Le Canal Lemarchand et la Ravine la Plaine entre deux cassés

Difficulté
Moyen
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 1h30
Distance 2.4 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 135 - 65 m
Dénivelé positif 120 m
Dernière mise à jour 01/07/2018

Une belle passerelle à voir avant le prochain cyclone

La région de Saint-Paul (et des villages avoisinants), aride et surchauffée, n'aurait pas si bien survécu si des canalisations et canaux n'avaient pas été construits au XIXème siècle afin de transporter l'eau et d'irriguer les cultures. On trouve le long de la Rivière des Galets quelques vestiges abandonnés. La Ravine la Plaine a également été utilisée pour le transport de cette eau même si elle est la plupart du temps à sec. On connait les dégâts que provoquent les éboulis sur de tels ouvrages. Celui-ci n'a pas échappé à la règle et les vestiges qu'on peut visiter sont de plus en plus courts. La passerelle qui devait être un très bel ouvrage à l'époque se désagrège de plus en plus. Un classement permettrait certainement d'obtenir des crédits de restauration mais sans association pour sa défense, nous nous contenterons bientôt de regarder les photos prises avant sa destruction par une crue plus violente que les autres. Malgré la chaleur, le sentier étroit, les ordures jetées là par des voisins indélicats, c'est pourtant le moment d'aller lui rendre une première visite avant que la seconde ne devienne impossible. Le trajet est court, un peu périlleux dans la descente à la ravine mais le déplacement est agréable dans le lit de la rivière, jonché par endroits de nids de tisserins.

La randonnée débute au plus près de la ruine (Photo 1). Le trajet passe sur les tuyaux et descend de quelques mètres avant de longer à plat les restes d'un canal, le plus souvent bouché de végétation morte mais aussi des inévitables ordures Photo 3. La petite route utilisée pour descendre est toute proche du rempart et la tentation est grande de se débarrasser de tout ce qui traine dans la cour. Encore quelques siècles d'éducation et cela devrait diminuer un peu mais nous ne serons plus là pour le vérifier. Le sentier est étroit, bordé d'épineux et de chocas rabougris (Photo 4). Plus loin, on aperçoit des restes du canal qui transportait l'eau avant l'utilisation des canalisations métalliques. Le sentier plonge ensuite vers la ravine. Le sol est sableux et pierreux et il faut prendre garde de bien marcher lentement et repérer les branches salutaires en cas de glissade. On parvient rapidement à la Ravine la Plaine en amont d'un grand cassé surplombant un bassin à sec. Prendre à droite et remonter la rivière en sautant de rochers en plaques basaltiques sans grande difficulté. Quelques bassins gardent encore l'eau des dernières pluies (Photo 8), assez rares dans cette région. On aperçoit une passerelle qui supporte un tuyau (Photo 7). S'en approcher est tout aussi facile. L'ouvrage qui a déjà subi les assauts des cyclones voit ses piliers se désagréger petit à petit. Ne pas hésiter à remonter la rivière dont le fond, assez propre, permet de marcher sans effort. Quelques bassins alimentés par des cascades ralentissent un peu mais se passent à condition de choisir la bonne rive (Voir § ci-dessous). Le troisième d'entre eux, plus haut que les autres (Photo 17), impose un demi-tour. Les flancs du rempart sont recouverts de toutes parts par des kilomètres de liane papillon (Photo 14) qui est devenue la peste végétale la plus répandue de cette région. On se retrouve très vite à passer sous la passerelle. Arrivé au sentier qui remonte, oser le franchissement du bassin profond. On franchit l'obstacle aisément en longeant les rochers en rive droite. On aperçoit, depuis le bas, un gros tuyau rouillé qui traverse la rivière (Photo 18). En s'approchant, on remarque qu'il vient directement de la station de pompage du départ. En aval, un très haut cassé, envahi de lianes oblige également à rebrousser chemin (Photo 19). Remonter le sentier abrupt et rejoindre le point de départ après un petit coup d'œil au canal (Photo 21). De l'autre côté de la ruelle, un sentier attire le regard. Il longe la canalisation et se dirige vers le lycée de la Plaine (Photo 23). Le sentier se poursuit le long de l'établissement mais les milliers de bouteilles et papiers de sandwiches jetés là par les élèves dégoûte de poursuivre. Il faudrait qu'un responsable fasse le tour de l'établissement au moins une fois pas an pour se rendre compte qu'on peut aisément supprimer les cours de SVT traitant de l'écologie et de l'avenir de la planète car, à l'évidence, ils ne servent à rien. Il suffit donc de bifurquer à droite et rejoindre la véhicule par une piste longeant le tuyau.

Balises

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

Se rendre à Saint-Paul et depuis la voie rapide, prendre la sortie Savannah - Rouler en direction de la Plaine - Rouler sur la Rue Gabriel Martin et bifurquer à gauche à une station service pour emprunter le Chemin de la Digue - Au bout du chemin, au virage à droite de la rue, bifurquer à gauche sur une toute petite route qui descend vers une ruine - Se garer près la caricature de table de pique-nique faite d'un rouleau en bois de câble électrique.

Le passage des cassés intermédiaires

Rares sont les cassés infranchissables. Avant d'arriver à celui en amont qui peut rebuter les plus courageux ou celui en aval de la canalisation qui pourrait s'avérer fatal, il est possible de franchir ces petits obstacles sans grandes difficultés. Eviter de venir si les bassins sont remplis car les franchissements sont alors plus impressionnants. Par temps sec, il suffit de passer les rochers en rive droite ou gauche selon la disposition des lieux. Les flèches indiquent les passages les plus faciles pour ce court tronçon de rivière.


Commentaires sur cette randonnée (4)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Ousarsiph2, 20/05/2018 18:56

L'aval du cassé aval se rejoint par un sentier abrupt mais correct en repartant de la ruine de la photo 1 de la fiche randopiton : après avoir longé sur quelques metres la barriere du reservoir moderne situé en contrebas de la ruine, le sentier plonge vers la ravine. On peut alors descendre cette dernière sans difficulté (il y a même une échelle pour franchir un petit cassé -cf photo) en suivant les flèches ou marques blanches. Nous avons fait demi tour au point 14, à l'orée d'une grande plaine ou doivent paître quelques bovins. Photo 1 ci dessous : cassé aval de la fiche vu du dessous.

Fanch, 17/11/2017 17:31
Randonnée complétée le 17/11/2017 en 1h00

Etant dans le secteur, j'en ai profité pour effectuer cette courte sortie post taf. Quelques mètres après la passerelle, une enseigne informe le marcheur de ne pas aller plus loin sous peine de recevoir un éventuel outil provenant du chantier du pont un peu plus haut. On retrouve cette enseigne quelques hectomètres plus loin. Le dernier cassé doit pouvoir se franchir sans trop de matos. Le "cassé-crosser" pourra être sollicité au besoin. J'en terminerai par les déchets que font choir les voisins des lieux...lamentable...

alexRando, 01/10/2017 14:59
Randonnée complétée le 01/10/2017

Déconseillée aux enfants. Passages dangereux et glissants surtout par temps de pluie.( On a presque perdu le chien...).

Christian L, 02/12/2016 16:14

J'ai effectué ce parcours il y a quelques mois et je me suis régalé de parcourir assez aisément cette ravine en sautant comme un cabri d'un rocher à l'autre et en admirant les vestiges du canal Lemarchand: un article du JIR du 19 juillet 2015 relate l'ingéniosité des bâtisseurs du 19è s .Personnellement, je mettrai au moins 2 coeurs pour l'intérêt général et sportif...... Le mieux c'est d'y aller faire un tour !

Randonnée ajoutée le : 30/11/2016