Le Petit Bénare et le Grand Bénare depuis la Fenêtre des Makes

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Excellent
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 10h
Distance 27 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 2896 - 1567 m
Dénivelé positif 1560 m
Dernière mise à jour 17/04/2020

D'une fenêtre à l'autre

Longue et sportive, cette randonnée permet d'admirer de magnifiques panoramas sur le cirque de Cilaos durant toute la montée puis de Mafate à partir du Grand Bénare. De nombreux paysages variés seront au rendez-vous (forêt de cryptomerias, bois de couleurs, brandes, déserts de cailloux, prairies ou route forestière). Par temps clair, on peut admirer une grande partie de l'île du haut des 2898 m du Grand Bénare dont le Piton de la Fournaise qui surgit parfois au-dessus des nuages. Durant l'hiver austral, les températures risquent d'être négatives et toute l'année les vents peuvent y être violents ; prévoir un vêtement adapté et partir très tôt car le Grand Bénare est souvent un des premiers sommets à s'emmitoufler de brouillard, rendant les panoramas bien tristes et la sortie frustrante. Le plus difficile de toute la sortie sera cette longueur infinie de cailloux recouvrant l'ensemble des sentiers à partir de la Ravine de Bellevue jusqu'au Grand Bénare.
Une solution employée par certains randonneurs : Partir de la Fenêtre des Makes et atteindre le Maïdo pour une redescente en véhicule placé là la veille ou en bus vers Saint-Paul (non testé).

La longue randonnée commence à la Fenêtre des Makes, sous les grands cryptomerias. Ne pas débuter la montée sans une halte à la Fenêtre pour admirer une première fois le Cirque de Cilaos à partir du grand belvédère accueillant quotidiennement des dizaines de touristes et randonneurs (Photo 1). Marcher quelques mètres sur la route vers les Makes puis emprunter la piste qui monte sous les cryptomerias (Photo 2). Attention lors des coupes et extractions du bois où la piste peut être interdite. Il faudra alors récupérer beaucoup plus bas la route forestière de Camp 2000. La piste est large et propre. Elle traverse plus haut une longue zone déboisée de ses cryptomerias puis pénètre dans une belle forêt de mahots et mapous puis se rapproche du rempart (Photo 5). On bénéficie de nouveaux larges panoramas sur le cirque et l'on distingue très bien la forêt du Tapcal ainsi que le Grand Bénare (Photo 6). La montée est souvent raide et les marches de rondins assez hautes. Quelques portions plus plates permettent de souffler un peu (Photo 7). On rencontre ça et là de beaux spécimens d'arbres tortueux (Photo 8). Dans les clairières où les conifères ont été abattus et enlevés, la vue porte jusqu'au Tampon avec au centre la Chaine du Bois de Nèfles (Photo 9). La végétation constituée alors de branles verts ou de bois de couleurs laisse parfois des trouées qui permettent de voir à nouveau le Cirque de Cilaos. Une fois les lacets du Petit Mapou franchis on rencontre une bifurcation qui débute à gauche sous l'arche végétale d'un grand tamarin terrassé : on reviendra 8 heures plus tard par le sentier de gauche si on a choisi cette option et on continue donc tout droit par de nouvelles séries de lacets entrecoupées de rares portions plates pour rejoindre, plus de 1000 mètres plus loin la Piste Forestière de la Scierie aux alentours de Camp 2000 qu'on laisse à gauche car il est encore trop tôt pour se reposer. Cette portion de piste caillouteuse, en pente douce, permet un repos bien mérité, surtout si on a forcé le pas dans la montée du Mapou. C'est souvent le cas si on part trop tard et qu'on voit quelques petits nuages se former sur le cirque et les remparts ; de peur d'avoir la vue bouchée, on accélère le pas alors qu'on n'est pas encore chaud et on le paye dans la journée par des crampes désagréables. Les alentours de la piste sont essentiellement recouverts de brandes serrées dont la taille diminue de plus en plus (Photo 10). La piste se termine après le passage de la Ravine de Bellevue et d'un de ses affluents, à sec, après une barrière qui marque la rencontre avec la Route Forestière du Haut Tévelave. Sitôt les ravines et les lacets passés, le sentier du Petit Bénare débute et montera sans discontinuer sur un terrain fait de roches basaltiques, marches de pierres, parties sableuses, de laves lisses mais surtout de millions de caillasses qui roulent souvent sous le pied (Photo 11). Plus on monte et plus on voit l'océan et les hectares de brandes qui recouvrent les flancs du Piquant Blanc et du Brûlé de Saint-Leu (Photo 12). La végétation disparaît presque totalement sur de longues distances. C'est un véritable désert minéral qui s'étend sur des hectares et on ne peut s'empêcher de penser à ces esclaves marrons qui vivaient dans la région pour échapper à leurs maîtres violents. Il fallait craindre plus que tout cette violence pour supporter de tels climats et réussir à survivre sur ces sols totalement incultes où même les pestes végétales ne peuvent s'installer. Après une longue portion montante dans ces millions de cailloux, on s'approche d'un croisement de sentiers. L'un part à gauche vers le Piton Rouge ; l'autre se rapproche du Petit Bénare. Partir à droite, passer très près d'une petite grotte et poursuivre vers le Petit Bénare, tout proche où quelques brandes réussissent à subsister dans le "blizzard". Rien dans le relief ne permet de mieux le distinguer. Ce sont souvent les pancartes ou la lecture de la carte qui désignent l'endroit comme étant ce point culminant. Le sentier longe alors le rempart déchiqueté au plus près avec des vues splendides sur le Cirque de Cilaos (Photo 14). Certains effondrements du rempart sont impressionnants et permettent de distinguer les couches de lave issues, à l'époque, du Piton des Neiges en éruption (Photo 15). Le sentier passe parfois près du bord au-dessus de futures cassures qu'on devine en regardant la falaise (Photo 16). Les failles vers le Tapcal sont également impressionnantes et la moindre chute pourrait se terminer en catastrophe ; attention donc de ne pas s'approcher du bord ou le faire en prenant toutes les dispositions qui s'imposent (Photo 19). C'est du rocher mal soudé en haut de la falaise qu'il faut se méfier le plus : même s'il est là depuis des millions d'année, les 70 kilos d'un randonneur peuvent le précipiter dans le vide en quelques secondes. La disparition récente d'un randonneur chevronné vient nous rappeler le danger de tels écarts de sentier. Le sentier encombré de cailloux qui montait relativement fortement jusqu'au Petit Bénare devient plus plat, descend parfois au passage de jeunes ravines, emprunte de longues portions de lave solidifiée et nue (Photo 20). Cinq bonnes heures après le départ, après un dernier tronçon particulièrement pierreux, on arrive enfin au Grand Bénare d'où l'on domine les Trois Salazes et vers la gauche le Cirque de Mafate. Une croix blanche marque symboliquement l'emplacement du sommet (Photo 28). Quelques rochers plats permettent de s'asseoir et profiter du spectacle sur une bonne partie de l'île. Hélas, les nuages sont implantés depuis quelques heures mais se déplacent au moindre souffle (Photo 22). Avec un peu de patience, on peut voir tout le cirque se dégager pour quelques minutes ou quelques secondes. Au loin, on devine parfois le Piton de la Fournaise qui dépasse des nuages (Photo 25). Après un moment à profiter de ces lieux magiques il faut songer à revenir sur ses pas car le chemin est encore long vers la Fenêtre.
On peut prendre le chemin employé en montée jusqu'à la Fenêtre ou bifurquer à Camp 2000 afin de varier l'itinéraire en empruntant la RF de la Scierie jusqu'à un réservoir d'eau puis un large sentier herbeux et agréable sous les bois de couleurs jusqu'au Petit Mapou et au tamarin couché en travers du sentier aperçu dans la montée.
Il est également possible de filer vers la Maïdo si un véhicule y a été prévu ou si l'horaire du bus s'accorde.
Bien que long et assez difficile, cet aller-retour est facilement envisageable à condition bien sûr d'être correctement entraîné, de partir tôt et de se munir d'une quantité d'eau suffisante car les sources du Petit Bénare sont taries depuis le grand effondrement des cirques et un détour par les bassins de la Glacière est aléatoire et rallonge substantiellement l'itinéraire.

Balises


Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.
Site géologique  Sites géologiques, en partenariat avec Laurent Michon, laboratoire Géosciences Réunion.

Itinéraire

Se rendre aux Makes à partir de Saint-Louis puis monter à la Fenêtre des Makes - Partir du parking en direction de la forêt domaniale des Makes - Passer le Piton du Petit Mapou (1946 m, belles vues sur Ilet à Cordes) - Prendre l'un ou l'autre des sentiers qui se terminent à Camp 2000 - Poursuivre sur la Route Forestière de la Scierie et du Haut des Makes - Emprunter ensuite à droite le sentier du Petit Bénare - Laisser le sentier à gauche menant à la Glacière - Après une halte au Petit Bénare, longer le rempart et rejoindre le Grand Bénare - Le retour s'effectue par le même sentier avec une variante à l'arrivée : vers Camp 2000 emprunter le sentier qui ne l'a pas été le matin après le Mapou (facultatif).

Time lapse de Guillaume Lescoute

Installation progressive des nuages au-dessus du Cirque de Cilaos.

Le film d'Olivier Hoarau

Olivier Hoarau propose en 3 minutes une montée au Grand Bénare à partir des Makes. Pluie au départ, montée ensoleillée et peu de visibilité sur les cirques. Olivier, natif de l'île, vit en Bretagne mais aime tellement son île qu'il vient dès qu'il peut pour augmenter le contenu de son site.