Le grand tour du Piton Textor au Piton de l'Eau depuis la Plaine des Palmistes

Difficulté
Très difficile
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 9h
Distance 24.3 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 2180 - 1165 m
Dénivelé positif 1100 m
Dernière mise à jour 31/05/2020

Choisir une période assez sèche pour éviter la boue

Circuit refait avec mon dalon Martial afin de mettre à jour la carte et actualiser la fiche.

Voici une longue et assez difficile randonnée permettant d'effectuer une grande boucle qui part du Piton Textor, descend constamment jusqu'à la Plaine des Palmistes et remonte par un chemin glissant et boueux jusqu'au petit lac du Piton de l'Eau avant de rejoindre à nouveau le Piton Textor. La longueur de la boucle et le climat humide de cette région de l'Est et du volcan imposent de partir de bonne heure afin de bénéficier d'un ensoleillement le plus longtemps possible. La première partie, jusqu'au Piton Doré s'effectue sur une forte pente glissante dans une très belle forêt. Les cryptomerias prennent le relais avec leur lot de racines également glissantes. Le transit entre les deux sentiers est agréable à travers des pâturages et quelques habitations de la Plaine des Palmistes d'où l'on bénéficie de superbes points de vue en direction du Piton des Neiges et du Textor. La montée vers le Piton des Cabris demande un bon entraînement car la pente est forte. De plus, la végétation, souvent mouillée, rogne une partie du passage et le sol est très boueux. Comme dans la descente, on traverse les cryptomerias avant de pénétrer dans une toute aussi belle forêt. A partir du Piton des Cabris, les difficultés ne cessent pas mais sont plus abordables. Seule la boue semble rester en permanence. On longe et l'on traverse de très belles ravines au fond basaltique moussu, très bien balisées par l'ONF. Après avoir traversé et longé de vieux pâturages, on parvient à la route forestière un peu caillouteuse permettant de reposer les jambes jusqu'au Piton de l'Eau. La fin de la boucle est sans difficulté sur un sol sableux, basaltique, de brandes à moins d'emprunter la piste en cas de grosse fatigue. Cette boucle demande un entraînement correct pour l'effectuer en moins de 9 heures.

La randonnée peut commencer au Textor comme ici ou à la Plaine des Palmistes au début d'un des deux sentiers qui remontent vers le Volcan. Comme la randonnée est en boucle, le mieux consiste à stationner sur la Route Forestière du Piton de l'Eau, au plus près du sentier partant vers le Textor. Partir sur ce sentier et obliquer à droite 200 m plus loin pour emprunter un sentier longeant une petite ravine. La trace étant ancienne, on n'est pas en hors sentier mais cela y ressemble. On parvient à une des vastes étendues herbeuses s'étalant au pied du Piton. Passer un talus de petite ravine et bifurquer à droite sur le sentier vers le Piton Doré. Il file droit vers le Piton de Caille qu'il contourne par la gauche dans des brandes brûlées (Photo 1). Au lever du soleil, le panorama sur le Piton des Neiges et la Plaine des Palmistes est magnifique avec les verts et les jaunes qui apparaissent lentement (Photo 2). Après une zone assez plate sur un sol herbeux au milieu des branles verts, le sentier se met à descendre de plus en plus. On pénètre alors dans une magnifique forêt primaire le plus souvent très moussue. La pente est forte mais la boue est quand même présente. Elle est moins visible que le sentier qui remonte au Piton des Cabris mais les glissades sont fréquentes. Tous les types de sentiers sont présents : terre rouge glissante, marches en bois, racines nombreuses, très hautes marches (Photo 3). On frôle un gouffre sur la droite, indiqué par des rubalises rouges : attention à la glissade. Cette forte descente à l'odeur de mousses et de fougères puis celle de la sève en arrivant près de la forêt de cryptomerias qu'on longe tout d'abord. Les conifères d'un côté, les branles moussus de l'autre, tel est le paysage sur quelques centaines de mètres. Le sentier traverse ensuite la forêt de ces cryptomerias où le sol est depuis longtemps remplacé par des racines. Plusieurs sentiers ont été créés à force de toujours chercher le passage le moins glissant. On parvient au bord du cratère du Piton Doré recouvert de fougères arborescentes et entouré de la forêt qu'on traverse (Photo 4). Le sentier descend ensuite vers la route après avoir traversé l'agréable aire de repos. Partir sur la droite pour rejoindre le sentier du Piton des Cabris. Repérer au passage, pour une prochaine fois, le superbe emplacement de pique-nique juste en quittant l'aire (Photo 5). Hormis quelques rares habitations, la traversée bucolique est reposante à travers les prairies avec de magnifiques vues sur le trajet qu'on vient de terminer (Photo 6). Prendre toujours à droite sur les axes principaux et parvenir rapidement au gué sur le Grand Bras Piton. La route se transforme en piste de terre rouge et se dirige vers les flancs du Piton des Cabris qu'on devine parfois sur la gauche (Photo 7). Cette pente très légère sous les cryptomerias amène au parking de fin de piste. Le sentier débute sur la droite par une légère pente (Photo 8). Le passage est large, propre quoiqu'un peu glissant sur la demi-douzaine de lacets qui mènent à la limite du Parc National (Photo 9). A partir du poteau du parc, la végétation change et on pénètre sans transition dans une forêt humide quasi primaire où dominent les mousses, les fougères, orchidées et épiphytes (Photo 10). La pente, en revanche, est devenue plus forte et la boue fait très vite son apparition (Photo 11). Les caillebotis installés il y a plus de 10 ans ont mal vieilli et certains doivent se passer avec une attention soutenue pour éviter trous, fentes ou parties pourries (Photo 12). La forêt est si dense qu'il est impossible de quitter le sentier ; on parvient ainsi au sommet après 90 minutes d'effort soutenu. Le sommet, qui est plat et recouvert de végétation, ne se distingue en rien de la forêt. C'est en attaquant la première descente qu'on sait qu'on le quitte. La descente est courte et le terrain devient de plus en plus plat, conservant ainsi la boue plus longtemps qu'ailleurs. Le franchissement de la Ravine St-François est un vrai moment de plaisir pour les yeux avec les mousses, bassins, grottes et la végétation qui la borde (Photo 13). La longue étape qui débute après la ravine ne comporte que quelques légères montées mais on traverse des zones plus boueuses encore, d'autres herbeuses ou moussues ainsi que plusieurs ravines plus ou moins faciles à passer (Photo 14). Bien suivre le balisage céramique apposé au sol par l'ONF pour les gués, souvent à sec. La balade n'est pas difficile mais assez longue sous les gros branles moussus (Photo 16). Après plusieurs virages à angle droit dus à de profondes ravines à contourner, on parvient à une première échelle près de vieux barbelés. Il y en aura plusieurs en plus ou moins bon état jusqu'à une prairie encombrée de branches qu'il faut traverser immédiatement pour récupérer le sentier à la prochain échelle (Photo 18). Le sentier, étroit le plus souvent, continue sous les branles (Photo 19) et se finit le long d'un grillage bordant une prairie de plus en plus envahie d'ajoncs d'Europe (Photo 22). Le parcours sur sentier se termine à la piste venant du Piton des Cochons et rejoint immédiatement celle du Piton de l'Eau qu'on emprunte vers la gauche si l'on veut monter au Piton (Photo 21). La grimpette au petit lac de cratère est une balade de 200 mètres qui mène sur les berges couvertes de joncs et d'arums (Photo 22). L'eau sombre ne se prête pas à la baignade mais l'endroit est magnifique (Photo 23). Reprendre le sentier en sens inverse, rejoindre la piste et partir à droite sur la piste ou à gauche vers les raccourcis envahis petit à petit de hautes herbes (Photo 24). Que l'on emprunte la piste ou le sentier, on atteint facilement la barrière proche du sentier remontant à l'oratoire Ste-Thérèse. Le délaisser et emprunter aussitôt l'agréable parcours menant au Piton Textor à travers les brandes d'altitude. Aucune difficulté pour ce sentier qui ne s'éloigne jamais de la piste sur des portions rougies par les oxydes, sableuses ou pierreuses (Photo 25). Au deux tiers de retour, le sentier traverse une belle tamarinaie proche du Piton Tangue qui donne vraiment envie de se coucher sur l'herbe afin de se reposer de cette longue et difficile boucle (Photo 27). Admirer au passage cet ancêtre de tamarin des hauts qui est tombé, s'est vrillé mais résiste en continuant à vivre couché (Photo 26). Plus loin, juste avant la fin de la boucle, d'autres tamarins ont eu beaucoup moins de chance et sèchent leurs vieilles carcasses dans le climat froid de ces 2200 mètres d'altitude. On ne tarde pas à apercevoir le véhicule le long de la piste qui attend depuis neuf heures et craint sans le dire qu'on pourrait avoir oublié le linge de rechange !!
Pour d'autres informations et images, voir les circuits du Piton Doré au Piton Textor, de la Plaine des Palmistes au Piton de l'eau et celle du Piton de l'eau à partir du Textor.

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.

Itinéraire

Se rendre à Bourg Murat et suivre la route forestière du Volcan jusqu'au parking du Piton Textor, 1,5 km après le Nez de Bœuf - Garer le véhicule et emprunter le sentier du Piton Textor qui descend vers la Plaine des Palmistes - A la fin du sentier, aux kiosques, prendre la route vers la droite et la suivre jusqu'au pont du Petit Bras Piton - Prendre à droite au pont, franchir le Bras Tabac puis le Grand Bras Piton - Quitter les prairies pour la route forestière dans les cryptomerias - Au terminus, suivre le sentier vers la droite qu'on ne quittera plus jusqu'à la route du Piton de l'Eau - Une fois les dernières clôtures longées, se rendre au Piton de l'Eau et en faire le tour si possible - Regagner la route, la traverser et remonter en utilisant les raccourcis ou la piste jusqu'à la barrière - Emprunter ensuite le sentier du Piton de l'Eau jusqu'au Piton Textor.


Commentaires sur cette randonnée (13)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Christian Léautier, 08/06/2020 17:29

Peut on commenter une rando que l'on n'a pas encore faite ? J'ai en tête et quand j'en aurai aussi un peu plus dans les jambes (confinement pas encore complètement évaporé pour des longues distances) de démarrer cette rando à l'arrêt de bus Car Jaune S2 à 6h36 , venant de St Pierre et revenir pour le bus à 16h06 -arrêt Bras des Calumets, bus venant de St Benoit--soit exactement 9h 30 plus tard . Je ferai dans le sens contraire à la fiche afin de "monter" par le piton des Cabris que je viens de tester (voir fiche précédente et mes commentaires) et afin d'avaler les grosses difficultés au plus vite et à ne pas "descendre" le piton des Cabris (trop "casse gueule" ) J'ai conscience qu'Il ne faudra pas trainer : 9h en respectant le temps de la fiche mais calculé dans l'autre sens! +1/2 heure pour la portion de route depuis Bras des Calumets-environ 2,5km a r .Si trop juste ,car ça va s'apparenter à une course contre la montre, un autre bus à 18h35 mais je crois que dans ce cas de figure le repos imposé par l'attente ne me semblera pas trop pénible!! Ces commentaires pour peut être donner des idées à certains.....

François LE, 06/06/2020 10:18
Randonnée complétée le 05/06/2020 en 7h30

Magnifique boucle, comportant des paysages très variés, réalisée dans le sens des aiguilles d'une montre à partir du piton Textor. La descente vers piton Dorée se fait tranquillement mais la montée vers le piton de l'Eau est beaucoup plus sportive voir technique à certains endroits. C'est un véritable plaisir de traverser cette forêt luxuriante et les nombreuses ravines du parcours. A faire par temps sec, mais je suis d'avis de classer cette randonnée dans les incontournables de l'île.

Wild974, 03/06/2020 16:50

Boucle réalisée à partir de la plaine des Palmistes dans le sens des aiguilles d'une montre ce mercredi 3.06.20 en 6h30.
Le sentier du Piton de l'eau est magnifique ! Vaut mieux le faire par temps sec en effet !
J'ai perdu 30 minutes dans ce fameux pâturage après la ravine du petit St Pierre, après quelques errements, je me suis résolu à utiliser le GPS, c'est efficace 😂.
Le mieux à faire, après le passage de l'échelle qui permet de rentrer dans le pâturage, c'est de longer par la gauche les barbelés (je rappelle que je suis dans le sens plaine des palmistes vers piton de l'eau), vous tomberez sur la seconde échelle...
Le sentier du Piton de l'eau est extraordinaire par sa luxuriance mais demande en effet une bonne forme physique surtout pour sa longueur et quelques hautes marches à passer.
J'ai été content après ces km que le sentier Textor se descende si bien ! Je craignais que ce soit comme le Piton de l'eau ! 🤣
En tout cas, super boucle !

jpv97410, 01/06/2020 21:39

Fait le 13 aout 2015 avec Emma, les arums étaient en fleurs à cette saison. Nous étions partis de la Plaine des Palmistes, boucle sportive, pas trop de boue à cette période.

Martial, 31/05/2020 12:18
Randonnée complétée

C'est avec grand plaisir que j'ai refait ces sentiers que je n'avais plus parcouru depuis quelques années. Par un jour entier de beau temps, c'est un réel bonheur; la forêt est magnifique et les points de vues sont grandioses.
La boucle est difficile mais peut aisément se placer dans les incontournables de l'île.

Coralie Mre, 06/04/2019 17:53
Randonnée complétée le 31/03/2019 en 7h30

Boucle faite le dimanche 31 mars, sentier un peu boueux et glissant par endroits, nous nous sommes perdus au niveau du champs de vaches et avons repris directement la route forestière. Mais très belle rando avec la forêt luxuriante, les hauts pâturages proches du piton de l'eau et textor !!

NicolasNiFanta, 18/03/2019 11:45
Randonnée complétée le 17/03/2019 en 8h10

Boucle faite en partant les kiosques en bas de la descente du Piton Textor.
Très belle boucle à faire par temps sec ! Et c'est le bien cas en ce moment avec cet été peu humide... : juste deux trois portions légèrement boueuses dans la montée vers Piton de l'eau, après le Piton Cabris.

Olivier GROS, 17/02/2019 17:31
Randonnée complétée le 16/02/2019 en 8h40

Boucle réalisée le 16/02/19 depuis la Plaine des Palmistes. À faire par temps sec car la descente de Piton Textor est interminable... De beax points de vue au rendez-vous 👍.

Sophie M, 11/11/2018 06:33

Nous avons fait la partie Textor - Plaine des palmistes (avec minibus pour nous récupérer) et c'est déjà un bon morceau (16 km en 5 h 45 hors pauses). Il n'y a pas de difficulté particulière mais il faut être habitué aux sentiers techniques car cela requiert de l'attention à tout moment, de la souplesse, de l'endurance et de l'équilibre.
Il faut souvent s'aider des mains, s'accroupir ou s'asseoir pour descendre plus facilement.
Entre le piton de l'Eau (où il y a encore quelques arums en fleur) et la Plaine des palmistes c'est un pur enchantement ; on n'a pas croisé âme qui vive (si ce n'est quelques vaches !). La forêt est fabuleusement belle. C'est sauvage, c'est brut, c'est tranquille, c'est beau.
On peu résumer ainsi : plus tu descends et plus ça descend ! Les traversées de ravines sont fléchées, il y a quelques échelles. La dernière partie comporte de hautes marches, des portions de platelages en assez mauvais état, des racines de toutes tailles et la dernière heure est la plus pénible. L'arrivée dans la petite forêt de cryptomérias signe la fin des souffrances pour ceux qui ont mal aux genoux. J'ai trouvé que c'était gras, mais plutôt sec... il faut en profiter ! On n'a même pas eu de pluie, quelle chance pour ce coin de l'île ! Mais avec la rosée on a eu vite le bas de pantalon trempé. Ravie d'avoir fait ce bout de sentier que très peu de personnes peuvent se targuer de connaître !

jerome d'étang-salé, 22/05/2018 11:05
Randonnée complétée le 15/05/2018 en 9h20

Superbe boucle à partir du Textor. La météo était avec nous. Descriptif fidèle à la réalité du terrain. personnellement j'aurais mis un troisième cœur pour l'intérêt général.

Randonnée ajoutée le : 31/05/2020