De Bourg Murat au Gite du Pas de Bellecombe par le GR

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 5h30
Distance 16.3 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 2415 - 1605 m
Dénivelé positif 950 m
Dernière mise à jour 27/03/2020

La randonnée bordée de barbelés

Cette étape moyenne d'une traversée de l'île ne présente aucune difficulté et permet de très beaux panoramas sur la Plaine des Cafres, la région du Piton des Neiges et bien sûr celle du volcan avant l'arrivée au gîte. Le dénivelé de moins de 1000 m, les paysages variés traversés et la fin de la sortie se situant au plus près de la Fournaise en font une randonnée agréable, à condition de partir pour deux jours. Le lendemain, on n'a que l'embarras du choix pour visiter cette région unique ou repartir dans une autre direction. Elle peut s'effectuer en contournant le Piton Rouge soit par le Nord, soit par le Sud. D'un côté la progression s'effectuera en forêt mais des zones boueuses peuvent décourager, de l'autre dans les prairies. Ces longues traversées de prairies permettent de rencontrer souvent des troupeaux mais impossible de s'en approcher tant il y a de clôtures de fil de fer barbelé infranchissables. Après une longue progression dans les prairies le contraste est frappant avec les brandes de la montée à l'Oratoire Sainte-Thérèse ou le presque désert de la Plaine des Sables qu'on ne fait qu'effleurer pour l'occasion.

La randonnée commence à la route de la Plaine des Palmistes où un arrêt de bus permet de s'approcher au plus près de la petite route du Chalet des Pâtres. Pour débuter cette étape, on vient souvent du Gîte de la Caverne Dufour, plus rarement du Gîte de Bélouve. Prendre la petite route qui traverse des prairies en montant doucement vers les habitations du Chalet des Pâtres. On passe au plus près des champs et des premières prairies avant de poursuivre en direction du Piton Rouge en bénéficiant de magnifiques paysages sur le Piton des Neiges (Photo 1). Le Chalet des Pâtres est une ferme qu'on contourne en prenant le sentier juste avant les bâtiments. On se retrouve dans ces prairies qu'on ne quittera qu'aux alentours du Piton Textor. Impossible de s'égarer entre les clôtures sur un sentier tout d'abord herbeux (Photo 2). Une pente assez forte permet de s'élever au-dessus du chalet et d'avoir sous les yeux une grande partie de la Plaine des Cafres (Photo 3). Puis on s'approche du Piton Rouge qui domine sur la gauche à 1926 m (Photo 4). En se retournant on remarque que les prairies sont bien envahies de brandes mais on profite surtout de magnifiques paysages sur le Piton des Neiges et la vallée du Bras de Sainte-Suzanne vers Grand Bassin (Photo 5). On domine également la grande réserve d'eau du barrage des Herbes Blanches (Photo 7). Quelques pentes un peu plus fortes ralentissent un peu la progression mais le sentier est large, terreux et parfois encombré de quelques pierres (Photo 9). Partout, les vaches regardent passer les randonneurs. En voyant les panoramas, on peut les envier d'admirer sans le savoir tous ces paysages à longueur de journée (Photo 1). Certaines montent même la garde avec un regard de défi (Photo 12) ! Plus haut, il faut franchir une échelle pour quitter les pâturages et entrer dans des zones entièrement recouvertes de branles. On croise le sentier menant au Lac Argamasse sur un sol caillouteux par endroits (Photo 14). Puis un piton guère plus haut que les autres se fait remarquer sur la gauche avec un grand pylône à son sommet (Photo 15). C'est le piton Textor qu'on laisse à gauche pour partir à l'assaut de la dernière pente de la traversée. Le sentier se poursuit dans les branles verts qui diminuent de taille à mesure que l'altitude augmente. Le sol est essentiellement constitué de terre rouge ou ocre, friable et glissante. Il faut plus loin couper par quatre fois la route du Volcan en prenant garde à la circulation, même si les panneaux demandent aux automobilistes de se méfier des randonneurs ! La pente est assez forte quand il est parallèle à la Pente Zézé. Après la dernière traversée de la route, le sentier passe près d'une zone de pique-nique de Bois d'Ozou, devient rocailleux puis s'assagit à l'approche du monument dédié à Josémont Lauret. La pente est régulière et le sentier, un peu plus haut, se confond avec la piste montant vers les antennes du Piton des Basaltes. Pour s'approcher de la Caverne des Lataniers, il faut emprunter cette piste et repérer le sentier discret qui part sur la droite. La cavité sous une lourde plaque de lave peut abriter plusieurs personne pour la nuit ou en cas de forte pluie passagère (Photo 16). On parvient très vite à l'oratoire, par la piste ou le sentier large et couvert de plaques de lave mêlées aux gravillons (Photo 17). Un sentier longe le rempart du Pas des Sables jusqu'à la piste du Piton de l'Eau. Le franchir et marcher en direction des zones dénudées du Plateau des Basaltes qu'on aperçoit devant sur un sentier en pente légère (Photo 18). Sur la gauche, on profite de magnifiques panoramas sur le Fond de la Rivière de l'Est et la vue porte jusqu'au gîte qu'on rejoindra bientôt (Photo 19). La traversée du plateau est une balade avant d'entamer la dernière descente en lacets jusqu'à la Plaine des Sables. Juste avant d'arriver à cette zone dénudée où ne poussent que quelques herbes et branles maigrichons, le sentier traverse une belle zone verdoyante de tamarins qui créent une ombre agréable propice au repos (Photo 20). On quitte sans transition la verdure pour le désert en débutant la traversée sur un sentier plat et sableux (Photo 21). L'arrivée est proche : pourquoi ne pas se laisser tenter par un court hors sentier en suivant le rempart qu'on longe jusqu'au cassé (Photo 22). Le spectacle vaut largement celui-observé plus haut avant d'arriver au plateau (Photo 23). Sinon, poursuivre tranquillement et toujours à plat sur le sentier sableux ponctué de cailloux comportant les balises du GRR (Photo24). Il se dirige vers la Griffe du Diable entre le Piton Haüy et le Demi-Piton. Le paysage a changé du tout au tout. On se retrouve sur une surface importante totalement plate, couverte principalement de sable et de petits cailloux (Photo 25). On voit au loin le Pas des Sables et la route en lacets. Le sol est plus chaotique vers le Col Lacroix mais le sentier est très facile (Photo 26). Quelques bombes volcaniques en cours de désintégrations bordent le sentier entre les branles verts rabougris (Photo 27). 500 mètres plus loin, le sentier se rapproche de la piste et il devient possible de rejoindre le gîte en la suivant (Photo 28). br> Pour plus de détails, voir les randonnées qui passent par une partie de cet itinéraire : le tour du Piton Rouge, le Piton de l'Eau depuis le Textor et le tour de la Plaine des Sables.

Balises


Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.
Site géologique  Sites géologiques, en partenariat avec Laurent Michon, laboratoire Géosciences Réunion.

Itinéraire

Se rendre à Bourg-Murat puis prendre la direction de la Plaine des Palmistes - Au croisement de la route et du GRR2, se faire déposer ou garer le véhicule - Emprunter sur 2300 m la route qui mène au Piton Grand Mère ou au champ de tir militaire - A la fin de la route, suivre le GRR2 jusqu'au Piton Textor (attention, de très nombreux sentiers partent dans toutes les directions aux alentours du Nez de Boeuf ; rester dans l'axe Ouest/Est) - Poursuivre sur le GR, passer la Stèle Josémont Lauret puis arriver à l'Oratoire Sainte-Thérèse après avoir coupé 4 fois la route du Volcan - Couper le sentier qui mène d'un côté au Pas des Sables, de l'autre au Rempart de la Rivière de l'Est - Descendre sur le Plateau des Basaltes puis dans la Plaine des Sables en suivant le sentier Josémont - Passer le Col Lacroix puis bifurquer sur la gauche en direction du Gîte du Pas de Bellecombe, point final de cette sortie.


Commentaires sur cette randonnée (4)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Wendy, 21/08/2017 19:31
Randonnée complétée le 21/08/2017

Rando faite dans le sens opposé (du gîte du volcan à Bourg Murat). La descente après piton Texto était extrêmement boueuse. On a bien galéré ! On a mis plus de 8h pour arriver !

Antoine Le Bihan, 15/08/2017 16:41

Très belle randonnée intégrée dans une étape Tremblet - Plaine des Sables - Bourg-Murat. Le passage par l'oratoire Sainte-Thérèse et le Piton Textor valent la peine, avec une belle vue sur la rivière de l'est. Toutefois, attention sur la dernière étape Piton Textor - Bourg-Murat par le Chalet des pâtres : extrêmement boueux, dérapages et glissades peuvent être au rendez-vous, surtout quand les troupeaux viennent de défoncer le sentier.

BILLROSS, 08/11/2016 17:09

11h aller/retour par temps de pluie, c'était formidable, c'était au mois de mai
il faut bien goûter toutes les sauces, j'ai adoré
je dois le refaire bientôt

Alizon, 01/02/2016 10:46
Randonnée complétée

Rando magnifique, qui commence à travers les plaines avec les vaches, traverse des zones d'anciennes laves, puis un angle différent de celui que l'on connaît de la Plaine des Sables.
Classée en difficile, mais je dirais "moyen-difficile" car il n'y a pas vraiment d'énorme difficulté.
Partis le 28 Janvier de Bourg Murat, nous comptions bivouaquer vers le Gite. Mais après 6h de rando, toujours la patate, du coup nous sommes descendus jusqu'au Cassé de la rivière de l'est (je conseille vraiment) pour le lendemain finir jusqu'à Ste Rose.

Randonnée ajoutée le : 01/07/2013