Le grand tour du Morne Langevin par Grand Coude et la Plaine des Sables depuis le Nez de Bœuf

Difficulté
Très difficile
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 14h
Distance 39 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 2409 - 490 m
Dénivelé positif 2850 m
Dernière mise à jour 14/04/2020

Avec la participation de Martial Bertrix et ses amis

L'état de mes genoux ne m'a pas permis d'effectuer cette trop longue boucle. Martial Bertrix (voir § ci-dessous) et ses amis l'ont fait pour notre plus grand plaisir. Les informations et les images qu'ils ont rapportées permettront à d'autres de se lancer dans l'aventure avec de meilleures connaissances des lieux, des temps ou des dénivelés. Comme il n'avait rapporté qu'une dizaine de photos, les autres proviennent de randonnées passant par les sentiers empruntés.

Cette très longue sortie dans le Sud est très difficile, non seulement par sa longueur mais également par la montée de quelques tronçons comme la pente rectiligne de l'Îlet Dimitile ou les courts lacets après avoir passé Grand Pays pour rejoindre la Plaine des Sables. Elle s'adresse exclusivement aux sportifs de haut niveau, essentiellement dans le cadre d'un entraînement intensif pour les compétitions sur l'île. Familles, touristes de passages, amateurs de plantes ou de photographie s'abstenir à moins d'aimer marcher de nuit. Il faut de toute manière débuter la boucle de nuit au moment ou le corps est reposé plutôt que terminer la randonnée après le coucher du soleil lorsque la fatigue, inévitable, arrivera dans les zones désertiques du Volcan. Même si on passe devant le petit commerce de Grand Coude il est préférable de prévoir provisions de nourriture et d'eau. Cette sortie donne l'occasion de traverser des régions très diversifiées : longue descente sur les laves glissantes dans la Forêt Domaniale de la Rivière des Remparts, galets et sable entre Roche Plate et le Dimitile, zone d'élevage et de pâturages à Grand Coude, bois de filaos vers Grand pays, désert de la Plaine des Sables, etc. On a la chance également d'apercevoir de superbes panoramas sur la Rivière des remparts, le Fond de la Rivière de l'Est, Grand pays ou la Plaine des sables.

La sortie débute au plus près de la falaise basaltique qui entoure la caldeira formée par l'effondrement de la Rivière des Remparts un peu après le Nez de Bœuf. La descente (ici effectuée de nuit) est rapide vers la forêt domaniale sur un sentier bordé de branles verts. Les portions plates entre les lacets sont rares (Photo 1). Quelques marches en pierre ou encombrées de racines sont hautes et le sol peut être boueux ou glissant par endroits (Photo 2). La pente diminue, les bois de couleurs occupent tout le fond aux alentours de la Ravine Citron Galet. Certains spécimens sont énormes et magnifiques. D'autres créent des arches végétales obligeant à se baisser. Ils font doucement place aux goyaviers qui poussent dru mais le sentier est assez large pour ne pas être gêné. A la saison, il est même très agréable de faire le plein de vitamine C en goûtant les fruits faciles à cueillir. Mais la journée est longue et il ne faut pas trop traîner. La descente est régulière entre goyaviers ou dans les branles. Au milieu de la descente, on commence à voir Roche Plate qui s'éveille (Photo 3). Plus bas, quelques filaos ont souffert du passage récent de certains cyclones mais on s'approche sans encombre de Roche Plate. Juste avant de parvenir au hameau, le sentier est bordé de murets de pierres sèches (Photo 4). Roche Plate ne comporte que quelques cases et gîtes entourés de verdure (Photo 5). La rue principale n'est rien d'autre que le sentier bordé des mêmes murailles sèches. Les 4x4 dans les cours montrent que la piste vient désormais finir au cœur de l'îlet qui a longtemps été isolé par des heures de marche. Les quelques habitations se traversent en quelques minutes et il est trop tôt pour prendre une boisson dans un gîte. Le soleil est maintenant levé et on profite de l'ombre de la forêt de filaos qui se termine au Barrage de Mahavel. Ce barrage est en réalité un amoncellement de gravats et galets issus de l'effondrement d'une partie de la Falaise du côté de Mahavel couvert de plus en plus de filaos (Photo 6). Sur la gauche, l'imposant Rein de Bouc doit être difficile à grimper même en suivant l'arête. Depuis le lit de la rivière, on voit bien l'épaisseur du barrage qui s'effrite d'année en année (Photo 7). Affronter les trois kilomètres qui suivent en employant un maximum de la piste qui redescend vers Saint-Joseph. La vallée est large et il est plus agréable de marcher sur la piste que de sauter de rocher en rocher (Photo 8). Bien repérer le départ du Sentier du Dimitile, difficile à deviner si on n'a pas déjà reconnu ou parcouru ces tronçons. Si jusque là on a marché toujours en descente, la pente de l'Îlet Dimitile va très vite casser les jambes si on part trop vite. La montée est agréable au début mais devient de plus en plus abrupte sur un sentier étroit comportant peu de lacets. C'est en regardant vers la vallée qu'on voit la hauteur déjà parcourue (Photo 9). Les lacets sont rares au début, plus nombreux par la suite. Quelques échelles facilitent les passages rocheux (Photo 10). Une longue ligne presque droite suivant la courbe de niveau indique la fin proche de la grimpette. On arrive essoufflé, sans transition, des bois touffus à la verte prairie (Photo 11). Ne pas manquer, avant de poursuivre, le panorama sur l'aval de la Rivière des Remparts ou celui du Morne Langevin déjà bien éclairé. La traversée du plateau de Grand Coude, relativement longue sur pistes et route, permet de souffler un peu. Prendre le Chemin Théophile Gauthier jusqu'à la supérette et poursuivre par la rue Emile Mussard jusqu'au rempart de l'autre côté. Trouver sur la droite le sentier Tarzan qui relie Grand Coude à Grand Galet. Ce sentier, encore plus pentu que celui pris pour monter à Grand Coude est également difficile à trouver si aucune reconnaissance n'a été effectuée auparavant, mais il y a des cases habitées presque jusqu'au départ et les habitants le connaissent même si peu le pratiquent. Attention aux rochers glissants, aux marches de 80 cm et aux racines qui tiennent moins qu'on le voudrait parfois (Photo 12). Quelques bananiers et cultures annoncent la fin de la descente. Commence alors une montée douce et agréable jusqu'à l'abri de cap Blanc en longeant la Grande Ravine, souvent à Sec. Le sentier passe dans les longoses, dans les cannes fourragères en longeant des cultures ou dans les jouvences (Photo 13). Il reste même des cases habitées qu'on devine au caquètement des poules (Photo 14). Cette randonnée très longue ne permet pas de halte pour admirer bassins, cascades et l'arche naturelle le long de cette rivière qu'on franchit à gué un peu plus haut (Photo 15). La montée vers la Plaine des Sables débute à la passerelle qui enjambe la Ravine des Sept Bras (Photo 16). Le sentier chemine au début dans les chocas (Photo 17) avant d'arriver sous les filaos où il se recouvre de fines aiguilles le rendant glissant. Les pentes sont nombreuses mais encore supportables, surtout sous les filaos. A 1200 m, un panneau souhaite bon courage à ceux qui marchent dans cette direction. Bien profiter des moments plats à Grand Pays car la montée vers la Plaine des Sables est proche et sera plus difficile que depuis la Ravine des Sept Bras. On se retrouve en rive gauche de la Ravine de Grand Sable qui est proche et où le sentier chemine en courts lacets sur les flancs escarpés et parfois éboulés de la petite rivière. Certains gros éboulis ont d'ailleurs mis à mal le sentier à une époque (Photo 18). Les lacets n'en finissent plus mais la température fraîchit au fur et à mesure qu'on prend de l'altitude. On longe toujours la très curieuse Ravine de Grand Sable qui est une longue trainée de basalte (Photo 19). Le sentier balisé de blanc passe même dans le lit de la ravine par de fortes pentes où il est préférable qu'il n'y ait pas d'eau qui coule (Photo 20). La végétation disparaît petit à petit et on repère, au-dessus de nos têtes, la grande lèvre basaltique de la lave solidifiée lors d'une lointaine éruption. Un dernier effort amène dans une mer de gratons (Photo 21). On contourne ensuite le Piton Chisny par l'Ouest en suivant le sentier qui traverse l'intégralité de la Plaine des Sables (Photo 22). Couper plus loin la route du Volcan et poursuivre, toujours à plat jusqu'à la jonction du Sentier Josémont venant du Gîte du Volcan. Un coup d'œil vers la gauche montre de superbes basaltes presque verticaux (Photo 23). Heureusement, le sentier qui les franchit en traversant le Plateau des Basaltes est sans difficulté malgré la forte pente et les longs lacets (Photo 24). Quelques mètres peuvent donner le vertige mais il suffit de coller à la paroi. Il y a plus de 12 heures que le départ a été donné et ce n'est pas une prière à l'Oratoire Sainte-Thérèse qui va redonner du tonus aux muscles pour les trois kilomètres restants. Heureusement, on sait que c'est bientôt terminé et le sentier sera toujours en descente. Emprunter le sentier ou la piste pour se diriger vers le Piton Textor en passant à quelques mètres de la Caverne des Lataniers et sa murette coupe vent. Un peu après la Stèle Josémont Lauret, le sentier descend fortement dans les cailloux volcaniques avant de franchir plusieurs fois la route du Volcan ou la piste du Piton de l'Eau pour arriver à la route du Textor. Depuis les abords de la Pente Zézé, on devine le Nez de Bœuf au loin qui domine la vallée de la Rivière des Remparts (Photo 25). Les 500 derniers mètres sont un pur plaisir s'il fait beau ou si la nuit n'est pas déjà en train de tomber car on emprunte un sentier large et plat (Photo 26) d'où l'on aperçoit très souvent le fond de la Rivière des Remparts depuis le bord de la falaise (Photo 27). Ce panorama, comportant également les bords du Cratère Commerson et les flancs du Morne Langevin, est parmi les plus beaux de la Réunion.
Inutile de préciser qu'on est heureux de retrouver le véhicule. Attention de n'effectuer cette longue boucle qu'après une visite au site de Météo Réunion pour s'assurer d'une journée sans pluie.

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.
Site géologique  Sites géologiques, en partenariat avec Laurent Michon, laboratoire Géosciences Réunion.

Itinéraire

Se rendre à Bourg Murat et prendre la direction du Volcan - Passer l'aire de repos du Nez de Bœuf et rouler un kilomètre avant de trouver le parking situé au départ de la descente vers Roche Plate - Débuter la boucle par la descente vers le Mapou puis traverser la Forêt de la Rivière des Remparts et le Plateau de la Cascade avant de rejoindre Roche Plate - Traverser l'îlet puis le barrage de Mahavel et marcher en direction du Rein du Dimitile - Avant le rein, prendre l'étroit sentier du Dimitile qui rejoint le plateau de Grand Coude puis traverser plein Est pour trouver, à la fin de la route, le non moins étroit sentier qui relie Grand Coude à Grand Galet - A Grand Galet, prendre à gauche la piste puis le sentier vers Cap Blanc et Grand Pays - Remonter l'impressionnante pente qui rallie la Plaine des Sables - Traverser la Plaine des Sables et la RF du Volcan jusqu'au sentier Josémont - Prendre à gauche en direction du Plateau des Basaltes qu'on grimpe avant de rejoindre l'Oratoire Sainte-Thérèse - Poursuivre en direction du Piton Textor en coupant plusieurs fois la route du Volcan - Suivre le sentier qui est toujours proche de la route pour rejoindre le départ et le véhicule en profitant une dernière fois des splendides paysages sur la Rivière des Remparts si les nuages n'ont pas pris possession des lieux.

Martial Bertrix

Martial Bertrix, 53 ans à l'époque, ancien militaire, passionné de lecture, d'informatique, de randonnées ou treks et ses amis Francis Combeau et Lauret Jean René, tous les 3 résidant dans la partie sud de l'île, grands consommateurs de chaussures de trail et amateurs de sentiers atypiques ont encore les jambes pour effectuer de telles boucles dans la journée. C'est sans hésiter qu'il a accepté de participer à la création de cette fiche qui servira à bien d'autres et qui m'a permis d'économiser mes genoux en très mauvais état..
Fidèle surfeur de www.randopitons.re, il ne manque pas, à chaque fin de randonnée, d'envoyer cartes et photos mais surtout ses remarques sur l'état des sentiers qui permettent la mise à jour du cartouche central sur l'état des parcours. Encore merci à lui pour ses innombrables coups de mains.


Commentaires sur cette randonnée (7)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Solène, 25/11/2018 21:04

Amis bivouaqueurs, cette rando n'est pas pour vous! Couper cette folle rando en deux est tentant, mais ça ressemble beaucoup à une fausse bonne idée...!

La montée roche plate/grand coude et surtout la descente grand coude/grand galet ne sont pas vraiment accessibles avec des sacs à dos... Entre les branches/pierres/autres obstacles et le poids des sacs qui deséquilibre dans des pentes très (très) raides... on a eu du mal et surtout on n'en revient toujours pas de s'en être sorti avec seulement quelques griffures ! ;)

C'est dommage car cette boucle est très belle... Les sentiers gagneraient à être nettoyés, équipés et fléchés...
(Par contre, en 14h... On n'imagine même pas...)

@Markus a fait la rando en sens inverse

markus, 24/11/2018 17:09

J'ai fait récemment cette magnifique randonnée aux paysages variés en 2 jours (plus tranquille!), en partant de Grand Galet vers Grand Coude, puis Roche Plate, où je ne peux que conseiller fortement le gîte de la rivière des remparts, très accueillant...
Bonne nouvelle! Les deux sentiers sportifs (de Grand Galet à Grand Coude et le sentier du Dimitile ont été très bien nettoyés et c'est un véritable plaisir que de les parcourir...et on ne peut pas les manquer.

Martial, 30/10/2017 21:35
Randonnée complétée

tralala i tou, le sentier sauvage dont tu parles fait partie d'une autre fiche du site, c'est le sentier qui relie grand coude au morne Langevin, il ne fait pas partie de cette sortie qui se voulait être un tour complet du morne par les deux rivières qui l'entourent.

tralala i tou, 30/10/2017 19:32

On a fait cette randonnée avec une variante incroyable : un sentier "sauvage" depuis le morne Langevin en descendant vers grand coude : magnifique. La forêt primaire est de toute beauté. Mieux vaut bien connaitre car le sentier pour descendre n'est pas évident.

ddj, 19/05/2017 14:13
Randonnée complétée le 27/11/2016 en 12h30

superbe randonnée faite le 27/11/2016 avec mon ami ti jo
attention repère pour monter a grand coude pas facile a trouver et aussi une fois a grand coude pour descendre a grand galet pas de repère.
sinon magnifique rando débutant s'abstenir !!!!!!

J.maillot450@laposte.net, 01/12/2016 16:45
Randonnée complétée le 30/11/2016 en 12h30

Très belle randonnée, manque quelques repères pour prendre la direction de Grand coude et grand galet malgré une bonne fatigue on a parcouru le trajet en 12h30 avec les pauses Un peu de pluie sinon très beau parcours

J.maillot450@laposte.net, 27/11/2016 13:43
Randonnée complétée le 30/11/2016 en 12h30

Randonnée ajoutée le : 01/03/2014