La montée à la Cascade Pitsa (ou Pissa) depuis la route de l'Îlet à Cordes

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 1h
Distance 1.5 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1477 - 1180 m
Dénivelé positif 300 m
Dernière mise à jour 16/05/2020

Pitsa ou Pissa, il faudra quand même monter pour la voir

Cette cascade, qui a changé de nom sur les cartes IGN d'une édition à l'autre s'appelle désormais Pitsa. La sortie est très courte mais ne s'adresse qu'aux randonneurs ayant le pied souple et de bons crampons aux chaussures. 80% du parcours peuvent être pratiqués par tout le monde mais les 20% qui restent demandent un minimum d'entraînement, une absence de vertige et un minimum de responsabilité. Le mieux consiste à partir léger afin de garder les quatre membres comme les chamois ou bouquetins car, sur de telles pentes, le centre de gravité doit être placé le plus près de la paroi. Les deux seuls dangers le long de ce parcours sont les plaques humides que la pente rend d'autant plus dangereuses et les descentes de certains remparts rocheux où les prises sont moins évidentes que dans la montée. Le reste n'est que pur plaisir le long de ces nombreuses petites chutes agréables. Inutile de préciser qu'il ne faut pas entreprendre cette montée après de fortes pluies car les basaltes sont alors recouverts et les glissades inévitables.

La randonnée débute sur la route de l'Îlet à Cordes, juste avant de rencontrer le pont sur le Bras Rouge. Quelques rares emplacements permettent de garer un ou deux véhicules, juste après le pont. Avant d'attaquer la montée, profiter du spectacle de quelques cascades du Bras Rouge depuis les abords du rempart ou depuis le pont (Photo 1). On peut également voir les derniers mètres de la Ravine Pitsa se jeter dans le Bras Rouge. Evaluer avant de partir la distances très courte à parcourir du pont jusqu'à la cascade qu'on aperçoit près de la dent dépassant du piton juste en face (Photo 3). Rejoindre le petit sentier en rive droite de la ravine, facile à repérer près du muret. Cette trace bien marquée part de la route et rejoint les berges de la ravine en quelques mètres. On est accueilli par un premier bassin et une chute en toboggan (Photo 4). On ne quittera plus les abords de la ravine qui tombe en une dizaine d'escaliers depuis la falaise 300 m plus haut. Partir sur la gauche et grimper l'énorme rocher où l'on devine une trace de passage des canyonistes effectuant la descente du Bras Rouge (Photo 5). Après un bon raidillon en équilibre instable, on se retrouve sur une petite plateforme d'où part le sentier vers les Sources du Bras Rouge, à partir d'un petit cairn. On a sous les yeux, si on se retourne, la vallée du Bras Rouge et la route de l'Îlet à Cordes. A partir de ce point, il ne faut se retourner qu'une fois arrêté afin de ne pas glisser dangereusement. L'ascension se poursuit en alternant rive droite et rive gauche en fonction des facilités de cheminement. La Tête de Lion, très facilement reconnaissable depuis la ravine, se détache sur la droite (Photo 8). On voit également la fin de la Ravine des Salazes qui finit dans le bras Rouge par une ultime cascade. Pas d'itinéraire conseillé puisqu'il n'y a pas de sentier officiel et encore moins de balises. En regardant le terrain 50 mètres avant de monter, on peut facilement repérer le meilleur passage en rive droite ou gauche (Photo 10). C'est le festival des petites chutes qui sont souvent plus des toboggans que des cascades (Photo 12). Les abords de certaines sont glissants alors que d'autres se franchissent de manière ludique (Photo 13). On passe ainsi de longues rigoles creusées par l'eau dans le basalte (Photo 14) à des petits bassins où il est impossible de faire trempette (Photo 15). Profiter des rares portions plates pour reposer les jambes et admirer les paysages vers le Bras Rouge (Photo 16) avant de repartir à l'assaut de la forte pente à la découverte de nouvelles chutes (Photo 20). Quelques bouts de cordes servant aux canyonistes sont fixés à certains endroits utiles par fortes eaux (Photo 21). Une autre fois, il faut franchir un amoncellement de gros rochers mais sans danger (Photo 22). Plus on monte, plus la pente est forte et plus il faut se pencher vers l'avant pour chercher au moins trois points d'appui. Attention aux passages humides en raison des éclaboussures car le sol, très pentu, est plus glissant qu'ailleurs (Photo 24). Certains passages sont d'ailleurs impossibles par temps de pluie (Photo 25). On arrive ainsi, de chute en toboggan au pied de la cascade principale qui tombe de la falaise verticale (Photo 27). Faire demi-tour et profiter, durant la descente, des superbes panoramas sur les pentes sauvages du Bras Rouge ou des premiers champs de lentilles vers l'Îlet à Cordes. Mais, pour bien profiter de ces paysages, il faut surtout stationner car les prises et aspérités, suffisantes dans la montée, s'avèrent plus délicates à passer lors de la descente. On assiste parfois au passage des canyonistes sur les berges ou dans les eaux du Bras Rouge. On peut les voir en se penchant au-dessus du parapet du pont comme on peut également les observer descendre depuis le pont lui-même (Photo 28).
Comme cette randonnée sportive est très courte, il vaut mieux la rajouter à une sortie proche comme la sortie au Cap Bouteille ou l'Îlet Fleurs Jaunes par exemple.

Balises

Pas de balises

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.

Itinéraire

Se rendre dans le Cirque de Cilaos et rouler jusqu'à Cilaos puis prendre la route de l'Îlet à Cordes - Rouler jusqu'au grand virage à gauche au pont sur le Bras Rouge et se garer au plus près - Rejoindre la Ravine Pitsa puis ses berges - Grimper jusqu'au sommet de la pente au pied de la plus grande Cascade puis revenir par le même itinéraire.


Commentaires sur cette randonnée (5)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Martial, 27/08/2020 17:27
Randonnée complétée le 26/08/2020

Demi échec pour nous cette cascade Pitsa, peut-être avons-nous eu le tord de l’inclure dans une plus longue boucle aventure entre Cilaos et le bras Rouge, alors qu’il aurait fallu y passer un peu plus de temps.
La 1ère moitié se fait sans aucuns problèmes, il y a d’ailleurs quelques cairns qui amènent jusqu’à une première série de dalles de basaltes très pentues, c’est à partir d’ici qu’il faut se diriger en rive droite de la ravine pour ne plus la quitter.
Nous avions bien remarqué sur la trace gps qu’il fallait passer en rive droite mais comme cette partie nous semblait très humide et glissante, nous avons tenté la montée sur les plaques de basaltes ; c’est à éviter, d’ailleurs après consultation des différents topos de canyon concernant le bras rouge supérieur qui passe par la cascade Pitsa, et maintenant quasiment plus pratiqué, nous avons grimpé là où les canyoneurs descendent en rappel.
Ce n’est que partie remise puisque nous retenterons bien sur cette montée vers la cascade.
Photos jointes

davrun-17, 22/10/2019 10:22
Randonnée complétée

fait à la moitié mais nous avons été raisonnable en faisant demi tour, la roche etait très humide, il avait dû pleuvoir durant la nuit. Dans ces conditions la descente est extrêmement dangereuse, s'engager tard dans la matinée pour être sûr que la roche soit sèche, sous peine de prendre de gros risques à la redescente !

Christian Léautier, 14/01/2019 09:25
Randonnée complétée le 11/01/2019 en 2h20

Pas mal "flippant" ! Pente très raide, peu de points d'accrochage, se méfier énormément des parties rocheuses très glissantes dès qu'il y a des traces d'humidité,et penser à la descente encore plus délicate que la montée. Je n'ai pas malgré tout effectué les derniers 20% encore plus raides , trop stressé à la pensée d'une descente vraiment trop dangereuse , trop "limite" pour moi. Le ressenti est bien sûr toujours personnel et donc pas tout à fait d'accord avec mon ami JPG qui écrit que "80% du parcours peut être effectué par tout le monde". Oui, je me suis fait peur ! Il faut penser, mais pas trop!!, qu'un moindre "écart" serait fatal....en gérant bien chaque geste à chaque seconde...et savoir parfois renoncer quand le coeur bat trop vite. Pourtant j'avais choisi un jour idéal avec des pentes les plus sèches possibles et un débit de la cascade raisonnable tout en étant propice à des photos où l'eau produit de jolis effets. Sinon, spectacle magnifique des nombreux ruissellements qui font inévitablement penser au Voile de la Mariée à Salazie, et en plus ,de jolies couleurs de roches propices aux photos. J'ai ensuite optimisé mon plaisir en scrutant un peu plus le Bras Rouge , la ravine Gobert et la montée à l'ilet Chicot tout proches en attendant le bus Alternéo 62 (arrêts sentier Marla ou ravine Gobert ou ilet Chicot),tout cela de chaque côté de la RD vers l'ilet à Cordes, pour rejoindre ensuite Cilaos-Ville et la ligne 60 vers St Louis. Pour conclure, pas question de dissuader de faire cette superbe rando mais bien juger de ses capacités avant de se lancer...

Fanch, 04/08/2018 15:01
Randonnée complétée le 04/08/2018 en 1h30

Une petite variante en empruntant le sentier des canyonneurs puis en bifurquant à droite au niveau du pic rocheux. On devine un passage qui a du autrefois servir. On retrouve le ruisseau en quelques minutes puis c'est l'ascension décrite. On s'aide des cordes en essayant d'éviter les portions humides. La cascade est magnifique et le point de vue est époustouflant lorsqu'on se retourne. Le bus de la ligne d'Ilet à Cordes est étonnamment petit depuis là haut et le piton de sucre s'offre aussi. Un papangue viendra montrer sa majestueuse envergure. Il est temps de redescendre par le même chemin.

Willy Leplunul, 07/04/2016 20:53
Randonnée complétée le 07/04/2016 en 1h30

Sortie courte mais plutôt jolie, le chant de l'eau aide à faire oublier la très forte pente. Tranquillité absolue, décor sauvage et vertical, beaux points de vue sont les atouts de cette rando qu'il faudra cependant éviter par temps humide.

ps: oubliez les quelques amarrages en place qui pourraient aider à progresser avec des cordes... ils sont au mieux en mauvais état!

Randonnée ajoutée le : 01/11/2015