Remontée de la Ravine des Sept Bras en rive gauche depuis Grand Galet

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 5h30
Distance 10.7 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1250 - 554 m
Dénivelé positif 780 m
Dernière mise à jour 15/04/2018

Une chose est certaine : pas de Pokémon dans ce coin reculé

Cette difficile randonnée pour initiés ou canyoneurs a été découverte fortuitement lors de la création de la fiche sur les aires de bivouac de la Ravine des Sept Bras. Cette sortie marmaille, initialement prévue en moins de deux heures s'est terminée après 6 heures d'une interminable remontée du rempart en suivant un sentier connu des braconniers et canyoneurs afin de rejoindre par le sud les ravines des affluents de la Ravine des Sept Bras dont certaines ont déjà été présentées à partir de la face nord. Faute de temps prévu ce jour là, la remontée s'est arrêtée 30 minutes après le lieu d'un ancien bivouac (Photo 12) dans les filaos. Les amateurs de sentiers oubliés ou quelque peu difficiles ne manqueront pas de partir tôt, prévoiront assez de nourriture et de boisson afin de pousser plus avant cette découverte très originale. Les commentaires en fin de page seront les bienvenus afin d'aider les futurs volontaires. Le sentier est constamment en forte pente, demande un excellent entrainement ainsi qu'un bon sens de l'orientation. Les pentes à 80° bordant le sentier de part et d'autres quand on marche sur d'étroites arêtes fait comprendre très vite qu'il vaut mieux suivre correctement la trace pour éviter de se retrouver sur ces flancs abrupts où seuls les arbustes peuvent servir de soutien. Rares mais beaux points de vue sur les nombreuses rivières se jetant dans la Ravine des Sept Bras, dont la belle et longue cascade de la Caverne Rouge.

La randonnée débute à Grand Galet où de nombreuses places de stationnement sont possibles le long de la route. Beaucoup préfèrent se garer plus haut près de la citerne en début de sentier mais la place est vite prise d'assaut. Après avoir rejoint la citerne, le sentier traverse d'anciens champs et des bananeraies avant de franchir le fond très caillouteux de la Grande Ravine. Il se poursuit longuement en longeant un tuyau, en traversant d'autres champs plus ou moins abandonnés, continue par des passages plus ou moins pentus ou caillouteux et se termine à la passerelle de rondins qui franchit la Grande Ravine sur des petits bassins où grouillent des petites truites. Partir sur la droite et longer la rivière. Poursuivre sans s'occuper des boucles prévues en bordure de forêt et rejoindre l'aire de pique-nique située sous de grands filaos (Photo 4). C'est le premier point de repère qu'il faut atteindre. Poursuivre, toujours en rive droite, sur une vingtaine de mètres et repérer un passage agréable les pieds dans l'eau car il n'y a pas de gué à cet endroit (Photo 5). Aucun danger pour atteindre l'autre rive où l'on remarque des traces de passage. Une fois ce semblant de sentier repéré, partir sur la gauche pour remonter la rivière. Très vite, il repart sur la droite et attaque littéralement le rempart par des portions pentues sur une trace très visible et encombrée de quelques cailloux (Photo 6). Cette forte pente ne cessera que très rarement. La magnifique racine (Photo 7) sous-laquelle on chemine est le deuxième point caractéristique qu'il faut repérer dans la montée. Impossible de s'égarer puisqu'on suit une arête entre les deux vallées de plus en plus profondes au fur et à mesure de l'ascension. On pénètre enfin dans une grande forêt de filaos qui ressemblent à ceux rencontrés sur l'autre versant de la Ravine des Sept Bras pour rejoindre le Bras des Mousses. La trace reste visible 80% du temps et ne pose pas de problème particulier. La pente est toujours très forte (Photo 8) et les glissades faciles en raison de la couche importante d'aiguilles de filaos. Les 20% qui restent doivent s'effectuer sereinement à la recherche de vieilles traces de passage, de branches cassées, de plantes tranchées au coupe-coupe ou des détritus classiques rencontrés dans tous les coins de l'île (Toutefois un peu moins nombreux que sur le bord des GR). Garder à l'esprit que la première partie de l'ascension s'effectue sur la droite en frôlant le bord du rempart de la Ravine des Trois Sources (voir carte IGN) puis sur la gauche après avoir traversé le plateau couvert de filaos, framboisiers, goyaviers et bien sûr les sabres marrons (Photo 10) puis longé une zone de branles verts avec vue sur la Cascade de la Caverne Rouge (Photo 11). Après quelques nouveaux points de vue sur la vallée de la Ravine des Sept Bras à travers des trouées de la végétation (Photo 14), on parvient à un emplacement plat dont des vestiges de bâche bleue indiquent un ancien point de bivouac pour la nuit. Les sabres marrons deviennent de plus en plus nombreux sur la pente (Photo 13) qui se poursuit au-dessus de la Ravine des Sept Bras. Comme dans la montée précédente, il faut constamment rechercher les traces de passage mais un œil habitué a vite fait de trouver des repères pour se rassurer. (L'horaire imposé nous a obligés à faire demi-tour mais le reste de la montée s'effectue toujours dans les mêmes conditions). La descente est trois fois plus rapide que la montée mais deux fois plus glissante car le corps est attiré vers le bas. La trace est encore visible, les plantes foulées n'ont pas eu le temps de se relever et quelques branchettes coupées en montée confirment le bon trajet. Ne pas oublier de longer les deux faces du plateau en pente et on se retrouve naturellement sur l'arête étroite qui plonge vers la Ravine des Sept Bras qu'on entend très tôt. Une fois à la ravine, ne pas traverser immédiatement mais suivre un peu en rive gauche jusqu'à la Ravine des Trois Sources qui offre un cadre enchanteur mais sauvage parmi les mousses et les belles racines (Photo 23, 24, 25). La poursuite en rive gauche est hasardeuse à cet endroit et une traversée de la rivière s'impose à nouveau. Plus aucun problème pour retrouver le sentier marmaille, la passerelle et le sentier de Cap Blanc en direction de Grand Galet. La journée, placée sous le signe de l'aventure, mérite un complément, qu'il y ait ou non de l'eau dans la Grande Ravine. On peut, depuis la passerelle, partir en rive droite de la partie aval et rejoindre le haut de la cascade la Fouillée dont a repéré le grand bassin par le petit éboulis en bordure de sentier. Après avoir repris le chemin de retour, ne pas manquer le petit sentier qui rejoint une arche naturelle en bordure de rivière ainsi qu'un grand bassin très profond (Photo 26) ; attention à la glissade. Le clou de la descente se situe au confluent d'une petite ravine se jetant dans la Grande Ravine 50 mètres avant la Source Canal. Redescendre le font moussu et caillouteux de cette petite ravine et rejoindre prudemment le fond de la Grande Ravine. Spectacle sauvage assuré avec des roches lisses, crevasses, grottes, bassins vers l'aval et surtout cette énorme arche naturelle en amont surplombant un bassin de 10 mètres de profondeur (Photo 27). Le spectacle est unique quand il y a de l'eau dans la ravine et que le soleil est au plus haut. Sans cette eau, le paysage devient très sauvage et surtout impressionnant en raison de la profondeur de trou. On envie les canyoneurs qui évoluent principalement dans ce type de paysage. Reprendre la montée vers le sentier et rejoindre Grand Galet par une longue descente régulière.

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.
Site géologique  Sites géologiques, en partenariat avec Laurent Michon, laboratoire Géosciences Réunion.

Itinéraire

Se rendre à Langevin, entre Saint-Joseph et Vincendo - Remonter la rivière Langevin jusqu'à Grand Galet et se garer dans le village - Remonter la route puis la piste jusqu'à la citerne d'eau - Entamer la montée vers Grand Pays jusqu'à la passerelle qui enjambe la Grande Ravine - Bifurquer à droite et longer le sentier le long de la Grande Ravine en rive droite - A l'aire de repos (Photo 4), traverser à gué la rivière et remonter en rive gauche sur un sentier assez visible - Poursuivre sur un sentier de moins en moins visible le plus longuement possible - Atteindre une ancienne aire de bivouac et poursuivre en direction des départs de canyoning de la Ravine Coup de Sabre et revenir par le même itinéraire -
Au retour, au deuxième passage de ravine avec tuyau, emprunter le sentier qui rejoint la Grande Ravine pour admirer l'arche naturelle avant de repartir par le sentier de Grand Galet.


Commentaires sur cette randonnée (4)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Michel Re, 15/04/2018 12:40
Randonnée complétée le 01/04/2018

Fait le 01/04/18, un bon repère pour trouver le sentier après avoir traversé la ravine des 7 Bras : il faut passer sous un gros tronc de filao couché en travers du sentier. Beaucoup d'orchidées en fleurs, de différentes espèces dans la montée, certaines avec de grandes et superbes fleurs (photo 1). Le sentier rejoint bien une ravine sauvage et encaissée qui ne coulait pas à ce moment là. La descente fut sportive sous l'orage et j'ai du patienter environ 3 heures avant de pouvoir retraverser la ravine des 7 Bras et récupérer ma tente, heureusement épargnée par les flots, au bivouac de la photo 4. La veille en montant j'avais repéré, outre le bassin sous l'arche et sa cascade, un autre joli bassin un peu en amont où j'aurai bien voulu faire trempette mais bien sûr ce n'était plus possible vu le débit de la ravine ! Photo 2 avant et 3 après l'orage, photo 4 la cascade sous l'arche. Une belle aventure !

Devil28, 06/06/2017 13:46
Randonnée complétée le 05/06/2017 en 5h00

Fait le 05/06/17 mais pas en entier car en voyant la pente à monter sur la fin ma femme ne se sentait pas capable d'en redescendre... du coup demi-tour. Attention à bien attendre l'air de repos avant de traverser car on ne passe pas en rive gauche avant, nous avons du retracer retraverser rive droite.

Gadjo, 08/03/2017 17:16
Randonnée complétée le 06/03/2017 en 6h30

A découvrir de préférence avec GPS et carte interactive. 10 metres de corde peuvent rendre certains passages plus facile dans la descente. Et surtout n'hésitez pas a continuer cette balade jusqu'à une jolie ravine avec la vue sur la falaise de la boucle de grand coude.

Christian Léautier, 23/01/2017 05:35

22/01/2017 Très raide montée dans le rempart après le gué: mes "dalons " renoncent alors mise en place du plan B moins ambitieux mais super agréable.: découverte idyllique de Cap Blanc, cascade La Fouillée rive droite et rive gauche, Grande Ravine avec l'arche naturelle(pas d'eau dans le bassin) et descente de la ravine en évitant les cassés par la rive droite. Sortie de la Grande Ravine par la gauche -champs de bananes-au 3è cassé impressionnant. Ps:le dimanche, grosse cohue au petit parking au fond de Grand Galet juste avant le sentier....se garer bien plus bas. :

Randonnée ajoutée le : 18/08/2016