Heine

Membre depuis 07/03/2022

Dernière activité: il y a 27 semaines

Les commentaires sont ordonnés du plus récent au plus ancien.

Réalisé le weekend-dernier. En ce qui concerne la portion de route, je la trouve plutôt sympa, c'est reposant de marcher sur du plat et avec un dénivelé presque inexistant, ça fait un bon échauffement. Les paysages le long du Langevin sont très agréables, mais je peux concevoir qu'on préfère s'en abstenir.

Comme signalé dans le descriptif il me semble, vers le KM6, le sentier en rive gauche du Langevin est toujours fermé à cause des éboulis. Mais aucun problème à passer rive droite sur 1Km, on rejoint le tracé aisément ensuite via un pont.

Randonnée que j'ai vraiment appréciée, une énorme diversité de lieux croisés : le long de la rivière sur son lit basaltique d'abord, puis la superbe cascade Langevin, le passage à Cap Blanc qui ferait penser aux grandes plaines américaines, l'arrivée au milieux de remparts la montée sur une (très) vieille et où l'on se demande quelle va être la sortie...qui débouche en fait sur la magnifique plaine des Sables.

Certes le dénivelé est important, mais j'ai trouvé le parcours assez roulant. Le profil entre Grand-Pays et La Plaine des Sables me paraissait difficile, mais en fait, une grande portion se fait sur un rythme plutôt naturel (entre 1300m et 2000m environ à vue de nez). Ne pas oublier de faire le plein d'eau à Cap Blanc.

Fait en descente la semaine dernière, c'est la pire que j'ai jamais faite, elle aura tout cumulé. Si j'avais posté la tête chaude, je lui aurais mis un 0 étoile pour l'intérêt :D

En essayant d'être objectif, le passage tout le long de la caldeira est vraiment top, et la descente par les Puys, c'est super joli. Ensuite évidemment, descente vers le littoral, relativement classique, enchaînement pierriers avec balisage aléatoire et forêt pour le rafraîchissement En résumé, je vous la conseille uniquement pour la montée.

Fait hier, départ de Saint-Philippe, kiosque quai Plate. Sentier indiqué fermé. En revanche rien dans l'autre sens (pas la première fois que ça m'arrive).

Débuts très compliqués, absence de traces et de balisage, très difficile de s'orienter et impossible de se fier au tracé GPX (au moins au début, car par la suite, il a pu m'être utile...d'ailleurs je vois ici qu'il ne suit pas le sentier littoral au début, peut-être un problème de GPS à ce moment ?). Ce fut très chaotique niveau orientation et comme déjà signalé, attention aux moustiques (heureusement que j'ai déjà eu la varicelle, je me poserai la question vu l'état de mes jambes sinon). Comme le disait loyama, pantalon et manches longues peuvent-être appréciés :) (par chance vu la météo, j'étais en K-way). Forcément un peu de boue vu les pluies des dernières semaines, mais rien d'insurmontable.

En dehors de ces problèmes d'orientation du début (enfin à titre perso, ça m'amuse, on se sent comme un explorateur), le parcours est top comme cela a déjà pu être dit. Les flots d'un côté, le champ des oiseaux de l'autre, les différents spectacles de la lave refroidie, l'absence de randonneurs du dimanche, on regrette presque lorsqu'il se termine.

Chemin fait hier, je l'ai trouvé hyper praticable (à part peut-être un léger passage où un coup de débrouissailleuse pourrait être utile, juste après la "frontière" avec Saint-Philippe, côté Sainte-Rose donc mais c'est pour pinailler) et hyper bien balisé (traits bleus et pas mal de points oranges également). Plusieurs coulées à traverser, c'est un spectacle vraiment atypique et que je ne suis pas prêt d'oublier.

Par contre, comme je ne sais pas de quand datent les infos, je me permets un petit ajout (mais peut-être que l'auteur était au courant). Je vais essayer d'être clair. Ca l'est pour moi, mais pas toujours évident à transcrire.

Là où CE chemin bifurque vers la N2 (en venant de Sainte-Rose), il y a possibilité de continuer sur un chemin très bien tracé, jusqu'à l'énorme coulée et le sentier (officiel !) se poursuit jusqu'à remonter sur les laves de 2007 (si j'ai bien compris les chronologies ^^) pour retrouver la N2 à cet endroit. C'est beaucoup plus agréable je trouve. Et je me demande à quel point il est possible de continuer jusqu'au Tremblet car là encore, le sentier se poursuivait...

Je n'ai pas pu voir car personnellement je venais de Saint-Philippe jusqu'au Tremblet puis j'ai remonté vers le kiosque par la route. Je n'ai pas pris le chemin indiqué ici (sur une autre page) qui proposait de remonter par les laves car je ne voyais pas l'intérêt de "risquer" cela sachant que marcher sur de la lave, c'est déjà ce qu'on fait en permanence sur une île volcanique (et surtout que les sentiers suivants le permettent allégrement, sans que ce soit interdit par arrêté préfectoral). C'est ce qui m'a amené à "découvrir" cet autre passage, qui permet de descendre via les roches et rejoindre le sentier en évitant de la N2 supplémentaire. Cela étant dit, je me demande donc à quel point les panneaux qui indiquaient "sentier des laves" lorsque j'étais au Tremblet rejoignaient la piste qui semblait partir de l'embranchement que j'ai pris...J'avais un planning à respecter et d'autres objectifs dans la journée, mais je pense que cela peut mériter d'être creusé (pas par moi, je vais quitter votre île dans trop peu de temps désormais :().

Effectuée il y a trois semaines (19 mars), montée à la frontale (+ pleine lune), ce qui signifie que le parcours s'effectue bien. Le départ de la randonnée me semble difficile à ne pas trouver. Par contre je confirme la présence de quelques arbres couchés à escalader et pour lesquels l'usage des mains est recommandé (notamment peu de temps après le départ, ce qui peut rebuter, mais il n'y en a finalement pas tant que cela.)

Pour la descente, je ne me prononcerai pas sur sa difficulté éventuelle, retour effectué par le GRR2 (gîte Roche Ecrite, Mamode Camp, le Brûlé) pour pouvoir délier un peu les jambes.

Fait vendredi 8 avril. Je vous épargnerai le descriptif de ce superbe parcours, juste un petit point sur les conditions.

Sentier fermé du Maïdo jusqu'au croisement pour l'îlet des Orangers, c'est-à-dire jusqu'au km 3.5 environ.

Depuis ma récente arrivée à La Réunion, c'est la première fois où je ne peux ignorer qu'un cyclone a traversé l'île, mais le chemin n'est compliqué que sur la fin de la première partie sus-mentionnée, à vue de nez (et de montre) les 700 derniers mètres jusqu'au croisement. Et là, il faudra en effet enjamber des arbres, utiliser les mains et ne pas perdre de vue la trace, mais c'est jouable. Le dénivelé étant hyper important, on réussit toujours voir la trace. En tout cas, je ne me suis pas perdu. Aller jusqu'aux 3 Roches en 2:20, retour en un peu moins de 3:00.

Gros point positif, absolument personne sur ce passage ce qui permet de profiter de la quiétude des lieux en plus de leur beauté.

A noter également au tout début parcours l'utilisation d'une corde à flanc de montagne pour enjamber de légers creux, mais aucune difficulté particulière.

La plus grosse difficulté, selon moi, sur le passage Maïdo - croisement des Orangers, le dénivelé pour les personnes peu aguerries.

Aucune annonce publiée
Aucune participation
Date ajoutée Nom de la randonnée Difficulté Dur. Dst. Profil
10/03/2015
Difficile
9h30 29.5 km
05/08/2021
Très difficile
6h30 16.5 km
Date complétée Nom de la randonnée Difficulté Dur. Dst. Profil
08/05/2022
Moyen
8h30 22.5 km
08/05/2022
Très difficile
5h 10.2 km
30/04/2022
Difficile
8h30 23 km
29/04/2022
Très difficile
7h30 25.5 km
08/04/2022
Difficile
8h 19.2 km
19/03/2022
Difficile
8h30 20.4 km