La boucle de la Ravine Haüy, Ravine Coco et du Piton Coco

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 5h
Distance 16.4 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 2245 - 1685 m
Dénivelé positif 620 m
Dernière mise à jour 18/04/2020

Des vaches sous les plus beaux tamarins de l'île.

Cette magnifique randonnée permet de revoir le vertigineux Cassé de la Rivière de l'Est mais surtout de sortir des sentiers battus afin de parcourir le Fond de la Rivière de l'Est à la recherche de ravines très originales et de magnifiques spécimens de tamarins ayant résisté aux cyclones. Pas de sentier officiel mais de nombreuses traces laissées là par les troupeaux qui y passaient une bonne partie de l'année. Il est pratiquement impossible de s'y perdre car les paysages alentours permettent de se situer mais il est en revanche possible de s'égarer si on ne prête pas attention à la direction prise. Les traces laissées par les bovins ne sont jamais rectilignes et on a quelques fois l'impression de tourner en rond, surtout qu'il faut parfois se pencher pour passer sous les branles verts qui ont colonisé la plaine du Fond de la Rivière de l'Est. On rencontre de splendides ravines à sec qui servent de sentier. Certaines sont encaissées et étroites tandis que d'autres sont recouvertes de sable ou d'herbe. Ces ravines traversent des prairies ou des bois de tamarins dont, hélas, certains ont été couchés à jamais par des cyclones. C'est également ici qu'on rencontre les plus beaux spécimens de cet arbre endémique qui n'ont absolument rien à envier au Tamarin Dodo, au Roi ou à la Reine des Tamarins. Leur circonférence est impressionnante et certains possèdent des branches basses sur lesquelles on peut grimper.

La randonnée débute au Gîte du Pas de Bellecombe par la piste de la Rampe Liot d'où l'on peut déjà imaginer le circuit (Photo 1). La piste débute près du parking et file droit vers la Rampe Quatorze (Photo 2). 200 m après le départ, repérer, juste après le premier virage à droite, le sentier de plus en plus bouché qui descend en coupant les longs lacets de la piste. La pente est forte, le sentier pas toujours facile à repérer même si on sait qu'il file tout droit vers le bas. Il ne fait guère gagner de temps par rapport à la piste mais c'est toujours un plaisir de passer sur un nouveau sentier, quitte à ne jamais y revenir. Quand on rencontre la piste, la descendre un peu et repartir sur le raccourci dans les mêmes conditions que la première fois. La piste, entre temps est devenue plus herbeuse (Photo 3). Une fois le raccourci terminé, poursuivre dans la forêt comportant de très beaux arbres. Les points de vue permettent de voir qu'on se rapproche du Fond de la Rivière de l'Est (Photo 4). Au bas de la Rampe Liot, la pente devient moins forte et zigzague à travers les arbres dont certains ont souffert des gros coups de vent (Photo 5). Après une heure de descente (si la recherche du sentier s'est bien déroulée !) le sentier quitte les arbres pour pénétrer dans les prairies (Photo 6). La marche est facile sur la trace balisée totalement à plat. C'est tellement plat que l'eau a du mal à s'infiltrer ou s'écouler qu'il faut traverser de longues parties boueuses ou d'eau stagnante (Photo 7). Avant de tenter l'aventure sur la gauche, filer droit vers le Cassé de la Rivière de l'Est. Avant d'y parvenir, le sentier se rapproche de la Ravine Savane Cimetière au fond très rocheux comportant quelques bassins d'eau claire des dernières pluies (Photo 8). Eviter désormais de s'approcher du gîte un peu délabré et saccagé depuis qu'un énorme éboulis a emporté une partie du terrain qui l'entoure et l'a précipité 400 m plus bas (Photo 9). On peut cependant profiter du spectacle sauvage de la vallée encaissée de la Rivière de l'Est (Photo 10). On peut même descendre dans la ravine en empruntant le sentier des Citernes afin de profiter des mêmes panoramas et des sculptures laissées par l'érosion (Photo 1). La première partie, possible pour tous ou presque s'arrête ici. Pour entamer la deuxième partie, plus aléatoire mais sans danger, reprendre le sentier vers le gîte durant 300 m. Repérer, sur la droite, dans la végétation, quelques départs de sentiers de vaches qui s'envahissent tranquillement d'herbe (Photo 12). Avant d'entamer la descente, repérer le terrain, estimer la difficulté et renoncer si brouillard en vue, oubli de GPS, manque d'esprit d'aventure, etc. (Photo 13). On traverse quelques courtes zones recouvertes de branles serrés où il faut se baisser un peu. Mais si les vaches passaient, le randonneur peut encore ! D'autres endroits sont de grandes clairières herbeuses où les bovins se régalaient des grandes herbes. En filant plein ouest, on se retrouve à la très sauvage Ravine Coco déjà bordée de grands tamarins mais surtout de branles (Photo 14). La végétation des berges étant assez basse, il est possible de partir à droite et longer la ravine jusqu'au cassé. Sinon, traverser le fond de la ravine et poursuivre en direction de la Ravine du Piton Haüy. Cette ravine aux fonds variés débute sur le basalte par de petits cassés qui se passent sans danger (Photo 15). Il est possible de partir vers le rempart dans le même type de paysage mais cette ravine est si magique que c'est elle qui est présentée ici. Son lit se confond parfois avec le terrain mais les branles verts qui la bordent servent à bien délimiter le terrain d'aventure (Photo 16). Un peu plus en amont, le cheminement s'effectue dans le lit totalement rempli de sable (Photo 17). Les berges rectilignes sont recouvertes de plus en plus de tamarins. Après le sable, c'est le basalte qui est un peu plus dur pour le pied et où il faut éviter la chute douloureuse (Photo 18). S'ensuivent des partie plus étroites et encaissées où le cheminement est facile (Photo 19). Plus on monte et plus la ravine se rétrécit, formant de beaux canyons très photogéniques avec le soleil qui est monté depuis le départ (Photo 20). On peut obliquer à droite vers la Ravine du Piton Rond pour une autre aventure. Cette fiche prévoit un retour par le Piton Coco quand on rencontrera le sentier qui y mène. Une autre sortie permet de remonter plus à l'ouest pour se rendre jusqu'au Piton Rond situé au pied du Plateau des Basaltes. Le sol devient plus dur, la ravine coule en surface sur du basalte ; on peut donc marcher dans la prairie qui l'entoure au milieu des grand branles verts, vivants ou morts (Photo 21). Après deux kilomètres à remonter cette merveille sauvage de la nature, on peut la délaisser pour rechercher les tamarins. Ils sont faciles à repérer depuis les clairières car ils dépassent les branles d'une bonne dizaine de mètres (Photo 22). Quand on s'approche, on est impressionné par la taille ou la forme de certains qui en imposent (Photo 23). Si le chrono et la météo le permettent on peut ainsi se balader dans la plaine à la recherche des autres séniors. Poursuivre dans le fond de la ravine qui se confond bientôt avec le sol du fond de la Rivière de l'Est. Seul le manque de végétation permet de la distinguer (Photo 24). Lors de la remontée, on rencontre un sentier qui file en direction du Piton Coco. Si on ne le voit pas, aucune importance pourvu qu'on le repère à 600 mètres car la végétation permet de marcher n'importe où (Photo 25). Pas de cocotier sur ce mamelon mais de beaux tamarins difficiles d'accès (Photo 26). Visiter ou non la petite colline et poursuivre vers les prairies. On rencontre le sentier pris à l'aller au milieu des prairies (Photo 27) et la remontée vers le gîte prend plus de temps qu'à la descente même en empruntant la piste cette fois. Il est également conseillé de rejoindre la Ravine Savane Cimetière et d'en remonter une partie car elle change de celles déjà parcourues durant la boucle avec son fond herbeux (Photo 28).

Balises


Balises sur le sentier officiel seulement

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.
Site géologique  Sites géologiques, en partenariat avec Laurent Michon, laboratoire Géosciences Réunion.

Itinéraire

Se rendre à Bourg Murat puis au Gîte du Pas de Bellecombe – Garer le véhicule sur le parking du gîte puis débuter sur la piste qui descend vers le Cassé de la Rivière de l'Est – Au premier lacet, prendre à gauche pour couper par un sentier peu visible et rejoindre le lacet suivant – Marcher sur la piste et reprendre le sentier qui dévale la pente 15 mètres après le parc à animaux – Rejoindre le gros tamarin habillé de pancartes et entamer la descente au Cassé de la Rivière de l'Est par le sentier officiel – Après une visite au Cassé, reprendre le sentier en sens inverse et bifurquer à droite dans les branles verts par un endroit qui semblera plus dégagé qu'ailleurs – Rejoindre la première ravine (Ravine Coco), la traverser puis la deuxième ravine (Ravine Haüy) et la longer vers l'amont – Trouver, beaucoup plus loin, une grande prairie parsemée de tamarins et bifurquer à gauche pour trouver le sentier qui rejoint le Piton Coco (voir carte) – Poursuivre après le piton en direction du sentier puis le rejoindre, soit pas les prairies soit par la belle Ravine de la Savane Cimetière recouverte d'herbe rase – Longer le sentier officiel de la remontée au gîte puis prendre la piste de la Rampe Liot jusqu'au véhicule car les sentiers empruntés le matin sont trop abrupts en montée.

La Savane Cimetière

La Savane Cimetière est une réserve biologique intégrale depuis 1987. Elle est classée en zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type 1 (surface restreinte d'un intérêt écologique remarquable).
La légende locale (ou l'histoire) lui attribue ce nom en raison des animaux malades qui ont été amenés ici depuis la Plaine des Cafres et qui devaient vraisemblablement y mourir alors qu'ils y vécurent en pleine santé.
Cette surface a été longtemps pressentie pour abriter l'usine de projet géothermique de la Plaine des Sables. Le classement d'une bonne partie de la Réunion au Patrimoine Mondial de l'Humanité et les signatures obtenues par des associations ont relégué ce projet au second plan.
Il n'en demeure pas moins que ce classement impose aux agriculteurs y pratiquant l'élevage de mettre fin à leur activité. Ils en ont reçu l'ordre dès 2008 malgré l'article 14 du décret de création qui prévoyait la pérennisation des activités existantes. Débutée en 1900, l'élevage dans cette magnifique zone fournissait plus de 20 tonnes de viande chaque année sur le marché local. Il est plus agréable de parcourir la Ravine Coco avec les souvenirs qu'ont laissé ces vaches à travers les branles.


Commentaire sur cette randonnée (0)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Aucun commentaire

Randonnée ajoutée le : 01/04/2012