Le grand tour de la Plaine des Sables par le Piton Rouge et l'Oratoire Sainte-Thérèse

Difficulté
Moyen
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 5h30
Distance 16 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 2450 - 2240 m
Dénivelé positif 350 m
Dernière mise à jour 25/03/2021

Le royaume du lapilli

Boucle et fiche refaites en mars 2021 car la longue portion de gratons en partie sud a été supprimée. Elle est remplacée par un contournement par le sud du Piton Chisny . Les traversées de gratons passent ainsi de 300 m à moins de 25 mètres.

Cette marche, qui ne comporte aucune véritable difficulté, permet de traverser la zone aride, sauvage et désolée située avant l'arrivée au Piton de la Fournaise. Le spectacle y est unique, souvent lunaire, émouvant et dépaysant. On peut sortir des sentiers balisés sans danger à condition d'éviter de le faire les jours de brouillard intense, propice à l'égarement et aux chutes dangereuses. Le cheminement se fait sur de petites roches volcaniques mais surtout sur les lapillis projetés par le Piton Chisny il y a 3000 ans.
Comme dans toute la région du Volcan, aucune végétation ne vient gêner la marche hormis quelques branles verts du parking à l'Oratoire Sainte-Thérèse et vers le Piton Rouge. Afin d'éviter la longue traversée des gratons dangereux en direction du sentier de Grand Pays, cet itinéraire revient vers le Piton Chisny pour le contourner par le sud. Le trajet, reconnu et testé, ne traverse plus que deux zones de ces gratons ; une première fois sur moins de 5 mètres et une deuxième d'une vingtaine de mètres. Il est donc conseillé de suivre au plus près la trace GPS fournie tout en adaptant la marche en fonction du terrain.

La randonnée débute au Pas des Sables, au parking le plus employé pour se rendre au Morne Langevin. Plusieurs belvédères ont été installés au début du morne ou dans la descente pour apprécier ce spectacle unique de la Plaine des Sables (Photo 1). Un sentier débute au plus près du parking. Partir en direction de la crête et se diriger vers l'Oratoire Sainte-Thérèse. Le sentier n'est pas situé sur la plaine même mais permet de rallonger la sortie tout en profitant des panoramas sur cette étendue plate au pied du Piton Chisny. On peut ainsi imaginer facilement le trajet qu'on s'apprête à effectuer. Le sentier longe le bord du rempart et permet déjà d'admirer la presque totalité de la plaine et le Morne Langevin (Photo 2). Au lever du soleil, les couleurs sont magnifiques. Les falaises deviennent de plus en plus abruptes et il faut prendre garde en s'approchant trop près du bord quand le sentier borde le rempart. La marche est aisée, en légère montée ou sur quelques dents de scie (Photo 3). On parvient rapidement au-dessus du Plateau des Basaltes qu'on domine en entier. On remarque facilement le sentier qu'on utilisera dans quelques minutes pour descendre du plateau vers la plaine. On a également de larges vues sur les pitons environnants dont la Fournaise à l'horizon. Il faut encore marcher vers le nord pour trouver l'oratoire et le départ du sentier (Photo 4). Partir à angle aigu vers le sud en marchant sur le sentier caillouteux du Rempart des Basaltes. Les panoramas sur le Fond de la Rivière de l'Est sont grandioses et sauvages (Photo 5). La traversée du plateau est une balade dans les herbes sur un terrain totalement plat. Profiter des derniers panoramas sur la Plaine des Sables car, en bas de la descente, ils disparaîtront (Photo 8). Hormis les nombreux cailloux dans les fortes descentes, le sentier reste agréable et à la portée de tous (Photo 9). Après deux séries de lacets le sentier traverse une zone verdoyante recouverte de petits tamarins (Photo 10) et se termine sur les plaques de lave de la Plaine des Sables. Le sentier Josémont Lauret part en direction du gîte du Volcan sur un sol totalement plat (Photo 12). Il est conseillé de le délaisser et rejoindre le cassé qui domine le Fond de la Rivière de l'Est pour des panoramas sauvages et impressionnants (Photo 13). Longer le rempart en slalomant entre les blocs et en cherchant toujours le meilleur passage quitte à rallonger un peu. Repartir vers la droite pour retrouver le sentier, plus sécurisant, à moins d'être un véritable adepte du hors sentier. Partir vers la gauche sur un sol totalement désertique (Photo 15). Le sentier, qui est en même temps le GRR2, contourne par le sud le Piton Hauy, passe à la Griffe du Diable au pied du Demi-Piton. On aperçoit au loin le Pas des Sables, fin de boucle (Photo 16). Délaisser le GRR pour prendre à droite et rejoindre la Piste forestière qu'on aperçoit depuis le col, grâce à la poussière soulevée par les véhicules (Photo 17). Marcher moins de 500 mètres au plus près de la piste du Pas de Bellecombe, sur un agréable sentier dans les branles. On se retrouve au départ du sentier qui longera plus loin le rempart de l'Enclos Fouqué pour se diriger en quelques heures vers le village du Tremblet. On passe près de la Caverne du Chisny en quittant le sentier qui chemine sur de larges plaques de lave. Plus loin, il se rétrécit et passe entre de petites murailles de lave pour frôler une chapelle édifiée en pierres basaltiques. Il est possible d'emprunter le sentier, la piste pavée par endroits ou effectuer du hors sentier (Photo 18). Pousser sans effort jusqu'au pied du Piton Rouge (Photo 19). Il s'escalade le corps penché vers l'avant car la pente est forte, il n'y a pas de sentier et l'effort est autrement plus sportif que sur la plaine mais de courte durée. Les paysages sur la Fournaise ou la région valent tout de même cet effort. L'arête comporte un sentier discret créé par les passages. Longer cette arête dans difficulté ni danger. Une fois au pied, ne pas partir vers l'ouest en raison de l'énorme coulée de gratons de 300 m de largeur. Prendre comme repère le Piton Chisny et marcher dans sa direction en cherchant les passages les plus propres (Photo 20). Comme le sol est très irrégulier, il est impossible de marcher droit. Le but consiste à rejoindre le Chisny en cherchant toujours l'endroit le plus agréable. On découvre ainsi de beaux tunnels de lave, des plaques de lave, des concrétions ou des grottes. Le sol est couvert de gratons à l'approche du cratère Aubert de la Rue (Photo 21). Prendre garde pour cette courte traversée et toujours regarder où mettre les pieds. La marche est quand même assez rapide en raison des nombreux endroits couverts de laves coulées (Photo 22). Après 30 minutes de slalom entre les écueils de lave, on arrive sur un semblant de sentier créé par les marcheurs effectuant le tour du Piton Chisny (Photo 23). Partir vers la gauche, longer des failles et le pied du piton pour arriver sur la Plaine des Sables après une courte descente. Le plus difficile est terminé. Partir vers le Morne Langevin en effectuant ou non un détour vers le cassé de Grand Pays. Le Piton Chisny qui paraissant énorme 15 minutes avant s'admire dans son ensemble (Photo 24). Se balader ensuite le long du rempart sans se fixer de but particulier. Après quelques minutes de marche, on distingue sur la droite de larges tâches teintées de couleurs chaudes. Ces taches se rejoignent rapidement pour étudier de plus près l'origine de ces couleurs (Photo 25). Des roches en fusion, projetées par l'éruption du Chisny, se sont petit à petit délitées par l'érosion en créant ces belles surfaces colorées. On aperçoit facilement les lacets du Pas des Sables et comme précédemment, n'importe quel circuit permet de le rejoindre. Il est conseillé de longer le rempart mais marcher à plat sur cette grande surface est également un plaisir (Photo 26). Pas de conseil particulier pour terminer la boucle. On peut remarquer des crottes de lièvre au pied du Morne Langevin vers le Pas des Sables si on longe la falaise et de belles touffes de graminées tentant de survivre sur ce sol pauvre (Photo 27). Arrivé au pied des lacets de la route au goudron rouge, remonter en prenant garde à la circulation pour retrouver le véhicule au parking du Morne Langevin (Photo 28).

Balises


Balises

Profil

Plan de l'itinéraire

Site géologique  Sites géologiques, en partenariat avec Laurent Michon, laboratoire Géosciences Réunion.

Itinéraire

De Bourg-Murat, emprunter la route forestière du Volcan - Stationner au parking du Pas des Sables - Suivre le sentier Mouton en direction de l'Oratoire de Sainte Thérèse - A quelques mètres de l'Oratoire, descendre à droite vers le Plateau des Basaltes puis suivre le sentier Josémont - Passer le Col Lacroix entre le Piton Haüy et le Demi-Piton - Prendre à droite la route forestière du Volcan jusqu'au GRR2 puis obliquer à gauche sur le sentier du Tremblet jusqu'au Piton Rouge - Profiter une dernière fois de la vue sur la face sud du Piton de la Fournaise - Escalader le Piton Rouge en hors sentier - Longer la crête jusqu'au pied du Piton Rouge - Entamer un hors sentier en visant la flanc sud du Piton Chisny - Au pied du piton, partir à gauche sur la trace laissée par les marcheurs - Descendre en direction de la Plaine des Sables et du sentier vers Grand Galet bordé de cailloux - Marcher à l'envie sur cette surface plate vers le rempart du Morne Langevin et les zones colorées - Rejoindre les lacets de la RF du Volcan en longeant le rempart du Morne Langevin - Remonter les lacets jusqu'au parking.

Time lapse de Guillaume Lescoute

La Plaine des Sables depuis le Pas des Sables avec passage de nuages.