Une courte remontée de la Rivière des Marsouins à l'Ilet Coco

Difficulté
Facile
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 2h30
Distance 7.5 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 95 - 41 m
Dénivelé positif 80 m
Dernière mise à jour 03/07/2021

Balade au pays des letchis

Circuit refait en juin 2021. De nombreux travaux de pistes et d'aménagements de vergers ont un peu chamboulé les lieux. Cette randonnée est encore intéressante sur 200 mètres après la pancarte de la photo 14 mais devient difficile après. A éviter avec des enfants à partir de ce point.

La Rivière des Marsouins est principalement connue pour la descente en rappel de ses cascades ou en rafting de ses eaux bouillonnantes mais il est également possible d'en suivre le cours en marchant le long des berges. Cette courte sortie débute à l'Ilet Coco, chemine sous les letchis ou longanis et se termine au premier gué qu'il est pratiquement impossible de franchir sans mouiller les chaussures. La rivière est large, propose de grands bassins d'eau calme mais également de beaux rapides. Il est recommandé de ne pas se baigner sans avoir bien étudié les courants alentour et d'être obligatoirement accompagné. En effet, la couleur bleue des profondes retenues d'eau incite à la baignade mais les courants sont parfois très violents. De nombreuses pancartes d'interdiction de pénétrer dans les vergers sont amplement justifiées, surtout en période de fructification.
Comme il est difficile de se garer entre les habitations, il est fortement conseillé de stationner au début de la petite route et effectuer la jonction à pied.

La randonnée débute à la D54 où un emplacement de stationnement se trouve immédiatement après avoir emprunté la petite route de l'Îlet Coco. On peut également stationner un peu plus loin près d'un modeste temple tamoul. Partir sur la route étroite sans grand risque avec la circulation (Photo 1). La jonction est courte avec l'Îlet Coco et permet de traverser de nombreux vergers ou une vaste plantation. On repère déjà de superbes pieds de letchis (Photo 2). Plus loin, on franchit un radier assez long qui n'est dangereux qu'en cas de fortes eaux durant les épisodes cycloniques importants (Photo 3). Prendre une minute pour lire le panneau relatant les crues importantes de la rivière. Repérer les deux marques en haut du poteau pour voir qu'il ne fait pas bon traverser à certaines périodes (Photo 4). L'îlet est composé de cases dispersées et entourées de nombreux arbres fruitiers (Photo 6). Suivre le Chemin de l'Îlet Danglas, traverser le hameau et emprunter la piste caillouteuse sous les letchis et autres arbres fruitiers (Photo 7). Elle ne présente aucune difficulté car elle est totalement plate. Elle passe plus loin un pont métallique au-dessus d'un bras de la rivière (Photo 8). On arrive plus loin à de grosses touffes de bambous situées en bord de rivière (Photo 9). L'eau y est assez calme et l'on peut même envisager une baignade (Photo 10). Une nouvelle piste commence aux touffes de bambous. Un panneau en interdit la circulation mais pas la marche. La pente est assez forte par endroits et des portions ont même été goudronnées pour un meilleur maintien du sol (Photo 11). Cette piste est souvent humide mais on peut facilement éviter la boue s'il y en a (Photo 12). On rencontre tout de même de belles flaques créées par les pneus. Puis la piste se met à descendre vers la rivière vers une bananeraie où se situe un autre panneau (Photo 13). Il demande de ne pas pénétrer dans la propriété et invite à emprunter le sentier à quelques mètres de là (Photo 14). Le sentier débute dans l'herbe et descend rapidement vers le cours d'eau par des marches et déjà de nombreux galets. La balade est terminée et il faut désormais cheminer le long des berges en cherchant le meilleur passage entre les roches (Photo 15). Ne pas marcher trop vite si elles sont glissantes. On coupe plusieurs petits cours d'eau finissant leur course dans la rivière et se passant facilement à gué (Photo 16). La marche peut être dangereuse si une chute se produit sur les galets. La trace est parfois assez bien visible mais sur de courtes portions (Photo 17). Le cours d'eau est par endroits fougueux (Photo 18), en d'autres très calme (Photo 19). Après le petit plateau en rive gauche qui entoure l'îlet Bethléem, c'est une haute falaise infranchissable qui prend le relais. La rivière est très calme en général, mais on passe parfois près de certaines parties transformées en torrent en raison de la pente ou de l'étroitesse du lit (Photo 23). Chaque torrent est suivi d'un bassin souvent large et profond qui incite à la trempette (Photo 24). La rivière fait un peu plus haut un virage sur la gauche et devient trop difficile à remonter en famille. La vallée devient de plus en plus étroite vers l'amont et se réserve aux professionnels. Il faut dire que depuis sa naissance sur les hauteurs de Bébour, la rivière a eu le temps de grossir de dizaines d'affluents malgré tout ce qu'elle offre au passage à l'usine hydroélectrique de Takamaka. S'approcher du gros rocher près duquel on peut prendre un bon casse-croûte (Photo 26). Eviter d'emprunter ce sentier en fin d'année afin de ne pas être tenté par les fruits rouges qui pendent des arbres ! La cueillette en est d'ailleurs interdite et de nombreuses pancartes sont constamment là pour rappeler le caractère privé de ces plantations.
Cette courte sortie aquatique peut se combiner avec une visite à l'Îlet de Bethléem, juste en face. Si on a du mal à traverser la rivière, il faudra alors beaucoup rouler pour atteindre l'autre berge.
La meilleure manière de rendre inoubliable cette sortie est de se vêtir en conséquence (maillot et sandales plastique mais sans enfants) et de poursuivre en remontant la rivière en marchant sur la berge ou en nageant dans les retenues d'eau lorsque le passage est trop délicat à pied.

Balises

Pas de balise

Profil

Plan de l'itinéraire

Site géologique  Sites géologiques, en partenariat avec Laurent Michon, laboratoire Géosciences Réunion.

Itinéraire

Se rendre à Saint-Benoît et bifurquer au grand rond-point proche de la Rivière des Marsouins, en direction de Bras Canot - Passer Bras Canot et bifurquer à droite en direction de l'Ilet Coco - Garer le véhicule au début de la route - Rejoindre l'îlet et franchir un gué bétonné - Emprunter la rue qui file plein ouest et se poursuit naturellement par un chemin empierré sous les letchis - Continuer sur la piste qui traverse deux fois les bras à sec de la Rivière des Marsouins (passerelle et radier) - Poursuivre sur la piste sans tenir compte du premier sens interdit réservé aux véhicules - Le deuxième sens interdit invite à prendre à droite le sentier "bord de l'eau" - Suivre le bord de la rivière sur d'énormes galets puis dans des sous-bois perchés sur la zone rocheuse qui surplombe la rivière - Quelques accès permettent de s'approcher des retenues d'eau ou des petits rapides - Poursuivre ainsi jusqu'à la fin de la sortie marquée par l'impossibilité de poursuivre à pied sec - Le retour s'effectue par le même itinéraire.


Commentaires sur cette randonnée (6)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Allonsmarcher, 14/08/2020 16:43

Eau turquoise qui prête à la baignade ! Quelques portions humides mais très belle couleur de l'eau. Dommage qu'il faut passer par la rivière à un moment alors que la route (privée) est bien plus courte

Bryce, 16/05/2018 19:30
Randonnée complétée le 15/05/2018 en 2h00

Magnifique moment avec baignade dans de nombreux bassins bleus à l'éclat du soleil et de la verdure. Comme dit dans les commentaires précédents et par Plein Sud, l'arrêt de bus de la maison 60 constitue un parfait point de repère pour le début du chemin de pierre. Attention cependant, à partir du panneau d'interdiction où est mentionné que l'on doit le "sentier/chemin de la rivière". Le passage s'effectuera le long de la rive, uniquement sur les galets, sans grands dangers toutefois.

Flon, 08/04/2018 19:28

Sortie faite le 8/04/18. Le commentaire de Plein Sud sur l'arrêt de bus "Maison 60" nous a bien aidé à trouver le début du chemin. On est allé en voiture jusqu'à un passage à gué. Après il faut un 4x4. On a pris à droite au niveau des panneaux "propriété privée" ce qui nous a amené près de la rivière. Nous l'avons longée jusqu'à rejoindre la piste. C'est une balade agréable mais il y a beaucoup de panneaux d'interdiction de passer à la légitimité douteuse.

Plein Sud, 22/12/2017 21:31


Un bon point de repère à l'îlet Coco : l'arrêt de bus "Maison N°60". Il suffit
de passer devant, suivre la route sur quelques dizaines de mètres, le chemin
empierré se trouve dans la continuité de la route.La piste qui se prolonge
jusqu'à un panneau "sentier de la rivière" se suit très facilement et de
manière très agréable jusqu'à cet endroit qui permet de rejoindre rapidement
la rivière et un large bassin. Il est possible de s'arrêter là et de profiter
de l'endroit. La suite est un peu plus aléatoire : passages sur roches, berges
étroites sur moins de cent mètres, traînasse masquant trous ou pierres (attention
aux chevilles) et passages bien végétalisés où ça frotte pas mal et où les bras
sont utiles. Néanmoins ça passe et le coupe-coupe n'est pas nécessaire. Pas de soucis puisque la balade se fait en aller-retour; chacun pourra poursuivre ou non en fonction de l'humeur et de l'envie de s'installer ici ou là. Nombreux coins propices pour faire une halte.

pleo, 04/01/2017 22:52
Randonnée complétée le 04/12/2016 en 2h00

Conseils de promenade à partir de la fin novembre en raison des arbres couverts de litchis.

Compte supprimé, 08/08/2016 18:29

Randonnée ajoutée le : 08/06/2021