De Bois Blanc au Piton Nelson par la RF18 et la Ravine de Bois Blanc

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 4h30
Distance 10.4 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 620 - 75 m
Dénivelé positif 600 m
Dernière mise à jour 10/05/2018

Dix cassés et un grand éboulis

Remonter des ravines de la Réunion peut s'apparenter parfois à de l'aventure en raison de l'étroitesse du lit, de la végétation qui envahit les berges, des mousses qui en tapissent le fond ou des cascades infranchissables qui barrent rapidement la route. La Ravine de Bois Blanc, coulant sur d'épaisses couches de basalte très dur, n'a pas subi les assauts des crues comme d'autres ravines. La dureté du sol impose à l'eau de passer au plus large et a ainsi créé une vallée propre d'une vingtaine de mètres de large sur laquelle on a du plaisir de marcher. On retrouve évidemment les galets ou rochers habituels charriés par les crues ou les fractures du sol dues aux cascades et effondrements. Tous ces cassés se passent sans grand danger en cherchant sur les abords de la ravine le passage les plus facile ou le moins dangereux tout en gardant à l'esprit que la remontée d'une ravine doit toujours rester de la randonnée. Après deux km de grimpettes successives, un cassé plus haut et plus imposant que les autres impose un demi-tour mais sans regret car ces 2000 mètres proposent tous les types de paysages sauvages qu'on est venu y chercher. La balade ne demande pas un entraînement particulier avec seulement 600 mètres de montées cumulées. Il faut en revanche prendre garde aux chutes plus faciles qu'ailleurs surtout si les plaques de basalte sont humides. Il est donc fortement conseillé de n'entreprendre de telles sorties qu'avec la certitude d'une météo clémente et sèche.

La randonnée débute dans le village de Bois Blanc qui dispose de très peu de places de stationnement. Une aire de repos avec un kiosque et une table est située en rive gauche de la Ravine de Bois Blanc près du pont. Laisser le véhicule sur le terrain herbeux et marcher en direction de la Route Forestière qui pénètre dans l'espace naturel sensible de Bois Blanc. Cette route étroite, déjà utilisée pour le tour de la Forêt de Bois Blanc ou le tour du Piton Indivis est toujours aussi agréable (Photo 1). Sans chercher, on peut pourtant l'éviter en utilisant les nombreux raccourcis qui coupent les lacets en passant au plus près des grands nattes (Photo 2) ou autres bois de couleurs plantés dans l'aire. Plus haut, la piste devient herbeuse et ombragée (Photo 3). Repérer au passage le sentier d'interprétation qu'on utilisera au retour puis poursuivre jusqu'à un croisement de pistes. Celle de droite, moins bien entretenue (Photo 4) s'enfonce dans la végétation touffue et effectue une boucle agréable qui se poursuit par un sentier large et en bon état (Photo 5), traverse des zones recouvertes de fougères et d'orchidées bambou (Photo 6) avant de rejoindre la piste laissée récemment par un étroit sentier. Bifurquer à droite à la petite clairière et poursuivre sur la RF 18 de Bois Blanc qui est régulièrement coupée à chaque passage de ravine par des fossés bétonnés recouverts de grosses grilles rouillées. On passe ainsi la Ravine Ferdinand puis une demi-douzaine d'autres ravines plus ou moins importantes avant d'arriver au gué de la Ravine de Bois Blanc. La piste se poursuit en direction de la Ravine de la Mare. Prendre à droite et débuter la remontée de la ravine au fond recouvert de larges plaques basaltiques grises (Photo 7). Contrairement à d'autres ravines, le manque de végétation lui a conservé sont aspect gris alors que les autres, moussues, sont souvent vertes et glissantes. La marche est facile car on peut très souvent éviter le fond et ses galets. Les cassés, dont certains très profonds, se succèdent à un rythme régulier. Chaque fois, un accès facile, une rampe ou des roches sur les côtés permettent de franchir l'obstacle sans danger. Un seul cassé, presque le plus petit d'entre eux, est délicat à escalader (voir § ci-dessous) et nécessite de passer dans les sous-bois de la rive gauche. On contourne ainsi tranquillement le Piton Nelson en prenant toujours à gauche à chaque confluent. Un gros éboulis nettement visible sur les photos satellites (Photo 15) montre l'impressionnante épaisseur de scories séculaires qui sont parties avec la végétation qui les recouvraient. L'éboulis a laissé de beaux vestiges gris et colorés de tons chauds, ocres ou jaunes (Photo 16). La montée se poursuit, toujours entrecoupée de cassés jusqu'à arriver à un plus vertical que les autres (Photo 19) où, même en cherchant bien, aucune marche, aucune aspérité ou aucun moyen ne permet de passer sans lancer une corde. Il est donc temps de faire demi-tour pour les uns ou de poursuivre pour certains autres qui aiment un peu fouiner et n'abandonnent pas au premier obstacle. Pour cela, longer cette falaise verticale en prenant le fond des confluents de plusieurs ravines qui se réunissent dans ce canyon. La vallée devient plus étroite jusqu'à une haute cascade en pente oblique assez facile à monter mais plus délicate à redescendre. Au-dessus, la ravine se rétrécit encore, devient moussue, s'envahit de sabres et fougères (Photo 20). Entreprendre la descente jusqu'à la Piste Forestière 18. En fonction de la fatigue il est possible de prendre à droite vers la Ravine de la Mare ou du Piton Indivis ou, comme ici, à gauche sur l'itinéraire emprunté en montée. Après avoir passé les grilles métalliques, traversé un véritable tunnel de jamrosats et descendu un peu la piste herbeuse, emprunter sur la droite le sentier d'interprétation qui longe une murette (Photo 24) en proposant des pancartes botaniques vieillissantes. Poursuivre sur le sentier de découverte de la coulée de 1977, traverser la Ravine Constantin puis la Ravine de Bois Blanc laissée plus haut. Après la ravine, on se retrouve très vite dans les cultures et vergers longeant la piste de l'Indivis (Photo 25) qui se termine à la route. Prendre à gauche vers la pont et la fin de la boucle. Juste avant d'arriver, une pancarte portant le nom de Sentier Macoral attire le regard (Photo 26). Il n'en faut pas plus à un randonneur pour aller y voir de plus près. Cet étroit passage, testé pour l'occasion, longe les cases où on est accueilli par de nombreux chiens bruyants. A la fin, il plonge discrètement vers la ravine de Bois Blanc mais il est difficile de trouver une échappatoire de l'autre côté. Profiter de cet écart pour monter au barrage détruit en amont avant de retrouver le parking de l'aire de repos en remontant en aval à quelques mètres du pont.

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.

Itinéraire

Se rendre à Sainte-Rose ou Saint-Philippe et gagner le village de Bois Blanc - Se garer à une petite aire de repos près du pont sur la Ravine de Bois Blanc - Marcher vers Sainte-Rose et bifurquer sur la route forestière à circulation réglementée de Bois Blanc - Remonter toute cette route et ses rassourcis et poursuivre par les piste qui la prolongent - Effectuer une boucle par la droite sur une ancienne piste avant de traverser la Ravine Ferdinand - Poursuivre sur la piste jusqu'à la Ravine de Bois Blanc - Emprunter le fond basaltique de la ravine et monter sur 2 kilomètres jusqu'à un cassé qui empêche de poursuivre sans matériel - Faire demi-tour par le même itinéraire jusqu'à la piste de Bois Blanc et en direction de la route bétonnée employée dans la montée - Tourner à droite sur le Sentier d'interprétation de Bois Blanc et poursuivre sur celui de la coulée de 1977 - Traverser la ravine Ferdinand puis celle de Bois Blanc et retrouver le Chemin Indivis dans les cultures - Prendre à gauche et rejoindre la RN2 puis le parking.

Le seul cassé difficile à négocier

Un cassé de la montée qui ne paye pas de mine est pourtant plus délicat à franchir que les autres de la sortie. La hauteur est faible mais la chute de moins de deux mètres est constituée de basalte lisse qui laisse peu de prise aux mains et aux semelles. Repérer sur la droite en montant un tronc de bois maigre apporté par les eaux (attention, il disparaîtra au prochain cyclone). Se rapprocher de ce tronc puis de la falaise derrière lui et repérer une racine qui dépasse. Elle servira à mettre les mains et ainsi poursuivre vers l'amont par un passage un peu vertigineux, étroit et très vertical mais peu dangereux si on prend bien soin de maintenir fermement le tronc. Ne pas chercher à monter ailleurs car la falaise est verticale et assez longue. On marche moins de 10 mètres sous les arbres assez espacés pour ne pas gêner.

Trois minutes de film

En quelques images on remarque que la remontée est aisée, que les passages de cassés se font par le côté et que rien ne semble insurmontable.


Commentaires sur cette randonnée (4)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Christian Léautier, 10/05/2018 16:07
Randonnée complétée le 09/05/2018 en 5h00

Nouvel échec-mon commentaire du 10/01/17- pour rejoindre le piton Nelson car dès le départ, ravine de Bois Blanc en crue ! On tente malgré tout de jeter un coup d'oeil à partir du sentier Macoral; on reste en rive dr et on monte tranquille à travers des champs de vanille par un petit sentier ; puis on se risque sur les bords de la ravine car plus on monte moins il y a d'eau d'eau! on se dit que le fort débit doit être souterrain puis on arrive alors sur la piste décrite par randopitons à l'endroit où elle coupe la ravine de Bois Blanc pour grimper vers le piton Nelson. On s'arrête là vu l'heure, ravis d'avoir parcouru toute la partie aval de cette ravine avec plusieurs cassés, bassins grandioses. On rejoint Bois Blanc pour découvrir que au même endroit où 5 heures avant ,la ravine était en crue, elle ne coule plus!! Ahurissant! Preuve époustouflante des dangers d'une ravine en crue car imaginons le contraire: on parcourt la ravine sèche et le torrent d'eau et de boue vous surprend!!!! Belle leçon à retenir par coeur......

JPG, 30/08/2017 23:20

Sage décision. Je précise souvent qu'on repère toujours le niveau de l'eau avant de se lancer dans des fonds de ravines.

Alizon, 30/08/2017 14:08
Randonnée complétée le 29/08/2017

Rando essayée hier (29 Aout 2017), mais nous avons dû rebrousser chemin assez vite, au premier cassé en fait (photo 8), car ce n'était pas du tout comme sur la photo. Il y avait de l'eau boueuse au niveau de la rivière (par rapport à la photo, on ne voyait ni le sable, ni les cailloux sur la droite), mais surtout tout était humide et très très très glissant ! Nous avons l'esprit aventurier et casse-cou, mais là cela nous a semblé vraiment trop dangereux...

Christian Léautier, 10/01/2017 13:57
Randonnée complétée le 09/05/2018 en 5h00

09/01/2017 Hélas, 3 fois hélas le 6è cassé a été fatal (le seul difficile à négocier):en le contournant comme sur la photo du site, la racine a cédé: il sera non pas utile mais nécessaire d'avoir une corde (2m suffisent) pour aller plus loin!! Un détail la " boucle piste) s'emprunte juste avant le passage très sombre sous les jamrosats car si l'on fait la boucle à partir de la clairière juste après les jamrosats on la fait dans l'autre sens mais ce n'est vraiment qu'un détail. Pour le reste ma-gni-fi-que !...même si je ne suis donc pas parvenu jusqu'au bout sans voir l'éboulis et la belle ravine moussue à la fin de la montée.

Randonnée ajoutée le : 29/12/2016