De la Ravine à Jacques à la Ravine à Malheur par le Chemin Crémont

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 5h
Distance 13.6 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 562 - 1 m
Dénivelé positif 720 m
Dernière mise à jour 23/12/2021

L'historique disparaît, le géologique demeure

Le lazaret de la Ravine à Jacques est moins connu que les deux de la Grande Chaloupe, plus faciles d'accès. Si son bâtiment principal a été en partie rénové et sert de musée et d'exposition, celui de la Ravine à Jacques, privatisé en partie, disparaît sous les lianes papillon et anciennes plantations. La piste en terre qui rejoint cet îlet isolé est la seule voie de communication ; les habitants se sentent souvent encore plus isolés lorsque la route est fermée. Le déplacement vers la Ravine à Jacques a perdu de l'intérêt pour son côté historique, mais il est agréable de s'y rendre pour descendre dans la ravine pour des clichés originaux de la Nouvelle Route du Littoral ou voir de plus près le mode de vie des habitants enclavés entre deux falaises. Le Chemin des Anglais ou Chemin Crémont ne se présente plus. Il peut être pratiqué par tous même s'il comporte parfois de fortes pentes et des zones détruites par les glissements de terrain. La boucle, qui débute au belvédère sur la Grande Chaloupe, est plus agréable qu'on l'imagine en regardant la carte. La traversée des savanes envahies de chocas et poivriers n'est jamais difficile. C'est une autre affaire plus haut à partir de la deuxième citerne DFCI. Les pistes et sentiers sont si nombreux (voir carte) qu'il est conseillé d'emporter la trace pour la suivre sans surprise. On y rencontre, comme à Fleurié, de belles étendues de terres rouges du plus bel effet par temps ensoleillé. La région est chaude et les trois litres d'eau seront très vite consommés.

La randonnée débute à deux pas de la gare de la Grande Chaloupe. La première partie, facultative, emprunte la piste en terre longeant la falaise et la longue muraille de gabions empilés sur près de 10 mètres (Photo 1). La route est interdite en cas de fortes pluies ou d'alerte cyclonique. La falaise est impressionnante par endroits et certains blocs ont éventré les gabions, donnant ainsi une idée de la force d'une roche détachée du rempart. On parvient très vite au pont de chemin de fer et au tunnel de la Ravine à Jacques. Un sentier discret commence à droite. En le suivant sur 50 mètres, on s'approche du lazaret qu'on distingue à peine (Photo 2). Plus loin, près d'un "parc bef" où ruminent bœufs Moka et cabris, un sentier descend en rive droite en direction de la mer. De là, on a une vue originale et plongeante sur la Nouvelle Route du Littoral (Photo 3). Les pêcheurs traquent les poissons de roches entre les tétrapodes usés par les vagues. Après cette visite, reprendre le chemin de la Grande Chaloupe puis poursuivre vers le début du Chemin Crémont. Il débute sur la droite près de quelques cases par une assez forte pente qui donne très vite le ton (Photo 4). La végétation de cette colline, surtout constituée de basalte, est pauvre hormis quelques grands tamarins qui bordent le chemin empierré (Photo 5). Les lacets sont courts et la pente forte par endroits. On pense alors aux bœufs ou chevaux qui l'empruntaient au 19ème siècle pour tirer les charrettes. Certaines portions sont défoncées et aucune pierre plate n'est à sa place. Il faut alors lever le pied pour les enjamber ou trouver le meilleur passage (Photo 6). On s'élève rapidement. Les paysages s'élargissent vers la mer et de l'autre côté de la ravine de la Grande Chaloupe (Photo 7). La piste est parfois très étroite en raison des éboulis (Photo 8) ou large et encore très bien pavée (Photo 9). Il faut près de 25 minutes pour atteindre le belvédère donnant sur la Grande Chaloupe (Photo 10). "L'autoroute" est finie et il va falloir poursuivre sur un sentier étroit, non marqué sur la carte, qui longe le rempart de la Ravine de la Grande Chaloupe. Une fois repéré, juste en face du belvédère, le suivre ne pose jamais d'hésitation. Les hautes herbes, les chocas, faux poivriers, avocatiers marrons constituent l'essentiel de la végétation (Photo 11). On parvient en moins de 10 minutes au premier réservoir DFCI entouré de planches. Le sentier s'élargit. On marche sans grands efforts entre les herbes sur une pente faible (Photo 12). Plus on monte et plus le passage est visible, sans doute emprunté plus souvent par les 4x4. Il s'éloigne un peu du rempart qu'on ne perd pas de vue (Photo 13). Plus haut, le sentier fait place à une piste en terre tout en s'approchant d'une seconde réserve d'eau (Photo 14). La végétation, touffue mais assez rase, ne cache aucun panorama en direction de la mer (Photo 15). Dans un lacet, un sentier emprunte le tracé d'une très ancienne piste et se dirige vers le rempart, occupé par des pylônes électriques. Ce n'est pas une grande aventure que de le suivre pour admirer le fond de la vallée (Photo 16). La piste se poursuit en direction de la RD41. Les raccourcis de la carte ne sont pas toujours visibles sur le terrain. Inversement, des pistes n'apparaissent pas sur la carte. Ne pas manquer, à l'altitude 560 m, le sentier qui débute dans un grand lacet de la piste (Photo 17). Il chemine en faible descente entre les fougères, les chocas et quelques rares bois de couleurs (Photo 18). On rencontre, en bordure de sentier, de plus en plus de petites zones occupées par des terres rouges (Photo 19). L'une d 'entre elles, plus importante, impose une halte photo si le soleil éclaire la terre pour en faire ressortir les couleurs chaudes (Photo 20). Tout comme à Fleurié à quelques kilomètres de là, la promenade est agréable tant par la pente faible que par ces traversées de terres (Photo 21). Il est alors préférable de suivre le GPS pour ne pas quitter cet itinéraire naturellement balisé de orange, jaune ou rouge car les croisements sont nombreux (Photo 22). On frôle ainsi les installations d'entraînement de motocross avant de poursuivre vers le nord sur un sentier étroit qui descend rejoindre la Chemin des Anglais à travers les faux poivriers de plus en plus nombreux (Photo 23). Plus bas, le sentier longe et emprunte une petite ravine où il n'est pas rare de rencontrer quelques hautes marches (Photo 24). Après une heure de descente assez facile, le sentier rencontre la piste pavée surchauffée (Photo 25). Partir à droite et longer ces plaques basaltiques avec une pensée pour les esclaves en charge de les casser et de les aligner sous le soleil du nord. Descendre pour franchir la Ravine de la Petite Chaloupe et remonter, parfois fortement, vers le début de la boucle (Photo 26). Cette pente est la dernière difficulté de la randonnée. On repasse devant le belvédère avant d'entamer la descente sur les portions empruntées en montée 4 heures auparavant (Photo 27). La descente est beaucoup plus facile que la montée même lorsque les pierres sont disjointes (Photo 28). La jonction avec le parking est rapide. Ne pas manquer une visite au lazaret ruiné mais rénové abritant expositions et musée ou une balade près du cimetière et son énorme banian aux centaines de racines.

Particularités

Balises

Pas de balisage

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

Se rendre à La Possession ou à Saint-Denis puis emprunter la Route du Littoral - Quitter la route à la Grande Chaloupe et stationner au premier parking - Effectuer ou non l'aller-retour jusqu'à la Ravine à Jacques - Partir ensuite vers le Chemin Crémont pour entamer la rude montée en lacets - Au belvédère, trouver le sentier en face, plein sud - Remonter en direction de la RD 41 en longeant la Ravine de la Grande Chaloupe - Suivre les sentiers et pistes pour s'approcher des terrains de motocross - Repartir vers l'océan sur le seul sentier encore praticable dans la savane - Retrouver le Chemin Crémont - Partir à droite, retrouver le point de départ en franchissant la Ravine de la Petite Chaloupe puis en passant par le belvédère.

La Ravine à Jacques

D'après une légende, cette ravine tiendrait son nom d'un esclave, Jacques, qui enleva la jeune fille blanche dont il était amoureux. Poursuivi, il abandonna sa bien-aimée puis se jeta de la falaise dans la ravine qui porte aujourd'hui son nom.
Le premier lazaret de l'île y fut construit afin d'isoler totalement les esclaves malades qui arrivaient sur l'île avant d'accueillir les engagés en 1848. Trop petit, il fut vite remplacé en 1860 par les deux lazarets construits à la Grande Chaloupe.
Totalement abandonné, il est désormais englobé dans une propriété et ne peut se visiter sans l'accord des propriétaires. Des associations ont étudié des solutions pour le réhabiliter mais aucune remise en état n'est pour le moment programmée.


Commentaires sur cette randonnée (7)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
phifamabaol, 18/03/2022 17:56

Le sentier se perd, les guêpes attaquent... Pour nous c'était un mauvais plan. Réalisé le 6.03.22

Christian L, 13/03/2022 07:37
Randonnée complétée le 12/03/2022 en 2h40

Retour comme prévu dans la Forêt de la Grande Chaloupe- voir mon commentaire précédent du 26 février -Le bus Kar’ouest ligne 16 pris à La Possession me dépose au terminus, arrêt « Ravine á Malheur « Rejoindre alors en quelques minutes le haut de la boucle -voir la trace de la fiche-pour en 2 à 3 heures découvrir la forêt semi-sèche et les terres rouges. Je découvre fortuitement des panneaux explicatifs intéressants sur la forêt semi-sèche et un belvédère aménagé au niveau du dernier pylône de haute tension à quelques mètres du point le plus haut de la boucle avec un très beau panorama sur la Ravine de la Grande Chaloupe.Mais quel gâchis puisque pour y arriver rien n’est indiqué ! La recherche et découverte des terres rouges est un régal.Cela peut être facilité par l ‘observation attentive des photos satellites.Beaucoup de tâches orangées à aller dénicher ! Parfois un peu de hors sentier en traversant en particulier les fougères permet un agréable jeu de piste(s) et de belles découvertes.Intéressant aussi d’emprunter les sentiers notés en pointillés noirs sur la carte ign pour mieux quadriller toute la moitié haute de la boucle de la fiche.Comme la fois précédente temps très chaud, donc pas mécontent de n ‘avoir fait que la moitié du circuit prévu sur le site randopitons tout en découvrant de jolies choses.

Christian L, 26/02/2022 18:01
Randonnée complétée le 12/03/2022 en 2h40

Boucle tentée à l’envers par erreur ayant oublié de charger mon gps! Pour trouver le discret sentier lorsqu’on quitte le chemin Crémont, repérer sur votre gauche un panneau indicateur au sol et cassé en deux indiquant « rd 41 rte de la Montagne ».Sentier encore souvent gorgé d’eau des dernières pluies (étonnant !) et parfois encombré de branches et arbustes torturés par les derniers cyclones. Bref, ajouté à une chaleur torride, l’arrivée « en haut de la boucle » est presqu’une délivrance. Beaucoup de pistes,traces, intersections, aussi sans gps je ne me risque pas à faire la suite de cette boucle.Hélas, c’est là que se trouvent les clones des terres rouges de Fleurié qui étaient le but principal de ma rando même si j ‘ai pu en photographier quelques plaques en montant. Je rejoins finalement la rd 41 pensant être beaucoup plus près de la Possession que je ne le croyais . Trop chaud, trop long…Je termine avec le bus 16 Karouest pour rejoindre la côte. Il faudra revenir pour les Terres Rouges avec un gps opérationnel !

Wild974, 22/12/2021 13:14
Randonnée complétée le 22/12/2021 en 4h00

Rando réalisée ce 22.12.21 en 4h depuis La Possession pour un total de 22km. Je ne suis pas allé jusqu'à la Ravine à Jacques à cause du temps pluvieux et la falaise qui ne m'inspirait pas trop confiance. De beaux points de vue sur la Ravine de la Grande Chaloupe lors de la montée du sentier puis de la piste. Quelques rubalises semblent indiquer cette boucle. Une rubalise semblait aussi indiquer un sentier pour descendre dans la ravine de la Grande Chaloupe vers la fin de la piste mais le sentier ne semblait pas trop marqué. De nombreux sentiers dans la partie descendante de la boucle en effet. Très sympa toutes ces terres rouges !

tari24, 19/12/2021 15:16

Fait ce jour le 19/12/2021
Balade sympa avec de beaux points de vue sur l’océan et la NRL. Il faut effectivement avoir la trace et son gps dans la deuxième partie car les embranchements sont nombreux et on peut vite se tromper. Je me suis aperçu de l’une de mes erreurs lorsque je suis arrivé sur la route départementale. Le chemin des anglais et toujours agréable malgré ces pavés quelquefois sans dessus dessous et ses pentes raides. Ne pas oublier 2 ou 3 litres d’eau en cette saison.

Sophie M, 18/12/2021 18:15

Faite en août dernier mais en partant de la Possession ce qui rallonge de 3 km, et en montant un tout petit peu plus loin pour aller au belvédère aménagé "Bois d'Olives" (suivre la minitrace qui mène au pylône). Il y a un robinet près du terrain de sport/motocross. Circuit très agréable avec de beaux panoramas

Walking Dog 974, 18/12/2021 13:54
Randonnée complétée le 15/12/2021 en 5h00

Bonjour, j'ai fait cette boucle en compagnie de l'auteur de Randopitons, qui m'a fait l'honneur de son invitation et de son expérience tout au long de la marche.
Marche imprégnée d'histoire avec le Lazaret, maintenant à l'abandon et inaccessible (sauf sur autorisation de propriétaires, ainsi que nous l'avons entendu lors d'un échange) et c'est dommage, car les ruines nous étaient visibles, et il était même question d'une stèle !
Marche imprégnée aussi par la Réunion moderne à l'occasion d'un petit détour au
bord de mer donnant sur la NRL (photo 1), puis à nouveau replongée dans son passé avec le chemin Crémont, toujours vaillant malgré les assauts du temps et de la Nature (photos 2 et 5)
Cela faisait si longtemps pour moi ce "chemin des anglais ", même fait partiellement !
La marche n'est pas trop exigeante physiquement et donne quelques beaux points de vue maritimes (photo 3) et plus captivant encore, elle flirte très bien avec des terres ocres similaires à celles du Domaine Fleurié !
Ce fut un régal pour moi : pistes, sentiers, sols bosselés et même petites ravines praticables (voir photo 21 de Randopitons) chantent à l'unisson la même mélodie écarlate dont les notes brûlantes ravivent de doux souvenirs (photo 4), avant de nous laisser à des sentiers dominés par les chocas et la sècheresse.

Le retour se fit sur de vieux pavés chauffant doucement au soleil (photo 5) pour se conclure par une brève visite au curieux cimetière proche du musée du Lazaret.....

Une marche sympathique et historiquement intéressante, mais attention, la chaleur venant rapidement surtout en cette période, je conseillerais de la faire assez tôt comme JPG et moi l'avons fait....

Merci à JPG et Randopitons pour ce cadeau de Noël avant l'heure !

Randonnée ajoutée le : 18/12/2021