Le Plateau de Kerval par le Taïbit depuis la route de l'Ilet à Cordes

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 8h
Distance 20 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 2082 - 1253 m
Dénivelé positif 1800 m
Dernière mise à jour 21/06/2018

Les petites vaches de la mare aux têtards

Cette agréable sortie, parfois un peu difficile à la montée du Taïbit ou du Kerval permet de se dépayser en marchant dans une des parties la moins peuplée du cirque de Mafate. Seul l'îlet de Marla permet une halte "civilisée" sur ces vingt kilomètres, à moins d’effectuer un petit détour par l’Îlet des Salazes. Si la Plaine des Tamarins est bien connue et très fréquentée, il n'en va pas de même pour le Plateau de Kerval, seul refuge de quelques bovins qui paissent esseulés à 1760 m d'altitude. Une mare qui abrite quelques poissons, mais surtout des têtards, sert d'abreuvoir à de petites vaches qui montent sans doute plus facilement les pentes escarpées et caillouteuses de la Ravine Kerval pour rejoindre les lieux de pâturages que les limousines qu'on rencontre habituellement à la Plaine des Cafres. Impossible de s'échapper de ce lieu calme et sauvage, entouré de précipices d’un côté et de hautes murailles de l’autre. Le seul accès pour les randonneurs comme pour les bêtes est le sentier de la Ravine Kerval qui nécessite de franchir une barrière en bois puis d'escalader de nombreux rochers et racines. Les alpinistes peuvent venir des Trois Salazes et descendre sur le plateau par un sentier très difficile à trouver et qui nécessite des cordages.

La randonnée débute à la route de l'Îlet à Cordes où l’on peut se rendre en bus. Quelques places de parking se trouvent le long de la petite route en face du départ du Col de Taïbit. Durant ce périple on côtoiera de grands cryptomerias, de beaux tamarins et bien sûr des branles verts ou bois de couleurs qui donneront quelques points de vue lorsque la végétation deviendra clairsemée. La grimpée au Col est longue et sportive mais permet de très beaux panoramas sur le Cirque de Cilaos durant la montée puis le Cirque de Mafate lors de la descente vers Marla. Le sentier sableux effectue des lacets parfois abrupts et comporte souvent des marches assez hautes soutenues de rondins. En se retournant, il y a toujours un panorama vers le Sud pour souffler un peu ! On voit la Ville de Cilaos, les remparts du Dimitile et même la mer vers Saint-Louis dans la trouée vers la Pavillon. Il faut monter de manière sportive durant 300 mètres pour atteindre le plateau de l’Îlet des Salazes. A partir de l’îlet, on se repose un peu sans pourtant marcher à plat. La faible montée amène à la Ravine Gobert et ses affluents pour retrouver une forte pente jusqu’à la plaine des Fraises pour un répit de très courte durée. Le dernier raidillon sableux et sans végétation rejoint un oratoire qui vieillit tranquillement avant de rejoindre le Col de Taïbit. Un ultime regard vers Cilaos et la descente vers Marla débute par une pente tout d’abord ordinaire avant de devenir plus délicate et sérieuse en raison du sol sableux parfois glissant. On a la chance d’admirer, depuis le col, une grande partie du Cirque de Mafate dont le rempart, sur la gauche, paraît interminable jusqu’au Maïdo et vers le Piton des Orangers. De très anciens éboulis le long de ce rempart donnent une idée de ce qu’est un véritable effondrement. On dirait des tas de sable le long d’une muraille, sauf que ces tas ont une moyenne de 300 mètres de haut. Marla semble assez proche dans sa plaine moins entourée de remparts ou arêtes abîmées par l’érosion. Quelques cultures marquent l’arrivée proche de l’îlet. En se retournant, on voit les dents du Taïbit, la Tête de Chien vers la gauche et les Trois Salazes qu’on approchera bientôt en montant au Kerval. Prendre la direction de Maison Laclos où l’on chemine plus loin en rive droite de la Ravine de Marla. Le sentier est plat vers les gîtes de Maison Laclos et c’est au plus près de la Ravine Kerval qu’on rencontre un croisement de sentiers. Celui de gauche rejoint la Nouvelle et celui de droite monte au Plateau de Kerval. A moins d'être venu souvent dans cette partie du cirque, profiter de cette sortie pour filer tout droit et aller faire un petit tour jusqu'à la Plaine des Tamarins. La rallonge est supportable malgré un tronçon en forte montée et donnera l’occasion d’un très beau point de vue sur Marla depuis la Mare aux Serres. Ce détour n’a rien d’obligatoire et on peut directement attaquer la forte montée le long de la Ravine Kerval. Une montée qui n'est pas de tout repos dans les cailloux ou les rochers, dans le lit ou en bordure de la Ravine Kerval, heureusement souvent à sec. Mais l'effort en vaut la peine car le paysage du Plateau est féerique, avec le Gros Morne et les Trois Salazes qui dominent la mare ou les tamarins moussus. On est certain, en ce lieu, de rapporter de beaux clichés de nature si le temps est clément. Le sol est plat, les montagnes magnifiques, les animaux sont calmes ou indifférents. On entend le bruit de chutes d’eau dans les parages et il ne faut pas hésiter à flâner dans les prairies sous les tamarins pour s’approcher de certaines d’entre elles.
Un endroit idéal pour les amateurs de solitude et de bivouac pour passer une ou deux nuits dans le silence total à moins qu'une vache ne vienne brouter au plus près de la tente. L'eau n'y manque pas et l'accès peut se faire de plusieurs endroits du cirque dont un prévu à partir du Col des Bœufs. Voir cette randonnée pour des explications complémentaires et l'envie d'y aller observer le ciel en toute sérénité.

Balises


Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.

Itinéraire

Gagner le Cirque de Cilaos et remonter vers l'Ilet à Cordes - Se garer au parking du Col du Taïbit - Attaquer l'ascension du col avec un petit arrêt à l'Ilet des Salazes pour déguster une infusion - Poursuivre et franchir le Col et descendre vers Marla - A Marla, prendre à droite en direction de la Nouvelle ou du Col des Bœufs - A Maison Laclos, tourner à droite dans le lit de la Ravine Kerval et rejoindre le plateau par le sentier caillouteux qui finit vers la mare - Après une halte parmi les troupeaux reprendre le même sentier et redescendre à Maison Laclos - Prendre à droite vers la Plaine des Tamarins - Franchir la Rivière des Galets et grimper en direction du GRR1 - Revenir sur ses pas et retrouver le véhicule après avoir franchi le Col du Taïbit dans l'autre sens. Si un véhicule est prévu, le mieux est de continuer à traverser la Plaine des Tamarins puis de rejoindre le Col des Bœufs Le profil du dénivelé ci-dessus, prévoit tout d'abord d'aller faire un petit tour à la Plaine des Tamarins (mais  cet aller-retour est totalement facultatif) puis de monter au Plateau de Kerval au retour vers le Taïbit


Commentaire sur cette randonnée (1)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Aurélien, 22/02/2016 17:34

Sentier en bon état, montée au plateau très humide, la mare du plateau est à un niveau haut.

Randonnée ajoutée le : 01/04/2009