Le circuit des Foulées de Bois d'Olives

Difficulté
Facile
Indice de confiance Excellent
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 3h30
Distance 12.8 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 167 - 33 m
Dénivelé positif 150 m
Dernière mise à jour 14/10/2019

Le point positif : le panorama sur les cirques et pitons

Tous les ans, au mois d'août à Bois d'Olives, est organisé un trail urbain de 15 km ainsi qu'une randonnée de 8 km. La période se prête bien à l'exercice car il fait plus frais dans cette région qui n'est pas réputée pour l'être. Déjà, début octobre, la chaleur est palpable à partir de 9 heures et il vaut mieux partir tôt et avec une réserve d'eau assez conséquente. Le circuit proposé sur cette fiche se rapproche assez fidèlement du trail mais a été modifié afin d'emprunter moins de route et d'agrémenter la boucle par une visite rapide de l'usine sucrière de Pierrefonds. Un cœur, côté intérêt, est déjà surnoté car une bonne partie se passe dans des quartiers de Bois d'Olives qui ne présente aucun intérêt touristique ni aucune case typique méritant un arrêt de quelques secondes. Plus au sud, c'est la RN1, très bruyante, qui accompagne le marcheur sur 2000 mètres. Tout au long du parcours on trouve des détritus de toutes sortes en plus ou moins grandes quantités. Le fait que de multiples pistes desservent encore les savanes incultes de la région a tout pour inciter ces dépôts sauvages qui d'ailleurs, ne doivent jamais être surveillés. Le summum se situe au Lycée de Bois d'Olives où les cours de SVT ont sans doute intégré des chapitres consacrés au développement durable, à la mort lente de notre planète ou à la pollution de l'air et de nos océans. Si la théorie passe bien en salle de cours et si les élèves studieux opinent de la tête devant tant de catastrophes annoncées, il en va autrement des travaux pratiques. Chaque bouteille achetée aux interclasses et chaque sachet de viennoiserie consommée sont systématiquement laissés sur place. Avec des centaines d'élèves dans l'établissement, on est très vite pris de nausées devant ce qui nous attend dans quelques années où le port du masque sera devenu obligatoire en raison de tant d'irresponsabilité. Heureusement que près de 10 km se passent dans la campagne accueillant oiseaux, insectes et fleurs diverses pour nous faire oublier cette misère.

La randonnée débute au terrain de sport de Bois d'Olives où quelques places de stationnement se situent près des petits commerces. Marcher quelques mètres sur la Rue Baba Selly puis bifurquer sur le sentier qui traverse un semblant de parc arboré, peu entretenu mais éclairé ! (Photo 1). On profite des premiers rayons de la journée qui éclairent les cirques et les pitons qui les entourent (Photo 2). Le sentier se termine à la RD 38 à quelques pas du pont enjambant la Ravine des Cabris. Cette ravine, uniquement en eau durant les cyclones, a le fond couvert de verdure et se prête peu à des balades hors sentier (Photo 3). Marcher vers Saint-Pierre et bifurquer aussitôt sur le Chemin Palma, une rue très calme de Bois d'Olives qui descend en pente douce vers les ruines du Canal Saint-Etienne (Photo 5). Cet ancien canal qui alimentait Saint-Pierre a été totalement abandonné mais un sentier qui en longe une partie sillonne entre nature et habitations (Photo 6). On se retrouve à nouveau à la Ravine des Cabris qu'on franchit sur une passerelle (Photo 7). Le fond est déjà plus rocheux qu'en amont avec toujours les mêmes panoramas sur le Gros Morne qu'on ne quittera pas de la matinée (Photo 8). Le sentier longeant le canal se poursuit encore sur un bon kilomètre. Il est parcouru par le trail mais abandonné pour cette boucle. Aussitôt la passerelle franchie, trouver le sentier qui démarre à gauche. Il est emprunté par les joggers qui s'entraînent vers le circuit de motocross de Saint-Pierre. Il traverse presque à plat une grande étendue couverte d'acacias, épineux et grandes herbes (Photo 9). Il se termine à une rue bordée d'arbres qu'on évite pour partir à gauche sur une piste plus large mais également herbeuse (Photo 10). On se retrouve à marcher dans une forêt inextricable de jeunes acacias, le long d'un petit canal envahi par les plantes et les feuilles (Photo 11). La piste se transforme en sentier pour franchir la Ravine des Cabris puis on parvient dans une zone industrielle et commerciale qui ronge chaque année la forêt d'acacias (Photo 12). La piste, toujours présente sur la carte, est devenue une route goudronnée et c'est sur un large trottoir que se poursuit la boucle. Au premier rond-point, contourner et prendre à droite, longer un grand bâtiment puis retrouver une piste fréquentée par les coureurs à deux pas du circuit de motocross. On peut poursuivre tout droit en direction de la station service proche de la RN1. Pourtant, la piste partant sur la droite est plus agréable dans son écrin de verdure (Photo 13). A l'approche de la Ravine des Cabris, elle oblique sur la gauche et se poursuit dans le même type de végétation (Photo 14). Plus loin, les acacias sont remplacés par des chocas et des tamarins dont les fruits pendent au bout d'un long pédoncule. Les branches couchées par le vent ont été taillées pour créer un tunnel végétal (Photo 15). Le bruit de la circulation grossit de plus en plus lorsque l'on arrive à la petite route qui longe la voie rapide. Cette route étroite permet cependant le passage des camions qui viennent ici déverser impunément leur contenu créant des panoramas bien différents de ceux observés au départ (Photo 16). Les caméras sont présentes partout le long de la RN1. Si l'une d'entre elles était orientée sur cette petite route, il y a de fortes chances que la pollution diminuerait mais qui prendra un jour une telle décision ? C'est parti pour deux km durant lesquels le bruit ne cessera pas car, même la nuit, cette RN1 est toujours encombrée, donc bruyante (Photo 17). Curieusement, cette région sèche et surchauffée où aucun bovin ne paisse, est surtout recouverte de prairies régulièrement fauchées (Photo 18). Après avoir frôlé des oratoires différents mais complémentaires (Photo 19), on aperçoit au loin une vieille cheminée du côté de Pierrefonds qu'on rejoint en quelques minutes (Photo 20). Attention à la circulation pour traverser la route et rejoindre ce village coincé entre la Rivière St-Etienne, la RN1 et les champs de canne. Emprunter n'importe quelle rue et se diriger vers l'ancienne usine qui tombe en ruine et occupe une très grande superficie. Certaines dépendances ont été rénovées et sont occupées tandis que le corps principal de l'unité de production plie sous le poids de la rouille (Photo 22). Deux énormes grues de déchargement vieillissent également (Photo 21). Ne pas manquer au retour l'église sur la gauche qui ressemble plus à un magasin à sucre qu'à un édifice religieux. Seule la croix permet de la deviner dans son écrin de verdure. Regagner et traverser la D26 et partir dans les cannes pour retrouver la campagne. Paradoxalement, la circulation sur cette piste existe et il faut en tenir compte. Après un grand virage vers la gauche, on se rapproche de Bois d'Olives dans un paysage calme et verdoyant sur une piste reposante (Photo 23). Les prairies se multiplient avant d'être remplacées par de la canne à sucre et des palmeraies (Photo 24). La fin du parcours campagnard retrouve les acacias et savane du départ (Photo 25). Après avoir franchi le Canal St-Etienne sans trop le voir puis longé le collège, on rejoint la RD38 par le Chemin Vilris. Le parcours officiel du trail urbain file sur la gauche vers la chapelle qui se délabre d'année en année et ne résistera pas au prochain cyclone (Photo 27). Les puristes suivront tour à tour l'Allée des Bois Noirs, le Chemin Bancoule puis le Chemin de la Ligne d'Equerre avant d'arriver au lycée (Photo 28). Le terrain de sport, fin de la boucle, est à une centaine de mètres.

Balises

Pas de balise

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

En venant de Saint-Louis passer par Pierrefonds ou par la Ligne Paradis en venant de Saint-Pierre - Rejoindre le Lycée de Bois d'Olives et le stade qui le jouxte - Débuter la boucle en partant vers le Domaine de la Vallée et le Canal Saint-Étienne - Poursuivre vers le Chemin Badamier puis obliquer vers le sud en longeant la Ravine des Cabris - Longer la voie rapide en direction de Pierrefonds - Faire le tour de l'ancienne usine sucrière puis revenir à la RD26 - Pénétrer dans les cannes par une piste puis marcher parallèlement à la RD26 jusqu'à Bois d'Olives - Rejoindre la ville en passant devant le collège - Prendre à gauche à la RD38 jusqu'à la chapelle puis partir à droite pour rejoindre le lycée et le véhicule par quelques rues de la ville.

Il n'y a pas que des fleurs

Comme on le voit souvent en randonnant, il suffirait d'installer de grosses roches au début de certaines pistes pour diminuer substantiellement le nombre de camionnettes ou petits camions qui parcourent les taillis d'acacias pour venir y déverser les résidus de chantiers, vieux pneus de tracteur ou pollutions en tous genres. Mais pour prendre de telles décisions il faut savoir que ces dépôts existent et pour savoir qu'ils existent, il faut y passer ! Si chaque randonneur qui passe dénonce avec ses modestes moyens, peut-être apprendrons-nous un jour qu'une camionnette a été saisie et qu'une forte amende a été imposée à son conducteur dans l'espoir de décourager les suivants. Fort heureusement, on peut admirer des oiseaux, de belles fleurs et de nombreux insectes durant cette boucle. Pourquoi donc s'en priver ?


Commentaires sur cette randonnée (2)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Fanch, 19/10/2019 10:09
Randonnée complétée il y a 5 jours en 2h30

Réalisée en sens inverse. Si vous souhaitez l'agrémenter de verticalité, dans la ZI vous passez à proximité de la salle de bloc (escalade sans corde avec matelas amortissant) Basalte Evolution.
Certains passages sont makotes au possible.

Martial, 15/10/2019 10:44
Randonnée complétée le 15/10/2019 en 2h30

Effectué conformément à la fiche; tout est dit dans la description, juste pour compléter la collection.
Une porte derrière l'ancienne usine de Pierrefonds est ouverte et permet de visiter l'intérieur. Attention, c'est probablement interdit.
J'ai réalisée la boucle en 2h30.

Randonnée ajoutée le : 09/10/2019