A la recherche du Canal St-Etienne entre Saint-Pierre et Bois d'Olive

Difficulté
Très facile
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 2h
Distance 5.5 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 122 - 95 m
Dénivelé positif 30 m
Dernière mise à jour 22/12/2017

Un canal tombé dans l'oubli : Quel gâchis !

J'ai effectué la totalité du circuit à la recherche des vestiges du Canal Saint-Etienne entre Saint-Pierre et Bois d'Olive. Je déconseille ce circuit dans son exhaustivité. En revanche, on peut parcourir avec plaisir la première partie qui est une belle boucle dans les quartiers de Basse Terre et la dernière qui débute au Domaine de la Vallée malgré les immondices très disgracieux.

Cette randonnée, débutée avec enthousiasme dans les rues de Basse Terre le long du Canal Saint-Etienne a très vite perdu ses étoiles pour arriver en tête du Top5 des randonnées les plus tristes de la Réunion. Si les abords du canal ont été très bien réhabilités par l'association Hibiscus dans Basse Terre, on déchante très vite en voyant l'état du pauvre canal abandonné, recouvert de végétation, comblé de remblais sauvages mais surtout bordé ou rempli d'ordures sur la fin du trajet. La longue marche qui a été nécessaire pour dénicher les vestiges de l'ouvrage (Voir circuit en rouge de la Photo 25) est donc déconseillée, excepté pour les randonneurs ayant une âme d'archéologues. L'astuce consiste à effectuer la boucle dans Basse Terre et de reprendre le véhicule pour gagner le Domaine de la Vallée avant de débuter les deux derniers kilomètres en aller-retour (Voir les deux cercles bleus de la carte à la photo 25). Ces deux petits trajets feront ressortir le travail remarquable effectué à Saint-Pierre et permettra d'imaginer ce qu'il reste à faire si on veut un jour remettre la totalité de l'ouvrage en état. La chaleur, l'aridité du sol et la végétation de savane, les ordures, le bruit des véhicules, peut rebuter les puristes. Quelques points positifs cependant rajoutent un peu de plaisir à cette recherche de vestiges architecturaux : Circuit totalement plat, magnifiques paysages sur le Grand Bénare et les pointes du Dimitile, flamboyants fleuris à la saison ou tisserins en pleine construction de nids.

Première partie : la boucle de Basse Terre. Après avoir roulé 220 mètres depuis la route du Tampon et garé le véhicule sur le bord de la Rue Youri Gagarine, on repère très facilement le départ du chemin bétonné qui suit le canal sur une bonne longueur. Le canal à sec est aussi large que le chemin totalement plat (Photo 1). Après une minute de marche, on parvient au lavoir qui a été également rénové (Photo 2) et qui est utilisé fréquemment. Les murs de clôtures des propriétés qui longent le canal ont été tagués et seules certaines peintures sortent du lot (Photo 10), le reste n'étant que ces horribles gribouillis classiques. Le canal et le chemin suivent les méandres imposés par la ligne de courbe. On traverse une première fois la route pour retrouver l'ouvrage immédiatement. Plus loin, la piste bétonnée disparaît et se transforme en pelouse (Photo 6). On bénéficie par ci par là de belles vues sur les montagnes en direction du Cirque de Cilaos. Un passage plus étroit (Photo 7) donne à penser que la piste va prendre fin. Il n'en est rien car on retrouve immédiatement un agréable cheminement entre la verdure et les hauts murs (Photo 8). Lorsqu'on traverse à nouveau une rue (Chemin de la Salette) on voit le canal se poursuivre vers la zone commerciale et le restaurant des Trois Brasseurs mais cette dernière partie s'arrête net aux abords de la quatre voies du Tampon (Photo 9). C'est là qu'on peut apprécier la peinture de la photo 10 avant de faire demi tour. Deux solutions permettent de regagner le véhicule : en prenant le chemin inverse ou en utilisant des chemins bétonnés qui passent entre les habitations (Photo 11) et qui longent l'allée de la Cheminée vers la Rue Gagarine.

Deuxième partie : l'aller-retour depuis le Domaine de la Vallée. Rouler sur la D38 jusqu'à Bois d'Olive et tourner à gauche sur le Chemin des Badamiers puis à droite vers le Domaine de la Vallée pour se garer en début de piste et du sentier près du canal (Photo 16). Le sentier est assez propre et longe l'ouvrage dans les plantes de basse altitude souffrant de la chaleur. Le canal est envahi la plupart de temps par les épineux qui en ont pris possession. Les traces au sol montrent que l'endroit est fréquenté malgré l'impression de calme. La trace franchit le canal sur un petit pont qui devait être charmant au siècle dernier (Photo 18) puis s'approche de la Ravine des Cabris que le canal franchit par un pont spécialement construit pour lui (Photo 19). La ravine ne voit pas souvent d'eau et les cyclones doivent être salutaires pour lui redonner périodiquement des airs de rivière. Profiter des panoramas sur les montagnes (Photo 20) et poursuivre en longeant toujours le canal. Le sentier se transforme en petite route peu fréquentée. Repérer sur la droite une ancienne case utilisée par une administration et gagner le début d'un nouveau sentier totalement interdit aux écologistes ayant le cœur fragile car rien n'indique qu'ils pourront atteindre la route de Bois d'Olive sans succomber à une syncope. Les déchets sont partout et il faut même prendre garde de ne pas marcher dessus (voir § ci-dessous). Traverser ensuite le lotissement situé sur la gauche et marcher jusqu'à la pancarte de Bois d'Olive (Photo 23) d'où l'on peut repérer le canal qui se poursuit vers les falaises de pouzzolane près de la route de l'Entre Deux. Faire demi-tour jusqu'au véhicule et jeter un œil à l'ancienne usine à sucre implantée en bordure du domaine (Photo 24, Attention : propriété privée).

Suivre ce lien pour voir les images des travaux de réhabilitation et pour en savoir plus sur l'association Hibiscus qui a remis en état le canal dans les quartiers de Basse Terre.

Balises

Pas de balises

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

Se rendre à Saint-Pierre et rouler jusqu'au rond-point des Casernes - Prendre la direction du Tampon puis tourner à la première rue à gauche (Rue Youri Gagarine)- Rouler jusqu'au départ du canal qu'on distingue sur la gauche et se garer - Débuter la boucle en suivant le canal puis en revenant au véhicule par des ruelles longeant les habitations ou la route - Prendre la direction de Bois d'Olive en véhicule pour se rendre au Chemin Badamier - Suivre le chemin puis tourner à droite sur la piste qui mène à la sucrerie en ruine du Domaine de la Vallée - Prendre à pied le sentier longeant la canal puis rejoindre par la route le croisement avec la D36 - Faire demi-tour et emprunter le même itinéraire pour rejoindre le domaine et le véhicule.

Des ordures scandaleusement étalées

La zone de Bois d'Olive qui va du Domaine de la Vallée à la RD26 (Photo 23) se doit de figurer au top5 des quartiers les plus sales de la Réunion. Après plus de 500 randonnées effectuées sur l'île, jamais je n'ai rencontré de quartier plus sale que celui qui longe la fin du Canal St-Etienne. Les images parlent d'elles-mêmes et on peut se demander comment on arrive à vivre dans de tels endroits sans attraper des contracter des maladies graves, sans parler de l'aspect esthétique des lieux qui feront fuir à jamais tous les touristes qui pourraient s'y rendre par hasard. Souhaitons qu'un élu de la commune passera par là avant que toutes les habitations soient recouvertes de ces tas d'immondices totalement intolérables. A 1500 euros d'amende, on peut largement récolter de quoi remettre à neuf l'ensemble du canal depuis le Bras de la Plaine jusqu'au lavoir de Basse Terre.

Histoire du canal

Le canal Saint-Étienne a été créé en 1825 dans le but d'approvisionner en eau la commune de Saint-Pierre, dont la seule source demeurait jusqu'alors la Rivière d'Abord. Cet ouvrage d'ampleur s'étend sur 9 km jusqu'à Saint-Pierre, puis se prolonge jusqu'à Grand-Bois sur 8 autres kilomètres. Aujourd'hui laissé à l'abandon, ses ruines témoignent du passé. Fruit d'un projet de dérivation établi par Frappier de Montbenoît et Augustin Motais en 1818, ce canal de dérivation aura cependant mobilisé d'énormes moyens sur une période de plusieurs années : il ne sera définitivement terminé qu'en 1827. Dérivées de la Rivière Saint-Étienne, les eaux du canal seront utilisées par les habitants de Saint-Pierre pour les besoins domestiques, l'alimentation et le lavoir de Casabona, ainsi que par la commune pour les fontaines publiques ; elles seront particulièrement utiles aux agriculteurs pour l'irrigation des champs de canne à sucre. Enfin, le canal Saint-Étienne permettra de faire fonctionner les moulins des usines sucrières (dont l'usine de Pierrefonds) et, pendant un certain temps, de produire de l'électricité pour la commune. Source : Wikipedia


Commentaires sur cette randonnée (6)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Fanch, 22/12/2017 18:57
Randonnée complétée le 22/12/2017 en 2h00

J'ai pris la seconde partie de ce parcours en poussant un peu plus loin mais n'ai pu rejoindre l'embouchure sur le Bras de la Plaine. En effet, dans la partie la plus amont avant la croisée de la route de l'entre deux, le canal est bouché par des végétaux et des ordures. Sur le retour, je suis remonté jusqu'à la chapelle de Bois d'Olive pour redescendre la ravine des cabris. Ce trajet n'offre que peu d'intérêt. Côté badamier, j'ai suivi également le canal mais n'ai pu aller bien loin, toujours en raison des végétaux. Comme le dit Martial, je ne vois pas l'intérêt de dépenser trop d'énergie à manier le sabre. Bois d'Olive représente un des quartiers les plus désastreux que j'ai pu parcourir sur le caillou, pire que le GOL ou certains quartiers de St BENOIT ou de ST ANDRE que je ne nommerai pas par peur de représailles...

Martial, 18/02/2017 17:49
Randonnée complétée le 18/02/2017

Je ferai aujourd'hui la 2eme partie de cette boucle en recherchant les vestiges intéressant de ce canal, à savoir les 2 passerelles rouillées, représentant un passé qui disparait peu à peu. Au départ des trois brasseurs jusqu'au réservoir de Bois d(Olives avec un retour différent par les chemins de cannes pour que ça soit moins monotone; boucle de 15 kilomètres, faite en 3h10 en incluant les recherches de vestiges. Il serait possible de rester dans le canal, armé d'un sabre et de le suivre entièrement mais l'intérêt n'est pas très évident. A noter, comme il est précisé plus haut que la saleté est omniprésente partout, c'est une honte, je n'ai jamais vu autant de détritus de toute sorte sur un circuit de 15 kilomètres; ordures ménagères, carcasse de voiture, d’animaux, tout ce qui peut se jeter est ici. J'espère qu'aucun touriste n'aura l'idée de suivre cette boucle.

Martial, 23/12/2016 10:55
Randonnée complétée le 18/02/2017

Partie Basse Terre réalisée aujourd'hui mais en partant d'Auchan les casernes pour rallonger un peu cette boucle urbaine; canal st étienne très bien réhabilité sur cette partie. Sillonner à pieds le quartier de Basse Terre est agréable, très pittoresque, dommage cependant que la saleté prenne le pas partout dans les rues. Petite boucle de 5 kilomètres faites en 1h05, très facile mais chaude même à 8h du matin en cette saison.

JPG, 07/12/2016 20:39

Christian : Je confirme que cette sortie effectuée en deux petites boucles (une belle et propre, l'autre moins attrayante) est très facile. Il ne faut pas encourager les randonneurs à pénétrer dans les champs de canne privés, surtout aux abords de la Saga du Rhum à moins de longer la totalité du fond du canal, ce qui est une toute autre affaire tant qu'on n'aura pas décidé de le réhabiliter.

Christian L, 07/12/2016 17:40

07/12/2016 Poursuite vers la boucle 2 par les ch Blainville et Badamier; trouvé le passage sur le Bras de Douane de la vieille passerelle (rouillée bien sûr)-traversé au niveau de la Saga du Rhum- puis poursuivre le long des champs de canne; on ne peut pas se perdre mais perdre parfois de vue le canal!! donc se munir de la carte IGN le long des vestiges du canal et des usines sucrières.On peut toujours rêver d'une réhabilitation d'un joli canal tout propre... car pour le moment au top 3 des randos les plus sales de l'île. L'ensemble de la découverte de ce pan d'histoire mérite pourtant un détour le temps d'une matinée quand le soleil ne tape pas trop fort....Griffé,bras et jambes par une végétation souvent inextricable (il faut aimer) la recherche des vestiges ne permet pas , dans ce cas de classer cette aventure "très facile"-déjà dit pour la boucle 1-

Christian L, 05/12/2016 16:31

05/12/2016 Rando atypique semi urbaine et semi champêtre à la recherche des vestiges du canal; la boucle 1 reste plutôt intéressante ensuite la recherche dans les champs avec de la canne jusqu'aux épaules-autour du ch Frédéline- et à la Ravine Blanche où j'ai découvert la passerelle toute rouillée pour le passage du canal ((tout au bout du chemin Nelson Mandela à droite) restent très aléatoires et alléchants pour les aventuriers ,les archéologues ou les historiens curieux.....Beaucoup trop souvent de végétation inextricable ou du béton recouvrent une merveille architecturale du 19è s.J'ai presque hâte de découvrir la boucle 2.....mais bien sûr, l'approche que j'ai choisie ne permet plus de classer très facile cette petite aventure.

Randonnée ajoutée le : 01/12/2016