La remontée de la Ravine du Butor à partir de la Providence

Difficulté
Moyen
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 5h
Distance 6.7 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 373 - 50 m
Dénivelé positif 350 m
Dernière mise à jour 26/12/2018

Lente balade dans les brillantaisias

Plusieurs ravines de Saint-Denis présentent des fonds assez larges et dégagés pour y effectuer des remontées un peu sportives et non dénuées d'intérêt. Celle-ci, assez courte se termine à un haut cassé duquel coule une cascade fine une bonne partie de l'année. Avant la saison des pluies, le filet est surtout un pisse en l'air sans grand intérêt. Le cadre est sauvage et verdoyant. Une grotte au pied de la chute abrite des feux et traces de bivouac, signe que le solitude à deux pas du chef-lieu attire des curieux. L'eau qui coule à peine entre les rochers provient surtout de la Ravine Duchesne, en rive droite à 100 mètres de la cascade et il faut donc privilégier un lendemain de pluie pour des photographies comme celles de la Photo 25. Dans ce cas, des bassins remplis imposeront de se mouiller jusqu'aux cuisses durant la montée. Effectuée ici à partir du départ du sentier de découverte de la Providence, il est possible de la raccourcir en empruntant la Rue Saint-Joseph L'Ouvrier, en rive droite. Le butor, oiseau aquatique qui a donné son nom à la ravine, se rencontre le long des berges où il guette les petits poissons mais s'enfuit rapidement à l'arrivée des marcheurs. Comme à chaque sortie dans le nord, on rencontre partout ces lianes papillon qui rampent sans pitié sur tout ce qui est vert et qui finiront par détruire l'ensemble de la végétation avant d'attaquer d'autres régions de l'île, déjà envahies de longoses ou galaberts.

La randonnée débute à la Providence, lieu très connu pour la montée vers le Brûlé. Quelques tables et points d'eau accueillent les pique-niqueurs près des immenses palmiers royaux. C'est à cet endroit que la Ravine du Butor devient un canal bétonné qui traverse la ville. Descendre le talus artificiel et débuter la remontée assez facilement sur ou entre les gros galets (Photo 1). La végétation est déjà assez dense et certaines roches sont énormes (Photo 2). On rencontre plus haut un vestige de câble et de nacelle qui ont du servir à des travaux (Photo 3). Un tuyau court d'ailleurs le long de la petite falaise en rive gauche mais ne transporte plus d'eau depuis fort longtemps (Photo 4). Cette canalisation rejoignait en amont un bassin de captage encore en assez bon état (Photo 5). La montée se poursuit en contournant le bassin par n'importe quelle rive puis en slalomant entre les énormes galets qui tapissent le fond de la rivière (Photo 6). Les parois qui bordent la ravine sont souvent occupées par des arbres tortueux ou des racines qui s'infiltrent dans les fissures et facilitent les éboulis par temps de pluie (Photo 10). Quelques grottes sont des vestiges de très anciennes coulées basaltiques (Photo 11). Les touffes de brillantaisiasBrillantaisias Owariensis est une plante tropicale aux magnifiques fleurs bleues, originaire de Madagascar et de l'Afrique tropicale.
Son nom vient de Oware, au sud-ouest du Nigéria. Elle a été introduite comme ornement dans les jardins mais se naturalise lentement sans pour cela inquiéter. Elle peut atteindre 2,5 mètres pour une fleur de près de 50 cm.
se multiplient, donnant un peu partout de jolies taches bleues (Photo 12), rehaussant le charme de cet endroit sauvage. Les bassins se multiplient et le bruit de l'eau est de plus en plus présent (Photo 13). La remontée est également de plus en plus sportive car il faut se baisser pour éviter les branches, se pencher pour ne pas glisser dans les bassins ou sauter pour passer les rochers (Photo 15). La progression est lente mais régulière le long des petits bassins, grosses roches ou filets d'eau (Photo 19). Compter plus de deux heures pour arriver en vue de la haute falaise d'où coule la fine cascade (Photo 23) et encore 15 minutes pour atteindre le bassin (Photo 24). On peut donc poser les sacs à dos et effectuer le tour du bassin pour visiter la grotte humide, constamment éclaboussée par les eaux d’infiltration (Photo 27). Le bassin invite peu à la baignade mais les berges se prêtent très bien au casse-croûte avant d'entreprendre le retour vers l'aval en utilisant les mêmes rochers qui se franchiront plus facilement puisque le cheminement est en descente. Peu après le captage, la vieille canalisation et la touffe de bambous en rive gauche, il est possible d'emprunter un sentier remontant vers la rue L'Ouvrier (non prévu sur la carte ci-dessous). On surgit à la barrière fermant l'accès au Crédit Agricole, à la fin de la route. Il faut alors, pour rejoindre le parking, descendre la rue et marcher en ville sous une chaleur accablante. Choisir donc entre les roches ombragées ou le goudron et les gaz d'échappement...

Balises

Pas de balise

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.

Itinéraire

Se rendre à Saint-Denis et emprunter le Boulevard Sud - Prendre la direction de Saint-François et de la Providence puis rouler en direction du siège de l'ONF - Stationner au départ du sentier du Brûlé puis rejoindre à pied la rive gauche de la ravine - Descendre le talus bétonné et entreprendre la remontée totale jusqu'à la cascade - Faire demi-tour par le même itinéraire .

Le film de Ludovic

Des pierres, des galets mais aussi des rochers avant d'atteindre la cascade à sec. Voir ci-dessous les photos (23, 24 et 25) de Ludovic un jour où la cascade était en eau. Consulter également sa fiche sur Visorando pour des renseignements complémentaires.


Commentaires sur cette randonnée (3)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Martial, 26/12/2018 16:47
Randonnée complétée le 21/12/2018 en 5h00

Fait le jour de la réalisation de la fiche; parcours sympa qui prendra toute sa valeur après un épisode pluvieux, qui mettra en eau le bassin et la cascade à atteindre.

Ousarsiph2, 26/12/2018 14:53
Randonnée complétée

Aller retour à la cascade fait il y a quelques semaines. L'aller retour au captage abandonné et son joli bassin en milieu de parcours(1h environ) peut constituer une sortie familiale plus courte mais peu fréquentée à proximité du chef lieu.

Christian Léautier, 26/12/2018 11:29
Randonnée complétée le 15/09/2018 en 5h00

Fait grâce à Ludovic il y a 3-4 mois lorsque l'eau dévalait le rempart comme sur les photos 23,24,25. Donc du plaisir à lire le texte et voir les photos du site.Tout est conforme !

Randonnée ajoutée le : 25/12/2018