Du Pavillon à Cilaos par l'Ilet Haute et Peter Both

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Faible
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 5h30
Distance 13 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1197 - 390 m
Dénivelé positif 1400 m
Dernière mise à jour 13/01/2016

La rando sauvage

Circuit à éviter en raison de l'éboulis de la Cascade du Cap Noir : passage testé. Impossible sans réhabilitation. Voir explications au § plus bas.

Pour ceux qui n'ont pas trop l'entraînement ou le temps d'effectuer le tour complet du Cirque de Cilaos mais qui veulent fournir autant d'efforts que la montée à Cilaos par le Sentier Burel et le Sentier du Reposoir, voici une très agréable randonnée pour rejoindre le Pavillon à Cilaos sans emprunter la route aux multiples lacets. Agréable car le sentier est en très bon état et les paysages traversés sont encore plus sauvages et aussi beaux que par l'autre moitié de la boucle. En revanche, l'effort pour effectuer les trois ascensions dépasse le stade de l'agréable puisqu'il faudra tout de même compter 6 heures de marche sportive sous une chaleur très souvent présente dans ce magnifique cirque. Bien se renseigner avant de partir sur la fermeture des sentiers car il est toujours dommage d'être obligé de faire demi-tour. C'est le cas du sentier du Cap Noir dont l'éboulis est infranchissable et nécessitera quelques travaux d'entretien avant de pouvoir y marcher sereinement.

La randonnée débute au Pavillon par une descente vers le Bras de Cilaos pour rejoindre le début du sentier vers l'Îlet Haute en traversant le petit barrage bétonné. Une alternative récente permet d'éviter ce tronçon en remontant du Pavillon vers Cilaos sur 200 mètres pour emprunter un superbe sentier réhabilité qui rejoint le sentier de l'Îlet Haute après avoir traversé le Petit Bras de Cilaos sur un gué proche d'un beau toboggan fougueux. La montée est raide par endroits sur des lacets courts et glissants ou des marches parfois très hautes. Les effondrements dus à Béjisa ont été remarquablement refaits par les ouvriers de l'ONF qui n'ont pas ménagé leurs efforts. Après cette montée on arrive à un col près d'une Vierge à l'entrée du petit îlet et on profite de quelques vues sur le Pavillon mais surtout sur le plateau encore cultivé où fleurissent ça et là des cases plus ou moins modestes. Les panoramas sur Palmiste Rouge et le Gros Morne de Gueule Rouge sont splendides. Le sentier est très agréable sous de rares filaos et dans les grandes herbes jaunes, brûlées par le soleil. Il chemine dans des zones escarpées envahies de chocasAgavacée (cadère) Furcraea foetida - Importé pour en faire de la corde,
on ne sait désormais plus comment s'en débarasser
avant de devenir glissant dans la descente vers le Petit Bras de Cilaos. On ne se lasse pas de traverser ces paysages sauvages et déchiquetés par l'érosion parmi les plus beaux de l'île. Le bruit de l'eau franchissant un grand toboggan annonce le Petit Bras qu'on domine de quelques mètres avant de le franchir sans difficulté même par fortes eaux. La montée, toujours raide reprend jusqu'au croisement du sentier de Palmiste Rouge qu'on laisse sur la droite. Elle se poursuit par de hautes marches en pierres ou quelques passages vertigineux avant de rejoindre la route de Cilaos et le village de Peter Both. Lors du court tronçon de la route aux 400 virages pour passer le village, ne pas manquer les magnifiques panoramas sur le Dimitile. Après la grimpette au col qui sépare le Piton Papangues du Piton Fougères, les panoramas sont également grandioses vers les Gorges du Bras de Benjoin, Cilaos et le Grand Bénare. C'est ensuite une succession de lacets qui franchissent plus bas le Bras de Benjoin près de la Cascade du Cap Noir, dont l'accès est difficile et dangereux. (ATTENTION : Ce passage est actuellement impossible). La remontée à la Plate Forme est agréable sur un sentier vertigineux, large et glissant, offrant de superbes points de vue sur les flancs verticaux du Gros Morne de Gueule Rouge. A partir de la petite route de la Plate Forme entourée de grands champs de lentilles, point de départ du circuit sportif vers la Roche Pendue, la fin du circuit s'effectue sur le béton et le macadam pour se terminer près du cimetière comme prévu sur la carte ci-dessous. Mais toute autre direction est possible, surtout vers un gîte pour passer la nuit. Un escalier permet de couper des lacets en faisant gagner du temps mais en intensifiant les efforts. De même, une petite route de Mare Sèche évite un grand virage de la route de Cilaos (voir la carte IGN).
Une variante (obligatoire tant que le sentier de la cascade du Cap Noir ne sera pas refait) est possible après l'Ilet Haute, en longeant le Petit Bras de Cilaos à partir du croisement du sentier partant en direction de Palmiste Rouge, mais la difficulté est plus importante et il faut compter près de 2 heures supplémentaires. Le sentier a été remis en état mi 2013 et on peut y passer sans problème même si les herbes sont souvent hautes.

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.

Itinéraire

Se rendre à Saint-Louis puis prendre la direction de la Rivière et enfin de Cilaos - Laisser le véhicule au parking du Pavillon - Revenir jusqu'au pont puis descendre et emprunter la passerelle qui franchit le Petit Bras de Cilaos - Grimper les 250 m (D+) qui séparent le pont de l'Ilet Haute et poursuivre jusqu'à l'embranchement du sentier de Palmiste Rouge - Prendre à gauche vers Peter Both - A la route, prendre à droite et traverser le village sur 750 m - Attaquer l'ascension vers les Pitons Papangues et Fougères, franchir le col puis descendre vers la Cascade du Cap Noir sur le Bras de Benjoin - Traverser la rivière puis effectuer l'ascension vers la Plate Forme - Dans les champs de lentilles, tourner à droite sur la route puis rejoindre la route de Cilaos et se rendre au cimetière de Cilaos en prenant vers la gauche.
Depuis 2013, un sentier créé 200 mètres en amont du Pavillon sur la route de Cilaos permet de rejoindre le sentier de l'Îlet Haute sans avoir à descendre dans le Bras de Cilaos.

L'éboulis du Cap Noir

Quand on arrive à la cascade du Cap Noir en venant de la Plate Forme on se retrouve face à cet énorme éboulis qui recouvre le flanc de la montagne jusqu'à la ruine du pont. Cet éboulis est facile à escalader mais on se retrouve alors face à un ravin vertical qui plonge dans le Bras de Benjoin. Impossible de passer. Pour une fois, l'ONF a raison de fermer l'itinéraire. Attention, pas de pancarte de fermeture à la Plate Forme (mai 2014) donc possibilité de rebrousser chemin pour qui n'a pas lu ce paragraphe avant de partir.
Il ne reste qu'une solution pour effectuer le trajet de Cilaos au Pavillon, c'est de passer par Palmiste Rouge. Prévoir une grosse heure de plus.
La balade à la cascade est toujours possible et très agréable.


Commentaire sur cette randonnée (1)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
JPG, 13/01/2016 17:59

Remarque rajoutée par JPG lors de la transition entre l'ancien et le nouveau site - Information provenant de Sophie M. - "La partie jusqu’au croisement Peter Both/Palmiste Rouge est nickel, même si les herbes ont bien envahi les rives du Petit bras de Cilaos et limitent l’accès au bord pour faire trempette. C’est pour le reste entre le croisement et jusqu’à Palmiste Rouge que j’aurais quelques remarques. Envahissement de hautes herbes (genre roseau) à de nombreux endroits. Il faut bien chercher la trace car parfois le sentier est masqué par la végétation et on peut être induit en erreur. Au niveau de la petite descente un peu raide dans la ravine, je pense que les grosses pluies ont fait descendre de la terre et des cailloux car on ne voyait plus trop le sentier et à certains endroits, ça s’affaissait sous les pieds, les cailloux ne demandaient qu’à débouler jusqu’en bas, et il y a des branches mortes en travers."

Randonnée ajoutée le : 01/03/2009