De Sans Souci à l'Îlet Alcipe, retour par la Cressonnière

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 6h30
Distance 17.2 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1550 - 366 m
Dénivelé positif 1450 m
Dernière mise à jour 13/06/2021

Fini l'odeur de géranium rosat !

La fiche, avant sa mise à jour, montrait des champs de géranium dans les Hauts de Sans Souci. En quelques années, tout a disparu et il était grand temps d'y remonter pour actualiser les renseignements. J'en ai profité pour explorer un sentier indiqué par Sophie M. lors d'un retour de cueillette de goyaviers. Merci Sophie pour cette découverte à ne pas conseiller à tous.

La sortie vers l'Îlet Alcipe est un classique de la région de Saint-Paul. Une montée constante de 1150 mètres permet de rejoindre un point de vue sur Mafate en visitant au passage un lieu perdu où vécut Vincent Alcipe Clain de 1900 à 1944. Il ne reste rien aujourd'hui des traces de sa vie à plus de 1500 m d'altitude. Hélas, sans réhabilitation sérieuse, ce petit coin de paradis est très vite devenu une friche inextricable. Trois sentiers permettent cependant de s'en approcher pour tenter d'imaginer quelques minutes ce que cet homme vécut durant près d'un demi-siècle. Avant d'arriver, on traverse des zones d'anciennes cultures du géranium désormais recouvertes des pestes connues à ces altitudes. Ce large sentier en très bon état, en montée continue, peut être un départ vers le Maïdo pour un petit tour dans les cirques ou, mieux, un retour par la canalisation des Orangers puisque les départs de ces deux sentiers sont distants de moins d'un kilomètre au village de Sans Souci. Les explications suivantes traitent, d'une part, de l'aller-retour par le sentier classique et, d'autre part, un retour par un sentier tentant de suivre au plus près le feu sentier des Orangers désormais recouvert de goyaviers et de fougères.
La carte et le profil tiennent compte de la partie "aventure". Enlever 200 m de montée, 1h30 et 1500 m pour un aller-retour ordinaire.

La randonnée pour tous débute au Chemin de la Cressonnière qui prolonge le Chemin de Sans Souci. Il est possible de stationner 50 m après le stock de barres de fer d'un atelier de ferronnerie. Laisser la nouvelle route remontant fortement sur la gauche et partir tout droit sur la piste débutant entre des tournesols mexicains (Fleur fête des Mères, Tithonia diversifolia). Très rapidement, la piste se termine à des propriétés privées puis se transforme en sentier un peu herbeux durant deux minutes. Il se met ensuite à grimper entre filaos et chocas (Photo 1). Plus loin, il grimpe dans des friches de terre rouge (Photo 2). C'est le début d'une montée de 7 kilomètres sans un seul tronçon en descente pour reposer les jambes. La piste est large, bordée de filaos et la pente très raisonnable (Photo 3). Plus loin, on peut poursuivre sur la piste mais un sentier débute sur la gauche entre goyaviers et fougères (Photo 4). Le sentier, très fréquenté, est creusé par endroits dans la terre (Photo 5). On parvient à une réserve d'eau sur la gauche bordée de hauts bambous (Photo 6). Le sentier de l'Îlet Alcipe n'est toujours pas indiqué officiellement mais on croise un panneau du Conseil Général (Photo 7). A partir du panneau, le sentier de plus en plus large est facile sur des centaines de marches rarement hautes (Photo 8). On croisera, à partir de la réserve d'eau une demi-douzaine d'oratoires tous aussi bien entretenus les uns que les autres (Photo 9). La végétation est essentiellement constituée de goyaviers qui ont presque réussi à éradiquer les bois de couleurs (Photo 10). Le sentier comporte quelques portions empierrées avec marches un peu plus hautes (Photo 11) mais ce sont surtout de très longs tronçons de marches basses bordées de fascines qu'on arpente avec plaisir (Photo 12 et 14). On bénéficie de panoramas de plus en plus larges au fur et à mesure de la montée. On commence à voir Dos d'Ane, la vallée de la Rivière des Galets et l'entrée dans Mafate. Le regard porte souvent sur la ville du Port (Photo 15). Repérer la première table de pique-nique sur la gauche du sentier, en face d'une grosse touffe de bambous ; c'est de là que partiront les aventuriers pour rejoindre la Cressonnière par un parcours autrement plus difficile que ce sentier même s'il comporte encore des vestiges de fascines. On rencontrera d'autres aires de repos pour pique-niqueurs motivés car elles sont situées à près d'une heure de marche du point de départ. Un travail très important a été entrepris pour attirer les marcheurs. A partir de 1000 m, les vestiges d'anciennes cultures se multiplient. On ne voit plus trop de champs même si quelques lopins subsistent en bordure de sentier (Photo 16). Des portillons en bois ou en tôle indiquent ça et là que des agriculteurs viennent encore entretenir les petits champs entourant de vieilles cases en tôle. Rien à voir avec ceux traversés au début de ce siècle. Les gramounes, comme ils l'expliquent lors d'agréables rencontres, viennent encore affronter la pente pour quelques heures de culture alors que les jeunes sont moins courageux. Les goyaviers disparaissent un peu et sont remplacés par les branles verts et les fougères (Photo 17). Le sentier s'approche de plus en plus du rempart pour le frôler au plus près à 1300 m (Photo 18). Les dernières petites cases entourées de cultures se situent à cette altitude au moment de la rencontre avec le sentier venant de la Route Forestière des Cryptomerias (Photo 19). Le sentier est toujours aussi agréable au croisement vers l'Îlet Alcipe. Prendre à gauche puis entamer la descente vers l'îlet (Photo 20). Emprunter le Sentier l'Affouche facilement reconnaissable au moment où il faut enjamber ses puissantes racines en travers du passage. On rejoint aisément l'emplacement surtout reconnaissable à ses tables de pique-nique dans de petites clairières aménagées (Photo 21). L'eau, indispensable à la vie durant des décennies, est toujours présente dans la seule flaque restante (Photo 22). Si le lieu comporte plusieurs poteaux de l'ONF faisant mention du prénom Alcipe, les autres poteaux de la région n'ont pas encore été changés comme si l'organisme reconnaissait du bout des lèvres ce changement récent de dénomination (Photo 23). Un court sentier à gauche permet de se rendre un peu plus loin pour profiter du point de vue sur Dos d'Ane depuis le point 1434. Une fois le couple de tec tec nourri des miettes du casse-croûte, faire demi-tour ou poursuivre dans les longoses sur le sentier étroit remontant au point de vue officiel de plus en plus bouché par la végétation mais offrant de splendides panoramas sur le cirque (Photo 25). Poursuivre en tournant chaque fois à droite par de nouveaux sentiers dans les longoses ou les branles pour revenir au plus près de l'îlet (Photo 24). Entamer la longue descente pour rejoindre le point de départ en restant sur le même itinéraire.

La randonnée pour aventuriers sur sentier lontan débute à la table repérée en montant (Photo 26). Emprunter le sentier bien nettoyé derrière la table. Tourner à droite au premier croisement (on rejoint le sentier officiel en partant à gauche). L'itinéraire à tout du sentier de qualité un peu abandonné. On y retrouve les marches en rondins, une largeur encore conséquente et un sol propre malgré une couche de feuilles (Photo 27). Ce sentier monte constamment en direction du Piton Fougères qu'on imagine atteindre bientôt. On arrive ainsi à l'altitude de 950 mètres mais le sentier vire brusquement vers la gauche et descend en direction d'une ravine tout en se rétrécissant par endroits. Il reste cependant encore facile à suivre sans hésitation ni efforts inconsidérés. Une fois la ravine traversée, on a l'impression qu'il disparaît totalement. Suivre les traces de pas dans une zone boueuse en partant à gauche ou repérer quelques rubalises accrochées aux branches. Les goyaviers deviennent de plus en plus serrés mais la trace est toujours visible (Photo 28). Les hésitations sont rares et le cheminement s'effectue sans coupe-coupe malgré quelques longoses et fougères tentant de s'installer sur le passage. Les fougères deviennent de plus en plus touffues mais l'on remarque de nombreuses traces de passage. La trace plonge assez rudement vers la Ravine Canot qu'on traverse près de bassins d'eau très noire. La remontée, tout aussi rude, amène en direction du trait en pointillés sur la carte indiquant le sentier des Orangers. Cette piste, très ancienne, est impossible à deviner, même par les habitués de ces recherches de sentiers lontan. Faute de piste ou de sentier, se contenter de suivre les rubalises et la trace de passages. A 700 m, couper sans réfléchir les travaux de défrichement laissant penser à un sentier et poursuivre sur un terrain où les fougères disparaissent et sont remplacées par de beaux pieds de jamrosats. La trace devient plus compliquée à suivre mais on parvient à une petite ravine servant de prise d'eau. Suivre sans plus réfléchir le tuyau à travers le sous bois pour parvenir à une grande retenue d'eau entourée de bananiers. Contourner par la gauche pour parvenir à une piste, fin des inquiétudes. Suivre la piste puis la route et enfin le dernier sentier ramenant au véhicule (voir carte).

Balises

Balises de plus en plus rares

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.

Itinéraire

En venant de Saint-Denis, rouler vers Saint-Paul puis sortir à la bretelle du Port et de Sans Souci après avoir franchi la Rivière des Galets – Rejoindre et traverser complètement le bourg de Sans Souci, tout en longueur, en laissant à droite la route vers La Plaine - Plus haut, à l'embranchement indiquant la Forêt de Sans Souci, partir sur la droite et rouler jusqu'au bout de la route - Se garer à la fin de la route après un atelier de ferronnerie et commencer à marcher sur la piste qui prolonge la route – Prendre ensuite pistes et sentiers rejoignant l'autre piste, début officiel du sentier de l'Îlet Alcipe - Suivre longuement ce sentier jusqu'au Rempart de Mafate qui domine la Canalisation des Orangers - Prendre ensuite à gauche en direction de l'Ilet Alcipe par le sentier de l'Affouche - Traverser la zone ou partir vers l'ancien héliport – Poursuivre ou non jusqu'au point de vue sur Mafate – Faire demi-tour jusqu'au point de départ.
Tenir compte du deuxième § ci-dessus pour emprunter l'ancien sentier de la Cressonnière.

La culture du géranium

En 2000, la région des Hauts de Sans Souci était recouverte de champs de géranium rosat. Le sentier en traversait une partie et l'on pouvait voir d'autres étendues en prenant les sentiers rencontrés lors de la montée à l'Îlet Alcipe. On arrivait souvent à de petites cases où l'on rencontrait des agriculteurs avec lesquels il était toujours intéressant de discuter. Les parcelles étaient nettoyées, désherbées et toujours propres. Depuis, petit à petit, ces champs sont devenus des friches et désormais des broussailles déjà inextricables. Dans 10 ans, ce seront les goyaviers qui auront tout recouvert, même les petits champs rencontrés actuellement.


Commentaires sur cette randonnée (31)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Wild974, 24/04/2022 15:18

Sortie réalisée ce 24.04.22. Les sentiers sont super bien dégagés, larges et propre ! Un peu de boue après l'ilet Alcipe. Retour par sentier Cambour et boucle des boucans (toujours bien dégagés).
Ce serait super d'avoir le tracé prévu par la fiche pour le retour par la cressonnière sur la carte IGN. Mais si ça ne passe pas suite aux cyclones, ce n'est peut-être plus d'actualité pour tenter ce retour.

migtouf, 18/02/2022 13:38

J’ai pris le départ ce matin mais le cyclone a pas mal arraché d arbres Et le retour pour la Cressionnaire Etait trop compliqué j’ai rebroussé chemin. Ça grimpe bien comme il faut. Attention Le terrain est un peu glissant pour le retour.

cdric mhse, 10/02/2022 16:39
Randonnée complétée le 10/02/2022 en 5h00

Bonjour, de retour de la randonnée, première partie pas très intéressante car on passe au milieu des champs qui sont tous en friche, par la suite le sentier est très sympa, on s en rend pas trop compte mais au final ça grimpe pas mal mais régulièrement, le sentier est propre et bien balisé (à partir du pylône électrique, avant il faut suivre les traces GPS qui sont très bien). Suite à l ouragan batisai, le dernier tiers n est pas réalisable avec des enfants.au retour je n mais pas trouvé le sentier partant vers la droite pour la réalisation de la boucle. En grande partie protégé du soleil!

JP Tang-Taye, 08/01/2022 11:08
Randonnée complétée le 05/01/2022 en 3h30

Très belle randonnée effectuée malheureusement en après-midi et donc avec pas mal de nuages et aucune vue sur Mafate... Mais la forêt, le sentier, la végétation, les champs de trèfle à 4 feuilles, l'atmosphère pleine d'histoire et le dénivelé en font un excellent moment. L'Ilet est beau et unique, à voir mais cela se mérite :)

pirlouis, 30/12/2021 18:11

fait le 30/12/2021. Au retour, il est intéressant de suivre les indications "sans souci par les boucans". C'est une variante qui emprunte sur une courte partie le sentier rejoignant la route forestière des cryptomérias (altitude 1336 m) avant de bifurquer sur la droite et rejoindre le sentier pris à l'aller à l'altitude 1110 m (tout est bien indiqué avec des panneaux). On rajoute 15 minutes seulement sur le parcours global en empruntant cette variante.

Sophie M, 27/12/2021 08:56
Randonnée complétée le 26/07/2017 en 4h30

oui c'est l'asso "sentier la Rényon"

Fanch, 26/12/2021 14:48
Randonnée complétée le 26/12/2021 en 5h00

Très belle boucle. Le sentier familial est parfaitement entretenu. On pourrait d'ailleurs regretter que les agents aient pu consacrer autant de temps sur les bordures en goyaviers au lieu de maintenir d'autres sentes.
La partie "aventure" me laisse penser qu'une association subventionnée a du vouloir commencer à mettre en place une boucle alternative et faute de financement s'est arrêtée au tiers du tracé. La suite est réservée aux aficionados des sentes étroites en dévers qui oblige le marcheur à se prendre pour un dahut, échine courbée. Bref un plaisir pour moi. RAS sur cette portion hormis quelques fougères ou galaberts qui viennent pousser en travers du tracé.

LEROMUS, 10/07/2021 20:48
Randonnée complétée le 10/07/2021 en 9h00

Nous ne somme pas de grand marcheur moi et ma familles. Mais sa nous permet de faire des sorties en famille. Donc à notre rythmes avec deux enfants de 7 et 9ans nous l'avons fait.

Walking Dog 974, 15/06/2021 21:34
Randonnée complétée le 13/06/2021 en 9h10

Bonjour, j'ai effectué cet aller-retour le dimanche 13 juin; Ce fut une riche journée !
J'ai éprouvé beaucoup de plaisir à cheminer sur ce sentier souvent large, propre, bordé de fascines, semblable à un "boulevard pour randonneurs".
La montée fut longue pour moi, mais ponctuée de nombreuses rencontres de marcheurs (plus rapides) de coureurs venant en sens inverse ou encore de cueilleurs de goyaviers projetant une prochaine délicieuse gélée.
Les vues, nombreuses, ramenaient souvent mon regard vers la région du Port.
Les magnifiques oratoires rencontrés, dédiés pêle-mêle à Jéus, à Sainte Marie, à la Vierge au Parasol, à ND de la Salette à Saint Michel etc. et à l'inévitable Saint Expédit témoignent de la pîété locale encore enracinée à Sans Souci.
J'ai trouvé cela émouvant.
Lorsque j'eus atteint l'îlet Alcipe, tant visité, je vis avec plaisir que le sentier menant aux Terrasses était sec (fait rare) et surtout débarrassé de nombreux longoses coupés jonchant le sol. Merci aux personnes qui ont "aéré" ce sentier, j'ai vite progressé. Les Terrasses offraient un beau point de vue, comme souvent.
Au retour, après une rencontre inattendue et spirituelle, et un échange long et intéressant (merci à toi Frédéric), je pris le chemin du retour. Les nuages commençaient à gagner les hauteurs.
Cette fois-ci j'étais complètement seul.
Dans la descente j'humais avec surprise le délicat parfum d'un modeste carreau de géranium (ainsi, il y en a encore !)
Après un rapide goûter et un peu de repos, j'ai décidé de tenter le sentier des aventuriers. je voulais quelques sensations, je n'ai pas été déçu !
Si ce n'est leur début semblable, ce sentier n'a rien à voir avec le circuit familial !
Les indications données par la fiche sont tout à fait exactes et ce sentier n'est pas à prendre à la légère, surtout qu'il n'y a pas de tracé : j'ai d'abord éprouvé le doute en empruntant le long sentier pourtant encore large et facile, qui semblait remonter vers l'îlet Alcipe, puis j'ai ressenti l'angoisse après la ravine boueuse et bordée de longoses, cherchant des yeux ces pauvres rubalises, qui, une fois repérées , m'encourageaient à continuer.
Passer des couloirs de fougères fouettant le visage ou griffant superficiellement les bras fut aussi une expérience un peu pénible, mais j'ai pu parvenir à la zone de friches. Malheureusement, mon manque d'expérience dans ce type de sentier ne m'a pas aidé à trouver la suite du chemin. Dommage. Mais c'est ainsi.
Après quelques tentatives, et sachant que la suite n'était pas forcément des plus évidentes, voyant le temps passer (il était plus de 15h00), j'ai préféré renoncer pour cette première tentative et rebrousser chemin.
Ce fut décevant, mais je pense qu'il ne valait pas mieux insister cette fois, surtout qu'il fallait compter le temps de retour. Une autre fois peut-être.
J'ai pu retrouver le sentier familial puis j'ai fini cette belle balade, marquée par cette visite dans des "bois perdus" et une sortie de ces bois réussie surtout !
Un très beau dimanche.....
Merci Randopitons pour cette belle marche et aussi toutes ces émotions qui ont illuminé ce dimanche !

JPG, 15/04/2021 19:57

Sandrabidon : effectuez votre prochaine sortie avec 4 ou 5 copines et munissez vous toutes de GPS, montres ou applis diverses. Au retour, lorsque vous comparerez vos distances et dénivelées, vous déciderez toutes de ne plus emporter vos appareils tellement les écarts seront importants. Sauf erreur possible inévitable, mes traces sont justes à 200 mètres si elles coupent certains lacets de la carte sans les épouser convenablement. Ces traces sont reprises sur une carte, expurgées des défauts ou totalement retracées à la main s'il y a trop d'écarts. Mieux, téléchargez votre trace sur une carte IGN et suivez le trait du GPS et celui du sentier pour mieux comprendre vos écarts.

Randonnée ajoutée le : 10/06/2021