De Cilaos à l'Îlet à Cordes par la Chapelle et la descente du Bras Rouge

Difficulté
Très difficile
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 6h30
Distance 14 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1159 - 643 m
Dénivelé positif 1100 m
Dernière mise à jour 23/07/2017

Encore des truites qui se méritent

De Cilaos, on atteint facilement la Chapelle en moins de 1h30 et l'Îlet à Cordes en un peu plus de deux heures mais il y a la possibilité de sortir de ces beaux sentiers pour effectuer les deux randonnées dans la même journée en reliant les deux itinéraires par une descente du Bras Rouge. Evidemment cette boucle ne s'adresse pas à tous les marcheurs pour la partie hors sentier. Cette portion de moins de 3 kilomètres ne présente aucun véritable danger mais ne sera entreprise : 1 - que par beau temps car les rochers deviennent glissants sous la pluie ; 2 - lorsque le niveau de l'eau sera assez faible car le courant est déjà fort même naturellement ; 3 - jamais seul car il est utile de s'aider pour passer certains gros rochers. Prévoir les chaussures en conséquence car les franchissements de gués et de rivière sont fréquents et inévitables. Certains passages sont acrobatiques et nécessitent un minimum de souplesse. Mais si cette étape sort un peu de l'ordinaire il ne faut pas en oublier pour autant les superbes sentiers officiels empruntés dans la journée. Même s'ils comportent de hautes marches, ils sont toujours de bonne qualité et permettent aussi de superbes panoramas sur cette partie extrêmement déchiquetée du Cirque de Cilaos.

La randonnée débute à Cilaos au très classique Sentier de l'Îlet à Cordes. Certains randonneurs descendent en voiture la piste bétonnée qui comporte deux ou trois places de parking mais le mieux est de les laisser aux agriculteurs qui cultivent ici la fameuse lentille de Cilaos. Dans cette zone, on est accueilli par des applaudissements ou des coups de fusil : ne pas s'inquiéter, les premiers sont destinés aux oiseaux qui tentent de voler les jeunes graines de lentilles ; les seconds sont des coups dus aux gaz comprimés chargés de les faire fuir. Les lentilles sont semées au plus près de la route pour ne pas perdre un cm² de terrain. Le sentier pentu donne immédiatement le ton de la journée qui ne comportera que peu de plat. On progresse tout d'abord sur des escaliers en pierre puis sur un sol caillouteux comportant de hautes marches, sur des racines qui passent sur les pierres et enfin sur de la terre maintenue par des rondins. Quelques passages en corniche ou en bordure de falaise peuvent incommoder. Profiter des beaux panoramas sur les Bénares qui sont éclairés par les premiers rayons car on aura moins de points de vue durant la descente. Les filaos remplacent les plantes classiques du Cirque de Cilaos. Certains ont été brisés par Béjisa et donnent une bien triste image. On les voit tout d'abord dans le fond de la Ravine Henry Dijoux puis on s'en rapproche pour franchir plusieurs fois le ruisseau à gué. C'est après le quatrième gué, à une trentaine de minutes du départ qu'on trouve la bifurcation vers la Chapelle. Le sentier grimpe immédiatement, parfois assez fortement sur un sol identique à la descente qu'on vient de terminer, comportant les mêmes ingrédients (pierres, marches, sable, rondins ...). Les rares bois de couleurs sont envahis de fougères puis remplacés par des eucalyptus avant le col. Une descente assez abrupte permet de rejoindre rapidement le Bras Rouge par des lacets sur terrain très caillouteux ou sableux et glissant. Ne pas manquer les points de vue permettant de voir la Chapelle et le Piton de Sucre sur sa gauche (Photo 3). Prendre à droite à la rivière et remonter jusqu'à la Chapelle. La dizaine de cairns édifiés sur des rochers permettent de ne pas s'égarer quand on recherche ce sentier pour le retour. Pour plus de détails, la visite à la Chapelle est déjà décrite sur une fiche spéciale. De la Chapelle jusqu'au sentier de l'Îlet à Cordes, on se retrouve en hors sentier pour une balade aquatique tout en descente où aucun itinéraire ne peut être conseillé. Le cheminement se fait à l'instinct. Les rochers sont parfois énormes et on ne voit pas immédiatement le passage le plus judicieux. Monter sur un de ces mastodontes pour mieux apprécier le chemin à parcourir. Trois impératifs : trouver le meilleur passage, ne pas chercher à éviter l'eau, essayer de passer entre les gros blocs sans sauter car on peut atterrir sur un galet instable. Un franchissement avec corde économise les efforts sur un des passages les plus encombrés (Voir § ci-dessous). On rencontre tout au long de ce parcours des toboggans, des bassins aux eaux claires, d'autres aux eaux sombres, des rochers empilés curieusement, des cascades et bien sûr de magnifiques truites qui disparaissent en un seul coup de nageoire. Pas de traces de braconnage comme au Bras de Saint-Paul. Quand le courant est trop fort ou le bassin trop profond, il y a toujours sur la berge une vieille coulée basaltique qui permettra de passer sans crainte (excepté celle décrite au § ci-dessous). Certains endroits sont tellement beaux qu'on passe autant de temps à photographier qu'à marcher. C'est pourquoi on se retrouve 90 minutes plus tard à un sentier qui comporte des traces de peinture verte et représente le contournement de l'éboulis ayant rendu dangereux le sentier officiel (Voir autre § ci-dessous). Le sentier vers l'Îlet à Cordes débute immédiatement par une forte montée sur les gros cailloux de la berge. Il se poursuit sous les filaos le long d'une falaise en longeant la Ravine Patience qui coule sur la droite. Le sol est recouvert d'aiguilles des conifères. Les filaos disparaissent et le sentier très caillouteux ou sableux monte en lacets dans une végétation très pauvre mais offrant de superbes panoramas sur les Îlets du Camp de Puce (Pitsa sur d'autres cartes). Attention de bien regarder où l'on pose les pieds (Photos 13 & 15) car le passage vertigineux est étroit, effrité et glissant. Ne pas courir lors de la descente. On retrouve pour un court moment une portion de plat sous les filaos qui reviennent en force. Remarquer l'envahissement progressif des bringeliers. On atteint la D242 après une nouvelle pente assez forte et glissante. On peut, de cette route, poursuivre vers le Sentier du Reposoir, ceux des Îlets de Saint-Paul ou pourquoi pas vers les forêts du Tapcal. Pour le moment on se contente de reprendre le même itinéraire vers le Bras Rouge en utilisant le sentier devenu plus technique à cause de la descente, du vide et du sable. Franchir la rivière et utiliser le nouveau parcours de contournement pour retrouver le sentier. On marche à plat avant de monter en rive gauche de la rivière (Photo 16) pour revenir vers Cilaos. Le sentier monte continuellement mais dans de beaux paysages et avec de très nombreux panoramas (Photos 17 & 18). Il comporte également des marches en pierre plus ou moins hautes. Repérer, dans la montée, une zone couverte de pins envahis de chocasAgavacée (cadère) Furcraea foetida - Importé pour en faire de la corde,
on ne sait désormais plus comment s'en débarasser
. Cet arbre, rare à la Réunion a également souffert des cyclones. Il continue en corniche avec à droite la Ravine Dijoux et à gauche le Bras Rouge. Le sentier passe parfois au plus près du précipice. Un tuyau de transport d'eau puis une source sur la gauche annoncent la proximité du carefour vers la Chapelle qu'on laisse sur la gauche. Le reste du circuit s'effectue sur le trajet emprunté le matin.

Balises


Quelques balises blanches à point rouge mal effacées

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.
Site géologique  Sites géologiques, en partenariat avec Laurent Michon, laboratoire Géosciences Réunion.

Itinéraire

Se rendre dans le Cirque de Cilaos et rouler jusqu'au début de la ville - Tourner à gauche sur le Chemin des Filaos puis sur la Route du Bras des Etangs - Se garer sur la droite au croisement de 4 routes - Débuter par 50 mètres de rue puis par la piste bétonnée qui descend fortement jusqu'au départ du sentier - Descendre en direction de l'Îlet à Cordes jusqu'au croisement vers la Chapelle - Bifurquer à droite et rejoindre le Bras Rouge - A la rivière, prendre à droite en direction de la Chapelle - Après une visite des lieux, redescendre le Bras Rouge, passer devant le sentier pris à l'aller et poursuivre vers l'aval - Longer la rivière jusqu'à la passerelle détruite et tourner à droite en direction de l'Îlet à Cordes - Monter jusqu'à la route de l'îlet - Si aucune autre destination n'est prévue, reprendre le chemin inverse jusqu'au Bras Rouge - Traverser la rivière et prendre le sentier vers Cilaos en laissant au passage le sentier de la Chapelle.

La discrète corde et le premier passage dans l'eau

100 mètres après les beaux toboggans et le bassin (Photo 6a & 6b), la rivière est barrée par de gros rochers qui peuvent intimider. Repérer en rive gauche deux rochers blancs. C'est derrière celui le plus à gauche qu'une corde est fixée et aidera à la descente. Elle se voit très bien quand on a franchi l'obstacle (cette photo) alors qu'il faut la chercher depuis le haut.
Une fois franchi cet obstacle, le niveau de l'eau est assez haut : bien prendre le plus en rive gauche possible en marchant sur le rocher immergé et en tenant le rocher émergé pour éviter la glissade. Ce sera le seul point délicat de la partie aquatique.

Le contournement

A partir de la passerelle emportée par les crues (photo 12), le sentier remonte vers Cilaos. Une partie de la falaise à glissé et des centaines de pierres aiguisées gênent le passage. Le reste de la falaise ne tiendra pas des années et il est tout à fait justifié que l'ONF ferme cette courte portion. Que l'on vienne de Cilaos ou de l'Îlet à Cordes, la déviation est très bien annoncée et balisée de la couleur de l'inscription. Le détour ne rallonge ni ne retarde la randonnée. Trait rouge : ancien tracé ; trait vert : nouveau tracé.


Commentaire sur cette randonnée (1)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Marco33, 23/07/2017 22:11
Randonnée complétée le 23/07/2017 en 5h30

Attention, lorsque nous avons commencé à remonter le lit de la rivière pour aller vers la chapelle, un énorme bloc (taille d'un réfrigérateur) s'est détaché de la falaise délitée qui surplombe le sentier, et s'est fracassé à une vingtaine de mètres de nous en projetant de multiples fragments plus petits (taille d'une boîte de sucre) à plusieurs mètres. Pour la sécurité, bien que moins confortable, il est préférable de s'éloigner de cette petite falaise en cheminant sur les galets au plus près de l'eau.

Randonnée ajoutée le : 01/07/2014