Jacques974

1 mention

Ste-Marie, Réunion, 45-50 ans, membre depuis 21/08/2021

Dernière activité: il y a 36 semaines


Je suis amoureux

Les commentaires sont ordonnés du plus récent au plus ancien.

Fait à nouveau ce dimanche avec mon fils ! Il a adoré ! Cette fois-ci en prenant plus de temps à admirer notre belle mère nature, ce qui nous a permis de découvrir de belles surprises quand on est attentif. Comme cette limace de Maillard endémique ou ces grenouilles des Mascareignes. Si on suit les consignes de la fiche, on trouve sans difficulté son chemin, il faut cependant être intuitif et être habitué à faire du hors piste.

Très belle excursion découverte aujourd’hui, mon coup de coeur depuis quelques temps, tellement la ballade est belle et rafraichissante, l’adrénaline à son maximum avec les contournements hors piste des cascades et ses magnifiques bassins qui obligent une trempette revigorante après plusieurs heures d’effort. Merci à ceux qui ont réalisé cette ballade sportive ! Départ depuis le parking indiqué pour 4 heures de montée jusqu’à la dernière cascade et moins d’une heure pour le retour en petite foulée. A savoir que j’ai zappé les premiers bassins, les ayant réalisés la veille. Mon intérêt a donc démarré au niveau du bassin Jacob. L’avantage en cette période sèche est de pouvoir cheminer assez facilement dans le lit de la rivière sans se mouiller les chaussures en crapahutant de roche en roche et de progresser en toute sécurité. Il faut rappeler que la rivière Ste-Suzanne peut être dangereuse en période des pluies. L’inconvénient est d’avoir forcément des cascades moins tumultueuses et des bassins moins conséquents. Mais les cascades sont toutes en eau à partir de bassin Pilon. Ce qui ne fut pas le cas avec ses cascades aval, tels que Carosse ou Grande cascade avec à peine un filet d’eau. Les contournements des cascades Jacob et de la cascade de la photo 12 se font aisément en remontant le rempart en rive droite. Pour le second contournement, j’ai l’impression d’avoir commencé à bifurquer un peu avant le sommet, ce qui m’a fait perdre la trace et progresser en dessous d’une corniche. Il suffit à cet instant de se fier à son instinct et d’être très vigilant, la végétation est suffisamment dense pour bien s’accrocher lors de la redescente. Ce qui m’a bien fait transpiré avec mon sac de 15 kg dans lequel mon fidèle compagnon à quatre pattes profitait du paysage ! Pour nos amis des bêtes, sachez qu’il est impossible d’emmener son chien, compte tenu des passages d’échelles mais surtout des contournements hors piste dans les remparts, à moins d’avoir un petit chien comme le mien et de le mettre dans dans un sac à dos adapté. Lors de ce contournement hasardeux, j’ai découvert une drôle forme de rocher (naturelle ?) ressemblant à un crâne ! Belle initiative également aux créateurs de la fiche d’avoir proposé l’excursion jusqu’aux sources ferrugineuses. Je confirme le goût de fer ! La rando se termine avec une belle surprise, qui se mérite, avant de reprendre la route.

Petite ballade matinale. Le niveau de l'eau est très bas. On peut voir que le niveau du bassin Carosse a baissé de 2 m par rapport aux traces visibles tout autour. Un pêcheur habitué des lieux estimait cette baisse en à peine 1 mois et demi. Quand on est au bassin ravine Creuse, il n'est pas nécessaire de reprendre le chemin en sens inverse pour visiter les autres bassins en amont. Il suffit de rescendre un peu et prendre un sentier en rive droite pour contourner la petite chute. La remontée vers bassin Pilon nécessite un passage d'échelle assez raid. Je confirme que les gros chiens ne pourront pas passer. J'ai du porter le mien d'environ 15 kg à bout de bras, c'était pas évident. De belles marmites, parfois isolées, parfois débordantes en forme de baignoire à découvrir en cette période sèche. Pour finir la rando, au lieu de revenir vers le parking en mode aller-retour, on peut également prendre un sentier au-dessus de Bassin Pilon, qui remonte en rive gauche et qui bifurque en milieu de rempart vers la gauche. Il mène au-dessus du rempart tout en le longeant vers l'amont en suivant les points oranges. Mais les traces se perdent ensuite vers des propriétés privées. Après quelques tâtonnements et après avoir essayé toutes les issues on débouche enfin sur une piste qui ramène sur le chemin béton 1 ou 2 km au-dessus du parking initial.

J'ai fais cette randonnée il y a bien une vingtaine d'années avec une amie et elle était déjà très dangereuse (la rando pas l'amie...!). C'est vraiment dommage que ce sentier se perde ainsi sans entretien. Sa dangerosité nécessiterait toutefois de gros travaux afin de le sécuriser pour le grand public, comme pour le sentier Augustave. On m'a raconté que Paul Vergès lors de sa cavale s'était caché sur l'îlet Marron, ce qui donne encore plus de saveur à l'histoire de ce site...

Boucle effectuée ce jour depuis Terrain Elisa - La Révolution. J'étais un peu pessimiste sur sa faisabilité suite aux commentaires précédents mais toutes les conditions nécessaires étaient réunies pour tenter l'expédition : un beau temps, le GPS et sa trace, un bon coupe coupe, une batterie de rechange et le museau de mon fidèle compagnon qui m'a beaucoup aidé dans certaines situations. Fort de ma première balade de la semaine dernière vers le pont Decotte en passant par le piton Charpentier, la montée jusqu'au kiosque m'a paru plus facile. La montée vers la ligne domaniale m'a par contre paru plus fastidieuse où on avance tout doucement. Mais de belles mousses effectivement et de belles orchidées sauvages. Depuis la fin des champs de canne jusqu'à la ligne domaniale, compter 3h30 avec une heure de plus si on a fait tout le chemin béton à pied. Vu le temps parcouru et la difficulté pour atteindre ce point, ma première intention était de revenir sur mes pas. Mais après un petit casse-croûte revitalisant et la curiosité de voir plus loin, je me suis mis en quête de rallier la piste forestière. A première vue, le sentier vers la droite semble bouché mais en fait envahi de longoses. Pendant les 2 heures suivantes, j'ai gardé le coupe coupe à la main pour éclaircir le sentier qui finalement est moins difficile que je l'imaginais qui suit plus ou moins une même courbe de niveau, hormis le franchissement des ravines. On devine facilement la longue trouée qui délimite les deux parties de forêt qui sert de limite domaniale, il suffit d'être instinctif, d'être vigilant et d'être patient. Sur la première partie, on chemine souvent sur un enchevêtrement de troncs qui ont été coupés et laissés sur place, décomposés pour certains, recouverts de mousse pour d'autres, ce qui en fait de véritables chausse-trappes ! Attention donc aux chevilles. On traverse quelques ravines, dont celle de Ste-Marie et deux autres jusqu'à la piste forestière. Pour les deux premières, il faut les remonter sur une trentaine ou une quarantaine de mètres pour retrouver le sentier qui monte sur la droite. Quand on commence à observer les premiers eucalyptus ou de vieux camphriers (?) on est déjà dans la forêt de Beaumont. Quand on sort de la forêt, tout égratigné, pour arriver à la table de pique-nique, on est content de sortir de cet enfer vert. Une belle traversée mais très éprouvante, réservée aux plus aguerris avec un coupe coupe obligatoire !

Bonjour, j'ai effectué ce tracé dimanche dernier (15 août) mais uniquement en aller simple, en partant depuis le lieu-dit La Révolution, en remontant tout le chemin béton depuis Terrain Elisa. Le retour effectué depuis le pont Decotte par la route des Hauts jusqu'à Bagatelle et ensuite à travers les chemins de cannes pour retrouver mon point de départ pour une grande boucle de 5 heures. En mode course sur le retour bitumé pour dérouler un peu les jambes après une partie rando très galère où il a fallut tâtonner constamment à partir du ciret jaune. On peut voir encore de vieux ecriteaux de l'ONF pour indiquer les bois de couleur, bois de rempart, grand natte, petit natte...cela permet de se rassurer qu'on est sur le bon itinéraire. Mais dès le début du sentier, je l'ai trouvé très encombré. Il est vrai que je suis plutôt habitué des sentiers balisés et nettoyés et cela peut perturber de devoir deviner constamment son chemin. Heureusement que les explications de la fiche sont très claires et la trace avec le GPS permet de se resituer mais attention le réseau n'est pas accessible partout notamment dans les fonds de ravine. Un petit avertissement si je peux me permettre, même si la fiche ne comporte pas d'erreur, s'agissant des indications à prendre à chaque intersection. Lorsque l'on est dans le sens de la marche, il est indiqué de prendre à droite ou à gauche. Sauf quand on est dans une ravine, la fiche précise rive gauche ou rive droite donc l'orientation se fait dans le sens contraire quand on remonte la ravine... J'ai failli me faire avoir dans le fond de la ravine Charpentier où j'ai mis plus d'un quart d'heure pour retrouver le sentier qui remontait en rive droite qui se trouvait à gauche en remontant la ravine pendant que je cherchais bêtement à droite... A force d'être trop concentré dans cette forêt inextricable pour trouver son chemin, on en perd le nord ! Donc attention ou préciser dans la fiche que le sentier se trouve à gauche en montant. Bref, j'ai pu accéder sans problème de trace jusqu'à la croix mais ayant peur de me perdre au retour (car mon projet de départ était un aller retour), je cassais systématiquement des feuilles de longose pour repérer mon passage au retour tellement il était peu repérable. Il faut également se contorsionner souvent pour avancer, ce qui fait baisser considérablement l'allure. C'est arrivé à la croix que j'ai préféré poursuivre vers la rivière Ste-Suzanne que de m'engouffrer à nouveau dans ce labyrinthe pour le retour. La descente demande toujours une certaine vigilance jusqu'au bord du rempart de la rivière ste-Suzanne qu'il faut longer sur la gauche sans problème. La seule difficulté est lorsque l'on arrive au niveau des champs abandonnés où le passage est obstrué et le sentier inexistant avec des cannes fourragères de partout. Difficile de s'y retrouver, après quelques tâtonnements et un détour j'ai fini par retrouver le tracé qui descend vers les tuyaux, ouf ! Mon chien de compagnie habitué aux randonnées sportives avait également un peu de mal à s'y retrouver ! Au final, 4 heures jusqu'au pont (dont 1 heure de chemin béton) et 1 heure pour redescendre jusqu'à La Révolution. Préférer un temps ensoleillé car on est souvent dans le sous-bois avec peu de lumière et je déconseille cette sortie en famille.

Aucune annonce publiée
Aucune participation
Aucune randonnée en favoris
Date complétée Nom de la randonnée Difficulté Dur. Dst. Profil
Inconnue
Difficile
6h30 19.7 km
Inconnue
Difficile
7h30 20 km
Inconnue
Moyen
6h 11.7 km
21/11/2021
Moyen
2h 3.9 km
14/11/2021
Très difficile
6h 7.8 km
13/11/2021
Moyen
2h 3.9 km
22/08/2021
Difficile
8h30 18.9 km
15/08/2021
Moyen
4h 8.9 km
15/08/2021
Difficile
8h30 12.2 km