Le Nez coupé du Tremblet depuis le village du Tremblet

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 8h
Distance 15.5 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1910 - 138 m
Dénivelé positif 1775 m
Dernière mise à jour 08/09/2019

Choisir : montée constante ou descente constante

Cette sortie permet, après 3,5 heures de marche, d'avoir une vue plongeante sur le Grand Brûlé, du Rempart du Tremblet jusqu'à celui de Bois Blanc. Une heure plus tard ce sont des vues sur la Fournaise et l'Enclos Fouqué à partir du Nez Coupé du Tremblet. La montée est régulière et les seules descentes à effectuer ne durent que quelques mètres pour passer des ravines quand leur franchissement n'est pas facilité par une passerelle. On en compte d'ailleurs une bonne douzaine avant d'arriver à l'ancien refuge du Tremblet. On préfèrerait des passerelles en bois plutôt qu'en aluminium. Elles s'accorderaient plus avec le paysage sauvage des sous-bois sombres mais le bois pourrit cent fois plus vite que l'aluminium. L'abri, dans un magnifique cadre de verdure et entouré d'hortensias a bien changé depuis quelques années. Des hortensias qui l'entouraient, il ne reste plus que des pieds rabougris et tristes et une grande plaque de béton indique l'ancien emplacement du petit bâtiment. Seule la citerne d'eau est encore en place et il ne vaut mieux pas essayer d'utiliser le liquide qui se trouve à l'intérieur. Plus haut, la vue est surtout impressionnante depuis l'éruption de 2007 qui a vu s'écouler plusieurs dizaines de millions de mètres cubes de lave, brûlant tout sur son passage et grillant la végétation du Tremblet qui a bien failli devenir un véritable désert dû aux pluies acides. Depuis, la végétation a repris le dessus et hormis la trace brune laissée par la lave, on ne voit aucune différence avec les paysages d'avant 2007.

La randonnée débute au parking près du kiosque qu'on rencontre peu après la route qui redescend au Quai de Sel et vers la Pointe du Tremblet. La montée est agréable au départ sous les goyaviers jusqu'au panneau qui marque la limite du Parc National (Photo 1). Cette borne de bois marque le début d'une magnifique forêt de bois de couleurs des Bas (Photo 5) et le sentier serpente entre d'énormes troncs de tans rouges, bois de rempart ou bois maigres (Photo 4). Plus on monte, plus ils se recouvrent de mousse et d'épiphytes. Le cheminement s'effectue à l'ombre en suivant constamment la Ravine Pont Rouge sur un sentier constamment recouvert de cailloux moussus ou de racines (Photo 7). Cette ravine, profonde par endroits comporte de nombreuses grottes mais assez difficiles d'accès (Photo 13). La troisième passerelle marque quant à elle le début des premières difficultés (Photo 11). Des marches de plus en plus hautes font redoubler d'efforts. Les mains sont souvent nécessaires pour éviter les glissades. Les fougères bordent le sentier. On rencontre ça et là des palmistes et, beaucoup plus nombreux, des pimpins, ces pandanus des hauts qui poussent ici en véritables petites forêts (Photo 8). Après une douzaine de passages sur passerelles d'aluminium, on arrive au départ du sentier vers le Piton de Takamaka et la Coulée de 1986. Quelques trouées permettent des points de vue sur l'océan en contrebas. Une fois franchi l'ancien emplacement de l'abri du Tremblet (Photo 18), le sentier devient souvent une véritable pataugeoire glissante (Photo 19). Heureusement que les points de vue sur le brûlé font oublier les chaussures remplies de boue (Photo 21). Si on marche en silence, il est fréquent de rencontrer des tangues (voir plus bas). Quelques mètres après l'ancien abri, les plus sportifs n'hésiteront pas à emprunter le lit de la Ravine Pont Rouge pour apercevoir tout d'abord une arche naturelle au croisement de la rivière et du sentier puis de belles grottes, dont une qui permet à la ravine de devenir souterraine, ainsi que des cascades à sec avant d'être arrêtés par l'une d'entre elles, trop haute pour être franchie sans corde. Après la ravine, la montée se poursuit, toujours en forte pente boueuse dans une végétation qui diminue au fur et à mesure de la montée (Photo 22). Les chaussures étant crottées, inutile de chercher à éviter les nouvelles plaques de boue. Certaines sont pourtant profondes et s'enfoncer de 20 cm n'a rien de très agréable. On termine au Nez Coupé du Tremblet qui permet de beaux panoramas sur le Piton de la Fournaise et la caldeira jusqu'au Pas de Bellecombe. Une option permet de poursuivre, toujours dans la boue, vers le Piton de Bert puis de manière très agréable vers le Piton Rouge et la Plaine des Sables. Le retour, beaucoup plus rapide car en descente ne doit pas être sous-estimé en raison de la hauteur des marches et des glissades possibles sur la terre boueuse.

Balises


balises

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.
Site géologique  Sites géologiques, en partenariat avec Laurent Michon, laboratoire Géosciences Réunion.

Itinéraire

Se rendre au Tremblet après Saint Philippe - Dépasser le village et se garer au kiosque à droite, quelques mètres avant le départ du sentier - Suivre le sentier du Tremblet, toujours en montée, à travers le brûlé des Citrons galets - Continuer tout droit en arrivant à l'ancien abri du Tremblet - Au Nez Coupé du Tremblet, faire demi-tour par le même itinéraire.
Il est possible de continuer vers la Plaine des Sables ou de bifurquer à droite dans la descente, au niveau de l'abri du Tremblet et regagner Takamaka par la coulée de 1986 puis le véhicule par la route.

La remontée de la Ravine Pont Rouge

Après avoir passé l'emplacement du bivouac du Tremblet, le sentier traverse la Ravine Pont Rouge avant de continuer vers le Nord. Faire du hors sentier en longeant le fond de la ravine s'il n'a pas plu car les roches seraient alors trop glissantes. Le fond de lave, totalement dénudé, permet de grimper sans difficulté sur près de 500 mètres en découvrant de beaux paysages très sauvages, des grottes, des effondrements ou des cascades à sec. Ne pas manquer, à deux pas en amont du croisement de la ravine et du sentier, une arche naturelle située au fond du lit.

Le tangue

Lointain cousin du hérisson d'Europe, le tanrec ecaudatus ou tangue et issu directement du tanrec malgache. C'est un carnivore insectivore qui ne dédaigne pas les vers, escargots ou goyaviers tombés au sol. Importé de Madagascar depuis plus de 3 siècles, on le retrouve réparti sur toute l'île ou il est intensément braconné avec l'aide de chiens. Pourvu de poils plus clairsemés que le hérisson, il ne se met pas en boule mais ne se laisse pas attraper aisément.
Il vit le jour dans un terrier et sort la nuit pour se nourrir. Il reste caché durant toute la saison froide, devenant ainsi plus facile à capturer par les braconniers qui détruisent ses galeries, aidés et guidés par leurs petits chiens terriers


Commentaires sur cette randonnée (6)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
JPG, 08/09/2019 18:01

Christian : L'arche est effectivement facile à trouver à quelques mètres du sentier en remontant légèrement la ravine Pont Rouge. Te connaissant, tu as dû passer au plus près et comme tu dis, elle a du être emportée par une crue. Dommage mais je chercherai tout de même si j'ai l'occasion de remonter dans la gadoue du Tremblet.

Christian Léautier, 08/09/2019 15:40
Randonnée complétée le 07/09/2019 en 9h00

Belle journée sous un ciel et un océan bleu roi avec Orando 974 pour des points de vue à couper le souffle. Il a plu la veille et la montée nous rafraichit bien car les herbes: sabres, tabac boeuf, fougères nous fouettent jusqu'au visage ;en effet, si de jolis panneaux nous accueillent au départ du sentier, l'ONF n'a pas l'air de bien venir ici souvent, si ce n'est pour supprimer le sympathique abri du Tremblet -au fait pourquoi? ou pour mettre des passerelles plutôt placées là pour faire bonne figure ... Marches hautes pour les petites jambes sur un sentier le plus souvent gorgé d'eau :on arrive à la ravine Pont Rouge: on cherche d'abord vainement la belle arche photographiée sur le site qui d'après JPG est "facile à trouver" (sic) et on émet l'hypothèse qu'elle s'est effondrée?? (à bientôt la bonne réponse car si l'arche s'est effondrée c'est bien dommage et si elle elle existe on est ,il faut le reconnaitre pas pas bien malins) ; la ravine vers l'aval nous fait surplomber un joli cassé; l'amont est dégagé et nous change de la végétation inextricable qui borde le sentier à droite, à gauche, devant et derrière; on poursuit un peu vers le Nez coupé du Tremblet: deux ou trois minuscules ravines bien envahies de végétation et hop! direction le cratère? gouffre ? noté sur la carte IGN 1256 à travers un océan luxuriant de pandanus où l'on avance peut être à 100m à l'heure...pour découvrir en récompense un cassé impressionnant. Dur de rejoindre le bord du Volcan encore loin (dommage pour les points de vue entrevus lors de mon passage le 27/05/2017-voir mon commentaire-) alors on redescend par le même itinéraire qu'on trouve long et lassant après 9 heures de rando mais je suis convaincu que le détour par les pitons de Takamaka (carrefour à prendre à l'ancien abri) aurait été beaucoup mieux avec des paysages extraordinaires au niveau des coulées de Takamaka pas encore vues ce jour , même s'il devait falloir rajouter environ 1 h de plus). A réserver à ceux (celles) qui aiment à la fois le difficile mais pas du tout l 'impossible. Nous on aime!! Ps: le parcours fait ne me semble néanmoins pas bien plus végétalisé qu'il y a 2 ans et 1/2 mais attention, par endroits la vigne marronne commence à montrer le bout du nez.

adrianosuro, 05/11/2018 22:20
Randonnée complétée le 03/11/2018 en 7h30

Fait il y a quelques jours dans le sens de la descente. Très boueux et glissant, ce qui, couplé à la végetation très dense, rend la progression lente et épuisante. On s enfonce parfois jusqu a mi-genou dans la boue. Devient plus simple après le croisement vers Takamaka. Beaux paysages et dépaysement assuré!

DocBSM, 13/12/2017 12:13
Randonnée complétée

Trajet testé le 03 décembre. Pas de problèmes durant la montée jusqu'à l'ancien abris du Tremblet.
Par contre j'ai rebroussé chemin 500 mètres plus haut. La piste est cachées par la végétation ce qui, associé aux pierres glissantes, ne rendait pas la montée très sûre.
Je suis finalement descendu par la coulée de Takamaka (toute autant envahie à certains endroits).

Christian Léautier, 27/05/2017 16:19
Randonnée complétée le 07/09/2019 en 9h00

Fait il y a quelques mois du Pas des Sables au Tremblet: donc descente! J'ai aimé de beaux panoramas sur la Fournaise. Souvent sauvage et assez boueux;.Auto stop jusqu'à la Plaine des Sables puis bus car Jaune S1 au Tremblet: donc pas d'aller retour (heureusement!!)

ll974, 27/05/2017 12:43

Pénible!!! Gras glissant gluant.... et très chaotique. Impossible de marcher vite encore de courir en descente.

Randonnée ajoutée le : 01/06/2013