De la Grotte des Hirondelles au téléphérique de Takamaka

Difficulté
Moyen
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 3h15
Distance 9.9 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1387 - 1198 m
Dénivelé positif 280 m
Dernière mise à jour 11/05/2019

Téléphérique interdit au randonneur mais pas le point de vue

Le Trou de Fer est souvent envahi de brouillard bien avant le reste de la Forêt de Bébour. Cette boucle permet de marcher dans la forêt primaire de Bébour qui n'a rien à envier à celle de Bélouve à quelques kilomètres de là. La marche en forêt, un peu moins boueuse qu'au Trou de Fer et la vue plongeante sur la vallée de la Rivière des Marsouins et le barrage de l'Îlet à Bananes alimenté par des cascades, vaut autant le déplacement que la haute chute du Bras de Caverne. Ces dix kilomètres alternent route, sentiers et pistes ne comportant jamais de fortes pentes et convient donc à une balade familiale. Prévoir, comme au Trou de Fer, des vêtements et chaussures de rechange car la boue est quasi inévitable, à moins de mettre une heure de plus que le temps proposé. Que ce soit le fouillis végétal de la forêt primaire le long du sentier ou les bois de couleurs mêlés aux fougères arborescentes qui bordent la piste de Takamaka, tous les ingrédients sont réunis pour voir, admirer ou photographier la presque totalité des arbres de La Réunion. Les mousses et les épiphytes empêchent souvent leur repérage ; garder un peu de temps pour tenter de les reconnaître en longeant la longue piste. Le détour à la caverne des Hirondelles et le dangereux cassé de la Rivière des Marsouins est facultatif mais intéressant si l'on n'a pas encore eu l'occasion de s'en approcher. Eviter cet écart en période pluvieuse en raison des roches glissantes.

La randonnée débute à deux pas de la Rivière des Marsouins où un parking a été conservé juste avant de parvenir au pont. Ces lieux de stationnement sont devenus tellement rares qu'il faut savoir où l'on va afin d'éviter de trop marcher pour débuter une randonnée. Les aires de pique-nique ont été supprimées il y a quelques années et des centaines de plots de sapin empêchent tout stationnement sauvage. Marcher sur le goudron en direction du Col de Bébour sur environ 1300 mètres avant de rencontrer le départ du sentier de la Rivière (Photo 1). Ce sentier humide et moussu est un raccourci pour éviter les nombreux lacets de la route. Il débute à plat et le restera jusqu'au franchissement de la Rivière des Marsouins. Les portions les plus boueuses comportent des planchers un peu vermoulus et glissants (Photo 2) ou de grosses bûches qui permettent de garder les pieds au sec (Photo 3). Ces 300 mètres de sentier étroit mais très agréable au milieu de la forêt primaire de Bébour donnent envie de poursuivre bientôt par celui de Takamaka. Il faut auparavant traverser un petit ruisseau puis rejoindre le lit de la rivière par une volée de marches et quelques lacets (Photo 4). Le lit est surtout composé de grosses pierres mal dégrossies et humides et le sentier se devine en rive gauche, en face du point d'arrivée à la berge. En amont, on entend autant que l'on voit la petite cascade alimentant un bassin qui se rejoint en cinq minutes (Photo 5). Eviter ce court écart avec des enfants, ainsi que la baignade qui pourrait être tentante mais qui est également déconseillée . Le sentier de la Rivière se poursuit en forte montée où certaines marches dépassent les 50 cm (Photo 6). On retrouve les mêmes bois de couleurs que sur l'autre rive ainsi que les mousses et épiphytes. On parvient très vite au goudron. Prendre à droite et marcher quelques centaines de mètres jusqu'au sentier de Takamaka, impossible à manquer (Photo 7). Ce sentier représente tout ce que l'on aime ou tout ce que l'on déteste mais jamais on n'entend un randonneur se plaindre d'avoir traversé cette forêt. Pendant 90 minutes, on va serpenter au gré du relief, slalomer entre les monstrueuses fougères arborescentes, passer de petites ravines, sauter des troncs tombés au sol, se baisser pour passer sous les arches végétales, s'enfoncer dans la boue ou l'éviter par des planchers. Les montées sont faibles tout comme les descentes et c'est sans aucune fatigue qu'on effectue la traversée. Le sentier est bordé d'ananas et de cannes marronnes, de troncs moussus, de jouvences et de magnifiques bégonias diadema qu'on ose à peine effleurer de peur de les casser. Les oiseaux sont un peu plus rares que sur le bord de la route mais les merles se font entendre à chaque sous-bois. Après avoir franchi un affluent de la Rivière des Marsouins et passé une échelle en aluminium, on s'approche de la fin du sentier. On rencontre le croisement vers l'usine de Takamaka, souvent fermé et déconseillé aux familles. Prendre alors à droite et terminer dans l'herbe pour nettoyer les semelles sur une centaine de mètres (Photo 17). Le sentier se termine définitivement à la piste de Takamaka, dans les branles verts et hauts fanjans avec de magnifiques vues sur les remparts entourant la Rivière des Marsouins (Photo 18). Partir sur la gauche pour profiter du magnifique point de vue sur la vallée, le barrage et les petites cascades qui l'alimentent (Photo 19). En se penchant un peu, on aperçoit d'autres chutes tomber dans le petit lac qui sert de réserve à l'usine installée 300 m sous terre à 4 kilomètres en aval. Tout près du belvédère dévoré par les herbes, les installations d'EDF abritent des petits bâtiments et le téléphérique employé par les agents (Photo 20). C'est en se penchant à nouveau qu'on les envie lorsqu'ils se rendent au travail ! La piste débute par quelques ornières en face d'une ancienne piste qui abrite des ruches (Photo 21). La boucle est presque finie. Prendre tout son temps pour repérer les essences variées de plantes qui bordent la piste (Photo 22). Ne pas manquer non plus les lointaines vues sur le Piton des Neiges ou les autres pitons dépassant à l'horizon (Photo 24). C'est après une montée régulière qui alterne sable, cailloux, goudron ou herbe (Photo 24) que l'on parvient à la barrière qui interdit l'accès de la piste aux véhicules (Photo 25). La fin de la boucle s'effectue sur route, assez peu fréquentée, qui permet de marcher moins d'un km dans un cadre très agréable (Photo 26). Si l'heure ou la météo le permettent, chercher en rive droite de la Rivière des Marsouins, juste après le pont qui la franchit, le passage qui permet d'atteindre la berge rocheuse. Rejoindre le cassé en aval en préférant la rive gauche, plus facile d'accès (Photo 27). La rivière, calme à ce stade, se précipite d'une bonne centaine de mètres dans le vide à quelques mètres de la caverne des Hirondelles (Photo 28). En essayant de ne pas gêner les dizaines de salanganes qui volent pour entrer et sortir de la grande grotte, il est possible de s'en approcher et d'y pénétrer. Remarquer, en haut de la cascade les cordes fixées par les canyonistes qui effectuent les descentes au bout de leurs longues cordes. Le véhicule est situé à une cinquantaine de mètres du pont.

Balises


Très peu de balises visibles

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.

Itinéraire

A partir de la RN 3 entre Saint-Pierre et Saint-Benoît, bifurquer à la Petite Plaine en direction du gîte de Bélouve - Passer l'aire de pique-nique puis le Col de Bébour et poursuivre en direction de la Rivière des Marsouins - Après le Bras Chansons, repérer le départ du sentier de la Rivière puis continuer jusqu'au parking avant la descente vers la Rivière des Marsouins - Débuter la marche en revenant au sentier de la Rivière - Suivre la totalité du sentier jusqu'à la RF de Bélouve - Prendre à droite sur 350 m puis tourner à gauche sur le sentier de Takamaka - Marcher jusqu'au croisement vers les échelles de Takamaka - Emprunter le sentier de droite vers le téléphérique - Repartir à droite sur la piste de Takamaka et revenir à la RF de Bélouve - Bifurquer à gauche puis rejoindre le parking en effectuant ou non le court hors sentier vers la Caverne des Hirondelles.


Commentaires sur cette randonnée (5)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Brice Hoarau, 18/07/2019 18:06
Randonnée complétée il y a 5 jours en 3h20

MAGNIFIQUE !!! Le temps était pourtant très nuageux avec une petite averse, mais la forêt est de toute beauté !! Quel plaisir de cheminer dans la boue, les flaques, de passer dessous les arbres, au dessus des arbres, de marcher sur les arbres !! Secouer les branches lorsque l'on cueille des goyaviers et se faire arroser par l'eau présente sur les feuilles. Des fougères, des mousses, des arbres tortueux… J'ai adoré !!!

Christina976, 16/07/2019 18:28

Bon début de sentier, dommage qu'à la ravine des marsouins où débuter la suite du sentier. Nous ne l'avons pas le faire jusqu'au bout car le panneau du danger nous a un peu fait peur, nous n'avons pas oser.

Christian Léautier, 16/05/2019 16:23
Randonnée complétée le 14/05/2019 en 4h00

Remarque importante oubliée dans mon précédent commentaire: ne pas se laisser impressionner par le panneau au début du sentier de Takamaka mis par l'ONF pour indiquer que ce sentier est fermé. Arrivé à ma kaz je vérifie les arrêtés: c'est la portion à partir de la ravine Misère avant les échelles et jusqu'à l'ilet à Bananes qui est concernée alors qu'au début de cette portion aucune interdiction n'est précisée!!!!! Donc un peu n'importe quoi! Conclusion:cette rando peut se faire sans problème -du moins en ce moment-et bien sûr en 3h15 mon cher Jean Paul...un peu plus long à mon âge....(Ps: un tout petit détail: je n'arrive toujours pas à modifier un commentaire précédent, ce que je voulais faire pour donner ces précisions: quand j'active "modifier" ça tourne sans cesse dans le vide. Merci à ceux ou celles qui ont un Mac et qui ont mis déjà des commentaires d'essayer pour voir si ça fonctionne...si oui, c'est un problème personnel avec mon ordi)

JPG, 14/05/2019 20:40

Christian : tu as effectivement dû lambiner car c'est le temps que j'ai mis avec mon genou en petits morceaux.

Christian Léautier, 14/05/2019 16:31
Randonnée complétée le 14/05/2019 en 4h00

10 bonnes raisons pour aller vite " tester " cette boucle: 1/ c'est plutôt facile- 2/ c'est plutôt court: moins de 10 kms -3/ c'est plutôt plat puisque les dénivelés restent modestes- 4/ l'immersion dans la forêt de Bébour- Bélouve est magique- 5/ les points de vue sur la rivière des Marsouins sont de toute beauté- 6/les sentiers sont bien marqués ; on ne peut les perdre de vue- 7/ la solitude et la magnificence des lieux : encore beaucoup mieux que pour aller au Trou de Fer -8/ juste ce qu'il faut de boue et de glissades pour pimenter la boucle ,sinon bien trop facile (!!!) -9/ des goyaviers à gogo en cette saison au retour à partir de la ravine Misère- 10/ et la cerise sur le gâteau : l'incursion dans la rivière des Marsouins jusqu'à la grotte des Hirondelles, mais attention cette portion est vraiment "casse gueule" lorsque les galets sont mouillés comme aujourd'hui suite aux pluies de la nuit précédente....Et pourquoi pas en bonus, remonter la rivière des Marsouins depuis le pont: 200m plus haut un très beau bassin que l'on peut traverser en cette saison de basses eaux -sans nager!!- pour rejoindre encore plus en amont" le Sentier de la Rivière", rencontré à l'aller ce qui évite 3 ou 4 lacets de route goudronnée. Les 3h15 indiquées sur le site ne me semblent pas faciles à tenir...(mais faisable) .Pour moi, plutôt 3h45 mais j'ai du sûrement lambiner , époustouflé par toutes les merveilles rencontrées...! Rando au très bon rapport "qualité-prix" (si je puis m'exprimer ainsi) .

Randonnée ajoutée le : 11/05/2019