Le Sentier des Ouvriers et le sentier de Grande Terre

Difficulté
Moyen
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 3h30
Distance 11.5 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1729 - 983 m
Dénivelé positif 850 m
Dernière mise à jour 19/03/2020

Le sentier coupe lacets

La région du Tévelave est parcourue de sentiers qui partent dans tous les sens. Hélas, c'est également une région qui est la cible de toutes les invasions. En seulement 15 ans on voit la différence entre les belles forêts de bois de couleurs, celles de tamarins des hauts ou de cryptomerias du début du siècle et ce qu'on traverse désormais. On ne peut que s'inquiéter de ce qu'adviendront ces immenses étendues lorsqu'elles seront totalement recouvertes de longoses, fougères, bringeliers et acacias. Cette invasion est encore plus palpable dans les Hauts où de violents incendies ont décimé une grande partie des arbres endémiques.
Les deux sentiers de cette fiche permettent de relier le village du Tévelave à la Route Forestière des Tamarins en traversant une zone comportant quelques rares portions intactes. Ces deux sentiers sont plus difficiles qu'il n'y parait au premier abord car ils montent de plus de 800 m en moins de 6 km et nécessitent un entraînement minimum. Le Sentier des Ouvriers permettait à ces derniers de se rendre au chantier de la route forestière sans avoir à parcourir les nombreux lacets. Il grimpe bien sûr plus que la route mais sans jamais être difficile. La première partie s'effectue sous les cryptomerias et dans les longoses, la deuxième sous les bois de couleur des hauts et dans les longoses, la troisième sous les tamarins des hauts et dans les longoses. 11,5 km suffisent en effet pour prendre conscience de la vraie définition d'une plante envahissante et confirmer ce qui a été écrit plus haut. La combinaison de ces deux sentiers permet une randonnée moyenne qui peut très bien être poursuivie par le sentier des Tamarins et du Gol. Ne pas manquer au retour une petite halte à l'observatoire des papangues qui permet d'apercevoir souvent ces rapaces.

La randonnée débute peu après le village du Tévelave en remontant vers le Maïdo. Après quelques lacets traversant une zone de repos et de pique-nique, on parvient à un bois de cryptomerias abritant un kiosque (Photo 2). Le sentier, parfois un peu glissant, est agréable dans une végétation épaisse qui crée plus d'ombre qu'on en trouvera plus haut. Six pancartes vieillissantes viennent expliquer la vie des ouvriers forestiers lorsqu'ils rejoignaient le Camp du Tévelave : (départ des ouvriers, la vie au camp, l'ambiance, le ravitaillement en eau, etc.). Même abritées d'un petit toit de bardage, elles ne résisteront plus des années au temps humide de la région (Photo 3). Le sentier monte doucement mais constamment sur la terre luisante, les racines ou la boue en dominant la vallée du Bras de Jeanne (Photo 4). On rencontre des tronçons de tuyauterie sur la droite du sentier ; la fraicheur et l'humidité indiquent que de l'eau circule vers le village. On comprend par moment la raison qui oblige l'ONF à fermer ce sentier : l'humidité rend très glissantes les portions terreuses lissées par les passages incessants des randonneurs. On arrive à nouveau sous le couvert des cryptomerias aux abords de quelques kiosques et on laisse sur la gauche le Sentier de l'Îlet du Noir Mort. On parvient une première fois à la route qu'on longe sur une centaine de mètres. Quelques sentiers partent en bord de route vers de nombreuses sources de la région mais des panneaux placés au départ en interdisent le passage car certaines sources ont été souillées. Le sentier traverse des forêts de cryptomerias touffues (Photo 5). Le sentier n'est jamais large et peut parfois être envahi de jouvences par manque de passage ou d'entretien (Photo 7). Les panoramas sont rares. On domine la vallée de la Ravine des Avirons aux flancs abrupts et couverts de végétation (Photo 8). Ne pas manquer le bel affouche dans un lacet de la route (Photo 9). Les lacets de la route se multiplient mais le sentier se contente de monter de manière assez rectiligne en les coupant. La plupart du temps, la suite se trouve juste en face. D'autre fois, il faut marcher un peu sur la route avant de retrouver un nouveau départ (Photo 10). On quitte rarement les cryptomerias dont certaines parcelles accueillent de très hauts spécimens (Photo 11). Parfois ce sont de grandes surfaces couvertes de tamarins des Hauts totalement envahis de longoses qu'il faut traverser (Photo 13). Certains départs du sentier franchissent le talus par quelques marches en bois de tamarin (Photo 15). Des portions très pentues font leur apparition pour relier deux lacets de la route ; d'autres, plus douces permettent de souffler un peu (Photo 17). Des marches soutenues de rondins ou taillées à même le sol facilitent la progression (Photo 20). Plus loin, c'est l'observatoire des Papangues qu'on aperçoit vers la gauche et comme la distance est courte, il ne faut pas hésiter à aller lire les explications sur la vie de ce rapace et peut être en apercevoir un qui plane en chassant au-dessus de la Ravine des Avirons. Après un dernier raccourci, il faut employer une dizaine de lacets d'une portion de route plus longue pour rejoindre la Route Forestière des Longoses. Partir sur la gauche. La Ravine des Avirons n'a plus rien à voir avec celle qui occupe le bas de la vallée profonde qu'on longeait jusque là. La carte prévoit encore le départ du sentier de Grande Terre 200 m après le croisement des deux routes mais un nouveau sentier est depuis longtemps utilisé juste après avoir franchi le petit pont sur la Ravine des Avirons. On chemine en pente sur les racines de cryptomerias jusqu'à la jonction de l'ancien sentier venant de gauche (Photo 22). Le sentier est large la plupart du temps et le sol est moussu ou couvert d'herbe rase (Photo 23). Puis il se met à monter de plus en plus avec des racines transversales qui ne sont pas trop gênantes. Les tamarins sont de plus en plus nombreux et de beaux spécimens procurent une ombre agréable. Certains font des arches naturelles au-dessus du sentier et sont recouverts de longoses qui ont réussi à monter sur leur tronc (Photo 24). Quelques fanjans égayent un peu la forêt de tamarins mais on se lasse de voir autant de longoses, surtout qu'on remarque également de plus en plus de vigne marronne se mêler à la bataille. Les fougères viennent également tenter leur chance (Photo 25). Quelques traces de pneus trahissent le passage des VTT qui ont creusé quelques courbes du sentier qui retiendra ainsi mieux l'eau de pluie. La pente s'adoucit et on arrive enfin à la Route Forestière des Tamarins sur un sentier très agréable (Photo 28). Le départ du sentier du Gol ou des Tamarins est tout proche vers la droite et il faut voir en fonction des jambes ou de la montre si une incursion sous d'autres grands tamarins ou cryptomerias est encore possible, sinon le retour s'effectuera par le même itinéraire. Comme le sentier n'est pas dangereux, on peut marcher beaucoup plus vite pour retrouver le kiosque du départ. En cas de fatigue, la route du Tévelave présente l'avantage de marcher à plat sur du béton mais a l'inconvénient de représenter une longueur de circuit beaucoup plus importante.

Particularités

Balises


Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.

Itinéraire

Se rendre au Tévelave - Emprunter à la fin du village la route forestière du Tévelave menant au Maïdo - Se garer à l'aire de pique-nique située à la sortie du village - Débuter le sentier à gauche de la route (panneau) - Suivre le sentier jusqu'aux kiosques en coupant ou longeant plusieurs fois la route forestière - Rejoindre la Route Forestière des Longoses en cheminant sur les nombreux raccourcis qui évitent les lacets de la route - Récupérer plus loin la RF des Longoses et bifurquer aussitôt à droite sur le sentier de Grande Terre - Continuer sur ce sentier jusqu'à la Route Forestière du Maïdo - Le retour s'effectue par le même itinéraire - Au retour, alterner le sentier et la route pour reposer des descentes glissantes par moment.


Commentaires sur cette randonnée (11)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Ninis974, 22/10/2019 19:04
Randonnée complétée le 22/10/2019 en 3h30

Rando faites aujourd'hui. Très beau sentier dans la forêt.

Crips974*, 11/04/2019 14:35
Randonnée complétée le 02/04/2019 en 3h00

On peut monter jusqu'au petit Benare ou même le Grand Benares selon sa forme et la durée de la rando ...

Will2510, 20/03/2019 22:33
Randonnée complétée le 19/03/2019 en 4h00

Randonnée agréable sous les forets de Tamarins des hauts et de Cryptomerias.
Tout est très bien balisé, il n'y a qu'a se laisser porter et profiter des paysages.
La montée est un peu longue pour les personnes qui n'ont pas un peu d'entrainement. La descente va beaucoup plus vite.
la route forestière 6 est toujours fermée et pour très longtemps à mon avis car pas grand chose n'a changé depuis les dégâts de Berguitta.

Sophie M, 17/06/2018 17:24
Randonnée complétée

le sentier est rouvert depuis la semaine dernière. L'occasion d'y aller car il est nickel et comme la RF du Tévelave est toujours fermée, c'est tranquille et désert !!
Nous avons commencé l'échauffement en marchant un peu sur la RF et on a pu constater l'ampleur des dégâts (voir photos). La montée est régulière dans cette incroyable forêt et il y faisait 10° heureusement avec un superbe soleil. Au bout de Grande Terre nous avons continué jusqu'au sentier du Gol pour le point de vue sur les Makes... efforts récompensés ! Cela donne 18 km et 900 m de dénivelé. Remarque : la 2e petite portion de sentier, qui passe par le fond de la ravine Bras de Jeanne (pas loin du départ) est fermée.

Zorghk, 19/01/2018 16:50
Randonnée complétée le 24/12/2017 en 2h30

Pour information, le19/01/18, suite à la tempête Berguitta le sentier des ouvriers est fermé (et sans doute pour quelques jours). J'ai tout de même fait une petite partie jusqu'à la traversée de la 2e ravine ou l'eau coule abondamment. C'est difficilement franchissable mais ça devrait l'être dans quelques jours j'imagine.
A noter que la route forestière qui monte du Tevelave au départ sentier du Gol / sentier Mario est fermée à la circulation. Et je déconseille de braver l'interdit ! Plusieurs éboulement sur la route et sous la route.

Zorghk, 24/12/2017 18:19
Randonnée complétée le 24/12/2017 en 2h30

Sentier nickel. Un peu humide par endroit (attention à la descente).
Toujours aussi agréable, surtout le sentier Grande Terre beaucoup plus sauvage que le sentier des ouvriers.

doomdoom, 12/02/2017 12:55

Rando ballade démarrée à l'Eglise du Tévelave, jusqu'à l'observatoire des papangues, par le sentier des ouvriers. La route en lacet et le sentier des ouvriers permettent de varier le cheminement. J'ai beaucoup apprécié de faire la pause repas à l'observatoire des papangues, quelques oiseaux aperçus, il n'y a ni tables ni banc.

Sophie M, 01/11/2016 16:19
Randonnée complétée

Fait ce jour, en rallongeant un peu pour passer plus de temps dans cette belle forêt où les températures ne sont pas encore trop chaudes : départ un peu après l'observatoire des papangues, direction le sentier du Gol avec son point de vue panoramique qui vaut le coup, puis sentier des Tamarins où on sort de la forêt, puis redescente par les RF, Grande Terre et les petits raccourcis. En tout, 13 km et 900 m de D+ et -. Plein de petits oiseaux, de beaux arbres, un calme complet ; on a vu un papangue tournoyer... Le timing était parfait pour un déjeuner sur l'une des tables là où le sentier des Tamarins rejoint la RF. Les sentiers sont excellents et très secs. Une forêt qui gagne à être connue !

jerome 83, 21/09/2016 14:29
Randonnée complétée le 21/09/2016 en 3h00

Quelle tristesse l'envahissement par ces murs de longoses et les vignes maronnes qui montent le long des tamarins. Pas vu de papangues. Attention à la bifurcation, on peut rester plus longtemps sur sentier des ouvriers : vigilance au dessus de 1400m pour ne pas rater la RF des longoses.
Dernière rando pour ce trop court séjour.

Martial, 16/04/2016 03:09
Randonnée complétée le 15/04/2016

15/04/2016, aucun soucis pour cette sortie effectuée en aller retour, par rapport à la trace donnée sur le site, il y a possibilité de couper plus souvent les lacets de la route par des raccourcis. Le sentier de la grande terre est en excellent état.

Randonnée ajoutée le : 01/03/2012