La pierre gravée du Tapcal depuis l'Îlet à Cordes et le Bras l'Eustache

Difficulté
Très difficile
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 5h30
Distance 7.9 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1444 - 930 m
Dénivelé positif 930 m
Dernière mise à jour 19/01/2019

Forte pente pour un peu d'histoire et de mystère

Depuis 1869, le Tapcal est devenu un lieu mythique objet de bien des légendes. Après l'avoir rejoint en venant du Grand Bénare, l'Abbé Seyssac en fit de longues descriptions et écrivit des textes sur ce plateau éloigné de tout à cette époque. Les habitants du cirque habitués à braconner ou y chercher du bois décrivaient depuis longtemps ces pierres gravées ou ces murettes trouvées dans les sous-bois, allant même à parler d'une grotte avec ossements ou d'un trésor. Espérons que l'ONF n'a pas mis en péril d'autres vestiges lors de la plantation des eucalyptus qui protègent désormais la pierre de leur ombre. C'est l'expédition menée par Pascal Colas qui a permis d'en savoir plus sur ces lieux reculés sans jamais pour autant nous avoir dit la signification des signes gravés sur la pierre plate. On peut y voir deux cercles concentriques, une croix donnant l'exacte position du sud, des signes divers qui demeureront certainement longtemps mystérieux. Il va sans dire qu'un tel lieu se respecte encore plus que les autres. On n'y trouve pas encore de bouteilles de coca ou de sachets d'aliments énergétiques comme sur nos sentiers, mais les mouchoirs utilisés pour nettoyer le vestige afin de le photographier pourraient être, sinon rapportés, au moins enterrés. Pour plus de détails, lire ce long article sur l'expédition de Pascal Colas et de ses amis.
La sortie se mérite et ne doit en aucune manière être organisée sans un très bon entraînement, principalement à cause de la dernière montée qui s'effectue souvent à quatre pattes et qui est encore plus dangereuse pour la descente. L'itinéraire violet sur la carte pour se "promener" dans la forêt du Tapcal a été reconnu et ne présente aucun danger car la visibilité est bonne, les ravines peu profondes, la végétation magnifique et les points de vus inédits et grandioses sur le cirque.
Cette randonnée originale aurait été un peu courte ; c'est pourquoi il a été rajouté une autre balade le long d'un affluent du Bras de Saint-Paul pour les amateurs de belles photographies. Pas de gorges extraordinaires, pas ou peu de truites, pas de cascades de 10 mètres ni de végétation endémique mais des dizaines de petits riens qui rendent agréables une sortie banale le long d'un cours d'eau (Photo 16).
On parle de remettre de la vigne autour de l'Îlet de Grand Coude pour remplacer les galaberts. Il y aura beaucoup de travail mais si un jour le projet se réalise, cet îlet, d'un cachet indéniable deviendra un beau petit coin de paradis.

La randonnée débute à l'Îlet à Cordes par une petite rue située à la parallèle de la Mairie, de l'école ou de la chapelle. Bordée de murettes neuves, la route est en cours de rénovation (Août 2014). Le sentier qui débutait sur le bord du chemin et comportait des pancartes indiquant les îlets le long du Bras de la Vierge ou de Saint-Paul commence désormais par des escaliers impossibles à manquer dans le virage à gauche de cette nouvelle route. Le sentier descend en lacets et par de hautes marches de cailloux en donnant quelques points de vue sur les champs de lentilles puis les remparts déchiquetés aux alentours de l'Îlet Sonjes. Quelques à-pics non protégés par la végétation obligent parfois à raser la falaise. Ailleurs ce sont quelques bois de couleurs dans les chocasAgavacée (cadère) Furcraea foetida - Importé pour en faire de la corde,
on ne sait désormais plus comment s'en débarasser
et les galaberts qui bordent le sentier, agréable et court. On atteint en 10 minutes les filaos qui bordent le ruisseau encombré de gros rochers usés par l'érosion. Le gué est facile à franchir sans se mouiller les pieds. La trace se poursuit sur l'autre rive jusqu'à un discret embranchement qui mène à gauche vers l'aval aux Îlets du Bras de Saint-Paul. Prendre à droite, longer un minuscule îlet entouré de fruitiers et de microscopiques champs de lentilles pour grimper un peu en direction du l'Îlet de Grand Coude. Ce magnifique endroit, recouvert en partie de galaberts infranchissables comporte également de beaux champs de lentilles. Ne pas fuir les arroseurs qui rafraîchissent sans mouiller pour ne pas piétiner les plants de légumineuses qui poussent au plus près des rochers. La case et son jardin sont un véritable paradis qui mériterait à lui seul une balade dominicale (Photo 3). Fleurs, orchidées, vigne, bananiers et fruitiers lui donnent un air de vacances et on se voit très bien y passer 4 ou 5 jours à l'abri de la civilisation. Poursuivre sur le sentier bien marqué jusqu'à la passerelle qu'il faut passer calmement car elle a tendance à bouger à cause des mouvements de la marche. Le tuyau en plastique noir qui se remarque longtemps avant de franchir ce pont suspendu est bordé d'un sentier qui monte au plus près en direction du captage du Bras de la Vierge. Marcher jusqu'au début du très discret sentier qui débute à droite dans cette montée (Vois explications ci-dessous) et attaquer la montée qui n'est pas réservée à tous les marcheurs. Le sentier est à peine visible, ne comporte pas de lacets et dépasse souvent les 45°. Les branches et arbustes qui bordent la sente sont indispensables pour se hisser ou se raccrocher en cas de glissade vers le bas. Quelques portions légèrement dénudées permettent de splendides panoramas sur l'Îlet à Cordes et tout le cirque jusqu'au Dimitile. On s'élève ainsi très rapidement et on se retrouve sous de grands eucalyptus plantés par l'ONF il y a une cinquantaine d'années. Inutile de chercher, la pierre gravée pourrait nous faire tomber si on avait les yeux en l'air. Elle se trouve au milieu du passage (Photo 6) et dépasse du sol d'une vingtaine de cm. Essayer de deviner la signification des signes qui y sont gravés ou tenter le coup de la boussole pour voir la direction indiquée par la croix. Les curieux ne manqueront pas une incursion dans la forêt (Circuit violet reconnu et non dangereux) pour se promener en sous bois. Peu de risque de se perdre si on prend soin de longer le rempart. On est de toute manière obligatoirement arrêté par la falaise insondable du Bras Crochet. Les ravines rencontrées se passent sans difficulté à condition de s'accrocher aux branches. Certaines sont des merveilles qui méritent le détour (Photo 8) et l'on rencontre même un énorme tamarins de hauts plus que centenaire. S'offrir cette balade hors sentier est l'assurance de photographier des panoramas sur le Cirque de Cilaos par un angle rarement vu sur les images des livres de tourisme. Après cette aventure (ou non) il ne reste plus qu'à rejoindre la canalisation 300 mètres plus bas par la "piste noire". Si, à la montée, le corps était penché vers l'avant et aidait à l'escalade, il en est totalement différent à la descente. Il faut bien repérer, un ou deux mètres plus bas, les arbustes qu'il faudra saisir pour ralentir l'éventuelle chute. Certains passages sans végétation ou rocheux peuvent incommoder les personnes sujettes au vertige. Franchir la passerelle dans l'autre sens, passer l'Îlet de Grand Coude et rejoindre la rivière. On remarque à gauche la jonction du Bras de l'Eustache. Ceux qui aiment l'aventure, comme là-haut au Tapcal, tenteront une autre balade en remontant cet affluent du Bras de Saint-Paul. Il faut tout d'abord franchir la magnifique cascade comportant plus de rouge que d'écume (Photo 14) par une corde longue et solide qui permet d'atteindre une autre chute plus discrète. Pas d'itinéraire recommandé à partir de la fin de la corde. On peut remonter très haut ce bras proposant ça et là de petites chutes, de beaux bassins quelques galets de formes originales, des bois flottés ou surtout ces racines de filaos du plus bel effet (Photo 16). Après un itinéraire non défini mais reconnu sur la carte ci-dessous, on peut rejoindre par le même itinéraire le Bras de Saint-Paul puis le sentier pierreux qui remonte vers l'Îlet à Cordes.

Profil

Plan de l'itinéraire

Site géologique  Sites géologiques, en partenariat avec Laurent Michon, laboratoire Géosciences Réunion.

Itinéraire

Se rendre à Cilaos puis rouler jusqu'à l'Îlet à Cordes - Passer la route de l'Îlet Totor et du Plateau Manille et s'arrêter à la prochaine rue à droite - Se garer au premier parking 20 mètres après le début de cette rue en cours de réhabilitation - Débuter la randonnée en descendant la rue puis tourner à droite à l'escalier pour rejoindre le début officiel du sentier - Descendre en lacets jusqu'au Bras de Saint-Paul et traverser au gué - Poursuivre en face, laisser à gauche le sentier de l'Îlet du Bras de Saint-Paul puis refranchir un gué - Monter en direction de l'Îlet de Grand Coude et le dépasser par la gauche pour atteindre la passerelle sur le Bras Crochet - Poursuivre en montée le long de la canalisation - Enjamber le tuyau pour entamer la forte pente jusqu'au Plateau du Tapcal (voir détail ci-dessous) - Au Plateau, marcher 25 mètres pour trouver la pierre - Poursuivre ou non dans la forêt jusqu'au rempart du Bras Crochet (Circuit violet) - Redescendre par le même sentier jusqu'aux tuyaux et rejoindre la passerelle - Revenir au gué et bifurquer à gauche le long du Bras de l'Eustache jusqu'à la cascade aux racine rouges - Utiliser la corde pour grimper au-dessus de la cascade - Marcher au gré de la rivière en fonction de la montre, de l'humeur ou de la forme physique et revenir au pied de la cascade pour reprendre le sentier qui remonte à l'Îlet à Cordes.

Le début du sentier du Tapcal

Après avoir traversé la vertigineuse passerelle, suivre en montant fortement le tuyau métal et et celui en plastique en comptant les plots bétonnés visibles à l'œil. En compter 22 et repérer la caillou entre les deux tuyaux mis là comme point de repère (Voir photo). Confirmer la position en repérant la branche coupée en forme de cœur (Médaillon de la photo) près de deux autres grandes branches. Le sentier, très discret, débute exactement en se retenant à cette branche coupée. Dès les premiers mètres passés, la trace devient plus visible.


Commentaires sur cette randonnée (6)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Damien Duperron, 19/01/2019 21:42

Itinéraire parcouru ce jour avec des amis, le sentier est praticable. une rubalise ainsi qu'un choka taillé indiquent le moment ou le sentier de tapcal se détache de la canalisation du bras de la vierge. Par la suite la trace est largement visible, nous l'avons débroussaillé jusqu'au plateau. Les panoramas et la quiétude des lieux valent le détours sans compté l'agréable rencontre avec la petite dame qui entretient l'ancien séchoir a tabac.

cedric berthet, 29/09/2018 22:58
Randonnée complétée le 23/09/2018

J'ai pris beaucoups de plaisir a faire cette randonnée....qui ma laisser... je l’avoue qu'elles que traces de ronciers un peux partout sur le corps...pas le chois que de débroussailler pour avancer. Arriver sur le plateau...un peux tard...je n'ai pas pus faire le tours...( sniff ) .Merci a toute l’équipe de randopiton de nous permettre de nous éclater en mode sauvage .Merci

Compte supprimé, 26/09/2018 06:43
Randonnée complétée le 24/09/2018

J'ai pris beaucoups de plaisir a faire cette randonnée....qui ma laisser... je l’avoue qu'elles que traces de ronciers un peux partout sur le corps...pas le chois que de débroussailler pour avancer. Arriver sur le plateau...un peux tard...je n'ai pas pus faire le tours...( sniff ) .Merci a toute l’équipe de randopiton de nous permettre de nous éclater en mode sauvage .Merci

Jjju, 31/10/2017 16:04
Randonnée complétée le 28/10/2017 en 5h00

Rando effectuée jusqu'à la pierre gravée. Sentier praticable sans coupe-coupe, juste 1 ou 2 mètres où l'on a du se frayer un chemin juste avant le plateau du Tapcal. Magnifique sortie qui a des airs de bout du monde

Fanch, 09/10/2016 09:34
Randonnée complétée le 08/10/2016 en 5h10

Parcours toujours aussi fantastique effectué hier. Pour une sente "hors sentier", c'est très praticable. Quelques galaberts pulvérisés le long de la canalisation. La Passerelle est en pleine forme. Un léger détour est possible dans le bras Crochet en descendant quelques mètres au dessus de la passerelle. En contrebas, deux installations antédiluviennes de Canyoneurs. Bien envie de remonter le bras lors d'une prochaine sortie.

Thierry62, 02/05/2016 18:40

Bonjour, rando effectuée le 30/04/2016 jusqu'à l'Ilet Grand Coude le sentier est bon. Quand on se dirige vers la passerelle sur Bras Crochet et plateau Tapcal chemin toujours visible mais la végétation reprend ses droits et est envahissante. je devrais y retourné prochainement avec le sabre cette fois...

Randonnée ajoutée le : 01/08/2014