau très humide, la mare du plateau est à un niveau haut.

Randonnée ajoutée le : 01/04/2009