Le tour du Piton de Manapany

Difficulté
Facile
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 2h30
Distance 9.1 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 246 - 1 m
Dénivelé positif 300 m
Dernière mise à jour 27/08/2021

Entre canne à sucre et embruns salés

Les Foulées de Lims et du Piton Babet passent par le Piton de Manapany en empruntant un circuit au sud, plus aisé que celui présenté sur l'ancienne fiche. Ce circuit est donc modifié pour emprunter cette partie beaucoup plus facile à suivre et sans piège.

La région de Manapany est surtout connue pour sa côte rocheuse, sa piscine presque naturelle, ses geckos verts endémiques ou ses locations saisonnières mais beaucoup moins pour ses randonnées. Il est vrai qu'aucun sentier spécifique n'existe hormis quelques sentes de pêcheurs en bordure d'océan. Pourtant il est tout à fait possible d'y effectuer une agréable sortie familiale de moins de 10 km sans gros efforts, excepté le dernier raidillon qui ramène au véhicule par un des seuls chemins pavés du Sud. On est obligé d'emprunter quelques courts tronçons routiers mais l'essentiel de la boucle se fait sur piste dans les cannes et les cultures. On peut souvent profiter de beaux panoramas sur l'océan, Manapany et Saint-Joseph ; les plus jolis étant situés au Nord vers le Volcan et le Morne Langevin. La traversée de Manapany n'est pas si désagréable que cela au milieu des cases et jardins fleuris. Plus loin ne pas hésiter à effectuer un court détour pour visiter le Cap Chevron, ses arches et les ruines qui le bordent. Enfin, chercher le gecko de Manapany dans les palmiers et vacoas peut amuser les enfants avant d 'entamer le pente raide du Chemin des Anglais.

La randonnée débute au point de vue sur l'océan, très connu des touristes dans la descente vers Saint-Joseph après avoir franchi la Ravine de Manapany. Depuis le muret, le paysage est magnifique et permet d'imaginer la fin de la boucle (Photo 1). En face, de l'autre côté de la route, la Source Lucas coule en permanence au milieu de sa touffe de bananiers (Photo 2). Partir vers la Petite Île par un très court tronçon de la RN2. On attaque directement l'ascension du Piton par une piste qui débute de l'autre côté de la route entre deux maisons. C'est la partie basse du Chemin César, tantôt pavée, tantôt recouverte d'herbe ou de feuilles et bordée par endroits de grillages de sécurité en cas d'éboulement (Photo 3). Après de très longs lacets, il se transforme en route étroite bordée de bananiers et pandanus avant de parvenir à quelques habitations. On se retrouve à cheminer près de quelques cases espacées, bordées d'arbres fruitiers entre lesquels on profite de beaux panoramas campagnards (Photo 4). Poursuivre sur le Chemin César. De hautes cannes de chaque côté de l'étroite route bouchent la vue (Photo 5) mais la Ravine de Manapany apparaît si les cannes sont coupées. Quelques champs bordent également la route (Photo 6). Marcher jusqu'au Chemin des Bananiers et tourner à droite aux nouvelles habitations. Poursuivre sur la piste qui file plein sud dans de nouveaux grands champs de canne à sucre (Photo 7). Les panoramas verdoyants sur la droite embrassent toutes les cultures de la canne à Petite Île. La piste oblique sur la gauche et se termine soudainement, remplacée par un très agréable sentier ombragé dans les fougères (Photo 8). Il se termine lui-même pour être à nouveau remplacé par une piste qui remonte dans les maraîchages et les cannes. Cette fois, c'est sur Saint-Joseph et Manapany que porte le regard (Photo 9). On remarque aussi l'épaisseur impressionnante de terre constituant le Piton de Manapany, creusé par les agriculteurs afin de récupérer des terres planes de culture des légumes (Photo 10). La piste ondule encore sous les poivriers avant de rejoindre un lacet de la Rue des Dardanelles. Partir sur la droite jusqu'au prochain lacet. Aussitôt le virage passé, trouver la piste, sur la gauche dans les cannes, qui descend vers la mer (Photo 11). Partir à nouveau à gauche jusqu'au croisement de deux routes. Poursuivre sur l'agréable Chemin du Solitaire pour une marche à plat au début (Photo 12). Il file en direction de Saint-Joseph en longeant un rempart boisé (Photo 13). Le chemin bétonné longe des champs d'où l'on a de larges vues sur la mer et sur le nouveau complexe commercial (Photo 14). Repérer le radier de la Ravine Carosse, le seul important du chemin du Solitaire puis tourner à droite sur la nouvelle route qui contourne par l'ouest cette zone commerciale. Un large sentier bétonné longe la route entre de nombreux pieds de vétiver et des essences nouvellement plantées (Photo 15). Poursuivre jusqu'au bout sur cet agréable sentier moderne, passer sous le pont de la déviation et longer quelques rues pour se retrouver facilement à la RN2. Traverser la route : attention, pas de passage piéton mais un terre-plein central. Emprunter une courte portion de la Rue des Anones puis de la Rue François-Martin de Manapany. A la fin de la route, un sentier part en direction de Manapany. L'emprunter et bifurquer très vite à gauche en direction de la mer. Ce petit sentier très agréable se rapproche de la mer puis s'en éloigne pour revenir au village (Photo 16). Cet écart permet de se rapprocher de la mer pour apercevoir la côte vers Petit Sable depuis de hautes falaises bordant le village (Photo 17). A la fin de ce joli petit sentier, partir vers Manapany en suivant la route principale qui passe près de l'église (Photo 18). Après 800 m d'une agréable route de village (Photo 19), bifurquer à gauche pour une intéressante visite autour du Grand Cap. On rencontre tout d'abord l'office de tourisme avant de descendre par un escalier qui traverse une aire dédiée au gecko, comportant quelques panneaux. Plus bas, on peut faire le tour du four à chaux et se balader pour découvrir des arches naturelles, rechercher des blenniesPoisson de roche qui passe une bonne partie de son temps à arpenter les roches de bord de mer, hors de l'eau. et des oursins tortues sur les rochers (Photo 20). Le Cap Chevron, battu par les vagues, est très agréable et l'on peut apercevoir la suite de la boucle en direction de la plage de Manapany en s'approchant des ruines du débarcadère. Avant de reprendre la petite route, il est possible de descendre sur le bord des rochers pour apercevoir la petite île à l'horizon (Photo 22). Repartir après cette visite instructive puis regagner le bassin de baignade, toujours fréquenté (Photo 23). Poursuivre en longeant les installations et les galets de la plage (Photo 24) avant d'emprunter l'escalier permettant de retrouver la rue principale. Chercher dans les palmiers et vacoas la présence du gecko de Manapany, hélas de moins en moins visible (Photo 25). Sur la droite, repérer le Chemin des Anglais qui monte fortement par un sol bétonné surchauffé. Plus haut, l'ombre arrive en même temps que le chemin pavé qui serpente entre quelques arbres rabougris dont beaucoup de poivriers et acacias (Photo 26). Le chemin pavé est court mais encore en bon état (Photo 27). Lorsque les pavés laissent la place au béton et que les pandanus se multiplient, c'est bientôt la fin de la montée (Photo 28). On est à quelques mètres de la RN1. Partir à droite pour retrouver l'aire du point de vue sur Manapany.

Balises

Aucun balisage

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

Se rendre à Petite Ile puis rouler en direction de Saint-Joseph - Passer le pont de la profonde Ravine de Manapany et stationner 200 m plus loin au point de vue sur Manapany - Remonter la route et emprunter le Chemin César entre les deux maisons - Suivre cette piste puis la petite route jusqu'au Chemin des Bananiers - Partir à droite sur la piste dans les cannes qui se transforme plus loin en sentier – Poursuivre, à nouveau sur piste cannière jusqu'à la Rue Dardanelle – Prendre le premier raccourci à gauche et poursuivre jusqu'au Chemin du Solitaire - Emprunter ce chemin jusqu'à la Ravine Carosse et bifurquer immédiatement sur la nouvelle route qui contourne le supermarché - Longer la piste piétonne jusqu'au pont et suivre les rues Jean Cocteau, Vincent Bordet et Copernic - Traverser la RN et prendre en face, à droite, la Rue des Anones - Reprendre à droite la Rue François-Martin Manapany puis poursuivre sur le sentier qui rejoint la mer - Remonter dans le village de Manapany puis marcher en direction de la plage - Bifurquer vers l'Office du Tourisme et visiter toute la zone avant de repartir en direction de l'estuaire de la Ravine de Manapany - Après l'embarcadère, prendre le Chemin des Anglais et rejoindre la RN2 puis le point de vue sur la droite.

Le Four à chaux

Construit en 1854, ce four à chaux utilisait les coraux de Grande Anse et Grands Bois pour fabriquer de la chaux. On alternait des couches de coraux et de bois pour une combustion qui durait 3 jours entre 800 et 1000°C. L'usine était alimentée par radeaux venant de Grande Anse ou par la route en passant par le Chemin des Anglais.
A la sortie du four, on obtenait de la chaux vive utilisée pour la décantation du jus de canne à sucre. Mouillée, cette chaux devenait un ingrédient utilisé en maçonnerie. L'interdiction de la récolte du corail en 1969, sonne la fin des fours de l'ile.

Le Gecko de Manapany

Le Gecko vert de Manapany (Phelsuma inexpectata) est un superbe petit reptile aux couleurs vives. Il est endémique de Manapany sur un habitat microscopique de 2000 x 200 m. Il est facile à repérer sur les troncs de palmiers, vacoas ou badamiers le long de la plage de Manapany. On en voit en grande quantité en période de floraison car il aime certainement le nectar et participe ainsi à la pollinisation. Il voit pourtant sa population diminuer assez vite en raison de la présence d'un redoutable ennemi venant de Madagascar, vert et rouge comme lui, mais pouvant atteindre 20 cm et adorant la viande de gecko. Une campagne a été lancée afin de signaler le plus rapidement possible la présence de cet ennemi.


Commentaires sur cette randonnée (19)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
DYMIPA, 21/10/2021 23:37
Randonnée complétée il y a 3 jours

réalisé le 21/10/2021,cannes coupées, avec de belles vues mais sans GPS: donc petites erreurs ...et surprise : le chemin solitaire très très fréquentée . une randonnée très sympa à refaire bientôt.

\yureuniom, 18/10/2021 13:21
Randonnée complétée le 18/10/2021 en 2h39

V
Conditions optimum ce matin. Super sympa beaux paysages ruraux et la mer.

al0nz0, 22/01/2020 11:14
Randonnée complétée le 20/01/2020 en 2h10

Faite le 20 janv 2020. Nous avons du regagner la route à la moitié de la rando. Trop de végétation dans les petits chemins au niveau des champs de canne. Dommage la rando commençait bien. A effectuer quand la canne est coupée et avec un gps.

Christian Léautier, 09/01/2020 12:14
Randonnée complétée le 09/01/2020 en 3h00

Entre mer et campagne. D'un côté les belles vues depuis les champs de canne des mini pitons de Manapany (300m) de l'autre la recherche des 5 arches tout autour du Grand Cap. Bien trouvées et bien sûr photographiées ! et plus facile que de voir le gecko de Manapany même en écoutant JPG (photo 25) qui dit "qu'il faut prendre le temps qu'il faudra ..." pour en voir un! Malgré le chaud soleil , pas vu un seul aujourd'hui en tout cas. Ce qui aurait été bien sûr un bonus en particulier avec des marmailles à l'affût . Entre ces 2 lieux qui valorisent la rando (Pitons et Grand Cap) ce sont des chemins ombragés et sympathiques, car même parfois pavés qu'on emprunte pour relier mer et campagne: chemin César et chemin des Anglais. Facile: même Bilimbi, mon chiot de 2 mois s'en est très bien sorti pour cette rando sans prétention mais malgré tout agréable, (re) faite pour le préparer -ainsi que son maître!- à des lendemains plus difficiles.

techer, 06/12/2019 17:09

Fait ce matin sens problème au top

Allonsmarcher, 08/11/2019 21:46

Actuellement, la rue Dardanelle offre une belle vue sur St-Joseph

Yvan974, 06/11/2019 19:09

Rando à effectuer quand la canne est coupée, on peut ainsi admirer tout le littoral de Saint Joseph des rampes de Manapany jusqu'à la Crête. Après le piton Manapany, il vaut mieux utiliser la trace GPS. Nous avons raccourcit la rando en descendant la rue Eliodor Fontaine plutôt que prendre le chemin Solitaire et passer dans la zone industrielle pour revenir ensuite sur Manapany.

Sophie M, 05/05/2019 15:59

Les derniers commentaires n'étaient pas vraiment motivants concernant une bonne partie de ce circuit, alors je me suis fait une petite variante (un aller-retour sans difficulté de 16 km mais que l'on peut raccourcir à tout moment, qui débute au même endroit mais descend de suite par le "chemin des Anglais"). En bas, on tourne à gauche et on suit la route, les sentiers ou les ruelles. Sur le parcours, plusieurs points d'intérêt : l'impressionnant abri à St Expedit ; le four à chaux ; le petit sentier qui amène en bord de falaise en surplomb de la plage de Ti Sable ; ladite plage de sable noir (attention à la houle et à la marée si on veut se rapprocher) ; le beau sentier littoral jusqu'à la pointe de la Cayenne ; le radier fusible ; la caverne des Hirondelles ; le piton Babet et son sentier aménagé ; pour finir par l'aire de pique-nique ombragée au bout de la rue Claude Debussy. Trace dispo ici https://sports-tracker.com/workout/sophiemedina/5ccecd0e8bfe5d62da1dbc64

Malogarun, 01/04/2019 08:58
Randonnée complétée le 31/03/2019 en 3h10

Rando simpa du bassin jusqu au sommet du piton.
Après le sommet, balade moins simpa, disposer d un outil de suivi de la trace Gpx est fortement recommandé. Parcelles de canne, dignes de « bande.cochon » : tracteur dans la ravine, remorques abandonnées au milieu du chemin, dépotoir ....
Et finalement, l’arrivée dans la nouvelle Zi du futur Leclerc ôte tout intérêt du retour sur le littoral.

H.a, 25/03/2019 16:58
Randonnée complétée le 20/03/2019 en 2h30

Rando sympa faite cette semaine. Par contre, il y a un passage infranchissable dans les champs de canne à un moment donné, mieux vaut le contourner par la plantation de pitaya en haut du piton et rejoindre le tracé ensuite.

Randonnée ajoutée le : 27/08/2021