Le Grand tour de Grand Coude par le Bérénice et le Corymbis

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 8h
Distance 21.1 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1146 - 246 m
Dénivelé positif 1450 m
Dernière mise à jour 13/03/2021

Sortie très sportive

Le petit tour de Grand Coude est souvent envahi de branches qui rendent difficile le cheminement, principalement le long du rempart de Cap Blanc. De plus en plus de randonneurs s'y égarent alors qu'il suffit de suivre le très rectiligne coupe-feu et le rempart au plus près. La randonnée proposée sur cette fiche, le grand tour de Grand Coude, emprunte une bonne partie d'un autre parcours déjà connu qui débute à la Plaine des Grègues. Elle est moins sportive car plus courte mais comporte des sentiers de légende comme celui de l'Ilet Dimitile, le Corymbis ou le Bérénice sans parler du Tarzan. Cette boucle, contrairement au petit tour de Grand Coude, s'adresse à de bons marcheurs. On a la chance d'admirer, tout au long du parcours, de superbes panoramas sur la Rivière des Remparts, la Rivière Langevin et le Cap Blanc ainsi que le Morne Langevin. On peut également longer de grands champs de géranium rosa ou apercevoir partout de très beaux pieds de thé en bordure de champs ou dans les jardins et cours.

La randonnée débute au Serré, entre Jean Petit et Grand Coude. Deux belvédères très connus dans la région permettent, là où les remparts se rapprochent si plus près qu'on les a nommés Serré, d'admirer d'un côté la profonde vallée de la Rivière des Remparts et de l'autre celle de la Rivière Langevin et Grand Galet (Photo 1). S'il est trop tôt pour profiter du spectacle, puisqu'il faut partir tôt, garder ces deux visites pour la fin du parcours avant de repartir vers Saint Joseph. Se diriger vers le rempart dominant la Rivière Langevin et le suivre tout d'abord au milieu de beaux arbres puis plus loin en longeant un champ de canne à sucre (Photo 2). Le sentier, tantôt nettoyé et propre, tantôt bouché par les déchets laissés par les travaux des champs longe au plus près le rempart. D'un côté les cannes, de l'autre les bois de couleurs où se mêlent encore quelques pieds de thé ; aucun problème pour se diriger (Photo 3). Après environ un kilomètre de descente en pente douce, le sentier Bérénice plonge dans le rempart en direction de la rivière. La descente n'est jamais forte sur un terrain terreux et parfois pierreux. Quelques parties étroites sont protégées du vide déjà occupé par la végétation (Photo 4). D'autres traversent la forêt, sont bordées de fougères, de bambous balais ou de pierres instables qui peuvent glisser au moindre orage violent (Photo 5). Les rares lacets permettent d'éviter des barres rocheuses (Photo 6). Les premiers bananiers ou les murettes en pierres sèches annoncent la fin de la descente. Passer quelques tôles ondulées clôturant des propriétés avant d'arriver sur le Chemin Mallet. Obliquer sous les letchis (Photo 7) et rejoindre Grand Galet par cette agréable petite route bordée de cases et de vergers. La rue se termine à la route d'où l'on a un point de vue sur la Cascade de Grand Galet. La descente jusqu'à la résurgence, facultative, permet de voir ou revoir cette merveille de la nature visitée chaque jour par des dizaines de touristes (Photo 8). Traverser le village de Grand Galet et marcher en direction de Grand Pays en guettant sur la gauche la station de chlorage qui sert de repère. Retrouver, quelques mètres avant la station, le sentier Tarzan qui grimpe à Grand Coude et débute, comme le précédent, par des amoncellements de pierres en bordure des champs ou vergers (Photo 9). La pancarte est depuis longtemps enlevée mais pas sa trace sur la carte au 25000ème et le sentier est facile à trouver. Très vite, la grimpette devient très sérieuse et les mains sont parfois nécessaires. Certains passages sont même à la limite de l'acrobatie. Comme au Bérénice, le sentier frôle et contourne des petites falaises (Photo 10). Les points de vue sont très rares en raison de la végétation. On peut voir cependant Grand Galet au fur et à mesure de l'ascension. Le sentier devient plus étroit par moments et les jouvences tentent de le coloniser (Photo 13). Les gros rochers à droite du sentier marquent la fin proche de cette montée sportive qui se termine par des marches creusées dans la terre au milieu des cannes fourragères et bambous balais. Ces bambous aux larges feuilles ne cachent pas totalement le rempart d'en face où l'on devine la Montagne des Moutons (Photo 14). On arrive ensuite en bordure de champs abandonnés ou cultivés (Photo 15) et il suffit de prendre à droite pour rejoindre rapidement la fin de la Rue Emile Mussard. Sachant qu'il y aura encore une belle descente ainsi qu'une sérieuse pente pour remonter à Jean Petit, il faut bien profiter de cette portion de route en flânant un peu. On passe près du Chemin des Géraniums puis plus loin, on traverse la Ravine Ti Bon Dieu près d'un oratoire dédié à Saint-Expedit (Photo 16). Plus loin, sur la gauche, sous les bambous, c'est l'entrée du Labyrinthe en Champ Thé qui attire le regard mais il manque le temps nécessaire à la visite. Au croisement, continuer tout droit vers l'église de Grand Coude sur la Rue Théophile Gauthier. ON passe au classique parking de Grand Coude et ses panneaux pédagogiques (Photo 16). Poursuivre par une belle piste herbeuse vers les falaises de la Rivière des Remparts, toutes proches (Photo 17). Le sentier, peu utilisé, longe le rempart entre les hautes cannes fourragères, les vignes marronnes et les acacias noirs (Photo 18). Il est rarement nettoyé et imposera parfois de pousser les grands herbes des mains, à moins de passer peu après le passage des débroussailleuses (Photo 19). Profiter avant la descente du magnifique paysage sur le rein de l'Aplomb du Dimitile (Photo 20) ou vers Saint-Joseph avec l'enfilade de la Rivière des Remparts au fond très caillouteux qu'on rejoindra dans moins d'une heure (Photo 21). Plonger vers ce même paysage par le sentier escarpé et étroit qui descend parfois violemment vers le fond de la vallée. Il part tout d'abord vers la droite par une portion plate qui encourage à poursuivre. Puis c'est la plongée sans transition par de courts lacets qui suivent la crête et où les mains sont utiles pour se ralentir avec les branches. Trois échelles évitent les obstacles les plus verticaux. A mi-descente, on domine l'Îlet Dimitile qu'on distingue à peine dans la végétation touffue des rives du Bras Dimitile (Photo 22). Après une série de nouveaux lacets plus longs mais tout aussi pentus, on parvient à une zone moins pentue où le sentier est plus large et mieux marqué (Photo 23). Il ne file pas immédiatement vers les galets mais part sur la gauche pour rejoindre le fond de la rivière en contournant le rein qu'on vient de descendre. Commence une longue descente facile en utilisant la piste des 4x4 roulant vers Roche Plate ou vers les îlets le long de la rivière (Photo 24). Profiter de ce repos sur 3 kilomètres de piste caillouteuse car la dernière montée vers Jean Petit par le sentier Corymbis sera aussi difficile que les trois précédentes. Marcher sans réfléchir jusqu'aux Trois Sources et commencer à repérer, en rive gauche vers le rempart, le début du sentier du côté de l'Îlet Rivière. Les échelles qui marquent le tout début de cette montée sont assez discrètes malgré leur hauteur et il faut bien repérer les cairns et poteaux ONF (Photo 25). Très vite, on regrette qu'il n'y ait pas 300 m d'échelles pour escalader cette forte pente où les lacets sont rares et les portions plates inexistantes. On marche souvent sur des roches ou des racines, et les mains, comme de l'autre côté sont encore mises à l'épreuve. A 650 m, le sentier oblique vers la droite et la pente devient beaucoup plus raisonnable jusqu'à devenir presque plate (Photo 26). Il n'est pas trop tard pour refaire le plein de boisson à la source qui coule du trou dans la roche (Photo 27). La jonction avec les premières habitations est un peu longue mais on sait que c'est bientôt terminé. Les derniers mètres franchissent une saignée dans la roche afin d'y faire passer une tuyauterie et c'en est fini des efforts. A partir du gîte situé au plus près de la fin du sentier, il y a plusieurs manières de rejoindre le véhicule garé au Serré. La carte ci-dessous partage l'itinéraire entre pistes et route en direction du nord pour récupérer au plus vite la D33 de Grand Coude.

Balises

Pas de balises significatives

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.
Site géologique  Sites géologiques, en partenariat avec Laurent Michon, laboratoire Géosciences Réunion.

Itinéraire

Se rendre à Jean Petit dans les Hauts de Saint-Joseph et rouler en direction de Grand Coude - Se garer au Serré et se diriger vers le rempart de la Rivière Langevin en traversant l'aire de pique nique - Une fois au bord du rempart, longer celui-ci vers le Sud durant un kilomètre jusqu'à la pancarte du Sentier Bérénice - Descendre jusqu'au Chemin Mallet et bifurquer à gauche pour rejoindre Grand Galet - Traverser le village et marcher en direction de Grand Pays jusqu'au diffuseur de chlore de la station de pompage - Prendre le sentier qui monte sur la gauche 20 mètres avant cette station, traverse quelques champs et grimpe de manière assez raide vers Grand Coude - En haut du rempart, tourner à droite et emprunter la Rue Emile Mussard jusqu'au croisement vers Saint-Joseph - Traverser la route en face de la supérette, emprunter la route vers l'église et poursuivre 200 m jusqu'au parking - Prendre à gauche la piste qui rejoint le rempart puis puis à nouveau à gauche vers le sentier de l'Îlet Dimitile - Plonger vers la Rivière des Remparts par le sentier Dimitile puis descendre la rivière par la piste - A partir de l'Ilet Mallet, prendre à gauche vers le rempart Est entamer la montée par le Corymbis - Suivre ce nouveau sentier abrupt jusqu'au sommet puis prendre à gauche la route ou les pistes pour remonter vers le Serré. On peut raccourcir de 2 km cette boucle en se garant à Jean Petit et en reliant au plus droit le sentier Corymbis et le Bérénice en passant par les Hauts de Jean Petit.