De l'Etang-Salé à Saint Leu par le littoral

Difficulté
Moyen
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 4h30
Distance 12 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 20 - 0 m
Dénivelé positif 50 m
Dernière mise à jour 16/08/2019

Prière très dangereuse à l'Eglise Requins !

Circuit refait en août 2019 pour rechercher arches et souffleurs inédits.

Voici une courte étape totalement plate afin d'avoir le temps de flâner et d'explorer toutes les merveilles que la nature offre à nos yeux. Choisir un jour avec un léger vent ainsi la mer instable permet de belles vagues qui s'écrasent sur les rochers de basalte et donnent plus de puissance à la demi-douzaine de souffleurs rencontrés tout au long du circuit. Aucun arbre pour se mettre à l'ombre si ce n'est quelques filaos, principalement au début et en fin de sortie. On foule du pied, tour à tour et dans le désordre, du sable noir très fin, des galets, des herbes, des basaltes de lave acérée, des champs de corail mort, d'autres de lianes de patates à Durand et souvent hélas, de nombreux détritus laissés par l'homme ou transportés par les vagues et les courants. Les embruns salés sont omniprésents et il faut faire attention à ne pas trop laisser les appareils photos à l'air libre. Le sentier est bien marqué parfois, plus difficile à deviner à d'autres moments mais il est impossible de s'égarer car l'espace entre mer et route nationale est étroit. Lorsque le sentier devient trop dangereux en bordure de falaise, il est préférable de se rendre sur la nationale et la longer sur quelques dizaines de mètres en prenant garde toutefois à la circulation, bien moins dense depuis la construction de la Route des Tamarins. Ce ne sera pas une aventure que de réaliser cette rando sans emprunter la route mais prudence tout de même aux passages étroits. Attention aussi aux chiens qui sortent de certaines cases modestes implantées en bord de plage et qui foncent sur tout ce qui bouge ; un bâton de marche rassure.

La randonnée débute au village de l'Etang Salé où de nombreux parkings sont disponibles mais peut commencer au petit rond point situé à la fin de la route qui longe la plage. De l'Etang Salé à Saint-Leu, il n'y a pas à réfléchir pour éviter de se perdre car c'est impossible. Plus des deux tiers s'effectuent sur le sentier du littoral entre les vagues et la route. Le reste est partagé entre des portions de galets, de sable ou de goudron si le passage est devenu trop délicat ou si le sentier est rendu invisible par l'excès de végétation. On débute à la plus longue plage de La Réunion (Photo 1). Le matin, elle est déserte hormis quelques marcheurs ou joggers qui viennent effectuer l'aller-retour sur le sable humide. Lorsque le soleil chauffera ce sable gris, les baigneurs envahiront le sud de la plage, le seul endroit où il est possible de se baigner grâce à une petite barrière corallienne. Trois possibilités pour longer cette plage : marcher sur le sable lui-même (Photo 2), sur la petite route se terminant plus loin par un rond-point ou sous les filaos entre les deux (Photo 3). C'est la meilleure solution car on évite le sable dans les chaussures et la circulation de la nationale après le rond-point. Un semblant de sentier emprunte le haut du talus. A la fin du talus, on est obligé de marcher un peu sur le sable. Le soleil du matin fait ressortir la couleur jaune de l'olivine (Photo 4). On traverse la Ravine du Ruisseau puis on longe une nouvelle plage de gros galets instables avant d'arriver à la Ravine des Avirons. Marcher sur les cailloux n'a rien d'agréable ou de sécurisant (Photo 5) et la meilleure solution consiste à trouver des petites sentes de pêcheurs pour éviter de marcher sur la route. On trouvera partout ce ces étroits sentiers bordés d'herbes sèches (Photo 6). Si l'on dispose de temps, il est parfois intéressant de suivre d'autres traces en direction de la mer. Les pêcheurs les ont créées et l'on découvre ainsi de nombreux souffleurs, grottes et arches battues par les hautes vagues. Jusqu'à la route de Bois de Nèfles Piton, la côte alterne plages de galets et de sable et les basaltes sont plus rares. La dernière plage avant la ravine des Sables est un petit coin ravissant, entouré de roches mais interdit à la baignade (Photo 7). Quelques filaos sur le bord de mer souffrent des vents dominants et des embruns salés (Photo 8). Près de l'arrêt de bus de la ravine des Sables, une autre plage, bordée de grosses roches basaltiques déchiquetées abrite un temple usé par les vagues (Photo 9). En prenant son temps ou en cherchant dans les roches, on trouve ça et là des grottes qui attirent des fidèles venant y déposer des offrandes, le plus souvent sous forme de plateaux de fruits (Photo 11). Attention car certaines cavités sont profondes. En face du hameau de la Veuve, on dénombre plusieurs arches et tunnels où la mer se précipite, créant d'immenses geysers ou écoulements (Photo 12). Quand les roches et laves diminuent, on marche toujours dans les herbes d'une sorte de savane où ne dépassent que quelques arbres et des croix en souvenir des pêcheurs morts sur les falaises ou en mer (Photo 13). Ne pas manquer, en marchant sur les laves parfois glissantes ou acérées, une descente au gouffre sans fond donnant sur la mer par une haute arche minérale. C'est sans doute ce lieu impressionnant qui lui a valu son nom d'Eglise, où seuls les requins peuvent se rendre à l'office (Photo 14). Tout près, les pêcheurs semblent peu impressionnés par les hautes vagues qui en surgissent en rugissant (Photo 15). Très proche de la route, ces falaises déchiquetées attirent les photographes qui viennent immortaliser la vague la plus haute (Photo 16). Avant cette falaise, il est plus prudent d'emprunter la route sur une cinquantaine de mètres afin d'éviter la chute. On retrouve très vite le sentier qui court en haut de la falaise et permet d'admirer grottes, petits souffleurs bruyants ou formes animales créées par la lave érodée (Photo 19). Poursuivre jusqu'au souffleur le plus connu de La Réunion en raison du parking tout proche (Photo 17). Il est encore possible de poursuivre par le haut de la falaise en direction de la Pointe au Sel mais certaines portions sont dangereuses, surtout avec des enfants. Il faut alors sauter la murette, emprunter la route en guettant le sentier qui repart dans les herbes vers la falaise aussitôt l'écueil franchi. On arrive en vue de la Pointe au Sel reconnaissable à ses bâtiments proches des salines. Là encore, des souffleurs s'aperçoivent de très loin, dont un plus gros que les autres qui offre de magnifiques arcs-en-ciel (Photo 20). Attention en marchant sur le haut de la falaise, les effondrements en disent long sur les chutes possibles. Remarquer, en descendant vers le musée, les tuyaux destinés à recueillir l'eau de mer mise ensuite à évaporer pour récupérer le sel (Photo 21). La grande saline n'est plus exploitée qu'à titre folklorique et seuls quelques bassins permettent d'étudier le principe de récolte du sel (Photo 22). S'il est ouvert, la visite du musée est rapide et la randonnée presque terminée. Là encore, on peut s'approcher prudemment du bord de mer pour voir quelques souffleurs et de très beaux bassins (Photo 23). A partir de la Pointe au Sel, le sable gris est remplacé par du sable blanc et l'on devine au loin la ville de Saint-Leu (Photo 24). Des sentiers sont toujours présents et se devinent facilement. On frôle des "beach rocks", une curiosité géologique en fin de plage (voir icône rouge sur carte et photo 25). En face, le cimetière fleuri de Saint-Leu mérite quelques minutes de détour (Photo 26). A partir du cimetière, on traverse une succession de plages bordées de filaos, calmes vers le Chemin Canal (Photo27) ou plus fréquentées vers la ville (Photo 25). La fin du parcours s'effectue au port d'où il est facile de partir vers le centre ville à la recherche du bus vers l'Etang Salé à moins de repartir en sens inverse en empruntant le même trajet.

Balises

Pas de balises

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.
Site géologique  Sites géologiques, en partenariat avec Laurent Michon, laboratoire Géosciences Réunion.

Itinéraire

Se rendre à l'Etang Salé les Bains et se garer près de la plage sur l'un des grands parkings - Longer la plage de sable noir en direction de Saint-Leu - Passer la Pointe des Avirons - Longer ensuite la plage de galets puis la route, côté mer, sur les coulées de basalte - Continuer ainsi jusqu'à la Pointe au Sel puis Saint-Leu en suivant la côte ou en marchant de courtes portions sur la route - Faire une halte au cimetière de Saint-Leu avant de rejoindre la plage pour atteindre le terminus - Le retour s'effectue par le même itinéraire ou par le bus si aucun véhicule n'est prévu à Saint-Leu.

Les souffleurs

Un geyser maritime ou souffleur littoral est un orifice dans la roche bordant la mer. Les vagues pénètrent puissamment dans des cavités et compriment l'air qui y est prisonnier. Quand l'eau se retire, la pression diminue et l'air s'échappe en repoussant l'eau qui s'est engouffrée créant un geyser plus ou moins haut et important. Le plus connu (Photo 17) se situe au Cap du Portail, le plus beau à Vincendo . Cette randonnée vers Saint-Leu permet d'en apprécier une dizaine. Comme les baleines, ils sont faciles à repérer à leur panache de vapeur qui se voit de très loin quand ils sont hauts et non cachés par les falaises.

Les arches

Plus difficiles à repérer que les souffleurs, les arches minérales parsèment le littoral entre l'Etang Salé et la Saline. Pour les trouver, il faut s'approcher du bord des falaises et parfois descendre vers la mer. C'est le plus souvent la lumière passant par l'ouverture qui permet de les découvrir. C'est aussi, comme ici, l'eau qui éclabousse à chaque vague. Il faut toujours être très prudent pour s'en approcher. Des croix, un peu partout, sont là pour rappeler que même les pêcheurs se font emporter par la vague qu'ils n'attendaient pas. De nombreuses autres arches sont réparties sur ce circuit au nord de Saint-Leu.


Commentaires sur cette randonnée (7)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Christian Léautier, 21/08/2019 14:09
Randonnée complétée en 5h00

Quand on pense qu'il vaut mieux prendre le bus car jaune 02 ou S3 à l'Etang Salé en laissant son véhicule à l'aire de covoiturage pour faire dans l'autre sens la rando pour partir directement de St Leu (et donc ne pas avoir à attendre) et que, par inadvertance on repart dans l'autre sens vers St Louis !! Quand on pense en regardant les galets secs qu'aucune vague va vous atteindre et qu'une très grosse, vous asperge de la tête aux pieds et vous met à terre! que l'appareil photo semble bien malade...on se dit "que c'est pas le jour" de marcher le long de la côte sur des pierres acérées pour rechercher arches, souffleurs....et quand on voit au dernier moment que l'arrêt bus S3 "ravine des Sables" a été supprimé alors qu'on pensait faire demi tour ici vu les ennuis du jour....Pas que du négatif car malgré tout plein de découvertes à marée basse ....et en particulier vers la pointe au Sel ( jolis souffleurs ) A éviter en été car gare au soleil...et à faire dans un "bon jour"!!

Martial, 07/08/2019 21:21
Randonnée complétée

Réalisée dans le cadre de ma 9eme et dernière étape du tour de l'île, il est possible de ne jamais mettre les pieds sur la route ; bien repérer les multiples sentes de pêcheurs qui permettent de s'approcher au plus près de la mer.
Les souffleurs et arches naturelles sont légions, la côte est sauvage, un régal.
J'ai mis 4h52 pour réaliser ce parcours, mais avec un passage beaucoup plus prés des flots, et la marche dans le sable, les galets et les roches du bord de mer ralentissent le pas. Si vous voulez vraiment visiter les bords de mer, rajoutez une bonne heure au temps indiqué.

gecko18, 02/11/2018 16:43
Randonnée complétée le 02/11/2018

Jolie balade avec pleins de sentes dont on ne soupçonnent pas l'existence. Attention à la chaleur!

le boo, 27/08/2018 22:11
Randonnée complétée en 4h30

Paysages somptueux au mois d'août. Très belle lumière

Christian Léautier, 14/07/2017 10:07
Randonnée complétée en 5h00

Fait dans le cadre du tour de l'île -étape 22 -dans le sens Etang Salé St Leu-cette fois ci moins chaud mais beau-voir mes commentaires précédents. RAS.

Christian Léautier, 17/03/2017 07:00
Randonnée complétée en 5h00

16/03/2017 Malgré un temps maussade ou grâce à un temps maussade (pour éviter le soleil!) découverte de souffleurs, de gouffres ,de petites arches le long de criques sableuses qui annoncent les grandes plages de l'Ouest le long d'un sentier littoral parfois de plus en plus envahi de végétation;et alors il faut remonter sur la route. Beaucoup de croix qui rappellent les drames de la mer. Ludique: rechercher la borne géodésique IGN 15 m è la pointe Eglise Requins (drôle de nom?). Car Jaune 02 nombreux.

David Chemindefer, 08/01/2017 17:35
Randonnée complétée le 26/12/2016 en 1h30

Randonnée réalisée le 26 décembre 2016. Nous sommes partis de notre lieu de vacances, Saint Leu. La première partie de la ballade sur la plage est interminable. Appuis fuyant sur le sable en devers, personnellement je n’aime pas du tout. C’était une très belle matinée, et la chaleur était de la partie, ce qui complique encore un peu la progression.
De jolie vue sur la mer… mais bon…
Passé la « Pointe au Sel » cela devient beaucoup plus sympa. Deux superbes criques en bas, juste avant, idéal pour se rafraîchir un moment. A voir absolument.
Ensuite les « souffleurs » entrent en action. Même par une journée sans grand vent, il y avait du spectacle.
Prévoir beaucoup d’eau, car pas un brin d’ombre sur cet itinéraire.
On emprunte à plusieurs reprises la voie rapide, un GPS parait indispensable pour savoir à quel moment on bifurque, cela n’étant pas toujours très clair.
Retour en bus, attention, consulter les horaires…

Randonnée ajoutée le : 16/08/2019