Le tour de l'aéroport Roland Garros à Saint-Denis

Difficulté
Facile
Indice de confiance Excellent
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 3h
Distance 12.4 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 49 - 1 m
Dénivelé positif 60 m
Dernière mise à jour 19/02/2019

Difficile de faire plus plat

Quelle drôle d'idée d'aller randonner autour d'un aéroport ! L'expérience tentée à Pierrefonds n'était pas si désagréable malgré la chaleur, on y rencontrait déjà de nombreux coureurs qui s'entraînaient. A Gillot, beaucoup plus de personnes connaissent ce circuit depuis très longtemps et ce n'est pas ici qu'il faut venir chercher la solitude ou le silence car les routes principales ne sont jamais loin. En cumulant toutes les montées on a du mal à parvenir à 60 mètres répartis sur 12 kilomètres et, pour un peu, on pourrait même effectuer la boucle avec une poussette pour endormir bébé. Attention cependant au danger : si la route est de l'autre côté des murettes ou de la glissière de sécurité, les cyclistes arrivent parfois très vite et assez silencieusement. Il vaut mieux respecter le code et partager équitablement la piste en marchant sur le côté. Deux circuits sont possibles à partir du même point de départ : le court longe les grillages de la base aérienne et celui-ci permet quelques écarts pour visiter la chapelle tamoule et l'ancienne usine de la Mare ou le cimetière la Peste à la Jamaïque (voir § plus bas).
Difficile désormais d'imaginer le village de Mapérine, détruit pour la construction des pistes et dont il ne reste en souvenir que le nom d'une rue de Sainte-Marie.

La randonnée débute près de l'aéroport ou d'immenses zones de stationnement se trouvent sur la droite dès l'arrivée au deuxième rond-point. La piste est facile à trouver car un passage piéton en marque le début. Nul besoin de réfléchir ni de se munir d'un GPS car le circuit est des plus instinctifs. Suivre simplement la piste cyclable qui passe parfois à moins de deux mètres de la RN1 (Photo 1). Un peu plus loin, les inconditionnels emprunteront le sentier ombragé ( très encombré de détritus) au niveau du rond-point de Duparc (Photo 2). La marche est extrêmement facile en très légère descente (Photo 3). Cet itinéraire, nommé sentier littoral nord, oblique sur la gauche en direction de la Mare qu'on repère à sa cheminée métallique. Guetter sur la gauche une courte piste qui rejoint en 50 mètres la chapelle tamoule de la Mare. Le temple est modeste mais il est très connu des fidèles qui s'y réunissent régulièrement (Photo 4). Outre le temple jaune et rouge, on peut y voir des frangipaniers décorés de colliers de fleurs séchées et une aire charbonnée, vestige de la dernière marche sur le feu. Une statue à l'avant représente Hanumān, le Dieu Singe, patron des lutteurs, dieu de la sagesse. Il est si fort qu'il peut soulever des montagnes comme le montre d'ailleurs son effigie. Rejoindre ensuite l'ancienne usine de la Mare réhabilitée en bureaux. La case créole, qui devait être le bâtiment de la direction de l'époque, est très bien conservée à l'ombre de ses grands palmiers royaux (Photo 8). Tout près, la grande grue qui servait au déchargement de la canne est restée sur place (Photo 7). Rejoindre le port de Sainte-Marie en empruntant une courte passerelle (Photo 9) et en suivant la petite route. Le port est important à en juger par le nombre de barques et bateaux de pêche qui sont à l'anneau (Photo 11). On profite à partir du port de larges panoramas sur les sommets dont le Cimendef et la Roche Ecrite que l'on verra jusqu'à la fin de la boucle (Photo 15). Débute une remontée des pistes de l'aéroport en longeant tout d'abord une route bétonnée bordée d'énormes plots en béton sensés protéger des vagues (Photo 12). Cette route extra plate se poursuit par une piste le long du grillage (Photo 16). Après les pluies, les ornières créent de larges flaques qui peuvent mouiller les pieds (Photo 17). L'astuce consiste à marcher dans les épineux qui bordent la piste ou à descendre sur la plage de galets à la recherche de bois flottés (Photo 18). Une centaine de mètres plus loin, on rejoint la piste jusqu'au large estuaire encombré de galets (Photo 20). Pour le circuit court, partir sur la gauche et suivre le grillage sur de la terre puis sur une piste qui rapproche de la base aérienne et de l'aéroport. A la saison, la traversée de la Rivière des Pluies est instructive lorsque les pêcheurs de bichiques installent leur matériel et ne sont pas avares en explications sur les méthodes de pêche (Photo 21). Sur l'autre rive, repérer le sentier menant à la piste qui vient de l'ancienne gravière, juste en face du grand cimetière du Chaudron. A la piste cyclable qu'on retrouve près de la voie rapide, prendre à gauche pour rejoindre le point de départ de la boucle. En empruntant le même type de piste qu'au départ, le cimetière la Peste ne se trouve qu'à un petit kilomètre (Photo 23). Ce minuscule cimetière se situe 100 m après le gué de la Ravine du Chaudron. Le retour à Gillot s'effectue rapidement, toujours sur des pistes cyclables de goudron rouge bordées de palmiers, flamboyants et autres arbres qui procurent de l'ombre (Photo 24). On rejoint la Rivière des Pluies enjambée par un large pont qui offre aux piétons et cyclistes la possibilité d'effectuer la traversée à l'ombre (Photo 25). Seule hésitation du parcours : prendre à droite à la sortie du pont pour marcher de l'autre côté de la RN1 et rejoindre l'aéroport en passant sous la route par un tunnel éclairé.

Balises

Pas de balise

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

Se rendre à Saint-Denis et rejoindre l'aéroport Roland Garros - Stationner sur la Rue Hélène Boucher au deuxième rond-point - Débuter par la piste en direction de Sainte-Marie - Longer sans discontinuer la route principale passant devant Duparc - Bifurquer à gauche vers la Mare - Effectuer un écart vers la chapelle de la Mare puis un autre vers l'ancienne usine de la Mare - Rejoindre le port de Sainte-Marie puis monter sur la digue bétonnée - Longer l'océan sur la route bétonnée puis en terre un peu plus loin - Marcher jusqu'à l'estuaire de la Rivière des Pluies - Traverser la rivière et retrouver le sentier qui rejoint la piste traversant l'ancienne gravière et retrouver les pistes cyclables - Avant de rentrer vers Gillot, prendre à droite pour une visite au cimetière la Peste - Rebrousser chemin et rejoindre le pont qui enjambe la Rivière des Pluies - Terminer par la piste jusqu'au point de départ.

Le cimetière la Peste ou cimetière des bannis

Un grand bateau, le Madona, proche de nos côtes en 1919, a apporté la grippe espagnole, qui, en une dizaine d'années a tué plus de 10 000 personnes, toutes enterrées à même le sol en fosses communes, d'abord au cimetière de l'Est, vite "saturé". En 1926, c'est une épidémie de peste qui poursuivra son œuvre destructrice. Le petit cimetière, dit des bannis, abriterait aussi les esclaves qui ne devaient pas être enterrés près des hommes libres. Les croyances locales ont eu vite fait de relier ces enterrements à d'étranges cérémonies comme on en voit près de la tombe de La Buse à Saint-Paul, de Zitte à Hell Bourg ou de Sitarane à Saint-Pierre. Les offrandes, cadavres de volailles, bouteilles ou couteaux retrouvés sur les lieux, sont laissées sur place par les visiteurs venus demander une faveur aux morts de ce petit cimetière qu'on dit hanté.


Commentaires sur cette randonnée (4)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
lafleche974, 14/03/2019 22:13
Randonnée complétée le 10/02/2019 en 3h00

Réalisé lors d'un footing dominicale. J'ai juste un peu galère dans l'embouchure de la rivière j'étais remonté un peu trop tôt. Des pêcheur de bichiques été entrain de nettoyer les canaux. Cette boucle est vraiment agréable à refaire sans modération

Christian Léautier, 19/01/2019 18:06
Randonnée complétée le 19/01/2019 en 3h00

Prévu ce 19/01/2019 de venir à bout du sentier du Malbar mort et du Piton des Merles ( difficile, 8 échelles,un bon dénivelé, belle forêt ombragée au-dessus des Makes) mais malheureusement obligé de mettre en place en dernière minute un plan B ! Alors je teste le tour de l'aéroport Roland Garros: évidemment, rien à voir avec le plan A !! plat et plein soleil tout le long...Descendu la rivière des Pluies (quelles pluies??) depuis le pont de Gillot jusqu'à l'embouchure: peu d'eau et hélas, plus de pêche aux bichiques; détour au cimetière la Peste après avoir traversé la ravine du Chaudron ; puis retour vers l'est : agréable de longer l'océan et de voir les avions sous un angle inhabituel ; pour terminer avant de reprendre le bus E1 Car Jaune (pas le dimanche) arrêt Gillot, un petit bonus avec un détour vers le temple hindouiste, 500m seulement au sud , rue R. Garros . Noter que l'arrêt "Gillot" est parfait pour effectuer ce circuit que l'on vienne de St Denis ou de St Benoit .Rando à faire plutôt l'hiver et qui bien sûr ne peut rivaliser avec le Malbar Mort!!!

Martial, 15/01/2019 15:48
Randonnée complétée le 24/12/2018

Parcours déjà réalisé, d’une part lors de ma 1ere étape du tour de l’île entre St Benoit et St Denis, pour la partie très circulatoire et bruyante du sentier littoral Nord.
J’ai déjà effectué la partie derrière l’aéroport qui passe au plus prés de la mer, partie très intéressante dans le cadre d’un tour de l’île, d’abord pour rester dans l’esprit « au plus près des flots » et ensuite pour la tranquillité de cet itinéraire ; en plus, on voit bien les installations de l’aéroport et les avions atterrir.
J’avais le jour de mon passage derrière l’aéroport, continué sur St Denis, longé l’embouchure de la ravine du Chaudron et rejoint le sentier littoral après une courte distance effectuée dans les galets.
Juste derrière le port de Ste Marie sont abandonnés de nombreux chats, qui sont nourris de temps en temps par une dame ; vous pouvez prendre quelques croquettes, ces pauvres animaux vous en seront surement reconnaissant.
Étonnant ce cimetière la Peste, un lieu ou l’émotion est forte, bien dommage que le lieu ne soit pas mieux entretenu, voire pas du tout.
Pas très loin du cimetière, il y à une vieille passerelle à l’abandon, je me demande si le chemin de fer passait à cet endroit.
Un détail important pour ceux qui se déplace en bus, la boucle proposée passe devant l’arrêt de bus jaune, « lastic-la mare », ligne E3, St Denis à St André par Ste Marie et peut être réalisée à partir de cet arrêt.
Photo1, les installations de l’aéroport; photo2, l’atterrissage au 1ere loge d’un avion d’air austral; photo3, un abri de pêcheur de bichiques et l’embouchure de la ravine du Chaudron; photo4, le cimetière la peste photo5, la vieille passerelle

jpv97410, 15/01/2019 09:54
Randonnée complétée le 10/01/2019 en 3h00

Randonnée originale et pas fatigante en même temps on découvre des lieux insolites et chargés d'histoire à quelques pas de l'aéroport. Pour ceux et celles qui veulent découvrir la pêche au bichiques il va falloir faire vite car c'est bientôt la fin.

Randonnée ajoutée le : 10/01/2019