De Saint-Philippe à La Porte par le sentier des pêcheurs

Difficulté
Moyen
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 5h30
Distance 8.7 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 30 - 0 m
Dénivelé positif 100 m
Dernière mise à jour 26/03/2021

Eviter cette boucle par forte houle

Cette magnifique boucle traverse la réserve biologique de Saint-Philippe. Ce n'est pas parce que les pêcheurs laissent souvent traîner leurs déchets dans les anfractuosités que les randonneurs doivent chercher à les imiter. Merci au nom de cette superbe nature.

Lorsqu'une randonnée de moins de 9 km prend plus de 5 heures, c'est que les difficultés sont si nombreuses qu'on ne peut battre des records de vitesse. Ici, ce n'est pas le cas ; la marche est le plus souvent facile mais ce sont les multiples découvertes offertes par cette nature sauvage qui prennent beaucoup de temps à découvrir, admirer ou photographier. On rencontre tous les cent mètres une occasion de s'arrêter et d'admirer. On verra ainsi 12 arches et ponts naturels, sans doute d'autres pour les curieux moins pressés. On ne peut éviter les souffleurs qui se remarquent de loin à leur écume. Pour les multiples souffleurs secs, c'est le bruit ou le souffle qu'ils dégagent qui permet de les repérer. Les difficultés sont rares mais les occasions de se blesser sur la lave acérée sont nombreuses. Pour les marcheurs un peu aventureux désirant s'approcher des vagues, il est conseillé de prendre des gants pour se maintenir aux roches. On ne parle pas de ce gazon bord de mer (Zoysia tenuifolia) où il est conseillé de ne pas s'étendre sous peine de passer la randonnée à 12 heures ! Deux écueils imposent de rejoindre le sentier balisé pour quelques dizaines de mètres. Tout le reste de la première partie peut s'effectuer à moins d'un mètre du bord des falaises.

La randonnée débute à Saint-Philippe au plus près de la mer, cachée par des centaines de vacoas. On peut visiter, avant de partir, le monument du Waren Astings ou l'embarcadère bétonné. Commencer l'exploration de la matinée par la recherche de bassins d'eau claire cachés parmi les énormes roches de la Marine (Photo 1). Par beau temps, la baignade peut y être très agréable. Marcher une centaine de mètres sur la route jusqu'à la paisible aire de repos (Photo 2). Rejoindre l'océan au plus près en traversant une petite étendue de vacoas. C'est parti pour de nombreuses heures à fouiner entre les rochers et falaises. Débuter par le platier de le Pointe de la Mare d'Arzule pour s'approcher des vagues, bassins et déchirures dans la roche. Quelques souffleurs se repèrent facilement à la vapeur sortant des trous (Photo 3). Guetter les bruits, parfois très forts, produits par les souffleurs secs. L'air comprimé en sous-sol, parfois à plus de 20 m des vagues, sort violemment en petites explosions procurant d'agréables courants d'air. On entend même rouler les galets dans des cavités qui n'apparaitront qu'après l'effondrement de la voûte sur laquelle on marche. Attention aux vagues qui peuvent être très hautes dans certaines criques étroites. Commencer à longer la côte entre vacoas, manioc marron et la mer. La marche s'effectue sur le gazon bord de mer. Il est préférable, si possible, de suivre les traces laissées par les passages afin d'en préserver un maximum (Photo 4). On remarque ça et là des prélèvements effectués pour sans doute tenter des cultures à la maison. Jusqu'à la Porte, on foulera une dizaine de ces superbes zones verdoyantes (Photo 5). Quand l'herbe disparaît par endroits, la marche se fait entre les filaos ou les pieds de vacoas aux feuilles coupantes (Photo 6). Beaucoup plus rarement, il faudra suivre la trace des yeux à travers les blocs et les maniocs (Photo 7). De grands affaissements du sol imposeront par deux fois d'effectuer un détour vers le sentier officiel pour quelques dizaines de mètres (voir carte). La description de la partie maritime pourrait s'arrêter là puisqu'il suffit de suivre le littoral et de chercher vers la mer. C'est ainsi qu'on découvre quatre arches plus ou moins belles à la Petite Vache (Photo 8). Outre quelques anfractuosités conservant les détritus des pêcheurs, la falaise cache aussi quelques petites grottes ou entrées de tunnels de lave bouchées (Photo 9). La sente discrète se confond un moment avec le sentier du Tremblet mais on retrouve vite les falaises (Photo 10). Une seule arche repérée à la Grande Vache mais de beaux bassins d'eau claire. La descente au plus près de la mer s'effectue sur de gros blocs coupants (Photo 11). La mer, parfois forte, a découpé le basalte et se précipite bruyamment dans les fissures (Photo 12). Poursuivre, toujours bercé par le bruit de ces vagues qui lancent parfois l'écume jusqu'à 15 m de haut (Photo 13). Tout comme la Marine de Saint-Philippe, le Quai d'Henri Dalleau comporte bassins et fissures qu'on peut visiter sur toute la surface du platier (Photo 14). C'est en quittant la visite qu'on rencontre un immense tunnel de lave qui s'effondre petit à petit (Photo 15). Le gazon bord de mer est de plus en plus présent, à peine marqué par le sentier des pêcheurs. De belles flaques conservent l'eau de pluie qui doit s'évaporer rapidement avec le soleil et le vent (Photo 16). Le passage engazonné est parfois étroit entre vacoas et falaise mais le cheminement est rapide (Photo 18). La très haute falaise de l'Enconhière s'effrite vague après vague mais le passage est encore assez large pour marcher sans danger (Photo 19). Plus loin, les caps, pointes et quais disparaissent et la marche peut s'accélérer (Photo 20). Seul le Quai de Gros Poisson est plus significatif. A noter un beau souffleur très actif à la hauteur du lotissement des Sables Blancs (Photo 22). Plus de trois heures après le départ, on aperçoit une pointe rocheuse percée d'un trou laissant penser à une nouvelle arche. Quand on domine ce nouveau platier, on y remarque des trous, fissures et de magnifiques stalagmites de plusieurs mètres, encore intactes de la dernière éruption datant certainement de plusieurs siècles (Photo 24). Le spectacle ne fait que commencer. Du haut de la falaise, on remarque des trouées dans le basalte où la mer s'engouffre avec force éclaboussures (Photo 25). Les lourdes plaques, fissurées, constamment attaquées par l'océan, disparaîtront au fil du temps (Photo 26). On se régale ainsi du spectacle offert par quatre de ces gouffres et arches. Aucun passage naturel ne permet de s'approcher de ces curiosités. Il faut, pour les atteindre, se munir de longues cordes, s'éloignant ainsi du domaine de la randonnée (Photo 27). En aucun cas Randopitons ne pourra être tenu pour responsable d'un accident survenu en tentant de rejoindre le platier fissuré. A partir de la Porte, le sentier du Tremblet s'approche au plus près des falaises et l'exploration peut prendre fin ici. Marcher 100 m vers le nord puis retrouver le sentier officiel qu'on emprunte vers la gauche pour rejoindre Saint-Philippe en moins d'une heure sur un sol humide, pierreux, boueux, glissant d'un sentier ombragé, bordé de goyaviers, fougères et vacoas (Photo 28).

Balises

Uniquement sur sentier du Tremblet

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

Se rendre à Saint-Philippe et rejoindre la Marine par le Ruelle de la Marine - Stationner sous les vacoas - Débuter les explorations par une balade sur les blocs de basalte de la Marine - Rejoindre l'aire de repos - Partir au plus près le l'océan - Suivre le bord au plus près en marchant sur les petites sentes - S'arrêter dès qu'un cap, une pointe ou un quai présente de l'intérêt - Marcher jusqu'à la Porte, le clou de la balade - Rejoindre le sentier du Tremblet à quelques dizaines de mètres - Partir à gauche et rejoindre Saint-Philippe par une marche 4 fois plus rapide.

Les arches et ponts naturels

Voici 12 de ces curiosités géologiques repérées lors de cette boucle. Il y en certainement d'autres. Attention, en les cherchant, aux vagues qui peuvent être violentes même par mer calme. Eviter donc cette randonnée lors des forts épisodes de houle, à moins de seulement marcher sans chercher à augmenter sa collection de photos. Outre ces 12 arches, on trouvera une demi-douzaine de souffleurs-cracheurs, autant de souffleurs secs, des grottes, des bouches de tunnels de lave, des bassins peuplés ou non de coraux et de poissons.


Commentaires sur cette randonnée (2)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Christian L, 03/04/2021 16:36
Randonnée complétée le 02/04/2021 en 4h00

Une astuce pour ceux ou celles, qui comme moi connaissent déjà le sentier littoral et qui ne veulent pas l'emprunter mais qui veulent faire un aller simple "au plus près des flots". Bus Car Jaune S1 arrêt "ravine Ango" ou Carsud STD arrêt "les fruits à pain". Très vite vous trouverez la ravine Ango que vous descendre à gauche ez jusqu'au sentier littoral. Cette ravine moussue est de toute beauté!. Vous vous dirigez alors vers la Porte (si je peux le dire ainsi!) puis vous longez l'océan jusqu'à St Philippe ou vous retrouvez l'arrêt de bus "Mairie de St Philippe" . La côte est de toute beauté , il suffit d'aimer ce zeste d'aventure bien décrit sur la fiche .Rester prudent (un joli trou dans lequel je suis tombé m'a rappelé à l'ordre). Du hors sentier mais impossible de se perdre. Impossible de ne pas aimer.

Martial, 26/03/2021 17:28

Que de merveilles rencontrées sur ce bord de mer, bien sur, il va falloir sortir de sa zone de confort et quitter ce sentier littoral, dont la particularité est de longer la mer sur 4 kilomètres entre St Philippe et la porte sans qu'on la voit jamais.
Bien lire la fiche avant de se lancer puisque cette aventure peut présenter quelques dangers, qui seront parfaitement maitrisés par les habitués du hors sentiers.

Randonnée ajoutée le : 26/03/2021