Le tour de la forêt de Sainte-Marie, de Montée Sano à la Maison Martin

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 8h30
Distance 18.9 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1268 - 411 m
Dénivelé positif 950 m
Dernière mise à jour 12/04/2020

Marc, la plus sérieuse personne que je connaisse à la Réunion, m'a adressé la trace de cette boucle que nous avons choisi, hélas, d'effectuer un jour de pluie, d'où la qualité médiocre des images. Plusieurs fois nous nous sommes demandés si c'était pour nous tester tellement peu de monde semble passer en ces lieux. Nous nous en sommes sortis et avons même beaucoup apprécié cette boucle qui comporte tout de même une longue partie sur bitume.

Lors de la montée au Piton Charpentier , on croise plusieurs sentiers qui donnent envie de revenir. La boucle présentée ici emprunte une courte portion du circuit vers la croix métallique et se poursuit vers les Hauts de la Forêt Domaniale de Sainte-Marie pour en atteindre la limite marquée en vert clair sur la carte IGN. De l'autre côté de la large ligne domaniale commence la Plaine des Fougères, totalement inextricable. Cette longue ligne ne remplit plus depuis longtemps sont rôle de coupe-feu. Le sentier qui la longe se devine plus souvent qu'il ne se voit mais les murailles de bois de couleurs de chaque côté enlèvent toute hésitation quant à la direction à suivre. On passe près de magnifiques eucalyptus plantés là depuis plusieurs décennies. Par temps sec, ce doit être un pur bonheur de remonter la Rivière Sainte-Suzanne jusqu'à la première cascade. Par temps de pluie, il faut se contenter de la petite trouvée à 20 mètres en aval du sentier. Bien que couvert de végétation, il reste toujours visible et les hésitations sont rarissimes. Aucun panorama durant de longues heures mais une dizaines d'espèces d'orchidées, des mousses, lichens, champignons passionneront les amateurs. Certaines ravines au fond plat peuvent aisément se remonter pour d'autres recherches de beautés de la nature mais, le plus souvent, elles sont enfouies dans la végétation dense. La longue descente sur routes goudronnées ou bétonnées incitera les sportifs à chercher des alternatives pour se rendre au Piton de la Plaine des Fougères ou à l'Espérance les Hauts . Les autres auront vite fait de repérer l'arrêt de bus à la fin de la piste caillouteuse proche de l'aire de pique nique de la Maison Martin.

La randonnée débute au village reculé de la Monté Sano et emprunte le circuit des bassins de la Rivière Sainte-Marie. Le sentier, large jusqu'au château d'eau se rétrécit avant d'arriver à une passerelle sur le Bras Bernica. Elle est étroite et rouillée mais évite de marcher sur les roches glissantes en-dessous. Pourtant, la passerelle n'est pas obligatoire puisqu'un sentier part sur la gauche et franchit un gué avant de poursuivre vers le point de vue sur le Bassin Bleu par un trajet ombragé dans les goyaviers (Photo 1). Ne pas oublier de tourner à gauche immédiatement si on emprunte l'ouvrage rouillé pour retrouver le circuit officiel. Le point de vue sur le bassin Bleu permet de distinguer la cascade et une partie du bassin. Un sentier étroit descend sur la gauche en direction de ce bassin qu'on distingue à peine. La randonnée est longue et difficile ; autant garder les jambes pour les futures montées des 5 prochaines heures. De plus, il vaut mieux y aller quand la cascade est en eau. Poursuivre vers l'amont. Un léger détour vers le bassin en amont permet d'emprunter une longe passerelle symboliquement fermée d'une minuscule chaîne. Muni d'une lampe on peut emprunter le tunnel et bénéficier ainsi de superbes vues sur le bassin et la chute (Photo 2) avant de grimper la courte mais forte pente menant au captage (cordes). Le bassin est bien alimenté même si une grande partie de l'eau est récupérée plus haut (Photo 3). Repartir vers l'aval en direction du Bassin Bleu en employant le même trajet (Photo 4) et obliquer à droite. La descente vers la Rivière Sainte-Marie est un peu acrobatique mais sans. Attention cependant aux roches humides et glissantes du gué. La rive droite est assez pentue et le sentier qui l'escalade est raide (Photo 5). On se retrouve à un endroit connu des visiteurs du Piton Charpentier pour emprunter vers la droite le sentier large et encore bien marqué malgré son délaissement par la municipalité. La grimpette est régulière parmi les bois Noël et bois de couleurs (Photo 6). On croise de magnifiques spécimens de bois maigres ou bois de rempart. Très vite, un croisement discret attire l'attention sur la gauche en direction du Piton Charpentier (voir § ci-dessous) ; le laisser et poursuivre. Les goyaviers sont de plus en plus nombreux jusqu'à devenir par endroits les seuls arbres rencontrés, de quoi s'inquiéter sur l'avenir des forêts réunionnaises. Des pancartes usées par les intempéries donnent le nom de quelques plantes rencontrées, montrant qu'un sentier botanique existait ici au siècle dernier. L'arrivée au kiosque s'effectue sans effort (Photo 7). Si l'on en juge par la quantité d'ordures qui traînent près de l'ouvrage peu esthétique, on en déduit qu'il existe encore des sagouins qui aiment la marche (puisqu'un randonneur est toujours respectueux de la nature qui l'entoure !!). Ne pas manquer le sentier qui part sur la gauche juste avant d'arriver au kiosque. Il est étroit, envahi mais toujours visible (Photo 8). Il traverse des zones variées où poussent des bambous, d'autres recouvertes de calumets, d'autres où il est difficile de distinguer les troncs recouverts de longues mousses (Photo 9). Même lorsqu'il fait beau, l'humidité est toujours là et favorise le développement de belles orchidées un peu partout (Photo 10). Et bien sûr, des goyaviers partout (Photo 11). Il franchit également des ravines qui créent des dents de scie (Photo 14). Les trouées dans la végétation sont rares mais permettent de voir surtout de la forêt (Photo 15). Jusqu'au premier croisement vers la droite, c'est un festival de mousses de toute beauté (Photo 16) ou de jungle (Photo 17) sur un sentier toujours facile à suivre même si on peut parfois avoir quelques hésitations (Photo 18). La fin de la montée s'effectue dans les longoses qui deviendront de plus en plus nombreuses jusqu'à la fin de la boucle. Par beau temps, ne pas hésiter à prendre la trace à gauche, passer la petite ravine et prendre le sentier qui lui est parallèle afin de descendre vers la Rivière Sainte-Suzanne (celui partant tout droit n'a été reconnu que sur quelques dizaines de mètres mais pourra amuser les aventuriers munis de leur GPS). Après une forte descente, on arrive sur le fond rocheux de la rivière (Photo 19). Par temps sec on trouve une cascade 400 mètres en amont. Par temps pluvieux, il faut se contenter de celle qu'on rejoint facilement 20 mètres en aval du sentier (Photo 20). Au croisement laissé il y a moins d'une heure, repérer la large bande de végétation plus basse que la moyenne (Photo 21). Il s'agit d'une longue bande défrichée mais laissée à l'abandon. Les quelques marcheurs ou braconniers entretiennent malgré eux un étroit sentier en son milieu (Photo 22). Il est facile à suivre dans les brandes ou sur les troncs qui gisent en travers (Photo 23). Sur le côté de cette "piste", on rencontre les plus belles mousses de la journée (Photo 24). En revanche, un peu plus loin, il faut sortir le coupe-coupe du sac pour étêter les longoses qui barrent le passage. Elles sont parfois très hautes (Photo 26) mais garder en tête qu'il faut sans cesse suivre cette bande. Ne pas prendre le sentier partant sur la droite après les premiers eucalyptus même si il est tentant et profiter au maximum de ces ancêtres à l'écorce spongieuse de 25 cm d'épaisseur. On arrive assez facilement à la ravine Mère Canal qu'on traverse près d'une belle grotte avant de rejoindre la route du Piton de la Plaine Fougères (Photo 27) près du barbecue et d'une aire de pique-nique sous les grands eucalyptus. Après une halte bien méritée sur cette table salutaire, longer la piste caillouteuse (Route des Fleurs) qui descend doucement vers la Maison Martin. Aux premières maisons, deux choix sont possibles : attendre le bus qui passe toutes les deux ou trois heures mais il faut de la chance pour tomber dans le bon créneau ou suivre la route bétonnée ou goudronnée en lacets avec des pentes fortes qui attirent vers la bas et imposent de marcher le corps en arrière. Dans la descente, marcher jusqu'à l'école et emprunter à droite le Chemin Conteur jusqu'à une série de hideuses boîtes aux lettres et prendre à cet endroit le Chemin Robert. Il y a peu d'autres alternatives pour rejoindre sans trop de rallonges la route de la Montée Sano, fin de la boucle.

Balises

Rares rubalises

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.

Itinéraire

Rejoindre Sainte-Marie, entre Sainte-Suzanne et Saint-Denis et sortir à la bretelle du Verger - Prendre la direction de la Ressource puis de Montée Sano, départ de la boucle - Partir près d'un discret oratoire sur le large sentier du Bassin Bleu - Poursuivre en direction du Captage et bifurquer à gauche avant la passerelle en aluminium (On peut profiter de l'occasion pour se rendre au bassin de la Photo 2) - Franchir la Rivière Sainte-Marie et remonter en rive droite et retrouver le sentier venant de Terrain Elisa - L'emprunter vers la droite et remonter sans prendre les bifurcation - Passer le croisement du Piton Charpentier puis le kiosque avant d'arriver à la ligne domaniale envahie de végétation - Effectuer ou non la descente vers la gauche vers la Rivière Sainte-Suzanne - Remonter par le même sentier jusqu'au croisement précédent et poursuivre sur le coupe feu en cherchant le sentier - Continuer cette partie très "végétalisée" jusqu'aux premiers eucalyptus - Les longer jusqu'à la route forestière montant vers le Piton de la Plaine Fougères - Prendre à droite à l'aire de pique-nique et descendre constamment vers Beaumont les Hauts - A l'école de Beaumont, laisser la route et tourner à droite vers Montée Sano et retrouver le véhicule.

La bifurcation vers le Piton Charpentier

A l'altitude de 810 mètres, on rencontre un sentier partant discrètement vers la gauche alors que le sentier suivi est très bien marqué. La boîte de jus de fruits actuellement en place ne restera pas des années. En revanche, les deux arbres situés à la jonction et semblant de rencontrer à 6 mètres de hauteur vont poursuivre leur poussée vers le haut et garder leur position penchée. Au croisement, si hésitation, repérer ces deux arbres. Si on va au piton, on tourne à gauche sinon on poursuit tout droit en direction du kiosque (Photo 5)


Commentaire sur cette randonnée (1)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Ousarsiph2, 11/05/2020 16:40
Randonnée complétée le 25/04/2020 en 7h30

Boucle faite par un beau soleil en suivant respectueusement la trace grâce à l'application. Pas de difficulté jusqu'au kiosque. Ensuite le sentier est bien présent mais plus étroit. Pas eu besoin toutefois de sortir le sabre. Je confirme le commentaire : on se demande par moment ce qu'on fait là tellement la sensation d'isolement est forte et l'on sent le sentier capable de disparaître à tout moment, ce qui n'est heureusement pas le cas. Peut on poursuivre sur la ligne domaniale au delà de la rivière Ste Suzanne ? La question méritera d'être creusée.
Enfin on peut raccourcir un peu la boucle en fin de descente en rejoignant Monte Sano sans descendre trop bas (et sans avoir à remonter à la voiture) , en poursuivant le chemin Conteur puis en descendant en rive droite de la ravine Coco (voir photo)

Randonnée ajoutée le : 31/03/2016