De la Vierge au Parasol au Tremblet par le Sentier des Laves

Difficulté
Moyen
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 4h30
Distance 12.5 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 150 - 4 m
Dénivelé positif 260 m
Dernière mise à jour 30/01/2023

Très beau travail de l'ONF et de ses équipes

Le sentier de la nouvelle plage du Tremblet est officiellement fermé par arrêté préfectoral pour dissuader les badauds de se rendre au pied de l'épave du Tresta Star. Aucun arrêté de ce genre n'est apposé au départ de cette randonnée à la Vierge au Parasol.

Très praticable en 2005, détruit en partie par la coulée de 2007, abandonné jusqu'en 2020 puis remis totalement en état en 2022, le Sentier des Laves a retrouvé de sa superbe aussi est-il est fortement conseillé de le pratiquer sans modération. Remarquablement balisé, il propose une signalétique claire et très précise qui empêchera quiconque de s'égarer. Le clou de la balade est ce magnifique sentier sur pierres de lave aménagé à même la coulée et permettant de regagner sans effort la nouvelle plage du Tremblet et le Vieux Port. La longueur du parcours proposé est courte mais le sentier n'est pas classé en familial en raison des multiples pièges dus aux pierres de lave plus ou moins visibles dans la végétation imposant souvent de lever le pied. De plus, une cinquantaine de petites dents de scie dépassant rarement les 3 m arrivent à cumuler près de 300 m de D+ sur un parcours court et semblant plat de prime abord. Le circuit est proposé d'un arrêt de bus à l'autre mais peut très bien se pratiquer en boucle à condition de supporter la dizaine de km sur goudron. Si le sentier était en cours de nettoyage le jour de la création de la fiche il semble régulièrement entretenu, cependant la meilleure façon de nettoyer un sentier est d'y passer nombreux. Une randonnée longtemps attendue et à consommer sans modération. Merci à l'ONF de l'avoir sortie de ses cendres et dommage qu'il n'y ait pas eu davantage de publicité sur cette réouverture.

La randonnée débute ici à l'ancien emplacement de la Vierge au Parasol. Cette statue de la Vierge munie d'un grand parasol, vandalisée et déplacée maintes fois, a quitté depuis longtemps son piédestal du Grand Brûlé mais le lieu demeure ainsi qu'un arrêt de bus jamais supprimé. C'est la solution choisie pour refaire cette fiche afin d'éviter un aller-retour par le sentier et ne pas emprunter la trop longue Route des Laves. Près d'un oratoire rouge dédié à Saint-Expedit débute la piste forestière du Quai de la Vierge qui se dirige vers la mer (Photo 1). Elle ondule entre filaos et bois de chapelets en pente douce sur un terrain de gratons tassés bordé d'orchidées bambou (Photo 2). On arrive rapidement au départ du Sentier des Laves. Lorsque l'on entend les vagues battre les falaises basaltiques, ne pas hésiter à s'en approcher par le sentier escarpé qui file droit pour apprécier le côté sauvage de l'endroit prisé par les pêcheurs. Revenir au départ du Sentier des Laves qui débute dans les fougères. La trace est discrète mais visible. Le sol est immédiatement recouvert de nombreuses racines, puis, plus loin de quelques roches qu'il faut éviter (Photo 3). La trace, balisée de bleu, est facile à suivre même lorsque les invasives tentent de reprendre leur place (Photo 4). Ne pas manquer la petite grotte sur la droite avant d'effectuer la première descente en direction de la mer bordée de beaux filaos (Photo 5). On aura ainsi de nombreuses possibilités de s'approcher du bord proche ou accessible par des sentes de pêcheurs. Les premiers goyaviers font leur apparition mais ne gênent pas la progression malgré leur nombre et leur taille (Photo 6). Moins de trente minutes après le départ, on arrive à la coulée de 2002. Vingt ans après son écoulement vers la mer, elle se couvre lentement de lichens et se traverse sur un sentier tracé dans les laves (Photo 7). La végétation change encore pour être remplacée par de l'herbe sous les filaos (Photo 8). Très vite, après avoir plongé sous le couvert de la végétation, le sentier s'approche de la Piste forestière du Quai Neuf. Avant de poursuivre, ne pas hésiter à se rendre sur cette longue surface basaltique créée en 2004 par une éruption assez importante. On peut facilement marcher là où se rassemblent les pêcheurs pour y admirer la mer démontée ou les baleines à la saison. Remonter vers la piste en délaissant une tombe ainsi qu'un bloc de béton et marcher 200 mètres avant de retrouver le sentier repartant sur la gauche (Photo 9). Après une courte descente, le sentier s'approche de la coulée de 2004, plus facilement reconnaissable à ses larges plaques de lave lisse (Photo 10). Cette coulée est criblée de tunnels de lave de plus en plus difficile à trouver à travers les filaos. Le panneau de départ prévoit une altitude de 83 m, la coulée à 31 m, alors que l'on a descendu moins de 4 m. En moins de 5 minutes on traverse la coulée qu'on retrouvera un peu plus loin après avoir franchi quelques sous-bois verdoyants (Photo 11). Le sentier n'est plus très large mais toujours aussi bien tracé dans les filaos et les fougères (Photo 12). La marche n'est jamais monotone puisque le terrain monte et descend constamment sur un sentier qui ondule pour éviter quelques reliefs du terrain. Il part à la rencontre d'une végétation très variée où circulent des centaines d'énormes achatinesEspèce d'escargot à la coquille allongée pouvant atteindre 15 cm pour 200 g qu'on bouscule facilement du pied. Il traverse aussi une importante étendue de manioc, de tabac marron (Photo 13) puis de pandanus (vacoas) lorsqu'il passe au plus près des vagues (Photo 14). On traverse bientôt une nouvelle coulée de 2002, la troisième depuis le rempart de Bois Blanc et la deuxième de cette randonnée. En 20 ans, les fougères remplacent les lichens et les filaos y sont déjà grands par endroits (Photo 15). Le terrain devient plus chaotique avec des ornières, des roches, des fissures à travers les goyaviers (Photo 16). On remarque même sur la droite du sentier, une entrée de tunnel de lave. Rien d'extraordinaire dans ce court boyau qui peut représenter une pause ludique à 2h30 du point de départ (Photo 17). Compter encore trente minutes de goyaviers, ornières et fissures ou filaos brûlés avant de s'approcher de la coulée de 2007 (Photo 18). Le sentier effectue même une longue incursion vers l'ouest pour arriver à la fin de la route forestière venant de la RN2. Il aura fallu attendre 15 ans pour pouvoir traverser ces laves qui ont mis longtemps à refroidir. Un sentier net et bordé de pierres de lave a été créé et atteint la nouvelle plage du Tremblet après une agréable marche offrant de superbes panoramas sur la totalité de la coulée (Photo 19). Ce sentier original serpente entre les aspérités du terrain (Photo 20). Les poteaux de l'ONF déconseillent de sortir de ce sentier mais il serait difficile d'y parvenir sans se blesser sur les blocs acérés empilés sur plusieurs mètres de hauteur (Photo 21). Des travaux de terrassement ont même été exécutés pour franchir les endroits les plus sensibles (Photo 22). Il faut compter près de 30 minutes pour parvenir à la nouvelle plage du Tremblet qu'on domine par de beaux points de vue (Photo 23). Le balisage bleu se poursuit le long de la falaise dominant la plage, là où coulent parfois d’éphémères cascades (Photo 24). Par forte houle, la plage recouverte d'olivine peut être dangereuse (Photo 25). On devine au loin la carcasse déchirée du Tresta Star qui semble avoir pris racine pour de longues années (Photo 26). On la distingue depuis le Quai de Sel servant de point de départ au sentier remontant le rempart en direction du Tremblet ou du sentier vers Saint-Philippe (Photo 27). La fin de cette sortie s'effectue en montée sur une route étroite, bordée de verdure (Photo 28). A la RN2, repartir à droite pour retrouver le premier arrêt de bus dans le village du Tremblet.

Balises


Profil

Plan de l'itinéraire

Site géologique  Sites géologiques, en partenariat avec Laurent Michon, laboratoire Géosciences Réunion.

Itinéraire

Se rendre au Tremblet et rouler jusqu'aux dernières habitations - Stationner avant le dernier virage puis emprunter le bus pour se rendre à l'arrêt "Vierge au Parasol" vers Bois Blanc (Il est même conseillé de prendre le Car Jaune de n'importe quelle ville de l'île) - Emprunter la Piste Forestière du Quai de la Vierge qui se dirige vers l'océan - Presque en fin de piste, repérer sur la droite le début du sentier - Le suivre sur 6 kilomètres pour rejoindre la coulée de 2007 - Traverser la coulée sur le magnifique sentier mis en place par l'ONF et rejoindre la nouvelle plage du Tremblet - Remonter jusqu'à la route forestière puis la RN2 - Prendre à droite et marcher sur la RN2 jusqu'à l'arrêt de bus du Tremblet, fin de la sortie.
Si on laisse le véhicule à la Vierge au Parasol, il faudra emprunter la totalité de la route pour y revenir. Cela risque d'être long, monotone ou dangereux s'il y a de la circulation ; le bus est assurément la meilleure solution.

L'éruption d'avril 2007

Particulièrement spectaculaire et inhabituelle, cette éruption a été la plus forte des cent dernières années. Le 2 avril 2007, une éruption fissurale située le long du rempart du Tremblet, à 600 m d'altitude et à 4km de la RN2, a créé une coulée qui s'est précipitée dans l'océan en créant une plate-forme de 200 m. 100 millions de mètres cubes de lave auront ainsi été projetés, recouvrant la route de près de 40 m de lave solidifiée (le double par endroits), sur une longueur de près d'1,5 km. La lave en fusion en se jetant dans l'eau a provoqué d'énormes nuages de fumées acides qui ont contraint les habitants du Tremblet à évacuer la zone.

Photos : Nuage de fumée pris depuis la maison à Petite Île. Traversée de la RN2 par la lave. Lave solidifiée à la fin de l'éruption. La coulée vue depuis le dernier virage au Tremblet avant la réfection de la route.

La Vierge au parasol

En 1897, nait la légende de la Vierge au parasol. La statue, installée à Bois Blanc pour protéger les plantations de vanille, est contournée par des coulées issues de la Fournaise. Le "miracle" dure dans les esprits jusqu'à 1961, date où elle est totalement recouverte par une nouvelle coulée. Une nouvelle vierge est érigée au pied du rempart de Bois Blanc. Menacée et même évacuée lors de nouveaux épisodes volcaniques, ce sont les vandales qui la chasseront définitivement du lieu en janvier 2014 après l'avoir décapitée et en avril 2015 lorsque sa nouvelle réplique est taguée de rouge. Elle est désormais gardée à Saint-Rose mais l'ancien emplacement, encore visité pour des prières, demeure à quelques mètres de l'arrêt de bus portant son nom et servant de point de départ à cette randonnée.


Commentaires sur cette randonnée (7)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Christian L, 27/01/2023 18:09
Randonnée complétée le 20/01/2023 en 4h50

La petite route forestière (depuis la RN2) puis le sentier qui mènent vers la nouvelle plage du Tremblet risquent d'être fermés pour longtemps puisque, ce qui le justifie, "ne pas s'approcher de l'épave du Telsta Star", va perdurer (aucun démantèlement du navire n'est envisagé). Alors nous prenons le problème à contre-pied (si on peut le dire ainsi) en commençant la rando depuis la Vierge au Parasol et en la terminant au Tremblet. Du nord vers le Sud. Aucun panneau restrictif dans ce sens comme le précise la fiche. Rando qui reste assez facile car les dénivelés ne sont pas grands et le parcours peut se faire en moins de 5 heures. Très plaisant: des zones de forêts entrecoupées de traversées de coulées de lave . L'ONF a fait cette fois-ci un beau boulot et en particulier pour traverser la coulée de 2007.On rêve du même aménagement au nord en allant vers Bois Blanc et au sud vers St Philippe. Les panneaux tout neufs indiquent parfois "fin provisoire de l'aménagement du sentier" donc on peut espérer. Si vous longez la coulée de 2007 au plus près des flots vous aurez en bonus de merveilleuses petites plages d'olivine et vous vous approcherez du navire échoué...sous votre entière responsabilité et sous peine d'une amende éventuelle. Le sud sauvage dans toute sa splendeur.

Walking Dog 974, 20/01/2023 20:55
Randonnée complétée le 18/01/2023 en 5h00

Bonjour. Cet aller-simple a été joliment fait en compagnie d'un groupe de vétérans enjoués ( et efficaces ! ). Ce fut une agréable équipée.
Il faut dire que l'ONF a beaucoup contribué à nous faciliter la tâche avec un énorme travail de défrichage. En outre le balisage (bleu) et la signalétique toute neuve rassurent constamment le marcheur.
Alors, pour se perdre, il faudra vraiment le vouloir (et encore !).

J'ai aimé la variété offerte par cette sortie. Des sols couverts de racines l'on passe aux coulées de lave (photo 1), tout en s'accordant des petits détours pour d'attirantes cavités ou de beaux panoramas maritimes (photo 2).

Et tout cela sans un gros dénivelé !

La dernière coulée de lave à traverser est magnifique, on peut y apercevoir des ocres et des silhouettes évocatrices, comme ce "gardien des laves" se dressant devant son chien (photo 3 en bas à droite).
La plage d'olivine valait bien une petite traversée à pied dans son sable vert-gris (photo 4), histoire de "serrer la pince" à l'un de ses habitants (photo 5 au centre), harmonieusement teinté comme les humbles et rares fleurettes rencontrées ici et là....
Vraiment une belle marche, bien facilitée par les équipes de l'ONF que je remercie ici.

Merci également à Heine de nous avoir rapporté ces heureux changements, à Martial pour la confirmation de l'état du sentier et à Jean-Paul pour sa fiche claire et détaillée.

Martial, 05/01/2023 08:41
Randonnée complétée le 04/03/2020

De retour dans la zone, nous constatons les dires de Heine du 09/05/2022; en effet, plus besoin de remonter sur la route en fin de trace, le sentier continue en suivant l'ancien sentier des laves, bien nettoyé et balisé, nous arrivons sans encombre dans la coulée 2007, ou le sentier se poursuit dans la coulée jusqu’au vieux port du Tremblet et ainsi de poursuivre sur St Philippe par le sentier littoral.
Photos jointes

JP Goursaud, 09/05/2022 17:18

@Heine : Merci pour tous vos commentaires dans la région. Pour ce circuit, je suis surpris que cela passe si bien. De retour sur l'île bientôt, je m'empresserai d'y aller voir de plus près pour rafraîchir la fiche et étudier votre sentier. C'est peut-être le moment pour tous de s'y rendre pour l'élargir un peu. Bon retour à vous.

Heine, 09/05/2022 12:50
Randonnée complétée le 08/05/2022 en 3h00

Chemin fait hier, je l'ai trouvé hyper praticable (à part peut-être un léger passage où un coup de débrouissailleuse pourrait être utile, juste après la "frontière" avec Saint-Philippe, côté Sainte-Rose donc mais c'est pour pinailler) et hyper bien balisé (traits bleus et pas mal de points oranges également). Plusieurs coulées à traverser, c'est un spectacle vraiment atypique et que je ne suis pas prêt d'oublier.

Par contre, comme je ne sais pas de quand datent les infos, je me permets un petit ajout (mais peut-être que l'auteur était au courant). Je vais essayer d'être clair. Ca l'est pour moi, mais pas toujours évident à transcrire.

Là où CE chemin bifurque vers la N2 (en venant de Sainte-Rose), il y a possibilité de continuer sur un chemin très bien tracé, jusqu'à l'énorme coulée et le sentier (officiel !) se poursuit jusqu'à remonter sur les laves de 2007 (si j'ai bien compris les chronologies ^^) pour retrouver la N2 à cet endroit. C'est beaucoup plus agréable je trouve. Et je me demande à quel point il est possible de continuer jusqu'au Tremblet car là encore, le sentier se poursuivait...

Je n'ai pas pu voir car personnellement je venais de Saint-Philippe jusqu'au Tremblet puis j'ai remonté vers le kiosque par la route. Je n'ai pas pris le chemin indiqué ici (sur une autre page) qui proposait de remonter par les laves car je ne voyais pas l'intérêt de "risquer" cela sachant que marcher sur de la lave, c'est déjà ce qu'on fait en permanence sur une île volcanique (et surtout que les sentiers suivants le permettent allégrement, sans que ce soit interdit par arrêté préfectoral). C'est ce qui m'a amené à "découvrir" cet autre passage, qui permet de descendre via les roches et rejoindre le sentier en évitant de la N2 supplémentaire. Cela étant dit, je me demande donc à quel point les panneaux qui indiquaient "sentier des laves" lorsque j'étais au Tremblet rejoignaient la piste qui semblait partir de l'embranchement que j'ai pris...J'avais un planning à respecter et d'autres objectifs dans la journée, mais je pense que cela peut mériter d'être creusé (pas par moi, je vais quitter votre île dans trop peu de temps désormais :().

Christian L, 24/01/2018 18:40
Randonnée complétée le 20/01/2023 en 4h50

Rien à voir avec la rando « traversée du grand Brûlé « mais on démarre également de la vierge parasol ;on prend le sentier à dr du parking et là on monte pour approcher le plus près possible le piton de Crac.Sentier net sur500 m puis on le devine plus ou moins -souvent moins que plus!-puis c ‘est du hors sentier où l on navigue sur des laves pas toujours consolidées.Très chaud ce jour puis arrive « l’ennemi « le brouillard à hauteur du Trou Caron vers 800m d ‘altitude Progression pas spécialement difficile mais il faut rester très attentif.Un goût d inachevé car je pense qu en continuant à monter et en contournant par la dr le piton de Crac ça ne doit pas être si mal.Pour moi 5h ar.Bus car jaune S1 arrêt Vierge Parasol.

Christian Léautier, 30/03/2017 15:43
Randonnée complétée le 04/03/2020 en 6h00

Fait dans le cadre de mon tour de l'île (9è étape) : de la Vierge Parasol au Tremblet ; Effrayé par la grosse chaleur et la mention "très difficile" du site, j'ai souvent emprunté les pistes agréables qui mènent de la RN 2 à la mer et les parties des coulées récentes, délaissant souvent le sentier littoral que j'avais parcouru il y 4 ou 5 ans et qui était déjà bien envahi par la végétation. Très, très chaud!!! Car jaune S1 arrêt vierge Parasol pour débuter et arrêt Pointe du Tremblet pour finir.

Randonnée ajoutée le : 20/01/2023