La boucle de la Grande Ravine jusqu'à Cocâtre

Difficulté
Moyen
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 6h30
Distance 19.5 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 777 - 32 m
Dénivelé positif 850 m
Dernière mise à jour 17/05/2020

Sentier de plus en plus difficile à cause de la végétation

Attention, le passage sous le pont de la Ravine Cocâtre peut comporter des difficultés. Tenir compte du commentaire de Crisdel en septembre 2019.

Cette longue sortie dans les Hauts de Saint-Leu emprunte des portions de sentiers lontan, réhabilitées par la société gestionnaire de la route des Tamarins. Les travaux ont coupé une assez longue portion du chemin de la Grande Ravine mais il passe désormais sous la route, éloignant ainsi tout danger. Le chemin qui relie la Grande Ravine à la Petite Ravine a quant à lui été goudronné sur une longue portion qui relie la mer au pont qui enjambe la voie rapide, mais il souffre énormément de solitude et les plantes commencent doucement à le dévorer. Les véhicules y sont rares et les joggeurs en profitent pour s'y entraîner sereinement. La chaleur et la sécheresse ont créé un semi désert qui a même du mal à verdir dans les champs de canne à sucre, pourtant si verte ailleurs. Cette randonnée, sans grand intérêt touristique, offre néanmoins de magnifiques panoramas sur la côte. Ne pas oublier une bonne réserve d'eau. Attention : La Grande Ravine est à la fois le nom du village et celui de la rivière, de même qu'il existe deux lieux-dits "Piveteau". Il faut donc se munir de la carte IGN et suivre au mieux les explications ci-dessous. En cas de doute, plusieurs routes ou chemins sillonnent la région mais certaines petites routes s'arrêtent brusquement aux abords d'un champ.

La randonnée débute au plus près de la RN1a avec quelques emplacements de parking possibles le long de la route, près de la piste qui rejoint l'ancien pont mais surtout sur le bord de la route qui mène à la Grande Ravine. Laisser à gauche la route de la Grande Ravine qu'on empruntera en fin de boucle et prendre à droite une petite route qui grimpe tranquillement en 4 lacets vers la route des Tamarins. Après 300 mètres de marche on pourrait prendre à gauche un raccourci mais il n'est pas toujours en très bon état surtout qu'il chemine dans des épineux et les herbes sèches qui peuvent rebuter en début de circuit. De plus, de nombreuses plantes se débarrassent de leurs graines collantes qui restent longtemps accrochées aux vêtements. Les panoramas sont nombreux sur l'océan et la côte mais s'adressent surtout aux amateurs de désert, à moins d'y passer après deux mois de pluies (Photo 1). On a du mal à imaginer qu'une grande partie de ces vastes étendues recouvertes d'épineux étaient jadis des champs de coton, de café ou autres récoltes du temps de l'esclavage. Que l'on prenne courageusement le raccourci ou la petite route, on se retrouve en moins d'une demi-heure de pente faible près du pont qui enjambe la voie rapide. Sur la gauche on aperçoit le pont de la Grande Ravine sous lequel on marchera dans six heures (Photo 2). Le petit pont qui enjambe la Route des Tamarins est un bien lourd investissement pour le peu de véhicules qui le franchissent (Photo 3). Ce sont souvent des 4x4 transportant les branches d'avocats marrons ou zépinards destinés à nourrir les biquettes. Comme la route s'élève, on domine la voie rapide, en général assez bruyante (Photo 4). Après le pont, poursuivre sur la piste caillouteuse jusqu'au premier croisement et obliquer à droite vers Piveteau (Photo 5). Cette piste où l'on est certain de marcher sereinement traverse cette végétation pauvre où aucun arbre remarquable ne viendra ralentir la marche (Photo 6). Elle arrive à un croisement qu'on empruntera pour le retour afin de créer une seconde boucle. Elle se finit à une route d'où l''on profite de nouveaux panoramas jusqu'à Saint-Leu (Photo 7) ou la Saline (Photo 8). Cette petite route bétonnée effectue quelques lacets jusqu'à un des hameaux de Piveteau (Photo 9). Pour éviter de rejoindre la Route Hubert Delisle par la route, ne pas manquer la piste qui débute au-dessus du village. Elle monte dans les champs, les savanes desséchées ou les friches (Photo 10). Elle est plate ou en pente faible à travers les champs (Photo 11). Les fils électriques et quelques conifères annoncent la fin proche de la montée (Photo 12). La piste finit au Chemin Bénard, aux premières cases de la Petite Ravine d'où l'on rejoint la route sans difficulté en longeant des jardins, accompagné par les aboiements parfois violents des gardiens de cours ! Flâner le long de la route pour rejoindre le pont sur la Grande Ravine. On peut y voir des cases typiques, des jardins fleuris, des cultures et profiter d'un superbe panorama sur l'océan depuis les alentours de l'église de Cocâtre à la forme originale d'une clé de sol (Photo 13). On peut en faire le tour presque complet en longeant la rambarde pour profiter des multiples points de vue. Cette portion de goudron de 2 km est inévitable mais c'est sans regret qu'on parvient à la Grande Ravine. Lorsqu'il y a de l'eau dans la ravine, une très haute cascade se jette dans le fond de la vallée. Le fond est rocheux et l'endroit sauvage (Photo 14). Un petit sentier permet, à partir du pont, de rejoindre le fond de la ravine pour mieux voir le précipice creusé par la cascade (Photo 15). Si on ne veut pas marcher jusqu'au pont, bifurquer 50 m avant, à gauche, le long des hautes touffes de bambous longeant une petite route bétonnée (Photo 16). La route s'éloigne du rempart pour desservir des habitations puis le rejoint. Elle se poursuit par une piste étroite recouverte de millions de feuilles de bambous (Photo 17). Ces bambous créent une barrière visuelle empêchant de profiter du fond vertigineux de la ravine qu'on aperçoit tout de même dans les rares trouées (Photo 18). Il y a deux manières de rejoindre ce fond de ravine pour amateurs de sculptures de basalte et de bassins. En remontant la ravine, à sec sur de gros rochers à partir de la mer ou en descendant par la rive droite depuis le village par une forte pente le long du rempart (Photo 19) . La piste, après avoir traversé des champs de canne (Photo 20), se termine à la petite route qu'on aurait pu emprunter à Cocâtre. On rejoint Piveteau par de nombreux lacets. Ne pas poursuivre jusqu'à la fin de la route car elle se termine en cul de sac mais prendre à gauche dans un lacet pour franchir les deux petites ravine et rejoindre le croisement aperçu dans la montée. Reprendre en sens inverse la route qu'on vient de remonter récemment et retrouver un nouveau croisement également repéré dans la montée. Bifurquer alors à droite et rejoindre dans les hautes herbes le passage délicat expliqué et détaillé ci-dessous (Photo 21). Si on prend bien soin de tourner à gauche avant la fin du chemin, on passe sans encombre sous la Route des Tamarins en débutant par un long escalier (Photo 22). La seule difficulté de la journée se présente alors dans les 200 mètres qui suivent la traversée sous la route. Par manque de piétinements, il faut viser dans la végétation et repérer les meilleurs passages pour contourner la réserve d'eau de la RN1. La piste, assez bien entretenue après les travaux de la RN1, est presque bouchée et peut rebuter les moins habitués (Photo 25). Le retour au village de la Grande Ravine s'effectue sur une piste herbeuse qui serpente entre les faux poivriers, les acacias et les chocas dans une zone sèche et désertique (Photo 26). Ne pas manquer, dans le premier virage à gauche après la voie rapide, le point de vue sur l'ouvrage qui enjambe la grande ravine sur près de 300 mètres (Photo 28). Le chemin, constitué de nombreux lacets, aboutit au village de la Grande Ravine et le retour vers le parking s'effectue en descente en traversant le hameau.

Balises

Pas de balises

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

Se rendre à Saint-Leu si on vient du sud ou à la Saline les Bains depuis le Nord - De là, rejoindre le village de la Grande Ravine - Garer le véhicule au plus près de la RN1a et commencer la randonnée par la route qui débute plein Est et monte en lacets vers la Route des Tamarins - Passer sur le pont au dessus de la Route des Tamarins - Suivre ensuite le chemin qui rejoint plus loin la route qui remonte, également en lacets vers Piveteau - Une fois le village traversé, passer encore un grand lacet puis emprunter la piste qui débute au croisement de trois routes - Rester sur cette piste jusqu'à la D12 à la Petite Ravine - Tourner à gauche sur la D12 et la suivre jusqu'au pont qui franchit la Grande Ravine à Cocâtre pour voir le cassé de la cascade - Retourner sur ses pas de 50 mètres et prendre à droite la petite route bordée de bambous qui longe au plus près la Grande Ravine - Suivre ensuite la piste qui prolonge la route puis à nouveau une route qui se dirige vers l'Ilet de Piveteau - Un lacet plus bas, continuer tout droit pour rejoindre la route de Piveteau prise à l'aller - Redescendre par la route également empruntée à l'aller, puis un tronçon de chemin jusqu'au chemin déjà pratiqué - Tourner alors à droite pour une série de lacets qui amène sous le passage aménagé le long de la Ravine (voir explications supplémentaires ci-dessous) - Suivre ensuite le chemin qui aboutit au village de la Grande Ravine - Traverser le village et retrouver le véhicule au croisement de la RN1a.

Passage de la Ravine cocâtre

La carte représente la zone entourant le passage sous la Route des Tamarins pour franchir le pont de la Ravine Cocâtre. Les parties vertes correspondent à des portions de piste en très bonne qualité (Est) ou une piste envahie d'herbe (Ouest) mais où on ne se pose pas de question d'itinéraire. La partie rouge est à éviter absolument, voir photo ci-dessous. La portion orange représente la seule difficulté du parcours car la route de service de la société de la RN n'est plus visible. Les différents randonneurs ont tracé un minuscule sentier qui rejoint directement la fin de la descente le long du câble métallique servant de main courante (ouest de la RN) à la piste qui mène au village de la Grande Ravine. Cela représente environ 150 mètres de difficulté mais la trace reste visible sur un terrain pentu et glissant.

Bifurcation depuis la piste

Cette photo représente la portion encadrée sur la carte ci-dessus. La croix rouge marque le début de la piste rouge. Il ne faut pas la prendre sous peine de se retrouver le long du précipice de la Grande Ravine. Bien repérer le bois noir des bas (A gauche avec des feuilles) et celui de droite qui est en plus mauvais état. Le sentier commence avant ces arbres, très discrètement dans les herbes, mais rejoint sans encombre l'escalier qui mène sous le pont. Passage désagréable le long de la portion en orange sur la carte, le reste s'effectue dans les grandes herbes mais le passage est encore possible


Commentaires sur cette randonnée (5)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Gui Ohm, 17/10/2020 21:26
Randonnée complétée le 17/10/2020 en 5h00

Randonnée fait en 5h. La descente depuis le petit pond de la grand ravine ce fait facilement. Par moment difficile de trouver la trace du a la reprise de la végétation. +700 m de dénivelé, digne d'un trail. Hâte de le faire en entraînement.
Gros bémol, des rodéos en voiture sont organisés sur la route goudronnée en remontant vers la chapelle de notre dame de liesse. Cette pratique polluante et dangereuse n'a pas se faire sur une route public. A faire attention.
A part ça c'est une belle marche.

Alain DURAND-OMARJEE, 23/08/2020 18:18
Randonnée complétée le 22/08/2020

J'avais hésité de faire cette randonnée compte tenu du commentaire en rouge en entête.
En fait aucun problème de végétation ni de pollution visuelle. Le tracé est relativement facile à suivre mis à part le retour sur une cinquantaine de mètres juste après avoir franchi la route des Tamarins. Cependant avec la trace GPS, on se retrouve sans trop de problème. La randonnée offre des jolis points de vue sur la côte. La végétation sèche de cette région tranche singulièrement avec celle que l'on trouve ailleurs : arbres fruitiers, champs de zantac : une balade plutôt "cool" si le soleil n'est pas trop fort

Ousarsiph2, 13/06/2020 16:50
Randonnée complétée le 13/06/2020 en 4h30

Randonnée faite ce jour en 4h30, en marchant. Aucun souci de végétation, pour répondre aux craintes exprimées dans le sous titre de la fiche, hormis sur les 30 m signalés après le passage sous la route des Tamarins. J'ai bien apprécié cette double boucle : montée et descente très régulières, pistes agréables, vues magnifiques, très peu de zones urbanisées (sauf la partie du haut sur la route). Chrisdel est peut être passé juste avant le ramassage des encombrants, mais je n'ai pas eu du tout l'impression de monter au milieu d'une décharge. Les rares rencontres furent celles de 4 ou 5 chasseurs de lièvres dans la partie basse, aux mines patibulaires et armés de lourdes carabines. Mieux vaut éviter de se déguiser en lapin pour ce parcours que je recommande.

Chrisdel, 27/09/2019 18:40

J'ai fait cette randonnée le 27.09.2019. La montée par la route ressemble à une décharge sauvage sur toute sa longueur, en contradiction avec les panneaux interdisant ces dépôts.Dommage car les vues sont magnifiques sur l'océan. Le passage sous la route des Tamarins se fait sans aucune difficulté. On descend par un escalier sécurisé, on passe sous la route avec des barrières le long de la Ravine et à la sortie il y a un autre escalier. Il faut longer le grillage côté mer et on trouve à quelques mètre une petite ravine qui évacue l'eau de la 4 voie. Il suffit de suivre cette ravine jusqu'au bout et là on retrouve le chemin pour la descente. Chemin très agréable balisé en vert fluo (sans aucun doute le travail d'un géomètre).

jpv97410, 28/06/2016 15:58
Randonnée complétée le 28/06/2016 en 6h00

Fait le 28 juin 2016: Les explications de JPG sont toujours d'actualités et il faut oublier au départ le sentier qui coupe le virage, il est entièrement envahi par les kékés (épineux) et celui à l'arrivée de la Petite Ravine n'est plus praticable, il faut continuer le chemin de terre et on arrive plus à droite sur la Rte H.Delisle, rallonge de 800m. Une fois arrivé au pont de la Grande Ravine, continuer et de l'autre coté à gauche un petit escalier descend dans la Grande Ravine (petit sanctuaire Malabar), sauter de rocher en rocher en rive droite pour arriver au cassé, une superbe vue vous attend sur le deuxième cassé 100m plus bas. Le retour est conforme à la description, les passages délicats restent encore plus difficile à passer, tant qu'il y aura des vaches et des cabris les randonneurs aventuriers pourront passer. Très beau point de vue sur l'océan de la Pointe au Sel à St Gilles. Les petits écarts (hameaux) restent agréables à découvrir à la sortie des champs de canne à sucre en fleur et attentions aux chiens.

Randonnée ajoutée le : 01/11/2010