Du Tremblet au Gîte du Pas de Bellecombe par le Nez coupé du Tremblet

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 8h
Distance 22 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 2359 - 140 m
Dénivelé positif 2250 m
Dernière mise à jour 05/05/2020

Presque le tour de la Fournaise

Cette randonnée, en montée constante, effectue en une seule étape environ deux tiers du tour du Piton de la Fournaise en suivant longuement les remparts de l'Enclos Fouqué ou des Grandes Pentes. Elle est assez longue pour qui manque d'entraînement car elle débute directement par une longue montée qui se termine au Nez Coupé du Tremblet et une autre, plus faible au Piton de Bois Vert (ou Piton de Bert), à 13 km de la mer. Le sentier est souvent abrupt, presque toujours détrempé ou boueux. Heureusement, son aspect s'améliore à partir du Nez Coupé du Tremblet et la marche devient de plus en plus agréable. Avant d'arriver au Nez Coupé, on bénéficie parfois des vues plongeantes sur le Grand Brûlé, impressionnant depuis la coulée du siècle en 2007 qui a totalement changé la physionomie des lieux. Mais c'est surtout à partir de ce piton que les panoramas sur l'Enclos et la Fournaise seront les plus impressionnants. Le Piton de Bert est depuis quelques temps le meilleur point de vue sur les éruptions sur le flanc sud de la Fournaiseoù ils se sont multipliées. La deuxième partie de la randonnée est plus agréable sur des sentiers larges et propres au plus près du rempart avant d'arriver sur une partie presque plate des alentours de la Plaine des Sables et du Piton Chisny.

La randonnée débute au kiosque du Tremblet et chemine tout d'abord dans les goyaviers qui ont survécu aux pluies acides de l'éruption d'avril 2007 ou qui ont très vite été remplacés à partir des graines tombées au sol qui n'attendaient qu'un peu de lumière pour se lancer. Le cheminement s'effectue en sous-bois dans la forêt de bois de couleurs, sur des portions de laves très dures et parfois glissantes (Photo 1). La Forêt qui borde la Ravine est encore bien conservée et comporte de beaux spécimens (Photo 2). On longe depuis le départ la Ravine Pont Rouge, souvent à sec, permettant ainsi de repérer plus facilement les grottes ou les belles plaques de basalte recouvertes de mousse. S'en approcher n'est pas prévu lors de cette trop longue étape. Les mousses, orchidées et épiphytes sont partout sur les arbres, mais là-aussi, pas le temps de tout voir (Photo 4). Il faut passer une douzaine de passerelles en aluminium pour franchir de petites ravines, affluents de la Ravine Pont Rouge qu'on longe plusieurs kilomètres sans la voir vraiment à cause de la végétation (Photo 5). A partir de 800 m la pente s'intensifie et on apprécie certaines marches qui facilitent la grimpette (Photo 6). 400 m plus haut, on arrive à l'ancien abri du Tremblet, démonté depuis longtemps pour trouver une portion presque plate avant la traversée de la Ravine Pont Rouge, à quelques pas d'une arche naturelle facile à trouver en amont du gué. Attention à la glissade en allant à son pied pour augmenter sa collection. Un coup d'œil sur la forêt par les trouées permettent de voir qu'elle est très dense et la pente correcte (Photo 7). Vers la mer, l'impression de hauteur est encore plus forte (Photo 1). On approche des 1500 m et la végétation diminue en taille et en espèces. Les branles verts remplacent petit à petit les bois de couleurs, fanjans ou pimpins. On ne les quittera qu'aux abords du Piton Chisny où aucune végétation n'a encore réussi à s'installer de façon pérenne. Le sentier devient de plus en plus raide et boueux et on coupe une demi-douzaine de ravines, toutes affluents de la Ravine Pont Rouge, ou plus au nord de la Grande Ravine Criais qui tombe plus bas en cascades le long du Rempart du Tremblet (lorsqu'il y a de l'eau !). Le sentier est parfois étroit, plein de gadoue où le pied s'enfonce. La mousse est omniprésente (Photo 9). Les sphaignes forment de beaux tapis colorés qu'il ne faut surtout pas piétiner (Photo 10). Quatre heures se sont écoulées depuis le départ quand on atteint enfin le Nez Coupé du Tremblet qui annonce la fin des soucis de glissades et de chaussures mouillées (ou boueuses !). On a déjà profité depuis 500 m de quelques points de vue sur les Grandes Pentes mais c'est du Nez Coupé du Tremblet qu'on a les plus vastes panoramas qui vont de l'Océan jusqu'au Pas de Bellecombe. La remontée reprend mais beaucoup plus faible que les 8 km précédents. Le parcours comporte de plus en plus de parties plates très reposantes surtout que le sentier est moins boueux (Photo 11). Après la Mare à Vieux Jean, une flaque d'eau sur la droite, on passe près d'un oratoire ressemblant surtout à une tombe (Photo 12). Le sentier dans les branles passe parfois à quelques centimètres du vide (Photo 13). Même s'il devient étroit, il n'y a aucune difficulté pour suivre la trace (Photo 14). Si par chance le brouillard est encore loin à l'horizon, on marchera sans grands efforts dans les brandes et petites prairies d'herbe rase (Photo 15) ou de velours blancs (Helichrysum heliotropifolium). Cette belle petite plante aux feuilles de velours argenté peut atteindre 1 mètre, trois kilomètres plus bas alors qu'ici, elle a du mal à atteindre les 15 cm, mais donne un bel aspect argenté à la prairie d'altitude lorsque le soleil les frappe. Certaines de ces prairies sont creuses et recueillent l'eau de pluie qui peut les transformer en mares durant plusieurs semaines. Les pieds s'enfoncent encore dans quelques portions marécageuses mais sur de courtes distances. Un petit coup d'œil sur la gauche permet de voir les cratères des Puys Ramond (Photo 16) mais le détour retarderait trop pour une si longue liaison (4 km de plus par le sentier à moins de filer tout droit depuis le Piton Taye Poule). Le pylône du Piton de Bert indique que la pente est terminée ainsi que tous les efforts. On poursuit, toujours en bordure de rempart (Photo 18), en laissant sur la gauche le sentier qui redescend à la Route Forestière des Camphriers puis plus loin, celui qui rejoint Jacques Payet et le Gîte de Mare Longue. Le sentier est très agréable, presque plat par moments (Photo 19). Les landes de Foc Foc sont caractéristiques de cette altitude ; essentiellement des petits branles verts et moins de petits tamarins même si on en aperçoit un peu partout (Photo 20). Rejoindre le Piton Rouge est une balade où l'on retrouve quelques petits tamarins, couverts de fleurs jaunes à la saison et dans lesquels volettent des zoizo verts. Les points de vue sur la Fournaise et ses coulées de lave noire sont multiples (Photo 22). A partir du Piton Rouge, le parcours, qui utilise soit le sentier, soit la piste, s'incurve vers l'Ouest et s'éloigne de l'Enclos Fouqué (Photo 23). On perd des panoramas sur la Fournaise mais on en gagne sur le Chisny et le Demi-Piton en approchant de la Caverne du Chisny et de la Route Forestière du Volcan. Le sol comporte beaucoup plus de lave (Photo 24) et de cailloux (Photo 25) mais l'étape prend bientôt fin. En cas de grosse fatigue, rejoindre le Gîte par la route, sinon filer vers la Griffe du Diable après avoir coupé la RF du Volcan pour retrouver le gîte par le sentier. Les sportifs qui se sentent encore en jambes escaladeront le Demi-Piton (Photo 26) pour clore cette randonnée par les magnifiques paysages du sommet de ce long cratère très facile à suivre (Photo 27) sur un sentier étroit et non dangereux. Cette traversée se termine enfin avec les bonnes odeurs du café dans la salle à manger du gîte. Ne pas oublier de réserver la nuit si la randonnée doit se poursuivre le lendemain. De toute façon, il n'y a guère d'autres choix car le premier lit est à Bourg Murat, à moins d'avoir prévu un véhicule.

Balises


Balises

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.
Site géologique  Sites géologiques, en partenariat avec Laurent Michon, laboratoire Géosciences Réunion.

Itinéraire

Se rendre au Tremblet après Saint-Philippe - Se garer ou se faire déposer au parking du kiosque situé au début du sentier - Attaquer la longue montée vers le Nez coupé du Tremblet puis vers le Piton de Bois vert - Laisser les sentiers qui partent vers la gauche, soit vers Takamaka, les Puys Ramond ou le GR vers Basse Vallée - Poursuivre jusqu'à la Plaine des Sables et la route forestière du Volcan - Couper la route pour atteindre, 250 m plus loin, le sentier Josémont - Prendre à droite jusqu'au Gîte du Pas de Bellecombe.


Commentaires sur cette randonnée (6)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
David450, 07/10/2019 09:30
Randonnée complétée le 05/10/2019 en 9h00

Rando effectuée il y a 2 jours. Il faut dire que le sentier n'est plus entretenu depuis St-Phillipe jusqu'au début de l'enclos soit prés de 40% du périple. Cela peu être assez dangereux car la végétation peut cacher certaines crevasses ou bord de ravine et même le sentier lui même (Et oui, je me suis perdu pendant au moins 01h30 à cause de ça). De plus les innombrables ruisseaux qui coulent tout au long du sentier sur les versants de la foret du Sud Sauvage ainsi que les petites mares que cela engendre ne vous permettront pas de d'arriver sur le plateau de l'enclos les pieds secs. Mais une fois arriver dans les hauteurs de l'enclos tout devient plus simple et les paysages ainsi que les points de vue sur le Piton de la Fournaise vous feront vite oublier le calvaire de la montée. Dans l’ensemble cela reste une super randonnée et si comme moi vous êtes friand d'aventure et d'expéditions en "forêt équatoriale" vous serez servi, par contre je la déconseille aux non expérimentés.

Christian Léautier, 21/04/2019 17:56
Randonnée complétée le 21/04/2019 en 8h00

Pour rebondir au commentaire de Francine, bien content d'avoir fait cette rando il y a peut être 3 ou 4 ans dans le sens inverse de la fiche quand "ça passait" pas trop mal!! Je me rappelle m'être régalé; j'en garde de bons souvenirs.J'avais mis 8h (ce que dit le site....je suppose Francine qu'aujourd'hui et avec la pluie vous avez du galérer beaucoup plus longtemps ).Moins optimiste que Francine pour un nettoyage et une réhabilitation de ce sentier qui mérite effectivement les 3 étoiles de randopitons mais qui risque de disparaitre à jamais comme le sentier Source de Bras Cabot ou celui de la Cage aux Lions et bien d'autres seulement parcourus par "les fadas" des randos réunionnaises (suivez mon regard!)

Francine, 21/04/2019 10:31

Rando effectuée intégralement le 20/04/2019, sous la pluie jusqu'au volcan (Pluie pourtant non prévue par la météo).
A ce jour, je la déconseille fortement car sentier non entretenu depuis longtemps et complètement isolé (Réseau téléphonique très souvent inexistant). Première partie, jusqu'à l'ancien abri du Tremblet : une partie du sentier s'est effondrée et grosse galère pour le retrouver; végétation dense (infestée de vignes marrones), peu praticable et boueux.
Deuxième partie de l'ancien abri du Tremblet jusqu'au nez coupé du Tremblet : Sentier quasi impraticable et dangereux avec une végétation qui ne laisse plus de vision pour poser les pieds. Profusion de végétation et vacoas notamment, qui entravent et parfois bloquent la progression avec mares de boues incessantes à s'enfoncer au moins jusqu'au mollet avec risques parfois de perdre ses chaussures.
Passerelles encombrées et très glissantes avec rambardes rouillées. Aucun aménagement pour une assistance lors de passages périlleux.

Je souligne que nous sommes des randonneurs expérimentés connaissant de nombreux autres sentiers de l'île.
Bref, nous attendrons que ces sentiers soient nettoyés et réhabilités avant d'y retourner.
Francine

Chrisdel, 04/03/2019 15:48

Randonnée arrêtée au bout de 5 Kms. le sentier est envahi de Plantes envahissantes et maintenant de vigne marronne. Randonnée déjà faite en 2017 où l'on trouvait encore la trace du sentier. Aujourd'hui cela devient très difficile. De plus Un bout du sentier est tombé dans la ravine. Il devient urgent d'entretenir ce sentier sous peine de disparaitre bientôt.

Antoine Le Bihan, 15/08/2017 16:36

Parcouru le 12.08.17 par temps pluvieux. Le sentier est en bon état jusqu'à l'abri du tremblet, puis il se transforme ensuite en rivière, avec la végétation qui recouvre presque intégralement le sentier. Vous progresserez les pieds dans l'eau, voire jusqu'aux mollets. Certaines ravines sont dangereuses à franchir. Arrivée au Nez coupé, le sentier repasse en bon état.

ThomaslePyrénéen, 13/08/2017 16:41
Randonnée complétée le 05/08/2017 en 10h00

Réalisé début aout 2017. La montée jusqu'à l'ancien abri du tremblet correcte. La suite très compliqué, très boueuse et humide avec un sentier qui se referme. La progression en a été bien ralenti, et les chaussures trempées. Tout de même splendide. Le bivouak au Nez Coupé en regardant les coulées de lave était fort sympathique. Le lendemain vu sur le volcan incroyable. En résumé : Jolie mais boueux !

Compte supprimé, 23/01/2016 17:37
Randonnée complétée

Randonnée ajoutée le : 01/12/2014