De la bambusaie du Guillaume à la Tamarinaie du Maïdo

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 5h
Distance 14.3 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1730 - 1014 m
Dénivelé positif 750 m
Dernière mise à jour 26/05/2024

Boucle des bambous aux calumets

La première partie de cette boucle est très vite envahie de végétation. Le coupe-coupe dans le sac peut rassurer. Plus nous marchons sur une trace plus elle se transforme en sentier.

Le circuit de la Mégavalanche part du Maïdo pour se rapprocher de la mer par des pistes et de nombreux sentiers descendus à des allures folles par les compétiteurs super entraînés de cette course mythique de VTT. Les invasives reprennent très vite possession des sentiers et la compétition change fréquemment de parcours. Une partie de cette boucle emprunte un sentier sans doute magnifique à l'époque des courses mais désormais sans charme dans sa première partie en raison de la multiplication des invasives. Toutes celles connues à La Réunion y sont présentes et c'est à celle qui l'emportera sur l'autre. La trace est toujours visible et on ne cherche jamais le parcours. En revanche, il est conseillé de porter manches longues et grand couteau pour se frayer plus sereinement un passage. Les griffures seront inévitables sur le premier kilomètre. Très peu de chances donc d'y croiser un vététiste. Le reste de la montée traverse de belles étendues de tamarins des hauts où les longoses et fougères demeurent, mais ne coupent ni ne griffent. Le reste de la boucle mériterait trois cœurs tant il est varié sur pistes larges ou étroites, sentiers de raccourcis traversant de magnifiques forêts de bois de couleurs ou petites routes menant au hameau de Bambou. C'est dans ce dernier qu'on trouve la Bambusaie (ou bambouseraie) du Guillaume où un collectionneur passionné a planté plus de 150 espèces de cette plante semblant apprécier tout particulièrement l'humidité de cette altitude. Enfin, si le chrono le permet, il est possible de se promener dans le fond ou sur le bord de la Ravine Bernica pour y découvrir quelques bassins remarquables.
Ce parcours emprunte au retour des sentiers fréquentés par les vététistes. En cas de compétition ou d'importants groupes de sportifs, préférer la piste et non ses raccourcis pour éviter conflits ou incidents.

La randonnée débute à la toute fin de la Route Vaudeville barrée de grosses roches à deux pas de la Ravine Bernica. Un emplacement de stationnement se trouve sur la droite en arrivant, juste au début du sentier déjà très envahi par les branches. Pour s'épargner deux cents mètres de griffures, marcher vers la ravine et ses bambous qu'on retrouvera en fin de boucle. Emprunter la piste débutant à droite par une montée pouvant être glissante (Photo 1). Elle passe entre la Ravine Bernica et le Fond Maunier en offrant quelques points de vue sur les prairies. A la fin de la piste, ne pas poursuivre mais obliquer légèrement sur la droite sur un passage peu marqué ou abîmé par les roues des engins (Photo 2). On parvient donc sur le sentier laissé au parking. La trace est impossible à perdre mais il faut déjà faire attention aux longues tiges de vigne marronne (Photo 3). Très vite, la liste des invasives augmente et il est impossible de les éviter (Photo 4). Le coupe-coupe a vite fait de sortir du sac pour élargir un peu le passage à moins qu'un chasseur de tangues ou de guêpes ne soit passé quelques jours auparavant. Compter 15 minutes inoubliables faisant perdre d'un coup 3 cœurs à cette boucle ! Puis le sentier devient plus propre et les outils peuvent retrouver leur place (Photo 5). Les portions glissantes avec ornières profondes créées par des années de pneus se multiplient. Le sentier reprend un aspect normal avec ses racines, ses pierres moussues et ses parties boueuses par endroits (Photo 6). Après 30 minutes de montée constante, on parvient à une tuyauterie longeant plus ou moins le sentier (Photo 7). Les invasives ont disparu, excepté les longoses, et les bois de couleurs se multiplient (Photo 8). On domine la Ravine Bernica qui semble difficile à atteindre car la pente est forte et le terrain glissant. Quelques coups de rein sont nécessaires pour franchir les obstacles du terrain parfois rocheux (Photo 9). A 1500 m, le sentier franchit un petit affluent de la Ravine Bernica puis pénètre doucement dans une forêt de plus en plus belle de tamarins envahie de longoses cachant à nouveau le passage sans l'obstruer (Photo 10). Puis les fougères remplacent les longoses sous les magnifiques troncs de tamarins (Photo 11). C'est dans ce paysage dominé par les grands arbres que se termine la montée sur le sentier. Il finit à la Piste Forestière de l'Eperon, totalement recouverte d'herbe très pratique pour nettoyer les chaussures de la boue accumulée (Photo 12). Elle coupe la Ravine Bernica, très modeste à cette altitude, près de petits bassins d'eau sombre. Très vite, on se retrouve sur la Piste Forestière des Palmistes. En prenant à gauche, il est possible de terminer plus rapidement la boucle. Cette fiche propose de partir sur la droite et de poursuivre sur ce large chemin empierré sous les tamarins (Photo 13). A l'approche du sentier de découverte de la Tamarinaie , partir à gauche sur la Piste Forestière du Bernica puis marcher 150 m jusqu'au discret sentier envahi de branles verts permettant d'accéder au parcours touristique (Photo 14). On croit se retrouver au début de la boucle mais aucune plante ne vient griffer sur cette très courte distance. La boucle a perdu tous ses panneaux explicatifs mais le sentier fréquenté est toujours de bonne qualité (Photo 15). Emprunter le parcours officiel qui longe la route pendant un moment puis marcher sur le goudron pendant 100 m. Traverser la Ravine de la Pompe et entamer la longue descente sur un sentier emprunté par les vététistes. Aucune difficulté pour le suivre et surtout aucune invasive ne vient troubler la marche (Photo 16). Ce sentier se termine à la PF du Bernica qu'on emprunte à droite jusqu'au prochain départ de sentier vers l'ouest. Il débute par une longue portion dans les herbes sous les derniers tamarins (Photo 17) et se poursuit sur une magnifique portion dans les bois de couleurs dominés par d'imposants pieds de tans rouges sans doute centenaires (Photo 18). Cette partie, très empruntée par les vététistes est lisse et glissante. Il faut prendre garde aux glissades possibles dans les tronçons les plus pentus (Photo 19). On retrouve la PF des Palmistes qu'il faut suivre de temps à autres (Photo 20). Les lacets se multiplient tout comme les raccourcis faciles à trouver (Photo 21). On retrouve la végétation identique à la montée de l'autre côté de la vallée de la Ravine Bernica. La marche est facile sur des sentiers bien marqués. Les points de vue sont toujours aussi rares sur l'océan et les prairies (Photo 22). Plus bas, les derniers raccourcis traversent des cryptomerias où l'on retrouve les passages sur racines mises à nu par les pneus (Photo 23). Débute alors un assez long parcours sur la petite route des Calumets à longer à nouveau galaberts et invasives (Photo 24). La pente est faible, la route étroite avec de longs lacets, la campagne est verdoyante et les vastes prairies abritent quelques troupeaux. Un premier hameau bordé de très hauts eucalyptus se traverse en admirant les fleurs plantées le long des habitations et en longeant de longues treilles de chouchous bordées de hauts bambous (Photo 25). Vient ensuite le hameau de Bambou où est installée la bambusaie d'un collectionneur. Si rendez-vous a été pris, il est possible d'y effectuer une visite pour moins de 10 euros. Poursuivre sur le Chemin des Calumets et repérer, à quelques mètres du Chemin de Savannah, une trouée dans les bambous (Photo 26). Suivre le large sentier glissant, à l'ombre de plusieurs espèces de bambous (Photo 27). Il passe près de l'ancienne distillerie de géranium avant de se terminer au premier mètre de la Route Vaudeville, au gué sur la Ravine Bernica. Un grand bassin sur la gauche n'invite guère à la baignade mais peut impressionner par la taille (Photo 28). Un étroit sentier en rive gauche permet de remonter la ravine vers la petite cascade et un grand pied de thé. Un autre, encore plus étroit attirera l'attention des aventuriers afin de remonter vers d'autres bassins. A noter une cascade en aval du radier. On termine la boucle en effectuant les derniers 100 mètres, toujours dans les bambous, jusqu'aux roches barrant la route et au véhicule garé à 15 mètres.

Balises

Pas de balisage

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.

Itinéraire

Se rendre à Saint-Gilles les Hauts puis emprunter la RD101 en direction de Bras Canot et Pausé - Poursuivre par le Chemin des Cryptomerias puis partir à gauche sur la Route Vaudeville - Stationner à quelques mètres de la fin de la route, près du hameau de Bambou - Emprunter l'ancien sentier de la Mégavalanche jusqu'à la Piste de l’Éperon - Employer pistes et sentiers pour traverser la Tamarinaie du Maïdo puis entreprendre la descente par la RF des Palmistes et ses nombreux raccourcis - Passer la Bambusaie du Guillaume et traverser une forêt de bambous pour arriver à la Ravine Bernica puis à la fin de la route Vaudeville.


Commentaires sur cette randonnée (27)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Julie D, 12/03/2024 19:02
Randonnée complétée le 05/03/2024 en 5h00

Boucle faite un matin, sur un créneau pile poil avant averse. La montée est rendue difficile du fait de la végétation dense, même si o se rend compte que le chemin est débroussaillé de temps en temps. Une fois arrivés à la piste forestière, ça déroule. On est dans la forêt, qui évolue au fur et à mesure du dénivelé. Cents sympa. Mes favoris restent les tamarins :) pour s’aérer sans aller trop loin quand on habite à l’ouest, c’est pas mal.

Fanch, 17/12/2023 13:41
Randonnée complétée le 17/12/2023 en 3h00

Un parcours bien sympathique. Je rejoins la plupart des commentaires, il faut parcourir cette boucle car sinon la peste prendra vite le dessus. Pas de difficulté en début de sortie, un peu plus dur quand les fougères remplacent les raisins marrons autour du kilomètre 3-4. La suite aisée bien qu'il faille faire attention à ses appuis lors de la descente de la piste VTT

Martial, 26/10/2023 17:33
Randonnée complétée le 13/04/2023 en 4h40

@Marietta, désolé de vous avoir froissé, j'ai passé tellement d'heures dans les sentiers à essayer de les entretenir un minimum, que ma réflexion est venue sans trop réfléchir, équipez vous et continuez de commenter, c'est très utile, au moins, nous savons que ce sentier peut toujours être pratiqué. En plus, sur certaines sorties difficiles, un sabre vous servira à pouvoir continuer votre progression.
Désolé encore, jugement un peu hâtif, je vous l'accorde.

Marietta, 26/10/2023 16:45
Randonnée complétée le 26/10/2023 en 5h30

Désolée, nous n’en avons pas et sommes sans aucun doute beaucoup moins aguerris que vous. Mais sans doute allons nous nous équiper (ou cesser de commenter si nous préférons éviter les foudres du jugement ! 🙃)

Martial, 26/10/2023 16:39
Randonnée complétée le 13/04/2023 en 4h40

@Marietta, si tous les randonneurs qui effectuent ce parcours prenaient leur grand couteau, le passage pourrait perdurer, malheureusement, comme vous, beaucoup compte sur les autres.

Marietta, 26/10/2023 16:30
Randonnée complétée le 26/10/2023 en 5h30

Nous n’avons pas pris le coupe coupe aujourd’hui espérant que le travail de débroussaillage et la trace ainsi laissée par nos amis randonneurs allaient encore nous permettre de passer sans encombre. Ce fut le cas, aucune vraie difficulté de passage, juste quelques éraflures. Prévoir néanmoins de prendre le tracé avec soi pour s’assurer qu’on reste sur la bonne voie, quelques traces en impasse pouvant prêter à confusion. La vigne marronne reprend très vite ses droits dans la première moitié de la montée rendant la progression plus lente, en particulier jusqu’à la première piste forestière des Palmistes. Les fougères sont très hautes et denses en sous-bois de Tamarins. La descente déroule aisément. Nous nous sommes régalés des magnifiques arbres, tamarins, bois de couleurs, Tan rouge de ce parcours. Il nous a fallu 5h30 pour compléter la boucle.

BOUYER Nelly, 17/09/2023 18:18
Randonnée complétée le 15/09/2023 en 6h00

Cette boucle est vraiment agréable! Nous y sommes retournés en groupe accompagnés de notre fidèle bâton et coupe et coupe. Il y a 2 endroits où notre souplesse est testée, sinon c'est bon !

KJN, 07/09/2023 09:46
Randonnée complétée le 06/09/2023 en 5h00

Randonnée faite ce 06/09/23. La végétation a très vite repoussée depuis le passage des débroussailleurs... Randonnée un peu technique sur la montée, où ça griffe un peu et où il est nécessaire de bien se courber par endroit. Recommandée pour les marcheurs habitués et aguerris. Malgré tout, c'est une belle sortie dans les Hauts, au calme, en pleine nature, sur un sentier en grande partie isolé. Si par hasard, d'autres marcheurs sont amenés à emprunter prochainement cette voie et qu'ils tombent sur une paire de lunettes de Soleil rouges... ce sont les miennes :)

Juanitarun, 22/08/2023 20:08
Randonnée complétée le 22/08/2023 en 5h00

J’ai profité du passage des débroussailleurs il y a quelques jours pour enfin réaliser cette boucle. Merci à toute l’équipe. La première partie du bras montant -en suivant le sens proposé par JPG- est compliquée malgré tout, et il faut se courber souvent pour passer dans les tunnels de végétation hostile. Il m’a fallu un peu plus de 60 minutes de montée constante depuis le départ pour trouver la canalisation d’eau. C’est la fin des grosses hostilités. A partir de la piste forestière, c’est carrément une promenade aisée. En prolongeant sur le sentier de la tamarinaie, j’ai traversé deux belles ravines et visité une jolie grotte, assez grande pour dormir seul, ou à deux si on s’entend bien (photo), tout en écourtant le passage sur goudron. Le bras descendant était sec, et je rejoins Christian L: si ce n’est pas une autoroute, c’est quand même pas difficile. J’ai bien aimé le passage dans les bambous et le petit écart dans la ravine Bernica en fin de boucle.

BOUYER Nelly, 21/08/2023 17:38
Randonnée complétée le 15/09/2023 en 6h00

@Christian L, LOL, non le sentier est loin d'être une autoroute et reste un single jusqu'à la piste forestière. classification '' difficile'' par temps humide. Au plaisir . Je poste la photo de la partie défrichée, entourée en noir, pour que cela soit plus clair.

Randonnée ajoutée le : 01/04/2023