De l'Etang-Salé à Saint Leu par le littoral

Difficulté
Moyen
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 5h
Distance 12 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 20 - 0 m
Dénivelé positif 50 m
Dernière mise à jour 02/11/2018

Des souffleurs partout

Voici une idéale manière de visiter la côte ouest pour se reposer d'une sortie trop difficile la semaine précédente. Choisir un jour avec un peu de vent qui rendra la mer instable et permettra de belles vagues qui s'écraseront sur les rochers de basalte et donneront plus de puissance à la demi-douzaine de souffleurs rencontrés tout au long du circuit. Aucun arbre pour se mettre à l'ombre si ce n'est quelques filaos, principalement au début et en fin de sortie. On foule du pied, tour à tour et dans le désordre, du sable noir très fin, des galets, des herbes, des basaltes de lave acérée, des champs de corail mort, d'autres de lianes de patates à Durand et souvent hélas, de nombreux détritus de toutes sortes laissés par l'homme ou transportés par les vagues et les courants. Les embruns salés sont omniprésents et il faut faire attention à ne pas trop laisser les appareils photos à l'air libre. Le sentier est bien marqué parfois, plus difficile à deviner à d'autres moments. Mais il est impossible de s'égarer car l'espace entre la mer et la route nationale est étroit. Lorsque le sentier devient trop dangereux en bordure de falaise, il vaut mieux se rendre sur la nationale et la longer sur quelques dizaines de mètres en faisant toutefois attention à la circulation, bien moins dense depuis la construction de la Route des Tamarins. Attention aussi aux chiens qui sortent de certaines cases modestes implantées en bord de plage et qui foncent sur tout ce qui bouge ; un bâton de marche leur fait aussitôt peur. On rencontre également trois mini temples malbars dont un si proche de l'océan qu'il a souffert des assauts des vagues ainsi qu'un tunnel peint de curieuse manière (Photo 5).

La randonnée débute au village de l'Etang Salé ou de nombreux parkings sont disponibles mais peut commencer au rond point situé à la fin de la route qui longe la plage afin de la raccourcir un peu. De l'Etang Salé à Saint-Leu, il n'y a plus à réfléchir pour éviter de se perdre car c'est impossible. Plus des deux tiers s'effectuent sur le sentier du littoral entre les vagues et la route. Le reste est partagé entre des portions de galets, de sable ou de goudron si le passage est devenu trop délicat ou le sentier rendu invisible par l'excès de végétation. On débute sous les filaos en longeant la petite route couverte de sable et bordée de voitures en stationnement, surtout les week-end. S'il n'y a pas trop de monde sur la plage, on peut l'emprunter mais le cheminement est beaucoup plus difficile et les chaussures vont déjà se remplir de sable. On traverse la Ravine du Ruisseau puis on longe une nouvelle plage de gros galets instables avant d'arriver à la Ravine des Avirons. On peut souvent marcher sur les herbes plutôt que sur les galets à condition de suivre des traces connues car on a vite fait de tordre une cheville sur des roches cachées par les herbes, ou pire dans des trous. Une autre plage de galets précède l'arrivée aux premiers basaltes qui obligent à prendre un peu d'altitude. On poursuit, toujours sur des sentiers de pêcheurs à peine visibles mais qui évitent de prendre la route. On retrouve une nouvelle plage de sable gris puis on passe la Ravine du Trou. Plus loin, il faut à nouveau grimper sur les roches acérées et marcher jusqu'au lieu dit La Veuve. Effectuer une halte au plus connu des souffleurs de la Réunion, le plus visité en raison de la proximité de la route et attendre l'arrivée d'une vague assez forte pour produire un haut geyser d'eau salée. On poursuit sur les rochers ou sur la route lorsque la bande de terre entre la mer et la route devient trop étroite ou trop dangereuse. Le dernier tronçon de laves permet de trouver deux autres souffleurs, tout aussi impressionnants que le premier. Ces souffleurs indiquent l'arrivée proche à la Pointe au Sel. C'est l'unique lieu de recueil de ce précieux produit et on peut même profiter de la balade pour visiter le musée s'il est ouvert. S'il est fermé, on peut toujours se rabattre sur les parcs de décantation ou on peut faire la différence entre la fleur de sel et le gros sel. Une fois franchie la pointe, on quitte les rochers et le sable gris pour aller à la rencontre du corail brisé et du sable blanc. Encore quelques roches jusqu'à la Ravine du Cap et on parvient à une aire de pique-nique puis la fin du parcours s'effectue sous les grands filaos qui poussent jusqu'au coeur de la ville et au port. Si cette sortie n'est pas une étape, on peut faire demi-tour pour revenirr à l'Etang Salé mais il est très facile de trouver un bus au centre ville pour revenir sur ses pas en récupérant tout en regardant par la vitre le chemin parcouru.

Balises

Pas de balises

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.
Site géologique  Sites géologiques, en partenariat avec Laurent Michon, laboratoire Géosciences Réunion.

Itinéraire

Se rendre à l'Etang salé et se garer près de la plage sur un des grands parkings - Longer la plage de sable noir en direction de Saint-Leu - Passer la Pointe des Avirons - Longer ensuite la plage de galets puis la route, côté mer, sur les coulées de Basalte - Continuer ainsi jusqu'à la Pointe au Sel puis Saint-Leu en suivant la côte ou en marchant de courtes portions sur la route - Faire une halte au cimetière de Saint-Leu avant de rejoindre la plage pour atteindre le terminus - Le retour s'effectue par le même itinéraire ou par le bus si aucun véhicule n'est prévu à Saint-Leu.


Commentaires sur cette randonnée (5)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
gecko18, 02/11/2018 16:43
Randonnée complétée le 02/11/2018

Jolie balade avec pleins de sentes dont on ne soupçonnent pas l'existence. Attention à la chaleur!

le boo, 27/08/2018 22:11
Randonnée complétée en 4h30

Paysages somptueux au mois d'août. Très belle lumière

Christian Léautier, 14/07/2017 10:07
Randonnée complétée en 5h00

Fait dans le cadre du tour de l'île -étape 22 -dans le sens Etang Salé St Leu-cette fois ci moins chaud mais beau-voir mes commentaires précédents. RAS.

Christian Léautier, 17/03/2017 07:00
Randonnée complétée en 5h00

16/03/2017 Malgré un temps maussade ou grâce à un temps maussade (pour éviter le soleil!) découverte de souffleurs, de gouffres ,de petites arches le long de criques sableuses qui annoncent les grandes plages de l'Ouest le long d'un sentier littoral parfois de plus en plus envahi de végétation;et alors il faut remonter sur la route. Beaucoup de croix qui rappellent les drames de la mer. Ludique: rechercher la borne géodésique IGN 15 m è la pointe Eglise Requins (drôle de nom?). Car Jaune 02 nombreux.

David Chemindefer, 08/01/2017 17:35
Randonnée complétée le 26/12/2016 en 1h30

Randonnée réalisée le 26 décembre 2016. Nous sommes partis de notre lieu de vacances, Saint Leu. La première partie de la ballade sur la plage est interminable. Appuis fuyant sur le sable en devers, personnellement je n’aime pas du tout. C’était une très belle matinée, et la chaleur était de la partie, ce qui complique encore un peu la progression. De jolie vue sur la mer… mais bon… Passé la « Pointe au Sel » cela devient beaucoup plus sympa. Deux superbes criques en bas, juste avant, idéal pour se rafraîchir un moment. A voir absolument. Ensuite les « souffleurs » entrent en action. Même par une journée sans grand vent, il y avait du spectacle. Prévoir beaucoup d’eau, car pas un brin d’ombre sur cet itinéraire. On emprunte à plusieurs reprises la voie rapide, un GPS parait indispensable pour savoir à quel moment on bifurque, cela n’étant pas toujours très clair. Retour en bus, attention, consulter les horaires…

Randonnée ajoutée le : 14/12/2014