La boucle du Piton Rouge au Lac Argamasse depuis la RN3

Difficulté
Moyen
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 5h30
Distance 16.5 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 2060 - 1620 m
Dénivelé positif 580 m
Dernière mise à jour 13/08/2018

Branles verts et boue !

Cette randonnée emprunte à l'aller l'ancien tracé du GRR2 qui menait au Piton Textor et au retour le nouveau tracé qui va du Lac Argamasse au Piton Rouge en passant par le Piton Misère. Les branles verts l'emportent largement sur les autres plantes même si on aperçoit ça et là des bois de couleurs, surtout vers le Piton Rouge. Faire très attention aux chaussures à mettre ce jour là en raison d'une portion de 2 kilomètres très boueuse (photo 11).
La première et la dernière portion de la boucle s'effectuent sur route de la RN au Chalet des Pâtres. Pour raccourcir cette boucle, il est possible de partir du parking situé en fin de route, à quelques mètres des installations de la ferme. L'ancien tracé du GR chemine, souvent de façon très rectiligne le long des clôtures des prairies. Il est bordé de chaque côté par des murs quasi infranchissables de barbelé, non pour empêcher le randonneur de sortir du sentier, mais pour éviter des rencontres avec les bœufs, très nombreux dans cette zone d'élevage intensif.

La randonnée débute à la route nationale de la Plaine des Palmistes où la très agréable aire de pique-nique du Pont de Trente permet de se garer avant de partir et de se reposer au retour. Après avoir longé la piste, traversé la route et rejoint le GR, on longe la route du Chalet des Pâtres. La pente est tout d'abord faible dans les pâturages puis monte un peu plus. La végétation est rare, faite de brandes ou d'ajoncs d'Europe avant de rencontrer quelques bois de couleurs moussus. Dans les prés, des tas de pierres amassées années après années entourent quelques arbres moussus. Avant d'arriver au chalet, on laisse sur la gauche le terrain militaire de la Grande Montée, déjà effleuré lors de la montée au Piton Textor depuis le Piton Doré. Aux habitations du Chalet des Pâtres, prendre à gauche le sentier du GRR2 puis poursuivre par une montée assez raide sur des marches soutenues par des planches et entourées de hauts fanjans et des branles verts. Plus haut, les clôtures qui les entourent les prairies forment une protection barbelée autour d'un magnifique sentier rectiligne. Le sentier est agréable et facile, même s'il faut se méfier un peu des ajoncs qui le bordent. On arrive ainsi au pied du Piton Rouge qu'on aperçoit depuis le départ sur la gauche et qu'on retrouvera en fin de parcours. Les chaussures sont mouillées par la rosée des herbes mais au retour, elles seront crottées et la rosée aura disparu pour les nettoyer un peu ! On domine quelques prairies pour des photos pastorales agréables avec le soleil levant puis on redescend pour longer ensuite toute une région d'élevage. Il faut franchir le Petit et le Grand Bras de Pontho ainsi que quelques affluents en incurvant la randonnée vers le Piton Rouge dont on contourne le pied par le Sud. Heureusement il n'y a jamais d'eau mais on peut remarquer ça et là des petites retenues indiquées sur la carte par des points bleus. On poursuit ces dents de scie avec parfois de petites pentes plus fortes que la moyenne mais de courte durée. Le sentier terreux est également herbeux puisqu'il a été tracé en pleines prairies. Les clôtures encadrent le parcours et il faudrait mettre beaucoup de bonne volonté pour s'égarer. Derrière les clôtures, des troupeaux paissent ou se reposent. Il n'est pas rare de voir une vache seule perchée sur un rocher qui dépasse de la prairie et qui semble guetter le reste du troupeau comme le ferait une sentinelle. Le sentier s'élargit, devient piste couverte de basalte et il faut passer quelques échelles. On arrive enfin au plus haut de la boucle où plusieurs sentiers partent dans tous les sens, en direction du Textor ou du Nez de Bœuf. Pour ne pas manquer la direction du Piton et du Lac Argamasse, marcher sur le sentier jusqu'à une pancarte constituée de 3 planches dont l'une précise "Déviation GR R2". Le sentier de l'Argamasse commence une quinzaine de mètres avant la pancarte. Il devient alors moins pastoral et traverse les branles verts et les herbes jusqu'au lac. Cette retenue d'eau, très peu profonde, fait penser à une tourbière mais peut être très belle par beau temps surtout si le Piton des Neiges s'y reflète. (Photo 7). La boucle se poursuit en effectuant le tour du lac et en remontant vers le Piton Misère et le Piton Rouge. La montée est tout d'abord très douce et agréable dans les branles verts, gris et velours blancs sur un sentier herbeux ; mais en quelques mètres, après avoir passé le Piton Misère, il devient une horreur boueuse et extrêmement glissante. Les branles sont couverts de barbes de Jupiter (ou barbe de Saint-Antoine), signe que l'humidité y est constante. Après 2 kilomètres d'équilibre instable et de risques de chutes, on atteint le sommet du Piton Rouge. La descente par de nombreux lacets est aussi rapide mais la boue a presque totalement disparu, rendant le cheminement agréable. On passe une grande clairière avant de poursuivre et de bifurquer sur la gauche pour marcher jusqu'à de grands platanes qui indiquant la fin de toutes les difficultés. Un superbe sentier longe alors les prairies situées sur la droite, séparées par une clôture. Sur la gauche, ce sont les dernières végétations de bois de couleurs et de branles du Piton Rouge. On retrouve avec plaisir le sentier du matin pour rejoindre assez vite le Chalet des Pâtres, protégé par les clôtures latérales. On ne voit pas les chiens mais ils nous font savoir bruyamment qu'ils nous on repérés. La petite route, en descente et plus éclairée que le matin, est très agréable pour rejoindre la nationale.
Effectuée à partir du Piton Textor, cette boucle est plus courte puisqu'on n'ira pas jusqu'à la RN3 mais comportera autant de boue.

Balises


Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.

Itinéraire

Se rendre à Bourg Murat sur la RN3, poursuivre 3 km vers la Plaine des Palmistes et se garer au croisement de la route et du GRR2 qui mène au Piton Textor - Suivre la route bétonnée jusqu'au Chalet des Pâtres et tourner à gauche sur le GR après l'oratoire - Poursuivre sur le GR jusqu'au pied du Piton Rouge - Prendre à droite et poursuivre entre les grillages ou barbelés jusqu'au croisement du sentier qui vient du Nez de Bœuf et part à gauche vers le petit lac de l'Argamasse - Emprunter ce sentier qui file vers la gauche et arriver au "lac" - Le contourner de la droite vers la gauche et suivre le sentier GRR2 balisé réglementairement - Laisser à droite le Piton Argamasse puis le Piton des Herbes Blanches pour ensuite passer au sommet du Piton Misère - Traverser ensuite la zone très boueuse jusqu'au Piton Rouge et redescendre le long de la ravine jusqu'à la jonction du sentier pris en début de boucle - Bifurquer à droite, et rejoindre le véhicule en repassant au Chalet des Pâtres.


Commentaires sur cette randonnée (8)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
markus, 11/11/2019 18:15
Randonnée complétée

C'est le moment d'aller apprécier cette boucle pastorale! Pas de boue (ou si peu - à peine un peu avant d'arriver à Piton Rouge...) ce 11 Novembre (et beaucoup de fleurs). Garé au Chalet des Pâtres, j'ai effectué la boucle en 4 heures de marche tranquille...

Christian Léautier, 09/11/2019 16:17
Randonnée complétée le 09/11/2019 en 4h00

Incroyable mais vrai: pas du tout boueux ce 9/11/2019 !! Re-fait avec quelques variantes dans le sens anti horaire pour essayer d'atteindre le piton Barolet de la photo 15 mais on se heurte ensuite aux barbelés du terrain militaire de la Grande Montée (panneaux:" tirs, danger de mort...") et à une végétation dense très belle mais trop dense pour espérer atteindre le sommet et qui rappelle certains coins du Piton Tortue. Puis descente par un sentier boueux cette fois ci mais magnifique là aussi , qui démarre à droite du panneau tout neuf situé pile au petit col entre les pitons Rouge et Misère...(à gauche on part vers la canalisation de l'Argamasse: souvenirs, souvenirs...en traversant, la "fleur au fusil" ce fameux terrain militaire ; et tout droit on remonte vers le piton Misère et vers le lac Argamasse) . Là aussi on se croirait cheminer dans le dédale des branles et mousses du piton Tortue avant de rejoindre par de belles prairies vertes la partie sud de la boucle décrite sur le site. Zeste de hors sentier sans danger bien sympathique. Boucle donc raccourcie de moitié mais malgré tout fort agréable . Panoramas exceptionnels sur 360°depuis le piton Rouge. A faire sans modération avant que cette rando rejoigne bientôt le Top 5 des plus boueuses!!!

Adrien Clb, 19/08/2019 07:27
Randonnée complétée le 18/08/2019 en 4h10

Conditions ok sur le chemin. La portion entre piton misère et piton rouge est effectivement très boueuse, même après une dizaine de jours de temps sec.

Sophie M, 28/03/2019 16:25
Randonnée complétée

Refait ce jour en partant du chalet des Pâtres, dans le sens antihoraire (environ 11 km, moins de 4 heures). Je ne pensais pas y retourner tant ma dernière expérience (voir le commentaire d'août 2017) avait été "boueuse" et humide ! Mais l'envie de tester l'imperméabilité de mes nouvelles chaussures et aussi de pouvoir marcher au frais sans un trop fort dénivelé, a fait le reste. Je n'osais y croire mais le chemin est sec ou juste gras à 80 % ce qui est énorme pour le coin !
Toute la montée le long des pâturages est sèche, si ce n'est la rosée du matin. Autour du lac aussi, rien à signaler, on marche sans problème, jusqu'au piton des Herbes Blanches et un peu après.
C'est seulement dans la descente du Piton Misère et la remontée de l'autre côté, que cela devient plus délicat (classique devrais-je dire), mais dans tous les cas on peut contourner et éviter facilement les écueils en marchant sur les bords herbeux, sur les bouts de bois jetés ça et là ou sur les racines et rochers qui affleurent. La progression est donc presque "normale" pour ce type de sentier, et on s'attarde plus pour admirer les nombreuses vues dans tous les sens, surtout dans l'Est et la Plaine des Cafres qui, aujourd'hui, étaient plus dégagés que l'Ouest. Et de l'eau dans le lac pour LA photo !! Alors si vous hésitiez à y aller, je n'aurai qu'un seul mot : foncez !

Christian Léautier, 13/08/2018 10:07
Randonnée complétée le 09/11/2019 en 4h00

Re-fait ce 11/08/2018, cette fois ci dans des conditions plus que favorables: pas du tout de boue (eh oui!!!, sauf pour être franc,une petite portion avant d' accéder au piton Misère: c'est peut-être là l'origine du nom, car il n'a pas plu à la plaine des Cafres depuis 3 semaines. Fait dans le sens inverse de la fiche, ce qui permet d'enchainer d'entrée les 3 "cols": Piton Rouge, Piton Misère et Piton des Herbes Blanches puis de se laisser aller "en roue libre" depuis l'Argamasse-bien sûr pratiquement à sec- jusqu'à la fin de cette boucle qui permet des panoramas époustouflants à 360° autour de la plaine des Cafres. Quand même 6h 30 au total...avec tout le long, du ciel bleu et 20° à 2030m,le Piton des Herbes Blanches, sommet de l'étape du jour.....Rando agréable, vivement conseillée avant les prochaines pluies qui relègueront vite cette jolie boucle dans le top 5 des plus boueuses!!!

Sophie M, 06/08/2017 17:24
Randonnée complétée

fait ce jour... comment dire... ?? Cette partie au sommet des pitons, c'est une des plus boueuses que je connaisse (et j'ai fait les 3 citernes, il y en avait moins !!). J'ai fait la boucle dans l'autre sens, c'est peut-être un peu plus aisé en montant mais cela reste très physique... On se bat pour ne pas perdre une chaussure à chaque pas ! Des sentiers secondaires ont été "créés" par les passages, puis des sentiers tertiaires quand les secondaires sont devenus trop boueux, etc. Impossible de ne pas s'enfoncer au moins une fois de 20 cm, même sur les bords... Il faut s'accrocher à tout ce qu'on peut si on veut tenter de ne pas trop patauger ou tenter de marcher dans les branles quand c'est possible. On peut être tenté de faire demi-tour parfois, mais rien que de penser à ce qui a été traversé, on n'en a plus envie !! Marcher en ayant le pied gauche sur le haut du bord gauche et le pied droit sur le haut du bord droit est la dernière solution, mais ça glisse aussi et on fatigue vite à se balancer ainsi. Le reste du parcours est très agréable. J'ai rallongé en faisant le tour de la Mare à Scories pour avoir la vue sur la Rivière des Remparts car une fois en haut, il faisait super beau. La descente au milieu des pâturages est très belle, agréable au début puis redevient un enfer boueux extrêmement glissant sur la dernière partie, on glisse à chaque pas et la chute est quasi inévitable... surtout qu'il pleuvait pour la dernière demi-heure !

Christian Léautier, 17/05/2017 12:08
Randonnée complétée le 09/11/2019 en 4h00

Et pour répondre à Victor, fait il y a 2 -3 mois dans des conditions dantesques! Super quand on aime les bains de boue, parait il très bénéfiques pour la santé !! Si oui, je conseille le sentier des Citernes de Ste Rose au Pas de Bellecombe (pas mal non plus, même mieux!!!)
Vues imprenables sur le cassé de la rivière de l'Est ! Ca aussi c'est à faire....(il faut aimer, moi j'aime)(un petit côté maso??)

Victor, 17/05/2017 09:23
Randonnée complétée le 16/05/2017 en 6h30

Rando faite hier (17/06/2017) et j'en ai rarement autant bavé ! Pendant TOUTE LA DESCENTE ce n'était que des immenses flaques et des marres de boues, absolument impossibles à contourner à cause de la végétation très dense de chaque coté du chemin. On doit donc mettre les pieds dedans pour pouvoir passer et on s'enfonce régulièrement jusqu'à mi-mollet et à quelques reprises jusqu'au genou(!!!). J'ai mis 4H30 (contre 2H pour la montée par un autre chemin!) pour faire la descente, c'était affreux ! Evitez donc cette rando par temps humide, c'est un véritable enfer.
Le chemin aller cependant jusqu'au lac Argamasse est praticable et assez joli. On peut donc suivre les indications pour aller jusqu'au lac et revenir par le même chemin et éviter ainsi les torrents de boues de la descente en faisant la boucle.

Randonnée ajoutée le : 01/01/2011