Le Plateau de Kerval par le Taïbit depuis la route de l'Ilet à Cordes

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 9h
Distance 17 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 2064 - 1258 m
Dénivelé positif 1550 m
Dernière mise à jour 20/06/2022

Les vachettes de la mare aux têtards

Cette agréable sortie, parfois difficile ou technique à la montée du Taïbit ou du Kerval permet de se dépayser en marchant dans une des parties la moins peuplée du cirque de Mafate. Seul l'îlet de Marla permet une halte habitée sur ces vingt kilomètres, à moins d’effectuer un petit détour par l’Îlet des Salazes. Si la Plaine des Tamarins est bien connue et très fréquentée, il n'en va pas de même pour le Plateau de Kerval, refuge de quelques bovins à 1760 m d'altitude. Une mare sert d'abreuvoir aux vachettes qui remontent les pentes escarpées et caillouteuses de la Ravine Kerval pour rejoindre les lieux de pâturages. Impossible de s'échapper de ce lieu calme et sauvage, entouré de précipices d’un côté et de hautes murailles de l’autre. Le seul accès pour les randonneurs comme pour les animaux est le sentier de la Ravine Kerval qui impose d'escalader de nombreux rochers et racines. Le sentier est souvent fermé officiellement mais nombreux sont les randonneurs dans ce coin bucolique et calme. Il est très fréquent également d'y rencontrer quelques tentes au petit matin.

La randonnée débute à la route de l'Îlet à Cordes que l’on peut emprunter en bus. Quelques places de parking se trouvent le long de la petite route en face du départ du Col de Taïbit. La montée est immédiate par des escaliers raides qui surplombent la route. La grimpée jusqu'au Col sera longue et il vaut mieux prendre une allure régulière dès le départ. De nombreuses occasions de contempler de très beaux panoramas sur le Cirque de Cilaos durant la montée puis sur le Cirque de Mafate lors de la descente vers Marla permettent de souffler, du moins le temps de la photo (Photo 1). Le sentier sableux effectue des lacets parfois raides et comporte souvent des marches assez hautes soutenues de rondins ou de planches. Les portions caillouteuses fatigantes pour les chevilles sont assez nombreuses (Photo 2). Ce sont également des racines qu'il faut enjamber en s'approchant de l'Îlet des Salazes (Photo 3). La montée est sportive durant 300 mètres pour atteindre le plateau de l’îlet où une pause est possible. L'abri en bambou a été détruit lors d'un cyclone et c'est dorénavant une tente qui fait office d'abri. A partir de l’îlet, on se repose un peu sans pourtant marcher à plat sur un sentier bordé par endroits de grosses roches tombées de la falaise. La végétation se couvre petit à petit de barbes de Jupiter (Photo 4). La faible montée amène à la Ravine Gobert et ses affluents pour retrouver une forte pente.Poursuivre jusqu’à la Plaine des Fraises pour un répit de très courte durée sur un sentier agréable bordé de fraisiers et de branles (Photo 5). La pente reprend sous le regard bienveillant de la tête de chien qui se nomme en réalité le Nez de Bœuf. Ces branles deviennent parfois la seule végétation traversée (Photo 6). Les lacets reprennent une fois la plaine traversée jusqu'à l'ancien éboulis où le sentier est bordé de rambardes de sécurité (Photo 6). Le dernier raidillon sableux et sans végétation mène à un oratoire avant de rejoindre le Col de Taïbit. Un ultime regard vers Cilaos et la descente vers Marla débute par une pente tout d’abord ordinaire dans les herbes avant de devenir plus délicate et sérieuse en raison du sol sableux, parfois glissant. On a la chance d’admirer, depuis le col, une grande partie du Cirque de Mafate dont le rempart, sur la gauche, paraît interminable jusqu’au Maïdo et vers le Piton des Orangers (Photo 8). On a sous les pieds la totalité de l'îlet de Marla qui est le plus haut et le plus vaste en superficie du cirque (Photo 9). Plusieurs emplacements créés par les centaines d'arrêts photos donnent encore la possibilité de souffler un peu en profitant de ces panoramas. Le sentier est plus étroit et souvent couvert de hautes herbes et jouvences (Photo 10). Le Nez de Bœuf, depuis l'autre versant, a changé de forme depuis la montée (Photo 11). A mi-pente, une zone rocheuse doit se passer avec prudence en raison de l'étroitesse du sentier, du sable qui glisse sous le pied et des sensations de vertige possible pour certains marcheurs (Photo 12). On s'approche ainsi de Marla qui respire le calme et la sérénité même si l'urbanisation guette au pied du Grand Bénare (Photo 13). On passe près de plusieurs gîtes en descendant vers l'école, une épicerie et quelques vaches (Photo 14). En se retournant, on voit les dents du Taïbit, la Tête de Chien vers la gauche et les Trois Salazes qu’on approchera bientôt en montant au Kerval. La chapelle est un petit bâtiment en tôle flanquée de sa cloche (Photo 15). C'est de là qu'on a les meilleures vues sur les prairies abritant les élevages de cerfs. Après la chapelle, on traverse une ravine en eau abritant deux petites chutes avant de poursuivre vers Maison Laclos. Délaisser le sentier partant sur la gauche vers la Nouvelle. C’est au plus près de la Ravine Kerval qu’on rencontre un discret croisement de sentiers. Comme il est peu fréquenté, il est étroit mais se perd difficilement des yeux. Quelques cairns rassurent par endroits. La montée n'est pas de tout repos dans les cailloux et les rochers, dans le lit ou en bordure de la Ravine Kerval, heureusement souvent à sec et bordée de grands arbres (Photo 16). On franchit un portillon de plus en plus délabré censé arrêter le bétail. Le fond de la ravine est assez technique mais les roches tiennent bon et bougent peu (Photo 18). On la traverse à plusieurs reprises et il faut redoubler d'attention. En gardant à l'esprit qu'on ne quitte jamais la ravine, on monte plus serein sans chercher d'échappatoire. Plusieurs fois se présente l'occasion de marcher au plus près sur les berges mais toujours sur des roches (Photo 19). Dans la montée ou en arrivant au plateau, en se retournant, on voit une partie de la vallée que l'on vient de parcourir et une partie du cirque (Photo 20). L'effort est récompensé au bord du plateau car le paysage est magnifique, avec le Gros Morne et les Trois Salazes qui dominent la mare et les tamarins moussus dans la prairie couverte de joncs (Photo 21). Il est possible de se promener à l'envie sur le plateau à la recherche des vachettes, d'un emplacement pour un bivouac ou pour mieux découvrir la région. Une grande partie des pâturages est couverte de joncs, confirmant l'aspect marécageux du plateau (Photo 22). La jonction entre les prairies s'effectue parfois en franchissant des talwegs encombrés de tamarins, fleurs jaunes ou roches (Photo 23). La mare est facile à trouver à l'endroit le plus sec de la région (Photo 24). Il est impossible de manquer les vaches qui se baladent sur le pré ou broutent de concert en levant la tête vers les nouveaux venus (Photo 25). Si l'on prend le temps de se promener sur ce plateau isolé, on remarque que les pâturages sont bordés de beaux tamarins et de fleurs jaunes recouverts de mousse et de barbes de Jupiter (Photo 26). Si le temps est clément, on peut rapporter de beaux clichés (Photo 27). Le sol est plat, les montagnes magnifiques, les animaux calmes ou indifférents. On entend le bruit de chutes d’eau dans les parages et il ne faut pas hésiter à flâner vers le nord, sous les tamarins, pour s’approcher de certaines d’entre elles. Il y a toujours une pierre dépassant de l'herbe pour s'asseoir (Photo 28). Le retour emprunte le même itinéraire à moins de poursuivre dans le cirque, ce qui est le cas de nombreux randonneurs qui profitent d'une traversée de Mafate pour grimper au Kerval.
Un endroit idéal pour les amateurs de solitude et de bivouac qui voudraient y passer une ou deux nuits. L'eau n'y manque pas et l'accès peut se faire de plusieurs endroits du cirque dont un prévu à partir du Col des Bœufs

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.

Itinéraire

Gagner le Cirque de Cilaos puis remonter vers l'Ilet à Cordes - Se garer au parking du Col du Taïbit - Attaquer la rude et longue ascension du col - Poursuivre après l'îlet des Salazes et franchir le Col puis descendre vers Marla - A Marla, prendre à droite en direction de la Nouvelle ou du Col des Bœufs - A Maison Laclos, tourner à droite dans le lit de la Ravine Kerval et rejoindre le plateau par le sentier caillouteux du fond de la ravine – Visiter à loisir le plateau où il est possible de marcher partout et rejoindre la mare - Après une halte parmi les troupeaux reprendre le même sentier et redescendre à Maison Laclos - Partir à gauche vers Marla puis revenir sur ses pas jusqu'à la route de l'Îlet à Cordes.
Il est également possible de poursuivre vers la Nouvelle pour une nuit de repos ou vers le Col des Bœufs si un véhicule est prévu.


Commentaires sur cette randonnée (9)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Fanch, 14/05/2022 16:24
Randonnée complétée le 14/05/2022 en 3h00

La montée au Kerval ne souffre d'aucune difficultés. Des cairns ont été disposé et même sans eux, le cheminement est instinctif. Du givre au petit matin et du soleil pas avant 11h en cette saison

Polo le solitaire, 11/06/2021 16:23

Pour bivouaquer sur le plateau : attention aux vaches qui s'amusent souvent à visiter les camps et faire n'importe quoi. Un bâton brandi en l'air suffit à les impressionner mais elles sont têtues et reviennent. L'urine et la transpiration les attirent. Il vaut mieux donc s'éloigner du camp pour la pause pipi et étendre les vêtements mouillés à plus de 2m de hauteur, sous peine de les retrouver en charpie le lendemain. De manière générale il convient de planter sa tente loin de la mare car c'est bien sûr le point de rendez-vous de tout le troupeau.

Wild974, 26/11/2020 13:48

Rando réalisée le 25.11.20 en 5h + 45 mn de pause au Plateau Kerval.
Quel bel endroit ! Quelle sérénité ! Je pensais que j'y serai seul, il y avait bien une dizaine de personnes là haut. Les points de vue sur le Grand Bénare, les trois Salazes et le Gros Morne sont extraordinaires et assez inhabituels. Le sentier pour y monter depuis maison Laclos est bien dégagé et bien indiqué par tous les cairns.

Martial, 11/11/2020 10:23
Randonnée complétée le 10/11/2020

Atteindre le plateau du Kerval est un grand moment ; quel endroit extraordinaire de quiétude, on aurait envie d’y rester très longtemps.
L’entrée du sentier est indiquée par un poteau ou est inscrit « Kerval » à main levée, le sentier est en parfait état, des cairns indiquent le cheminement et on arrive rapidement sur le plateau. Malgré la sécheresse actuelle les sources coulent et continues d’alimenter la mare, il est très agréable de s’y rafraîchir.
Nous cumulerons cette sortie avec la nr 1758 qui mène sur l’arête sous le Nez de Bœuf.
Attention cependant, l’aller et retour effectué sur la journée est difficile au vu du dénivelé absorbé ; mais le bivouac sur ce plateau est possible.
Photos Jointes 1-depuis le col, on aperçoit un bout du plateau du Kerval sous l’arête des Salazes 2-la chapelle de Marla 3-le poteau marquant l’entrée du sentier de la ravine Kerval 4-le petit portail en bois à bien souffert, il faut le contourner 5-La mare sur le plateau du Kerval

Olivier BBT, 31/05/2020 21:47
Randonnée complétée le 30/05/2020 en 6h30

Avec un temps splendide, quel paysage paisible et magnifique un peu retiré des grandes "routes" de Mafate. Sentier bien marqué et si on loupe un cairn, on retrouve vite une trace au milieu de la ravine. Tenez les chiens une fois sur le plateau pour ne pas perturber les bovins.

@reunionisland, 02/12/2019 16:46
Randonnée complétée le 23/11/2019 en 8h00

Troisième fois et toujours aussi beau surtout quand on est seul.

yeshua.dap, 30/09/2019 10:52
Randonnée complétée le 28/09/2019

L'un des plus beaux endroits de Mafate. Le début du sentier est balisé par un panneau en bois où est écrit "Kerval" à la main. Très belle montée, plutôt difficile car le sentier n'est pas entretenu, bien suivre les cairns. Vous êtes au pied du Gros Morne, très impressionnant, dans un endroit magnifique et isolé, à faire absolument.

Manu Rmo, 11/08/2019 11:12
Randonnée complétée le 07/08/2019 en 6h00

Superbe rando, cheminement facile dans la ravine kerval completement sèche.

Aurélien, 22/02/2016 17:34

Sentier en bon état, montée au plateau très humide, la mare du plateau est à un niveau haut.

Randonnée ajoutée le : 20/06/2022