La boucle de l'Îlet Bethléem depuis l'Abondance

Difficulté
Facile
Indice de confiance Excellent
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 1h
Distance 4.2 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 202 - 57 m
Dénivelé positif 190 m
Dernière mise à jour 28/03/2020

A l'ombre des forêts de longanis

Les paragraphes ci-dessous parlent de deux circuits possibles mais la carte globale n'en fait pas la distinction. Voir pour plus de détails le circuit rouge (facile) auquel on rajoute le circuit rose (plus difficile) sur la carte de l'image 28 dans le diaporama ci-dessous.

Deux manières de visiter ce charmant endroit des Hauts de Saint-Benoît : la sortie familiale, courte et facile excepté le retour qui monte fortement sur le sentier bétonné jusqu'au parking et la sortie sportive qui imposera "d'escalader" le rempart qui sépare la rivière du lieu-dit la Passe à Jacques. Dans les deux cas la randonnée fera 4 kilomètres. Ce lieu est avant tout dédié à ceux qui ont entendu parler des longanis mais ne savent pas reconnaître l'arbre ; après une heure passée en ces lieux, la feuille, le tronc ou le fruit à la saison n'auront plus de secret. Ils sont partout, de la plantation en bordure de rivière à celles dans les cannes de l'Abondance en passant par le flanc du rempart où il ont même remplacé les bois de couleurs. S'il y a "abondance", c'est certainement de longanis ! C'est également l'endroit idéal pour les chrétiens désirant effectuer un chemin de croix bien vieillissant ; pour les curieux voulant se cultiver sur ce lieu chargé d'histoire et pour les sportifs qui trouveront ici la pente, courte mais sérieuse, pour tester les mollets. Repérer sur le panneau les traces des anciens bâtiments pour tenter de deviner leur emplacement (cure, jardin, cuisine). Ne pas oublier le pique-nique car les touffes de bambous sont tellement importantes que plusieurs familles peuvent loger à l'ombre sans se gêner ainsi que le maillot de bain car plusieurs bassins ou parties calmes de la rivière permettent de batifoler dans l'eau fraîche.

La sortie classique et facile débute au parking du site après avoir traversé une grande étendue de panneaux solaires (voir ci-dessous). Le sentier, facile à trouver depuis le parking, est bétonné et en pente très faible (Photo 1). Il effectue un grand lacet sous les bambous avant de rejoindre les berges de la rivière. C'est un ancien sentier creusé à même le rempart, très utilisé depuis des siècles, qui a été bétonné (Photo 3). On a de belles vues sur la Rivière des Marsouins et la végétation qui l'entoure depuis des trouées de la végétation (Photo 4). Quelques stations du chemin de croix en très mauvais état bordent le chemin protégé par des barrières ou des fascines de goyaviers (Photo 5). Attention en période humide où le béton peut s'avérer glissant, surtout si de la mousse le recouvre (Photo 6). On s'approche de plus en plus de la rivière bordée de grosses touffes de bambous (Photo 7). La pente se termine à un croisement. Prendre vers la gauche pour une visite de la bambouseraie en empruntant une petite passerelle (Photo 8) puis flâner sur les galets de la plage de la Rivière des Marsouins (Photo 9) avant de remonter vers la chapelle qui a également mal vieilli (Photo 10). L'endroit est calme et reposant et il est regrettable de le voir se transformer en ruine d'année en année. Repérer au passage les aménagements qui devaient rendre cet endroit particulièrement agréable à l'origine (voir ci-dessous l'histoire de l'îlet). On y voit une belle petite allée ou une fontaine ne donnant plus d'eau (Photo 11) ainsi que plusieurs bâtiments en assez mauvais état mais pas encore totalement délabrés. A la pancarte explicative, emprunter le sentier bordé de muguet péi (Photo 12) qui chemine à plat sous les plantations de longanis (Photo 15) et marcher jusqu'à un oratoire peint en rouge à la gloire de Saint-Expédit (Photo 17). Poursuivre sur ce même sentier en traversant un petit chantier de pompage puis rejoindre les berges de la Rivière des Marsouins (Photo 14) où le courant est plus fort qu'au pied de la chapelle. Faire demi-tour et remonter le sentier puis le chemin bétonné pour rejoindre le véhicule.

La portion sportive emprunte la totalité du circuit décrit ci-dessus mais se prolonge dans deux directions avant de se terminer au parking officiel. A partir de la rivière poursuivre sur le sentier qui est beaucoup plus technique que celui, à plat, pris pour arriver à ce qui peut être un gué pour rejoindre le circuit de l'Îlet Coco. Le sentier, sans doute créé par les pêcheurs, est étroit et il faut parfois enjamber des branches ou racines avant de passer au plus près d'une petite case en tôle, abandonnée et rouillée (Photo 13). Poursuivre ou non vers l'amont pour se rapprocher de la rivière. On arrive ainsi à nouveau sur les berges et il est plus sage de rebrousser chemin même si on sait que les pêcheurs n'en font rien. Cela permet de rallonger un peu cette courte balade tout en donnant quelques nouvelles vues sur le cours d'eau. Repasser devant la vieille case et poursuivre en guettant sur la gauche un sentier très visible car assez fréquenté. Les premiers mètres qui permettent de voir le haut de la falaise indiquent qu'il faudra un effort plus sérieux pour continuer dans cette direction. La trace est bien marquée et on chemine sur des pierres moussues, des racines et surtout de très hautes marches (Photo 18, 19 et 20). Les mains sont même indispensables par endroits. Ne pas prendre à gauche à la première partie plate rencontrée mais poursuivre tout droit avant d'entamer la deuxième partie de la montée qui vaut largement la première (Voir le profil). Il faut près d'un quart d'heure pour atteindre le sommet après ces 130 mètres de grimpettes qui frisent parfois les 45 degrés. C'est le soulagement de marcher à plat aux premières trochées de canne à sucre (Photo 21). Obliquer à gauche en lisière pour rejoindre la piste puis la route. Les cannes sont partout avec des panoramas élargis si elle est en cours de coupe (Photo 22). Plusieurs pistes dans les cannes à sucre permettent de modifier l'itinéraire de la boucle pour la rallonger un peu. Attention cependant de ne pas partir à l'opposé du point d'arrivée ! La vallée de la Rivière n'est jamais loin. On la devine à la lisière de bois de couleurs près des champs de canne à sucre (Photo 24). On profite de superbes panoramas sur Takamaka ou le Mazerin (Photo 23). C'est un vrai plaisir de rejoindre le véhicule en se baladant dans les cannes sur cette route bétonnée en descente légère (Photo 25). Plus bas, des clôture de fil barbelé protègent les immenses vergers de longanis (Photo 26). On parvient facilement au parking en évaluant tout autour les surfaces couvertes de panneaux (Photo 27).

Balises

Pas de balise

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

Balade familiale : Se rendre à Saint-Benoît et prendre la D53 en direction l'usine de Takamaka et Bethléem (nombreux panneaux) - Se garer sur le parking du site - Entamer la descente vers les bords de la Rivière des Marsouins - Prendre à gauche au panneau explicatif et emprunter la passerelle pour rejoindre la rivière - Longer la rivière et remonter vers la chapelle puis vers le panneau - Emprunter le sentier qui descend vers l'Ouest et le suivre jusqu'à l'oratoire - Poursuivre un peu vers l'amont - Faire demi-tour jusqu'au point de départ.

Sortie sportive : Prendre à droite depuis la rivière et poursuivre le long de la falaise, passer une case en tôle et marcher jusqu'à la fin du sentier - Faire demi-tour et prendre à gauche, 150 mètres après la case, pour grimper la falaise et rejoindre les champs de canne - Bifurquer à droite après le premier champ de canne et rejoindre le véhicule en suivant la route bétonnée.

Histoire de lîlet

Au XVIIIe siècle, à l'époque où les forbans faisaient de fréquentes incursions, un grand nombre de créoles issus d'anciennes familles s'étaient réfugiés sur l'îlet de la Rivière des Marsouins. "On y trouve 5 à 600 personnes ne se nourrissant que de pêche et de chasse. La plupart naissent et meurent sans être sortis de ce refuge, où la civilisation n'a jamais pénétré", s'étonne A. Roussin. Choquée par la misère de la majeure partie de la population de l'île, Mme Hubert Delisle, femme du gouverneur, multiplie les œuvres de charité. C'est ainsi qu'elle fonde en 1855 sur ce site baptisé "Bethléem" un ouvroir (établissement de bienfaisance où les religieuses s'assemblent pour travailler) et une chapelle dédiée aujourd'hui à Notre Dame de Fatima. Quatre Filles de Marie sont appelées sur les lieux afin d'inculquer aux jeunes filles des principes chrétiens tout en les initiant aux travaux manuels (couture, cuisine, jardinage, ...). La présence des Filles de Marie à Bethléem amène l'évêque Monseigneur Maupoint, à l'ériger en paroisse le 26 avril 1860. En 1873, l'îlet comporte une population revitalisée, un presbytère confortable, une petite église convenable et surtout une école qui regroupe 40 pensionnaires et 20 externes. Aujourd'hui, ce site, lieu charmant pour la promenade et les pique-niques, appartient en partie à la commune de Saint-Benoît et en partie à l'évêché et aux Sœurs Ste Thérése de Cluny. L'Evêché est propriétaire du gîte. Il est loué à la commune depuis 1983 et doit être rétrocédé en 2019. Texte de la pancarte proche de la chapelle.

La centrale photovoltaïque de Bethléem

Visitée par le Président de l'Assemblée Nationale en mars 2014, la Centrale photovoltaïque de Bethléem produit actuellement plus de 10000 MWh (équivalent de 3400 foyers alimentés). Quand on arrive à Bethléem, on est frappé par les surfaces déjà couvertes qui ne sont rien en comparaison des plans élaborés lors de la présentation du projet. On remarque en étudiant la carte fournie en 2009 que plus un pied de canne à sucre ne poussera dans le périmètre de l'îlet, surtout que 7 hectares de panneaux de dernière génération vont être installés prochainement. C'est le prix à payer pour une indépendance énergétique puisqu'aucune centrale atomique ne peut être construite sur l'Île. Quand on regarde la photo satellite (plus haut), les surfaces ont déjà doublé depuis la photo aérienne.


Commentaires sur cette randonnée (7)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
pirlouis, 06/09/2020 18:38

Pour ceux qui souhaitent rester dans l'ambiance "sortie familiale", il est possible de faire une très jolie boucle sur la partie Ouest. Une fois que vous arrivez au sentier sportif qui monte vers la falaise (sur votre droite) vous pourrez voir sur votre gauche un autre sentier qui rejoint la rivière et qui la longe jusqu'à revenir au point de départ. Vous longerez plusieurs bassins.

Freretuk, 08/08/2020 20:05
Randonnée complétée le 08/08/2020 en 1h00

Quel bel endroit paisible ! Sortie sans difficulté mlgré les savates ! Un petit coup de cul intéressant sur la fin et une belle ballade pour Amoureux, de nature aussi !

Rod, 01/03/2020 16:16
Randonnée complétée le 01/03/2020

Réalisée aujourd’hui. Propre. Un peu boueux a un certain endroit. Simple. Je l’ai faite avec mon fils de 7ans. La végétation prend un peu le dessus après l’oratoire. Nous avons continué jusqu’à la cabane abandonnée. J’ai continué sur la droite mais il fallait commencer à marcher sur de grosses pierres avec de la mousse. Trop dangereux avec un enfant. On a fait demi tour. Très sympa comme ballade un dimanche après-midi.

Laurent Magréault d'Attoma, 20/08/2018 15:26
Randonnée complétée le 20/08/2018 en 0h50

Sentier fermé par arrêté municipal. Néanmoins il est possible d'accéder au chemin jusqu'à la chapelle mais les bords de la rivière sont infestés de moustique. Dommage que la fermeture ne soit pas indiquée sur les nombreux panneaux qui mènent au parking.

So de Flo, 15/01/2018 17:52
Randonnée complétée le 25/10/2017 en 1h00

Balade très agréable avec baignade possible. Attention aux moustiques!

liot, 28/12/2016 22:16
Randonnée complétée le 17/12/2016 en 14h00

nous avons fait uniquement la descente depuis le parking (usine énergie solaire) jusqu'au site de Bethléem (parfait avec un enfant sur 1H30 environ, en comptant la baignade en bas dans la rivière). Superbe chemin bien renforcé par des rambardes toutes neuves en bambous géant; sauvage, lieu magique avec vestiges du passé, gigantesques litchis pluri-centenaires

Céline Durand, 10/09/2016 23:53
Randonnée complétée le 09/09/2016 en 1h10

Sortie effectuée hier dans sa version sportive. Pas de souci pour suivre le sentier car il y a encore les rubalises du trail des eaux vives du week-end dernier !

Randonnée ajoutée le : 11/11/2014