Le sentier Sainte-Marguerite au Chemin de Ceinture

Difficulté
Facile
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 2h15
Distance 6 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 785 - 524 m
Dénivelé positif 270 m
Dernière mise à jour 08/10/2020

La randonnée aux heures de bureau !

Cette randonnée en région très humide permet de parcourir une forêt de bois de couleurs envahie peu à peu par les goyaviers. Fermée par un grillage et dotée de lourdes portes métalliques, la forêt ne peut se visiter qu'aux heures indiquées sur la pancarte à l'entrée. Elle permet également de traverser une zone presque uniquement boisée de pimpinspinpin, vacoas des sous-bois, pandanus purpurascens, indigène et surtout petit pimpin des hauts, pandanus montanus, endémique.. Un joli sentier botanique en début de parcours permet d'en savoir plus sur certaines espèces poussant dans la région. On peut également apporter son pique-nique car des kiosques attendent les randonneurs pour se restaurer après la balade.
Le sentier qui passait par le Piton Saint-François et rejoignait la Plaine des Palmistes a été abandonné mais la première partie, objet de cette fiche, est bien entretenue par l'association APMNEST. Il se termine dans une zone boisée d'eucalyptus couverte de fougères sur le croisement d'un autre sentier proposant ainsi 3 directions mais sur des parcours non entretenus. La carte montre bien la ligne en pointillés qui délimite deux communes et la ligne verte qui était à l'époque un coupe-feu. Il faudra donc s'armer de coupe-coupe en cas de recherche d'aventure dans les Hauts de Saint-François. La trace est bien visible mais il faut également se munir d'un pantalon de toile pour éviter les griffures de fougères.

La randonnée débute après avoir roulé sur la route empruntée quelques mètres après le petit pont sur la Ravine Sainte Marguerite en roulant sur la D3. Attention, la route est étroite et le croisement difficile. On est accueilli par une porte métallique, du grillage et une pancarte qui indique des horaires d'ouverture. Un grand parking permet de stationner plusieurs véhicules. Il existe peut-être une porte dérobée pour les randonneurs venant en dehors des heures de bureau. Un panneau vieillissant et une table sous les filaos marquent le début du circuit (Photo 1). Des flèches sur des pancartes au format A4 invitent à se rendre en premier au sentier botanique, sur la droite. Ne pas hésiter à s'y aventurer. L'entrée se remarque facilement aux fascines de goyavier qui créent une allée de moins de 5 mètres (Photo 2). Une boucle assez courte forme quelques lacets en sous-bois pour se rapprocher au plus près d'arbres ou de fleurs caractéristiques (Photo 3). Les pancartes sont colorées et se contentent d'afficher le nom vernaculaire et scientifique (Photo 4). Elles souffrent beaucoup de la mousse et de l'humidité mais sont d'assez bonne facture pour pouvoir résister. Quelques pancartes plus grandes fournissent d'autres explications plus détaillées comme l'origine de la Forêt de Sainte-Marguerite ou la présence et la vie des tangues sous les pimpins. Le sentier étroit, encombré de racines est très tortueux pour se rapprocher de certaines essences sortant de l'ordinaire (Photo 6). La boucle prend fin très vite mais a permis de découvrir une bonne vingtaine de bois de couleurs. Après avoir repéré les kiosques ou tables pour le casse-croûte du retour, filer à travers la clairière pour revenir au départ officiel du sentier Sainte-Marguerite. Il traverse tout d'abord une prairie d'où l'on peut entre apercevoir la côte vers Sainte-Anne. Ce sentier large est couvert d'une herbe rase (Photo 7). La vaste prairie où poussent quelques arbustes était vraisemblablement une zone de culture ou d'élevage (Photo 1). Puis on entre dans une forêt sombre où il faut de l'imagination ou une bonne culture botanique pour reconnaître les arbres endémiques. La montée débute par de hautes marches en planches (Photo 10). On ne rencontre que de rares arbres de bonne taille (Photo 11). Le sentier, même étroit, se suit sans hésitation sur un sol humide recouvert de feuilles mortes (Photo 12). La marche s'effectue à l'ombre à part quelques clairières un peu plus ensoleillées (Photo 13). Les goyaviers, installés depuis longtemps, ont presque pris possession de la forêt (Photo 14). Ils sont facilement reconnaissables à leurs feuilles  mais surtout à leurs fruits, à la saison, qu'ils soient mûrs ou non. Les gros arbres sont rares, surtout représentés par les bois de rempart (Photo 15). On quitte un moment le couvert des bois moussus pour pénétrer dans une zone plate, humide (Photo 16) et traverser une des plus belles forêts de vacoas de l'île (Photo 17). Le sentier y est boueux et on saute alors de cailloux en branches ou en bouts de planches en se méfiant de la glissade. La partie humide se termine par des fougères mélangées aux sabres (Photo 18). Plus on monte et plus les arbres se couvrent de mousses en raison de la pluviométrie de la région (Photo 19). Certains arbres disparaissent sous d'épaisses couches qui rendent difficile l'identification (Photo 21). Les derniers hectomètres sont encore plus humides donc le plus souvent boueux et très glissants (Photo 23). Puis ce sont des eucalyptus entourés de fougères qui apparaissent sur des hectares (Photo 26). On devine les sentiers qui partent dans plusieurs directions mais il vaut mieux poursuivre en ayant choisi un jour ensoleillé et après avoir enfilé la tenue qui évitera les griffures. Après avoir repéré les directions à prendre pour une prochaine rando, rebrousser chemin en affrontant la boue, les racines et la mousse pour retrouver le sentier botanique. L'herbe permet, heureusement, de nettoyer les chaussures en terminant cet aller-retour (Photo 27).
Bref, une randonnée à effectuer avant un pique-nique dans un des kiosques du jardin botanique. Ne pas préparer d'expédition spéciale pour le sentier qui est étroit, humide et ne propose aucun panorama. A réserver aux amateurs de chasse photographique aux merles ou de recherches d'espèces végétales endémiques dans la forêt de bois de couleurs. Le temps ci-dessus comprend la visite du sentier botanique.

Particularités

Balises

Pas de balises sur le parcours. Uniquement des flèches jaunes au départ et sur le sentier botanique.

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

Emprunter la route nationale 3 et rejoindre le village du Chemin de Ceinture - Au rond point, prendre la direction de Sainte-Rose et rouler 2600 mètres - Tourner à droite à la pancarte "Forêt Sainte-Marguerite" et suivre à nouveau la route sur la même distance jusqu'à la pancarte indiquant que la forêt est à droite – (On peut également poursuivre vers Ste-Rose et emprunter le Chemin Sainte-Marguerite) - Franchir un portail ouvert et rouler à nouveau jusqu'au parking - Garer le véhicule, passer le portail ouvert et commencer la visite du sentier botanique - Cette visite terminée, suivre le fléchage indiquant le sentier du haut - Débuter sur le sentier qui monte constamment jusqu'à la fin actuelle puis rebrousser chemin jusqu'au point de départ par le même itinéraire.
Il est possible bien évidemment d'effectuer la visite du sentier botanique à la fin de la randonnée, ne serait-ce que pour pique-niquer sous un des kiosques.


Commentaires sur cette randonnée (6)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Martial, 02/09/2020 11:45
Randonnée complétée le 19/08/2020

Un endroit qui mérite d'être connu, tout y est bien entretenu, ne ratez pas le sentier botanique qui est très bien réalisé.
Pour accéder, lisez bien le commentaire de Christian Léautier, qui préconise de rejoindre l'entrée de la forêt par le chemin Sainte Marguerite et non par le chemin Lamandière qui est défoncé.
Arrivée au bout du sentier de la partie haute, 2 possibilités de découverte pour les audacieux; à gauche, suivre le coupe feu pour tenter de rejoindre le cassé de la ravine Sainte Anne: à droite, continuer par le coupe feu et tenter la jonction avec la ligne des deux mille en dessous à la Plaine des Palmiste.
Photos jointes.

Skyline, 14/08/2020 07:41

Randonnée effectuée le 08-08-2020, cela faisait un bon moment que nous n'étions pas revenus sur ce site, ce dernier est toujours bien entretenu, le sentier est parfaitement visible et ce, jusqu'à son terminus, bien que nous soyons obligés de revenir sur nos pas car la suite du parcours n'est plus nettoyée, mais c'est là une autre histoire, nous sommes passionnés de botaniques, par conséquent, nous avons été ravis de pouvoir circuler dans une belle forêt de bois de couleur, nous avons fait cette fameuse partie à la fin de notre randonnée, au final, ce sentier reste un excellent itinéraire familial, convivial et ludique pour tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur nos espèces endémiques, ne surtout pas bouder son plaisir d'être en contact avec la nature calme et reposante

Christian Léautier, 05/10/2019 09:55
Randonnée complétée le 03/10/2019 en 2h30

Retourné voir quelques années après, l'évolution des lieux... Du positif : l'association est toujours présente pour entretenir le coin idéal pour un pique nique. Du peut être positif mais quand?: les emplois verts me disent qu'il est question de réhabiliter l'ancien sentier jusqu'à la Plaine des Palmistes ce qui, bien sûr, serait super. Mais beaucoup trop de négatif comme le soulignait déjà le 13/01/2018 Zoreille41: la route d'accès de plus en plus abîmée: astuce prendre un peu plus à l'Est le Chemin Ste Marguerite et non le chemin Lamandière. Encore un sentier botanique à la dérive (hélas, un de plus) :les panneaux explicatifs ont pris un bon coup de vieux et ne comportent aucune explication: on se retrouve alors devant un panneau et on se demande presque systématiquement où est l'arbre qui correspond! Les panneaux indiquant la marche à suivre vers" la partie haute" jusqu'aux eucalyptus et fougères sont cassés ou illisibles! Partir d'entrée légèrement vers la gauche en montant pour rapidement se trouver sur le sentier. Avec quelques efforts et un peu d'argent (mais pas tant que ça) cela pourrait être pas si mal, car la forêt des bois de couleurs puis la partie supérieure avec les pandanus, fougères reste malgré tout assez agréable. Beaucoup d'ouvriers qui coupent chaque jour le gazon autour des kiosques au millimètre près mais dès qu'on s'éloigne de 50 m à la ronde , le reste est à l'abandon (récurrent à la Réunion sur beaucoup d'autres sites où la Région, le Département, l'ONF...etc se donnent bonne figure en nous jetant seulement de la poudre aux yeux par un joli panneau à l'accueil, un kiosque et un peu d'herbe rase pour la sieste).Pardon, mais il ne suffit pas de mettre des panneaux trop succincts actuellement dans un état lamentable pour appeler ça un jardin botanique....

Taolsav, 30/01/2018 12:41

Je confirme ce qui est dit dans la description 😉 et ce que disent les autres commentaires.!

Compte supprimé, 13/01/2018 21:15
Randonnée complétée

Zoreille41, 13/01/2018 18:13

Cette randonnée ne possède aucun atout majeur.
La route pour y parvenir est de mauvaise qualité.
Le sentier botanique n’est plus entretenu et les explications plus que succinctes ...
Le seul point positif est la présence de kiosque et de table pour le pique-nique.

Randonnée ajoutée le : 08/10/2020