La boucle du Piton Haüy au Piton du Rond de Langevin par les Cratères Aubert de la Rue

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 5h
Distance 12.7 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 2390 - 2255 m
Dénivelé positif 320 m
Dernière mise à jour 17/04/2020

Des cratères et cinq pitons et demi

Cette magnifique randonnée s'effectue en grande partie en hors sentier mais permet, en moins de 15 km, d'escalader 5 pitons de la région de la Plaine des Sables ainsi que le magnifique et très photographié Demi-Piton. Il donne également l'occasion de fouler du pied les énormes cratères Aubert de la Rue, trop peu visités alors qu'ils sont très proches de la route du volcan. Les deux tiers du parcours s'effectuent hors du GRR2 qui mène au Tremblet. On se laisse donc guider par les particularités du sol recouvert de branles verts et autres plantes d'altitude, de cailloux de lave, de vieux troncs calcinés ou de sable. Le circuit donné sur la carte ci-dessous n'est donc qu'indicatif puisqu'on a la possibilité de passer où c'est le plus facile. On a toujours devant les yeux le prochain piton et il est impossible de s'égarer. La meilleure manière de marcher, quitte à rallonger le parcours, est de suivre les places vierges fabriquées par les millions de ravinements de l'eau de pluie qui a toujours empêché la végétation de s'installer. Ceci explique le caractère non rectiligne du tracé ci-dessous. En calculant bien, il est impossible de se griffer les jambes hormis l'arrivée au Piton Rond de Langevin où il faut traverser une dizaines de mètres de végétation plus dense.

La randonnée débute au parking du GRR2 en direction du Tremblet. La piste ou le sentier sont larges et faciles jusqu'à la première ascension de la boucle. La marche est en descente très légère sur ce circuit le plus classique pour assister aux éruptions situées au sud de la Fournaise. On passe près d'un oratoire original fait de l'empilement de plaques de lave et on parvient sans effort au pied du Piton Rouge (Photo 1). Pas de sentier visible mais il s'escalade sans trop de difficulté si on prend le soin de monter à la manière des mules (c'est à dire en créant de courts lacets). Cette méthode présente l'avantage de laisser les cailloux en place. En fonction de la position du soleil, on comprend très bien pourquoi il se nomme ainsi (Photo 2). Une fois la courte escalade terminée, on aperçoit devant soi les Pitons Cambar et Hubert. La traversé ne pose aucune difficulté dans une végétation très pauvre, constituée de minuscules branles verts et de quelques touffes d'herbe rase (Photo 3). Le premier rencontré, le Piton Cambar s'escalade facilement. De belles natures mortes laissées par de très anciens incendies traînent au milieu des plaques de sable (Photo 4). Le cratère est tout en longueur, bordé de rochers dont certains hauts et pointus (Photo 5). Après avoir bifurqué sur la gauche pour contourner une faille, la descente est un peu plus sportive au milieu de ces rochers, mais sans danger (Photo 6). Nouvelle traversée entre les branles qui tentent de survivre à cette altitude froide et sur un sol pauvre (Photo 7). Le Piton Hubert est très proche et se rejoint en quelques minutes. De ce nouveau sommet, on peut évaluer le trajet emprunté pour arriver ici depuis le Piton Cambar (Photo 8). On aperçoit aussi de mieux en mieux le Piton Rond de Langevin (photo 10) pour repérer le point blanc qui se remarque sur la droite. La descente s'effectue par le sud en longeant le bord du cratère au fond recouvert de joncs (Photo 9). C'est la preuve qu'il y a de l'eau qui reste en cas de fortes pluies. La traversée est toujours aussi aisée sur le sable (Photo 11), dans des ravines de 30 cm de large ou sur l'ancien sentier qu'on remarque aux vieilles taches de peinture blanche qui n'est pas encore effacée. Garder un œil sur le point blanc au pied du Piton Rond de Langevin qui est en réalité un gros caillou peint (Photo 12). La végétation s'intensifie un peu à l'approche de ce piton qui dépasse d'une quarantaine de mètres. Viser le caillou blanc et traverser au hasard une dizaine de mètres un peu plus touffus que le reste. En montant sur l'arête, on comprend également l'origine de son nom dû à la forme ronde de son cratère comportant également une petite prairie au milieu (Photo 13). On peut, sans trop de danger, parcourir la totalité de la lèvre du cratère pour bénéficier de plusieurs panoramas sur ses faces rocheuses (Photo 14). Du sommet de ce piton, on profite de panoramas splendides sur toute la région du volcan, du Piton des Neiges, de la côte vers Saint-Joseph et surtout du Morne Langevin (photo 15). Repartir jusqu'au caillou blanc et rejoindre le sentier du Piton de Bert en partant vers l'est. On retrouve à nouveau des bribes du vieux sentier en traversant une végétation identique à la précédente. Au sentier officiel, cesser pour un temps le hors sentier et revenir vers le Piton Rouge. Le dépasser et obliquer aussitôt vers la gauche pour aller à la rencontre des cratères Aubert de la Rue. La montée s'effectue presque en droite ligne sur des coulées anciennes en peau d'éléphant fissurées (Photo 17). Quelques traces blanches sont peintes sur les rochers mais bifurquent vers l'ouest après 200 mètres ; sans doute un parcours rejoignant à l'époque celui du Piton du Rond de Langevin. On peut admirer tout au long de la montée de magnifiques tunnels de lave, entiers ou effondrés, des grottes ou des crevasses (photo 18). Il faut marcher sur les parties épaisses et peu friables car une cassure du sol ne peut être exclue. On arrive très vite au premier cratère dont on atteint le fond par quelques acrobaties (Photo 19). Le traverser pour rejoindre le plus grand d'entre eux qui permet d'avoir une très belle vue sur le centre du cratère (photo 20). Comme la descente dans le cratère peut être dangereuse, partir vers la route du volcan en passant entre le Chisny et les cratères. On passe près de petits tunnels de lave (Photo 21) et surtout d'imposantes crevasses qui peuvent inquiéter (Photo 22). Attention tout de même à ces crevasses qu'il faut parfois enjamber. En arrivant à la route, il n'y a aucune difficulté à repérer le Demi-Piton et à l'escalader en suivant toujours la ligne de crête. Un sentier discret existe et longe les parties basaltiques non érodées (photo 24). La marche s'effectue sans hésitation, sans danger et sans vertige malgré certaines pentes verticales (Photo 24). On a, de ces divers points, d'excellents panoramas sur la région volcanique. La descente est un peu raide mais sans danger jusqu'au Sentier Josémont. Il ne reste plus qu'un piton pour terminer cette randonnées toute en dents de scie. Le Piton Haüy s'escalade calmement à travers la végétation rabougrie ou inexistante (Photo 25). Là-haut, de grandes failles coupent le sommet en plusieurs parties. On peut marcher sur le bord ou au fond pour certaines (Photo 26). On peut profiter également des panoramas sur la région, le Cassé de la Rivière de l'Est et la Plaine des Sables (Photo 27). Le clou de la boucle se situe en fin de parcours quand on tombe nez à nez avec cet adorable petit cratère rond au milieu du grand (Photo 28). La descente et le retour ne sont qu'une formalité après toutes ces ascensions.
Cette randonnée peut être conseillée aux gens qui ne franchissent jamais les lignes balisées des GR mais qui voudraient malgré tout essayer un jour une balade hors sentier. Il faut éviter absolument les jours brumeux.

Balises


Très rares balises blanches

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.
Site géologique  Sites géologiques, en partenariat avec Laurent Michon, laboratoire Géosciences Réunion.

Itinéraire

Se rendre à Bourg Murat puis au Pas des Sables par la Route Forestière du Volcan - Descendre le Pas des Sables et rouler sur la piste du Volcan - Passer le sentier de Grand Pays et le Chisny puis se garer à droite au parking du GGR2 en direction du Tremblet - Débuter en direction du Tremblet jusqu'au Piton Rouge - Escalader le Piton Rouge et redescendre de l'autre côté en direction du Piton Cambar, plus facile à passer - Continuer, toujours hors sentier vers le Piton Hubert et l'escalader avant de redescendre vers le Piton du Rond de Langevin - Effectuer l'ascension du Piton du Rond de Langevin en marchant sur le bord du cratère et profiter du panorama en 360° avant de redescendre et rejoindre le GRR2 en partant plein Est - Au sentier, bifurquer à gauche, laisser à gauche le Piton Rouge et quitter le sentier pour prendre la piste qui part vers la gauche durant une trentaine de mètres - Laisser très rapidement la piste pour partir en direction du Chisny qui sert de bon point de repère - Traverser les cratères Aubert de la Rue en faisant attention où poser les pieds puis rejoindre la route du volcan en passant entre les cratères et le Piton Chisny - Traverser la route et grimper au sommet du Demi-piton, le longer et redescendre vers le Sentier Josémont - Suivre le sentier vers la gauche sur une vingtaine de mètres et prendre à droite pour remonter le Piton Haüy - Le longer en bord de crête puis redescendre par la face Est pour retrouver le Sentier Josémont et partir vers la droite - A la Griffe du Diable, prendre à gauche et récupérer la piste puis le véhicule 400 m plus loin.


Commentaires sur cette randonnée (4)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
LaurentS, 05/11/2020 20:08

Le coup de coeur d'un mois et demi de rando à la Reunion ! Quel bonheur d'arpenter hors sentier les pitons et cratères de la plaine des sables, loin de la foule du Dolomieu. Les cratères Aubert de la Rue sont impressionnants et sauvages, la vue du piton chisny est fabuleuse, le parcours aisé sur l'arête atypique du demi-piton est ludique ! Vraiment à faire !

Merci pour ces superbes topos de rando un peu hors des sentiers battus, ça a illuminé nos vacances !

Christian L, 17/02/2019 16:30

Bonjour Madeleine: vous avez bien vu la pierre blanche donc vous y allez tout droit en traversant hors sentier sans grande dificulté puis depuis la pierre blanche vous gravissez en passant sur la droite le rempart du piton rond de Langevin -un petit peu plus délicat - pour avoir de super vues en particulier vers le sud si les nuages vous ont laissés tranquilles . Rando faite il y a longtemps que j'avais bien aimée

madeleine, 17/02/2019 16:16

belle balade ce dimanche...de quel côté se trouve le chemin pour gravir Piton Rond de Langevin? vers la pierre blanche? on a hésité!!! et les nuages arrivaient...

Ousarsiph2, 10/05/2018 18:33
Randonnée complétée le 10/05/2018 en 4h20

Boucle partielle et dans l'autre sens faite ce jour en famille, en rajoutant et le sommet du piton Chisny puis descente en dérapant vers les magnifiques cratères Aubert de la Rue (attention effectivement aux failles profondes à franchir d'un saut, en donnant la main aux enfants). La traversée pour rejoindre la piste n'est pas trop difficile avec de beaux tunnels de lave et quelques plaques qui cassent sous les pieds. Puis les Pitons Rouge, Cambar et Huber se gravissent sans peine. L'arrivée des nuages nous a empêchés d'aller au dernier piton. 200 voitures au parking, 0 randonneur dès qu'on quitte la piste...

Randonnée ajoutée le : 01/05/2012